BERNARD ÉMILE (1868-1941)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre lillois qui vient à Paris en 1881 et fréquente l'atelier de Cormon où il rencontre Van Gogh et Toulouse-Lautrec. Exclu de l'atelier en 1886, Émile Bernard voyage en Normandie et en Bretagne, fait la connaissance de Schuffenecker, puis, lors de son retour à Pont-Aven en 1888, se lie durablement avec Gauguin. Après des débuts impressionnistes et pointillistes, c'est l'élaboration en commun d'un nouveau style qui s'appuie surtout sur l'exemple des primitifs et des artistes japonais : dessin simplifié, surfaces cernées, couleurs pures, recherche de cadrages originaux. C'est la naissance de l'école de Pont-Aven ou école synthétiste, dont Gauguin et Émile Bernard sont les initiateurs, et qui se manifeste l'année suivante à l'Exposition des peintres symbolistes et synthétistes au café Volpini. Émile Bernard est ainsi à l'origine d'un mouvement décisif pour les dernières années du siècle. Son œuvre propre a toutefois quelque chose de plus sec et de plus forcé qui la met sensiblement en retrait de celle de Gauguin (Bretonnes aux ombrelles, musée d'Orsay, Paris ; Madeleine au bois d'amour, musée d'Orsay, 1888). Le départ de celui-ci pour Tahiti en 1891 mettra d'ailleurs fin à une amitié orageuse. À partir de là, l'œuvre de Bernard prend une orientation différente, plus idéaliste et mystique (participation à l'Exposition des nabis en 1892 et en 1893 et au premier Salon rose-croix), et moins soucieuse d'une forme moderne : le peintre se réfère de plus en plus à l'art byzantin et médiéval, plus tard à la peinture italienne de la Renaissance, pour condamner l'évolution de l'art contemporain (Réflexions d'un témoin de la décadence du Beau, 1902). Il faut toutefois souligner l'importance de son prosélytisme en faveur de l'art de ses amis Van Gogh et Cézanne (sur lequel il nous a laissé des Souvenirs et dont il a publié des lettres fondamentales en 1907) et signaler, à côté des travaux plus académiques, l'intérêt de ses gravures sur bois, publiées notamment dans L'Ymagier, périodique qui paraît d'octobre 1894 à juillet 1896.

—  Jean-Paul BOUILLON

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art moderne et contemporain à l'université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand

Classification

Autres références

«  BERNARD ÉMILE (1868-1941)  » est également traité dans :

CONVERSATIONS AVEC CÉZANNE, Émile Bernard - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude FRONTISI
  •  • 987 mots
  •  • 1 média

Deux publications paraissent en 1978, indispensables à la connaissance de Cézanne : l'une, due à John Rewald, rassemble plus de deux cents lettres ; la seconde, Conversations avec Cézanne, se présente comme un emboîtement de textes. D'abord les introductions, notes et notices de l'éditeur, Michael Doran, bibliothécaire au Courtauld In […] Lire la suite

GAUGUIN PAUL (1848-1903)

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 3 177 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les fugues vers les sources »  : […] Paul Gauguin est reparti sans cesse au cours de son existence vers le paradis de la nature sauvage, où tout est innocence et liberté. Cette remontée vers ce qu'il possédait en amont, et que ses premiers souvenirs lui avaient fait entrevoir, c'est d'abord dans son sang même qu'il la réalise : au-delà de l'image de sa mère, morte en 1867, il rejoint l'atavisme de sa grand-mère, Flora Tristan, avent […] Lire la suite

NABIS

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 3 178 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les bases nouvelles de la peinture »  : […] De Bretagne, Sérusier avait rapporté un petit tableau Paysage du bois d'Amour , peint à Pont-Aven « sous la dictée de Gauguin ». « Paysage informe, écrit Maurice Denis, à force d'être synthétiquement formulé en violet, vermillon, vert Véronèse et autres couleurs pures telles qu'elles sortent du tube, presque sans mélange de blanc. « Comment voyez-vous cet arbre ? avait dit Gauguin : Il est bien ve […] Lire la suite

PONT-AVEN ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 1 004 mots
  •  • 1 média

En mai 1886, à Paris, eut lieu la huitième et dernière exposition des impressionnistes : douze années s'étaient écoulées depuis leur première manifestation chez Nadar. Au sein du groupe, des divisions s'étaient opérées. Les uns, comme Monet, demeuraient attachés à une analyse fidèle de la nature ; d'autres, à la suite de Manet (dont la disparition en 1883 avait été durement ressentie) et de Cézann […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Nomination de Pierre Bérégovoy au poste de Premier ministre. 2-8 avril 1992

sociales et Intégration), Émile Zuccarelli (M.R.G., Poste et Télé-communications), Marie-Noëlle Lienemann (P.S., déléguée au Logement et au Cadre de vie). La principale surprise réside dans la nomination de Bernard Tapie (Ville). Bernard Kouchner est promu (Santé et Action humanitaire). Paul Quilès […] Lire la suite

France. Condamnation des responsables de la branche lyonnaise d'Action directe. 29 juin 1989

, Maxime Frérot, Émile Ballandras, Bernard Blanc, Jean-Charles Laporal et Joëlle Crépet –, tandis que les treize autres accusés se voient seulement infliger des peines de prison, souvent avec sursis. Compte tenu de la détention préventive, huit d'entre eux sont immédiatement libérés. […] Lire la suite

France. Attentats terroristes à Paris et renforcement des mesures de sécurité. 1er-30 septembre 1986

devant le magasin Tati de la rue de Rennes ; deux des blessés mourront peu après. Selon les témoins, le passager avant d'une B.M.W. noire était descendu déposer un paquet dans une poubelle quelques instants avant l'explosion. Deux témoins affirment même reconnaître l'homme dans la photo d'Émile […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul BOUILLON, « BERNARD ÉMILE - (1868-1941) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-bernard/