OLIGOÉLÉMENTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Maladies de carence

Dans la nutrition des plantes, les oligoéléments indispensables peuvent, au même titre que les autres éléments indispensables, se comporter en facteurs limitants.

L'absence ou l'insuffisance d'un oligoélément se traduit par un défaut de croissance ou de développement qui peut s'accompagner de symptômes spécifiques de carence lorsque celle-ci est provoquée à l'état pur sur un milieu synthétique (cf. illustration). Des symptômes semblables, mais souvent plus complexes en raison d'interactions avec d'autres éléments, ou de l'association de plusieurs carences, se manifestent dans les conditions naturelles. L'identification de la carence peut s'établir par référence aux symptômes observés dans les conditions de milieu artificiel. Enfin, l'insuffisance de certains oligoéléments augmente la susceptibilité des plantes aux affections parasitaires (grey speck de l'avoine, pourriture du cœur de la betterave).

La chlorose qui résulte d'une carence en fer peut être guérie par application de sels de fer au feuillage. Le fait est connu depuis près de 140 ans. Cette chlorose intervient fréquemment chez les arbres fruitiers. Divers arbres fruitiers souffrent également de carence en zinc (mottle leaf des Citrus ; little leaf de diverses espèces fruitières), en cuivre (die-back, exanthème des pruniers, des poiriers, des oliviers), en manganèse (frenching des Aleurites, carences des cerisiers...). L'avoine est très sensible à la carence en manganèse (grey speck). La carence en bore intervient souvent, notamment chez la betterave où elle est responsable de la maladie dite « pourriture du cœur », également chez la luzerne, etc. La carence en zinc du maïs s'observe sur certains sols du sud-ouest de la France. La maladie de « réclamation » (carence en cuivre) affecte l'avoine, diverses céréales, la betterave...

Le fer, le manganèse, le zinc, le cuivre, le molybdène et le bore sont, comme d'autres oligoéléments, des constituants habituels des sols ; mais les plantes, en certains cas, sont incapables d'en obtenir suffisamment pour satisfaire leurs besoins. Les carences absolues sont rares mais peuvent survenir sur des sols sableux très pauvres. Très souvent une carence apparaîtra alors que le sol est relativement riche en l'élément considéré, mais à l'état de combinaisons difficilement utilisables. Le pH du sol est un facteur important de l'assimilabilité. Les matières organiques du sol ont aussi une grande importance ; elles sont relativement riches en oligoéléments assimilables et retiennent en surface des éléments qui, sans elles, seraient rapidement éliminés par les eaux.

Enfin, des carences peuvent résulter soit de la présence de certaines matières organiques du sol immobilisant un oligoélément (cas du cuivre), soit d'apports excessifs d'amendements calcaires ou d'engrais phosphatés. Ce sont des carences conditionnées.

Des carences en oligoéléments peuvent aussi avoir pour cause la présence d'un excès d'un ou de plusieurs autres éléments (interactions), par exemple la carence en fer induite par un excès de manganèse (ananas).

L'apparente simplicité des faits ainsi résumés ne doit pas dissimuler la très grande complexité des problèmes physiologiques posés par les phénomènes de carence et de toxicité.

Suivant la richesse ou la pauvreté des sols en oligoéléments assimilables, les végétaux peuvent en contenir des quantités qui varient dans de très larges limites. Les animaux qui s'en nourrissent, et l'homme, en reçoivent donc des quantités variées et, dans certains cas, insuffisantes. Des liaisons carencielles s'établissent ainsi entre le sol, les plantes, les animaux et l'homme. Un grand nombre d'affections résultant de carences en oligoéléments sont bien connues chez les animaux et même chez l'homme. Le goitre endémique simple – et le crétinisme – sont le résultat d'une insuffisance d'iode alimentaire ; c'est une affection régionale qui peut aussi résulter de la consommation de substances goitrogènes qui s'opposent à l'utilisation de l'iode. L'insuffisance de fluor est l'un des facteurs de la carie dentaire ; la fréquence des caries peut être fortement réduite par l'addition de un millionième de fluor à l'eau distribuée dans les villes. Le fer n'est pas le seul élément dont la privation conduise à l'anémie. Le cuivre est indispensable à l'hématopoïèse. Sa carence alimentaire chez le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire au Conservatoire national des arts et métiers, correspondant de l'Académie des sciences.

Classification

Autres références

«  OLIGOÉLÉMENTS  » est également traité dans :

BERTRAND GABRIEL (1867-1962)

  • Écrit par 
  • Jean LAVOLLAY
  •  • 1 088 mots

Chimiste français, Gabriel Bertrand fut, sans doute, parmi les savants de son époque, celui dont les travaux ont, depuis Pasteur, exercé le plus d'influence dans les domaines les plus divers en raison de leurs incidences en chimie, en physiologie, en médecine, en hygiène et en agriculture. Distingué comme un remarquable chimiste par Frémy, Gabriel Bertrand s'inscrit à l'École supérieure de pharmac […] Lire la suite

BIODÉPOLLUTION

  • Écrit par 
  • Sylvain CHAILLOU, 
  • Jérôme COMBRISSON
  •  • 2 986 mots

Dans le chapitre « Deux types de polluants »  : […] Les composés chimiques sont classés en deux catégories : les métaux et les substances organiques (pesticides, hydrocarbures). Certains métaux peuvent être essentiels à la vie à très faibles doses (oligoéléments) – par exemple, le cuivre, le cobalt, le sélénium... –, car ils sont impliqués dans le métabolisme cellulaire (cofacteur enzymatique, stabilisateur de structure secondaire des protéines...) […] Lire la suite

ENGRAIS

  • Écrit par 
  • Albert DAUJAT, 
  • Philippe ÉVEILLARD, 
  • Jean HEBERT, 
  • Jean-Claude IGNAZI
  •  • 9 962 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les apports d'éléments secondaires et d'oligo-éléments »  : […] Ces apports deviennent d'autant plus nécessaires qu'augmentent les rendements et la concentration, donc la pureté des engrais. Dans les cas les plus graves, des symptômes de carence apparaissent sur la plante, ce qui permet quelquefois un diagnostic. La nature du sol (origine pétrographique et pédogenèse) joue un rôle déterminant dans l'apparition des carences. Certaines plantes sont plus sensible […] Lire la suite

ENZYMES - Cofacteurs de l'activité enzymatique

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 170 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Co-catalyseurs »  : […] Parmi le second type de molécules, on trouve les cofacteurs catalytiques, souvent des ions métalliques ; c'est le cas du Mg 2+ et/ou du Mn 2+ pour la plupart des enzymes agissant sur les acides nucléiques, du Ca 2+ pour de nombreuses protéases en particulier extracellulaires, du Zn 2+ pour l'anhydrase carbonique . Le nickel active l'uréase ; le vanadium et le molybdène la nitrate réductase ; […] Lire la suite

MILIEU, écologie

  • Écrit par 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 7 840 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les ions minéraux »  : […] Parmi les facteurs chimiques, il faut surtout citer certains ions minéraux dans le sol (où ils peuvent conditionner la présence de beaucoup d'organismes, surtout végétaux) et dans l'eau (où ils exercent aussi une action indirecte sur la solubilité des gaz et d'autres substances). Parmi les anions, à part le chlore, dont l'abondance caractérise sols et eaux « salés », et l'ion carbonate, lié au c […] Lire la suite

NUTRITION

  • Écrit par 
  • René HELLER, 
  • Raymond JACQUOT, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Marc PASCAUD
  •  • 13 673 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Minéraux oligoéléments »  : […] Le fer est essentiel en tant que constituant non seulement de l'hémoglobine des hématies (3 g sur les 4 g de fer de l'organisme), transporteur de l'oxygène, mais aussi des cytochromes cellulaires, transporteurs d'électrons dans la chaîne respiratoire mitochondriale, et en tant que cofacteur de divers systèmes enzymatiques. Bien que l'absorption intestinale du fer soit limitée, l'apport alimentair […] Lire la suite

UTILISATION BIOLOGIQUE DE L'AZOTE DE L'AIR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 603 mots

1563 B. Palissy propose que les sels (éléments minéraux) présents dans les plantes proviennent du sol ou des engrais qu'on y apporte afin d'éviter l'épuisement du sol. l804 N. T. de Saussure établit la nécessité d'une alimentation minérale pour la croissance des végétaux. 1838 J. B. Boussingault publie le résultat de recherches entreprises « dans le but d'examiner si les plantes prennent de l'a […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean LAVOLLAY, « OLIGOÉLÉMENTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oligoelements/