ENGRAIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Malgré une augmentation continue de la production alimentaire et des progrès certains dans sa distribution et son utilisation, la situation mondiale de l'alimentation est préoccupante, l'expansion restant globalement inférieure à l'accroissement de la population. Pour nourrir la population mondiale en l'an 2020, il faudrait, si elle atteint alors comme on le prévoit 8 milliards d'habitants, que la production agricole soit accrue de 50 p. 100. La situation est même angoissante dans les pays en voie de développement, aux sols souvent ingrats, et qui sont en pleine explosion démographique.

La mise en valeur des terres inexploitées, qui nécessite souvent d'énormes investissements (drainage, irrigation), ne peut être envisagée qu'à long terme et ne devrait se faire qu'avec de grandes précautions si l'on veut que leur fertilité se maintienne et que l'environnement soit respecté. À court terme, l'un des moyens les plus efficaces d'augmenter fortement la production agricole réside certainement dans une utilisation rationnelle et généralisée des engrais minéraux. Le retour à des systèmes de culture où l'« engrais de ferme » (fumier, légumineuse...) est dominant n'est envisageable que pour des secteurs très restreints et des populations riches.

Parmi les éléments fertilisants que les plantes puisent dans le sol, trois sont déterminants : l'azote, le phosphore et le potassium. On les trouve à l'état naturel : nitrates, guano, phosphates d'os, apatites, phosphorites, différents sels de potassium, mais ils ne sont généralement pas directement utilisables comme engrais. C'est la raison pour laquelle l'industrie produit toute une gamme d'engrais dont la consommation s'accroît régulièrement chaque année.

Pour la campagne agricole 2006-2007, la demande mondiale était estimée, d'après la F.A.O., sur la base des statistiques de l'I.F.A. (International Fertilizer Industry Association), à 98 millions de tonnes d'azote (en N), 39 de phosphore (en P2O5) et 37 de potassium (en K2O).

Historique

Dès le début du Ier millénaire avant avant J.-C., l'emploi des déjections animales et humaines, additionnées ou non de déchets végétaux, de pailles, de chaumes et de terre, représenta la contribution humaine à la fertilité du sol. La Bible, L'Odyssée, des ouvrages babyloniens du viie siècle avant J.-C. montrent une certaine connaissance des propriétés de ces apports, ainsi que de celles des cendres et de la pratique de l'écobuage. Perfectionnées par les Romains dans leurs applications et leurs conjugaisons avec les engrais verts pourvoyeurs d'azote, lupins et fèves, ces méthodes de fertilisation, après un déclin au Moyen Âge, restèrent les mêmes jusqu'à la Renaissance, où, simultanément en Italie, en Angleterre et en France, parurent des ouvrages sur la fertilisation. Certains, comme ceux de Bernard Palissy, sont une remarquable anticipation des découvertes faites deux cents ans plus tard, dans le domaine de la nutrition des plantes, par Lavoisier, Saussure, Dumas, Boussingault en France, et particulièrement par leur contemporain Liebig en Allemagne (nutrition minérale des plantes vertes).

Ces travaux à peine divulgués se traduisirent par d'actives recherches industrielles tendant à fournir au moindre prix à l'agriculture les trois principes essentiels qui utilisent l'azote, l'acide phosphorique et la potasse. Déjà, au début du xixe siècle, certains déchets d'industrie, tels que les os et les « noirs » de raffinerie, étaient employés en France pour combattre la déficience phosphatée des sols acides ; bientôt, en Angleterre, en Belgique et en France, les craies et sables phosphatés étaient utilisés en l'état, les cendres de varech, les cendres de tourbe fournissaient de la potasse, et, en 1840, parvenaient en Europe les premiers bateaux chargés de guano du Pérou, suivis de près par les cargaisons de nitrates du Chili.

Le traitement des eaux-vannes, le lavage du gaz d'éclairage, celui des gaz de fours à coke alimentaient en ammoniac les ateliers de sulfatation.

Les agronomes réclamant des engrais solubles, l'industrie commençait, d'abord en Angleterre, puis dans tous les pays occidentaux, la fabrication des superphosphates ; initialement superphosphate d'os, par traitement de ceux-ci à l'acide sulfurique, puis superphosphate minéral, où le phosphate est obtenu en grande partie à l'état monocalcique, par barbotage des phosphates naturels apatitiques tricalciques dans l'acide sulfurique ; la boue obtenue, grâce à la formation dans son sein de sulfate de calcium et après un mûrissement en « cave », est broyée ; on obtient un engrais presque totalement soluble dans l'eau. Ce produit, vendu au début à une concentration de 14 p. 100 d'anhydride phosphorique, est actuellement préparé à des teneurs de l'ordre de 16 à 20 p. 100.

Avant la fin du xixe siècle, la sidérurgie, de son côté, mettait à la disposition de l'agriculture un sous-produit de la fabrication de l'acier à partir des fontes phosphoreuses : les scories de déphosphoration Thomas, obtenues par fixation en convertisseurs de l'acide phosphorique sur la chaux magnésienne. Finement broyées, elles sont solubles dans l'eau acidulée à 2 p. 100 d'acide citrique et renferment de 16 à 20 p. 100 d'anhydride phosphorique.

À la même époque avait été découvert, dans les mines de sel de sodium de Stassfurt, un gisement de sels divers comprenant du chlorure de potassium, de magnésium et du sulfate de magnésium. On reconnut à ces sels des qualités fertilisantes. Ils constituèrent des engrais appréciés, après que l'on eut séparé les sels de potassium des gangues et des sels de magnésium et de sodium.

Les industries locales continuaient à livrer certains de leurs déchets à l'agriculture : tourteaux, déchets d'abattoirs, sang, viandes, os, poils, cuir, cornes, poudrettes, la plupart de ces déchets subissant des traitements mécaniques ou thermiques pour en faciliter l'épandage et l'assimilation ; dès que les engrais minéraux parurent sur le marché, ils permirent d'enrichir ces produits organiques aux teneurs souvent faibles en éléments fertilisants ; ainsi naquirent les premiers engrais composés.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Médias de l’article

Engrais : consommation mondiale

Engrais : consommation mondiale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Consommation d'engrais dans le monde

Consommation d'engrais dans le monde
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Engrais : action de doses croissantes

Engrais : action de doses croissantes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Exportation par les plantes des éléments fertilisants

Exportation par les plantes des éléments fertilisants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : ingénieur agronome, secrétaire général honoraire de l'Association nationale professionnelle pour les engrais et les amendements
  • : responsable agriculture environnement et statistiques
  • : directeur de recherche honoraire à l'Institut national de la recherche agronomique
  • : ingénieur agronome (I.N.A. Seris), membre de l'Académie d'agriculture de France, ingénieur-conseil

Classification

Autres références

«  ENGRAIS  » est également traité dans :

AGRICULTURE - Histoire des agricultures depuis le XXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 9 956 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Perspectives »  : […] Les acquisitions et locations de terres à la suite de la crise de 2007-2008 ont été si amples et si rapides qu'elles entraînent un risque élevé de concentration croissante du contrôle de la terre et de ses ressources, et d'exclusion de très nombreuses populations rurales pauvres. Or, pour beaucoup d'entre elles, la terre est la principale ou la seule source possible de moyens d'existence : elles n […] Lire la suite

AGRICULTURE - Agriculture et industrialisation

  • Écrit par 
  • François PAPY
  •  • 7 394 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La diversification des modes de production »  : […] De son côté, pour faire face aux exigences croissantes de la société et renouer des liens avec elle, le monde agricole reconsidère ses modes de production, essayant de concilier production (en quantité et qualité) et préservation des ressources. Mais que de conceptions différentes ! On est loin du modèle unique qui prévalait dans la période antérieure. Des qualificatifs variés, sans signification […] Lire la suite

AGRICULTURE DURABLE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 5 427 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Agriculture durable et gestion de l’environnement »  : […] Les tenants de l’agriculture durable rejettent les modèles et itinéraires techniques excessivement simplifiés, tels que les monocultures céréalières ou encore les élevages laitiers fondés exclusivement sur des vaches de race Holstein nourries à partir de maïs ensilé. Ils dénoncent en outre le fait que les agricultures productivistes aient avant tout été préoccupées par des performances productives […] Lire la suite

AGRONOMIE

  • Écrit par 
  • Stéphane HÉNIN, 
  • Michel SEBILLOTTE
  •  • 9 159 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un nouveau problème pour l'agronomie : la protection de l'environnement »  : […] Avec l'intensification des activités humaines, l'accroissement des populations urbaines, il a fallu revoir des solutions anciennes et en rechercher de nouvelles. L'environnement est devenu un nouveau problème pour l'agronomie. On a commencé à demander au xx e  siècle et l'on demande toujours à l'agriculture de contribuer à la lutte contre les pollutions, et, simultanément, on l'accuse de polluer. […] Lire la suite

AMMONIAC

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 5 053 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Utilisations »  : […] De 80 à 90 p. 100 de l'ammoniac produit sont utilisés comme engrais, soit directement sous forme de sels d'ammonium, sulfate, phosphate, soit après transformation à l'état de sels de l'acide nitrique ( nitrate d'ammonium, nitrate de potassium) ou d' urée. On a mis au point aux États-Unis l'utilisation non seulement d'engrais liquides constitués par des solutions aqueuses de composés « azotés » : […] Lire la suite

AMMONIFICATION ou AMMONISATION

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 1 916 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ammonification et fertilité »  : […] Que devient l'ammoniac ainsi formé ? En montrant qu'il pouvait être assimilé par les plantes, Liebig ruinait en 1840 le vieux mythe de l'« humus nutritif ». Boussingault devait ensuite préciser, en 1851-1855, les modalités de la minéralisation de l'azote organique, en mettant en évidence la formation des nitrates, autre forme d'azote minéral assimilable. Ainsi naissait l'idée d'un cycle biogéochi […] Lire la suite

CHLORURES NATURELS

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 1 223 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sylvine »  : […] La sylvine est le plus précieux des minerais de potasse car elle contient 63,17 p. 100 de K 2 O. La sylvine ne peut pas précipiter à température normale dans un bassin alimenté par de l'eau de mer. Elle ne se forme directement qu'à partir d'eaux beaucoup plus pauvres en MgSO 4 , mais elle provient souvent de modifications de séquences salines par augmentation de la température lors de l'enfouissem […] Lire la suite

COLZA

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 4 217 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Colza et développement durable »  : […] Le colza est une plante qui présente l’inconvénient de nécessiter des quantités importantes d’engrais , en particulier d’engrais azotés, et des quantités significatives de produits phytosanitaires destinés à lutter contre les ravageurs (limaces, insectes…). Ses besoins en engrais azotés par hectare, comparables à ceux du blé, rendent la culture du colza sensible à la volatilité du prix des hydroca […] Lire la suite

EAU - Les défis de l'eau

  • Écrit par 
  • Ghislain de MARSILY
  •  • 7 682 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Qualité des milieux aquatiques et des écosystèmes »  : […] Les atteintes à la qualité des milieux aquatiques dans les pays développés sont aujourd'hui, par ordre d'importance, la pollution diffuse d'origine agricole, les pollutions urbaines, la pollution industrielle et enfin les retombées des pollutions atmosphériques. Les pollutions agricoles concernent d'abord les excès de fertilisation azotée, qui contaminent les nappes souterraines et les rivièr […] Lire la suite

EAU (notions de base)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELÉAGE
  •  • 6 215 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les problèmes liés à l'irrigation »  : […] L'efficacité de l'usage de l'eau dépend étroitement d'un ensemble de facteurs parmi lesquels la qualité du sol joue un rôle essentiel. Du point de vue de l'environnement, l'irrigation se heurte à plusieurs difficultés. Mal gérée, elle peut épuiser la ressource en eau, accroître les effets des maladies d'origine hydrique, perturber les pêcheries et, surtout, anéantir les sols par engorgement et sa […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-31 août 2020 Liban. Explosion dévastatrice et meurtrière dans le port de Beyrouth.

engrais azoté, entreposé « depuis six ans dans un entrepôt sans mesures de précaution ». Ce drame frappe un pays confronté depuis le printemps à une profonde crise financière qui affecte gravement le niveau de vie de la population. L’aide humanitaire internationale est mobilisée, alors que deux cent cinquante mille personnes se retrouvent sans abri […] Lire la suite

1er août 2018 Canada. Réduction de la taxe carbone.

d’engrais azotés, confrontés à la concurrence des entreprises américaines.  […] Lire la suite

22-25 juillet 2011 Norvège. Attentats meurtriers à Oslo

d'engrais destiné à la confection de la bombe, ainsi que la police, qui a tardé à intervenir sur l'île d'Utøya, sont mis en cause.  […] Lire la suite

21-29 septembre 2001 France. Explosion meurtrière dans l'usine A.Z.F. de Toulouse

engrais chimiques, appartenait au groupe TotalFinaElf. L'explosion se produit dans un bâtiment du site de stockage, où se trouvait un silo contenant 300 tonnes de nitrate d'ammonium, matière particulièrement explosive. Le souffle de l'explosion dévaste une partie de l'agglomération toulousaine, privant de logement environ 2 500 personnes. Un épais  […] Lire la suite

7-20 février 1990 France. Prise en compte des revendications écologistes par le gouvernement

engrais chimiques, nitrates notamment. Accentué par la sécheresse de 1989 qui a été suivie en février de pluies trop abondantes, le phénomène touche des villes entières (Châteauroux, Belfort) dont l'eau est déclarée impropre à la consommation et, plus généralement, toute la Bretagne. Cette déclaration provoque une vive polémique avec les organisations […] Lire la suite

Pour citer l’article

Albert DAUJAT, Philippe ÉVEILLARD, Jean HEBERT, Jean-Claude IGNAZI, « ENGRAIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/engrais/