CÉZANNE PAUL (1839-1906)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Neige fondue à l'Estaque, P. Cézanne

Neige fondue à l'Estaque, P. Cézanne
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

La Montagne Sainte-Victoire, P. Cézanne

La Montagne Sainte-Victoire, P. Cézanne
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Autoportrait, P. Cézanne

Autoportrait, P. Cézanne
Crédits : AKG

photographie

Les Grandes Baigneuses, P. Cézanne

Les Grandes Baigneuses, P. Cézanne
Crédits : AKG

photographie


La popularité de Cézanne n'a probablement jamais été aussi grande qu'un siècle après la première grande exposition que lui consacra son marchand, Ambroise Vollard, en 1895, et qui le révéla véritablement à ses contemporains. La reconnaissance avait été longue à lui venir : elle fut d'abord le fait de jeunes peintres comme Émile Bernard ou Maurice Denis qui virent en lui un maître autant qu'un précurseur, puis de quelques rares critiques perspicaces, Gustave Geffroy, Thadée Natanson, Roger Marx, Rilke. Le rôle des amateurs est tout aussi essentiel, de son vivant comme après sa mort : Victor Chocquet, Auguste Pellerin, Albert Barnes ont, chacun à sa manière, contribué à donner sa stature définitive à un peintre dont ils possédèrent des ensembles exceptionnels. Décrié à ses débuts, et encore assez tard dans sa vie, Cézanne est aujourd'hui une figure capitale de l'histoire de l'art. Sa participation au mouvement impressionniste, somme toute relativement mineure, compte moins ici que la place qu'il occupe entre le xixe et le xxe siècle, entre d'une part le romantisme de Delacroix et le réalisme de Courbet, qui le marquèrent si fortement à ses débuts, et, de l'autre, les mouvements de la peinture contemporaine depuis le cubisme qui, à des degrés divers, se réclamèrent tous plus ou moins de lui.

Il n'est pas sûr que le bruit fait maintenant autour de son œuvre aurait vraiment réjoui le Cézanne des dernières années, qui redoutait par-dessus tout qu'on le récupérât, qu'on lui mît “le grappin dessus”. La peinture fut pour lui avant tout un travail d'ouvrier, un travail solitaire, sauf à de rares moments, presque pénible, pratiqué sans interruption. De même le dessin, dont on oublie trop souvent qu'il s'agit d'un élément essentiel de son processus créatif. Il plaçait très hau [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  CÉZANNE PAUL (1839-1906)  » est également traité dans :

CONVERSATIONS AVEC CÉZANNE, Émile Bernard - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude FRONTISI
  •  • 987 mots
  •  • 1 média

Deux publications paraissent en 1978, indispensables à la connaissance de Cézanne : l'une, due à John Rewald, rassemble plus de deux cents lettres ; la seconde, Conversations avec Cézanne, se présente comme un emboîtement de textes. D'abord les introductions, notes et notices de l'éditeur, Michael Doran, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conversations-avec-cezanne/#i_8370

LES GRANDES BAIGNEUSES (P. Cézanne)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 203 mots
  •  • 1 média

On s'accorde aujourd'hui à penser que la version des Grandes Baigneuses conservée au Philadelphia Museum of Art (Philadelphie) est la dernière version d'un thème cher à Paul Cézanne (1839-1906). C'était en tout cas celle qui restait à sa mort dans son atelier des Lauves à Aix-en-Provence. Elle est d'aill […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-grandes-baigneuses/#i_8370

PAUL CÉZANNE ET LE THÈME DES BAIGNEUSES ET DES BAIGNEURS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 606 mots

1867 Cézanne peint pour son ami de jeunesse Émile Zola L'Enlèvement (King's College, en dépôt au Fitzwilliam Museum, Cambridge), au sujet en réalité mal défini, mais qui manifeste son souci de peindre le nu, et de l'inscrire dans un paysage, dans cette toile, la campagne aixoise.1875-1876Baigneurs au repos (Fondat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-cezanne-et-le-theme-des-baigneuses-et-des-baigneurs-reperes-chronologiques/#i_8370

ART (L'art et son objet) - Le faux en art

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 6 714 mots

Dans le chapitre « Signature et histoire de l'œuvre »  : […] Peut-on se fier aux signatures quand un des chefs-d'œuvre les plus célèbres de Vermeer, le Peintre dans son atelier du musée de Vienne, porte mention de la firme de Pieter de Hooch, apposée au xviii e  siècle, à une époque où Vermeer était oublié et Pieter de Hooch très demandé ? Des signatures authentiques ont été truquées ; quoi de plus facile q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-l-art-et-son-objet-le-faux-en-art/#i_8370

CUBISME

  • Écrit par 
  • Georges T. NOSZLOPY, 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 445 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le précubisme »  : […] L'automne 1906 marque le début des années héroïques, qui se poursuivirent jusqu'à l'été 1909 et au cours desquelles prirent forme les principes fondamentaux du cubisme. L'œuvre de Cézanne et l'art primitif, particulièrement la sculpture « nègre », constituaient les influences majeures de l'époque, c'est pourquoi on appelle parfois période cézannie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cubisme/#i_8370

DE CÉZANNE À PICASSO. CHEFS-D'ŒUVRE DE LA GALERIE VOLLARD (exposition)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 152 mots

L'exposition organisée par le Metropolitan Museum of Art de New York, l'Art Institute de Chicago et enfin le musée d'Orsay à Paris, consacrée au marchand et éditeur d'art Ambroise Vollard (1868-1939), était d'un incomparable plaisir pour les yeux ( De Cézanne à Picasso. Chefs-d'œuvre de la galerie Vollard , respectivement du 13 septembre 2006 au 7  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-cezanne-a-picasso-chefs-d-oeuvre-de-la-galerie-vollard/#i_8370

ESPACE, architecture et esthétique

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY, 
  • Jean GUIRAUD
  • , Universalis
  •  • 12 324 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Esthétique »  : […] Le problème de l'espace n'aura été longtemps pour l'Occident que celui de la représentation de l'espace. Et la confusion perdure chez plus d'un théoricien. Or des civilisations qui parfois même ne disposent d'aucun mot pour désigner le milieu à trois dimensions où s'ordonnent les objets font preuve d'un sens étonnant de l'espace selon une acception […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-architecture-et-esthetique/#i_8370

FRIESZ OTHON (1879-1949)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 296 mots

Né au Havre, Othon Friesz fut, en compagnie de Raoul Dufy dont il restera l'ami, élève du peintre local Charles Lhuillier, auprès de qui il prit le goût du dessin. À Paris, il préfère la fréquentation du Louvre aux leçons du peintre académique Léon Bonnat, et adhère rapidement à l'esthétique fauve, qui se manifeste dans ses œuvres peintes à Anvers, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/othon-friesz/#i_8370

GOWING LAWRENCE (1918-1991)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 772 mots

L'historien d'art et essayiste anglais Lawrence Gowing fut aussi peintre (il enseignait la peinture à la Slade School of Fine Arts de l'université de Londres, où il succéda à son maître William Coldstream, défenseur d'un réalisme de bon ton). Il y a tout lieu de penser que son travail de peintre ne laissera pas un souvenir durable, pourtant son exc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lawrence-gowing/#i_8370

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 461 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La réaction contre l'impressionnisme »  : […] Le retour à la forme, si net chez Seurat, on l'a vu aussi s'exprimer dans la vieillesse de Renoir. Il s'est tout naturellement imposé à l'inverse d'un art dont la conséquence extrême devait être l'indéfini déroulement circulaire des Nymphéas , paradoxe et merveille par quoi l'art de peindre a pu paraître frôler de si près l'art musical. Mais toute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impressionnisme/#i_8370

LA COLLECTION JEAN PLANQUE (exposition)

  • Écrit par 
  • Cécile DEBRAY
  •  • 1 028 mots

La figure du collectionneur a fait son apparition dans le champ de l'histoire de l'art au milieu du xx e  siècle, à la suite notamment de l'approche pionnière de l'historien de l'art britannique Francis Haskell. En art moderne, son étude est plus récente, marquée, en France, par des expositions mémorables comme celles des chefs-d'œuvre du Dr Barne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-collection-jean-planque-exposition/#i_8370

MONDRIAN PIET (1872-1944)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 4 065 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Découverte du cubisme »  : […] Au moment même où il expose Évolution , en 1911, Mondrian découvre tout à la fois Cézanne et le cubisme cézannien de Braque et de Picasso, et ce choc déclenche chez lui le processus qui le conduira à l'abstraction. Il s'aperçoit qu'on ne peut atteindre le but qu'il s'est fixé, peindre l'« universel », en personnifiant l'idée de l'absolu sur le mod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piet-mondrian/#i_8370

MORANDI GIORGIO (1890-1964)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 1 098 mots

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Giorgio Morandi est né à Bologne ; c'est à l'Académie des beaux-arts de cette ville qu'il fait des études de 1907 à 1913. Lorsqu'il peint en 1911 le célèbre Paysage de la collection Vitali, où l'emprise de l'espace cézannien est manifeste, l'Italie connaît une tentative de révolution culturelle menée par les jeunes futuristes. Une vague de mots d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giorgio-morandi/#i_8370

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 707 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « XIXe et XXe siècles : déclin et retour de l'objet »  : […] Bien que le trompe-l'œil, avec des artistes comme Boilly et Leroy de Barde ( Réunion d'oiseaux étrangers placés dans différentes caisses , 1810, Cabinet des dessins, musée du Louvre) et la peinture de fleurs, avec l'école lyonnaise, adepte d'un faire méticuleux et porcelainé (A. Berjon, Saint-Jean), y produisent des œuvres d'un grand raffinement et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/#i_8370

PAUL KLEE. L'IRONIE À L'OEUVRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Claude FRONTISI
  •  • 1 150 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des questions en suspens »  : […] Le catalogue aborde, sans les épuiser, tout un ensemble de problématiques rattachées tant bien que mal au thème central. Si l’index de rigueur et plusieurs références bibliographiques importantes font défaut, il fournit une abondante iconographie de qualité et reste efficace, pour qui veut s’initier. Et l’on appréciera que les articles « de fond » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-klee-l-ironie-a-l-oeuvre/#i_8370

GÉNÉALOGIE DES DEMOISELLES D'AVIGNON - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 756 mots

1906 Discutant l'influence de l'art primitif sur l'esthétique de Picasso, et plus particulièrement sur la rupture que représente sur ce point Les Demoiselles d'Avignon , Henri Matisse souligna perfidement qu'il avait l'habitude d'acheter des sculptures africaines chez un marchand de la rue de Rennes et qu'il en avait montré à Picasso peu après leu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genealogie-des-demoiselles-d-avignon-reperes-chronologiques/#i_8370

PISSARRO CAMILLE (1830-1903)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 459 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Techniques, styles, sujets »  : […] Contrairement à d'autres impressionnistes, Pissarro n'est pas seulement un peintre. Il est, avec Degas, un des grands dessinateurs du groupe. En effet, le dessin était pour lui non seulement une technique d'étude de plein air, mais également, pour beaucoup de ses tableaux, une étape essentielle dans la détermination du motif et dans la mise en pla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/camille-pissarro/#i_8370

PSYCHANALYSE & PEINTURE

  • Écrit par 
  • Jean-François LYOTARD
  •  • 7 908 mots

Dans le chapitre « Une esthétique « économique » libidinale »  : […] On pourrait donc se divertir à produire de ces corrélations entre l'œuvre et la vie, mais il est sûr qu'elles finiraient toujours par échouer, pour deux raisons au moins : la première est qu'une telle psychanalyse est impossible en l'absence du sujet, le peintre, la seconde qu'elle se heurtera, même s'il est vivant, à l'énigme d'un impouvoir explo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-peinture/#i_8370

REWALD JOHN (1912-1994)

  • Écrit par 
  • Françoise CACHIN
  •  • 980 mots

L'historien de l'art John Rewald est né le 12 mai 1912 à Berlin, d'un père allemand et d'une mère russe, tous deux d'origine juive. Il est mort le 2 février 1994 d'une crise cardiaque au Lenox Hill Hospital de New York. Ces deux dates et ces deux lieux laissent déjà entendre ce que fut son itinéraire. John Rewald fait en effet partie de ces histor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-rewald/#i_8370

ROUAULT GEORGES (1871-1958)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 2 670 mots

Dans le chapitre « Style et technique »  : […] De l'enseignement de Gustave Moreau se dégageaient deux grands principes : sincérité de l'expression – contre les poncifs de l'art académique –, « richesse nécessaire » de la couleur et de la matière. Le premier était, pour ainsi dire, inhérent à la personnalité de Rouault qui le prouva dès l'École des beaux-arts (et l'on sait la douleur que lui c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-rouault/#i_8370

STYLE, ARTISTE ET SOCIÉTÉ, Meyer Schapiro - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 302 mots

Dans le chapitre « Critique et déconstruction »  : […] Les autres études concernent des œuvres, des artistes ou des mouvements précis ; mais elles n'en sont pas moins orientées par le souci d'éclairer des questions de grande portée. En soumettant à une critique pointilleuse le célèbre texte de Freud Un souvenir d'enfance de Léonard de Vinci , Schapiro réduit à peu de choses la démonstration du Viennois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style-artiste-et-societe/#i_8370

WANG LES QUATRE (XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Françoise DENÈS
  •  • 4 458 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Wang Yuanqi et Cézanne »  : […] Les critiques occidentaux ont rapproché l'œuvre de Wang Yuanqi et celle de Cézanne. Cette comparaison apparaît aussi stimulante que fondée. Les deux peintres ont consacré leur vie à l'étude des maîtres anciens, tout en s'attachant à ancrer leur art dans la nature et en recommandant à leurs élèves d'observer inlassablement les effets changeants du r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-les-quatre/#i_8370

Voir aussi

Pour citer l’article

Barthélémy JOBERT, « CÉZANNE PAUL - (1839-1906) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-cezanne/