NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La période révolutionnaire

Les années jacobines

En septembre 1789, il rejoignit les partisans de Paoli, que l'Assemblée nationale avait autorisé à rentrer en Corse. Mais Paoli n'avait aucune sympathie pour un homme dont le père l'avait trahi et qu'il considérait comme un étranger. Déçu, Bonaparte retourna en France et, en avril 1791, il fut nommé premier lieutenant au 4e régiment d'artillerie, basé à Valence. Il devint bientôt le président du club des Jacobins local, prononçant des discours contre les nobles, les moines et les évêques. En septembre 1791, il obtint un congé de trois mois pour retourner de nouveau en Corse. Élu lieutenant-colonel de la garde nationale, il ne tarda pas à s'opposer à son commandant en chef, Paoli. En janvier 1792, il fut considéré comme déserteur mais, en avril, la France déclara la guerre à l'Autriche et son retard fut pardonné.

Bonaparte fut promu au grade de capitaine mais, en octobre 1792, il regagna la Corse, que Paoli s'apprêtait alors à séparer de la France. Il offrit son soutien à l'opposition jacobine et, quand la guerre civile éclata (avril 1793), Paoli fit condamner la famille Buonaparte à « l'infamie et l'exécration perpétuelles » ; tous s'enfuirent en France.

Il rejoignit son régiment à Nice en juin 1793. Dans Le Souper de Beaucaire, écrit à cette époque, il défend l'unité d'action des républicains rassemblés autour des Jacobins, qui se radicalisaient progressivement, et de la Convention nationale, l'Assemblée qui, à l'automne précédent, avait aboli la monarchie.

À la fin août 1793, les troupes de la Convention furent immobilisées devant Toulon, où des forces britanniques soutenaient les royalistes. Quand le commandant d'artillerie des troupes révolutionnaires fut blessé, Bonaparte obtint son poste grâce au commissaire de la Convention, Antoine Saliceti, député corse et ami des Buonaparte. Promu chef de bataillon en octobre, il fut blessé par une baïonnette le 16 décembre mais, le jour suivant, les Britanniques, harcelés par son artillerie, évacuèrent Toulon. Le 22 décembre, Bonaparte fut promu général de brigade en reconnaissance pour son rôle décisif dans la prise de la ville.

Le commissaire Augustin de Robespierre écrivit à son frère Maximilien, membre du Comité de Salut public, une lettre dans laquelle il louait le mérite « transcendant » du jeune officier. En février 1794, ce dernier fut nommé commandant d'artillerie de l'armée d'Italie. Après la chute de Robespierre (9 thermidor an II, 27 juillet 1794), Bonaparte, considéré comme son protégé, fut arrêté. Il fut libéré en septembre mais ne retrouva pas son commandement.

La vie de demi-solde était difficile pour Napoléon, qui entretenait alors une relation avec Désirée Clary, fille d'un riche homme d'affaires marseillais et sœur de Julie, la fiancée de Joseph Bonaparte. En mars 1795, il déclina un poste dans l'armée de l'Ouest. Il ne réussit cependant pas à obtenir un commandement plus satisfaisant, car sa profonde ambition et ses relations politiques le faisaient craindre. Il envisagea alors d'offrir ses services au sultan turc.

Le Directoire

La Constitution soumise à référendum par la Convention, en octobre 1795, était assortie de décrets stipulant la réélection des deux tiers de l'Assemblée actuelle. Pour prévenir de telles mesures, les royalistes fomentèrent une révolte à Paris. La Convention donna des pouvoirs dictatoriaux à Paul Barras qui, ne voulant pas s'appuyer sur le commandant des troupes de l'Intérieur, nomma Bonaparte commandant en second. C'est donc ce dernier qui arrêta par les armes les insurgés marchant sur la Convention (13 vendémiaire an IV, 5 octobre 1795), sauvant ainsi et l'Assemblée et la République.

Bonaparte fut nommé commandant de l'armée de l'Intérieur et devint le conseiller militaire du nouveau gouvernement, le Directoire. À la même époque, il rencontra une séduisante créole, Joséphine Tascher de La Pagerie, veuve du général Alexandre de Beauharnais (guillotiné sous la Terreur) et mère de deux enfants.

L'impératrice Joséphine, F. P. S. Gérard

Photographie : L'impératrice Joséphine, F. P. S. Gérard

Marie Josèphe Rose Tascher de La Pagerie (1763-1814), impératrice des Français, épouse de Napoléon Ier, avait épousé en premières noces le chevalier de Beauharnais. François Pascal Simon Gérard, L'impératrice Joséphine, 1807-1808. Musée national du Château de... 

Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

Afficher

Une vie nouvelle s'ouvrait pour Bonaparte. En mars 1796, il devint commandant en chef de l'armée d'Italie. Depuis plusieurs semaines, il essayait d'obtenir ce poste de manière à pouvoir mener lui-même le plan de campagne adopté sur ses conseils par le Directoire. Il épousa Joséphine le 9 mars et, le 11 mars, gagna son quartier-général à Nice. Là, Bonaparte trouva une armée de trente mille hommes (au lieu de 43 000 sur le papier), mal nourris, mal payés et mal équipés. Le 28 mars 1796, il fit sa première proclamation devant ses troupes : « Soldats, vous êtes nus, mal nourris. [...] De riches provinces, de grandes villes seront en notre pouvoir, et là, vous aurez richesses, honneur et gloire. Soldats d'Italie, manqueriez-vous de courage ? »

Bonaparte engagea l'offensive le 12 avril. Il battit successivement les armées autrichienne et sarde, qu'il sépara. Le roi de Sardaigne, Victor-Amédée III, demanda un armistice. Au traité de Paris, le 15 mai, Nice et la Savoie, occupées depuis 1792, furent annexées par la France. Bonaparte poursuivit la campagne contre les Autrichiens et occupa Milan. Arrêté devant Mantoue, il signa des armistices avec le duc de Parme, le duc de Modène et le pape Pie VI. Il s'intéressa en outre à l'organisation politique de l'Italie. En Lombardie, il mit en place un régime républicain, tout en gardant un œil attentif sur ses dirigeants. En octobre 1796, il créa la République cisalpine par la réunion de Modène et de Reggio d'Émilie avec les États pontificaux de Bologne et de Ferrare, occupés par les Français. Il envoya ensuite une expédition en Corse, qui avait été évacuée par les Anglais.

Bataille du pont de Lodi

Photographie : Bataille du pont de Lodi

Le général Bonaparte donne ses ordres à la bataille du pont de Lodi. Huile sur toile de Louis-François Lejeune, vers 1804. Château de Versailles. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Après la bataille de Rivoli, en janvier 1797, Mantoue capitula. Bonaparte marcha alors sur Vienne. L'Autriche demanda un armistice. Dans les préliminaires de paix qui suivirent, elle céda le sud des Pays-Bas à la France et reconnut la République lombarde. En échange, elle reçut une partie du territoire de la république de Venise. Bonaparte consolida ensuite les Républiques italiennes et encouragea la propagande jacobine en Vénétie. L'espoir de voir naître une « Ré [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Portrait de Napoléon Ier, Girodet-Trioson

Portrait de Napoléon Ier, Girodet-Trioson
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

L’Empereur Napoléon dans son cabinet de travail aux Tuileries, J.-L. David

L’Empereur Napoléon dans son cabinet de travail aux Tuileries, J.-L. David
Crédits : Courtesy National Gallery of Art, Washington

photographie

L'impératrice Joséphine, F. P. S. Gérard

L'impératrice Joséphine, F. P. S. Gérard
Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

photographie

Bataille du pont de Lodi

Bataille du pont de Lodi
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 14 médias de l'article


Écrit par :

  • : doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse

Classification

Autres références

«  NAPOLÉON I er BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)  » est également traité dans :

ABEILLES IMPÉRIALES

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 433 mots

Mouches et cigales font partie du mobilier funéraire mérovingien ; dans la civilisation de la steppe, la cigale est symbole de résurrection du fait de ses métamorphoses et, selon Édouard Salin : « La cigale mérovingienne évoque l'idée d'immortalité et elle est, plus ou moins indirectement, un héritage de traditions venues d'Extrême-Orient et apportées par le monde des steppes. » Lors de la découve […] Lire la suite

ABOLITIONNISME, histoire de l'esclavage

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 2 930 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'accord des puissances contre la traite »  : […] En Angleterre, en revanche, les abolitionnistes, en raison surtout de l'entêtement de Wilberforce et de son disciple Thomas Buxton, et aussi parce que le travail servile ne présente plus d'intérêt économique, obtiennent en 1807 la suppression de la traite. Le 1 er  janvier 1808, aux États-Unis, entre en vigueur une décision datée de 1794 qui interdisait l'importation d'esclaves d'Afrique. Ces mesu […] Lire la suite

ABOUKIR BATAILLE D' (1er août 1798)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 503 mots
  •  • 1 média

Appelée bataille du Nil par les Anglais, cette bataille est l'une des grandes victoires de l'amiral Nelson. Elle oppose le 1 er  août 1798 les flottes française et britannique dans la rade d'Aboukir, à proximité d'Alexandrie, en Égypte. En février 1798, le général Bonaparte, dont les ambitions inquiètent, convainc sans peine les membres du Directoire de l'utilité d'une invasion de l'Égypte afin de […] Lire la suite

AIGLE IMPÉRIALE

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 542 mots

Oiseau de Zeus puis de Jupiter, patron de Rome, l'aigle fut employé par les Barbares qui le considéraient comme le symbole de l'Être suprême (Édouard Salin). Des indices prouvent que Charlemagne l'employa au sommet du mât de ses navires (denier de Quentovic, après 804) et en mit une image en bronze au-dessus de son palais d'Aix (Richer, Thietmar). Ce symbole romain parvint aux Stauffen qui le plac […] Lire la suite

AJACCIO

  • Écrit par 
  • Bernard RAFFALLI
  •  • 895 mots
  •  • 1 média

Chef-lieu de la collectivité territoriale de Corse et du département de la Corse-du-Sud, « cité impériale » ainsi que la nomment ses habitants, Ajaccio (67 007 hab. en 2012) occupe dans la partie sud-ouest de l'île les bords d'un des plus beaux golfes de la Méditerranée . La légende prétendait que la ville avait été fondée par Ajax. En fait, parmi les diverses étymologies proposées pour Ajaccio, l […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le choc de l'émancipation »  : […] L'émancipation des Juifs en France (1790-1791) suscite des réactions diverses. Il y a ceux qui craignent que les juifs ne remplissent pas leurs obligations à l'égard de la nation qui les a reconnus comme citoyens à part entière. Il y a aussi ceux qui par principe refusent cette entrée dans la nation, les partisans de l'ordre ancien, fondé sur la ségrégation et les discriminations. L'émancipation s […] Lire la suite

APPIANI ANDREA (1754-1817)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 512 mots

Parmi les représentants majeurs du néo-classicisme, on doit à coup sûr compter Andrea Appiani. Aux côtés d'un Giani, plus tendu et brutal, d'un Camuccini, plus maniérisant, Appiani est en Italie dans la lignée de Mengs et d'Angelica Kauffmann le représentant d'un art où le retour à l'antique passe, entre autres, par une méditation des classicismes, de celui du Raphaël de la Farnésine à celui de Po […] Lire la suite

ARMÉE - Doctrines et tactiques

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 7 994 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Masse, manœuvre et idéologie »  : […] La royauté française expirante léguait à la Révolution une armée dotée d'un règlement de manœuvre (1791), de l'amorce de l'organisation divisionnaire (1788) et d'un armement qui restera en service pendant toutes les guerres de la Révolution et de l'Empire (fusil 1777 et artillerie Gribeauval). La Révolution remplit ces structures de la masse des citoyens, les anima d'une idéologie dynamique et co […] Lire la suite

AUSTERLITZ BATAILLE D' (1805)

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 299 mots
  •  • 1 média

En septembre 1804, renonçant à envahir l'Angleterre, Napoléon lance la Grande Armée depuis les côtes de la mer du Nord au cœur de l'Europe pour frapper séparément les coalisés russes et autrichiens. Après avoir obtenu la reddition du général Mack à Ulm le 20 octobre et fait son entrée dans Vienne abandonnée le 14 novembre, il recherche une victoire décisive sur les armées alliées de l'empereur d'A […] Lire la suite

BARRAS PAUL comte de (1755-1829)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 680 mots

Issu d'une famille provençale noble, Barras entre dans l'armée à seize ans, fait campagne aux Indes puis sous les ordres de Suffren, et donne sa démission à la fin de la guerre d'Indépendance. Suivent quelques années plus indolentes qu'actives, d'où il émerge inopinément comme député du Var à la Convention. Il y siège à la Montagne, vote la mort de Louis XVI, est envoyé dans le Midi pour une missi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques GODECHOT, « NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) - empereur des Français (1804-1814 et 1815) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/