SALUT PUBLIC COMITÉ DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au début de janvier 1793, lorsque se précise la menace d'une guerre générale, la Convention crée dans son sein un Comité de défense générale. Ses membres étaient trop nombreux et la publicité des séances incompatible avec le secret nécessaire aux préparatifs militaires. La Commission de salut public, créée le 25 mars, ne réussit pas mieux. Le 6 avril, Isnard et Barère font élire un Comité de salut public de neuf membres, choisis par la Convention et délibérant en secret (les plus influents parmi ceux-ci sont Danton, Barère, Cambon, Treilhard).

Ce premier Comité, créé en pleine crise extérieure et intérieure, a une tâche des plus difficiles. Dominé par la personnalité de Danton, il essaie vainement de faire face à cette situation. Le renouvellement du 10 juillet, en éliminant Danton, va donner naissance au « Grand Comité de l'an II » (1793-1794).

Compte tenu des nominations faites en août et septembre, il comprend douze membres : Barère, Robert Lindet, Jeanbon Saint-André, Couthon, Hérault de Séchelles, Prieur (de la Marne), Saint-Just, Robespierre, Carnot, Prieur (de la Côte-d'Or), Billaud-Varenne et Collot d'Herbois. C'est une équipe assez homogène (seul Hérault sera éliminé à la fin de 1793), au sein de laquelle s'établit une certaine spécialisation : marine (Jeanbon Saint-André), guerre (Carnot), fabrications de guerre (Prieur de la Côte-d'Or), économie et subsistances (Lindet)... Dans tous les domaines, le travail accompli est considérable et le Comité n'est rien moins que le gouvernement de la République pendant la période la plus critique de son existence. Il faut vaincre les ennemis extérieurs et intérieurs, et c'est précisément l'œuvre du Comité de salut public. Mais, à partir de juin 1794, les dissensions entre Robespierre, Couthon et Saint-Just d'une part, certains de leurs collègues d'autre part introduisent un élément de discorde qui aboutit à la journée du 9 thermidor an II (27 juillet 1794).

Le Comité de salut public a été maintenu pendant la période post-thermidorienne [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Rouen

Classification


Autres références

«  SALUT PUBLIC COMITÉ DE  » est également traité dans :

BARÈRE DE VIEUZAC BERTRAND (1755-1841)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 593 mots

L'« Anacréon de la guillotine », tel fut l'un des nombreux surnoms de Barère. Il résume bien les contradictions de ce « petit-maître » du xviii e  siècle, qui appartint au grand Comité de salut public de l'an II et dont Napoléon, après l'avoir utilisé, devait parler avec mépris dans Le Mémorial de Sainte-Hélène de Las Cases. Avocat au parlement de Toulouse à la veille de la Révolution, Barère par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bertrand-barere-de-vieuzac/#i_40565

BILLAUD-VARENNE JEAN NICOLAS (1756-1819)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 507 mots

Le Rectiligne, disait-on de ce révolutionnaire auquel sa rigidité et son caractère implacable ont donné une place particulière dans l'histoire de la Convention et du Comité de salut public. Fils d'un avocat au siège présidial de La Rochelle, avocat lui-même, auteur dramatique manqué, professeur laïque au collège des oratoriens à Juilly, rédacteur de plusieurs brochures dénonçant la superstition et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-nicolas-billaud-varenne/#i_40565

CARNOT LAZARE NICOLAS MARGUERITE (1753-1823)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 1 449 mots
  •  • 1 média

Dans les manuels d'histoire, la grande figure de l'« Organisateur de la victoire » plane, seule respectable, bien au-dessus des figures sanguinaires de la Révolution. Fils d'un avocat et notaire bourguignon, Lazare Carnot fait de bonnes études secondaires à Autun, entre à dix-huit ans à l'École du génie de Mézières, arrive en garnison en 1783 comme capitaine à Arras, y fréquente Robespierre. Chaud […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lazare-nicolas-marguerite-carnot/#i_40565

COLLOT D'HERBOIS JEAN-MARIE COLLOT dit (1750-1796)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 341 mots

Le nom de Collot d'Herbois ne serait certainement pas passé à la postérité si son titulaire avait limité ses activités au monde théâtral qui fut celui de sa jeunesse. Les quinze pièces qu'il fit jouer sur diverses scènes ont depuis longtemps disparu des répertoires ; quant à son talent d'acteur, il fut, semble-t-il, très discuté. En revanche, la Révolution révèle en Collot d'Herbois un orateur pop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/collot-d-herbois/#i_40565

COUTHON GEORGES AUGUSTE (1755-1794)

  • Écrit par 
  • Roger DUFRAISSE
  •  • 223 mots

Fils d'un notaire, Couthon devient avocat à Riom, mais il est atteint d'une paralysie des jambes dès 1788. Président du tribunal de district de Clermont-Ferrand en décembre 1790, il est élu à la Législative en 1791, siège à l'extrême gauche et se prononce contre la cour. Il demande de déclarer Monsieur, frère du roi, déchu de ses droits à la régence, s'élève avec force contre le veto du roi face a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-auguste-couthon/#i_40565

DANTON GEORGES JACQUES (1759-1794)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 980 mots

Dans le chapitre « À la tête du Comité de salut public »  : […] Fonceur né, il s'en tire en hurlant plus fort que les Enragés ; c'est lui qui enlève le vote, à la Convention, créant ce Tribunal révolutionnaire qui l'enverra à la mort un an plus tard. Le 6 avril 1793, il est élu membre du Comité de salut public nouvellement créé ; il en prend de fait, sans préséance officielle, la direction ; mais il n'y retrouve pas le même bonheur efficace qu'en août-septem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-jacques-danton/#i_40565

FOUCHÉ JOSEPH (1759-1820) duc d'Otrante (1809)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 196 mots

Fils d'un capitaine de navire nantais, Fouché semble n'avoir jamais été ordonné prêtre de l'Oratoire, bien qu'il ait longtemps enseigné dans les collèges de la congrégation ; contrairement à la légende, il ne devra donc pas défroquer à proprement parler pour se marier au début de la Révolution. Député de la Loire-Inférieure à la Convention, Montagnard et régicide, il ne se met vraiment en vedette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-fouche/#i_40565

JEANBON SAINT-ANDRÉ ANDRÉ JEANBON dit (1749-1813)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 923 mots

Issu d'une famille protestante de Montauban convertie de force, élevé chez les jésuites qui voudraient l'enrôler sous leur étendard, Jeanbon préfère entrer dans la marine marchande et devenir capitaine au long cours ; un peu plus tard, il revient à la théologie, mais pour se faire pasteur protestant et exercer son ministère dans son pays natal. Jacobin dès le début de la Révolution, élu député du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeanbon-saint-andre/#i_40565

LINDET ROBERT (1746-1825)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 279 mots

Une banale carrière d'avocat à Bernay dans l'Eure, qu'interrompt la Révolution, des fonctions de procureur syndic de district, une élection à la Législative puis à la Convention, un vote régicide ne suffiraient pas à attirer l'attention sur le Montagnard Robert Lindet si celui-ci n'avait fait partie du grand Comité de salut public de l'an II. Son rôle y est moins politique que technique : il s'occ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-lindet/#i_40565

POLICE SOUS LA RÉVOLUTION ET L'EMPIRE

  • Écrit par 
  • Vincent DENIS
  •  • 3 209 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La Terreur et le retour de la « police générale » (1792-1794) »  : […] Les oppositions croissantes, l'entrée en guerre contre les monarchies européennes, l'insurrection du 10 août 1792 – qui aboutit à la chute de la monarchie – puis la dictature jacobine (1792-1794) entraînent une double évolution. C'est le renouveau d'une conception traditionnelle et extensive de la police, assimilée à l'exercice du gouvernement tout entier, sous la dénomination de « police générale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/police-sous-la-revolution-et-l-empire/#i_40565

REPRÉSENTANTS DU PEUPLE EN MISSION

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 424 mots

Dans le gouvernement révolutionnaire de la France dont le centre d'impulsion est la Convention, les représentants en mission jouent un rôle déterminant. Recrutés parmi les conventionnels eux-mêmes, ils sont chargés de faire appliquer les décrets votés par l'Assemblée. Leurs pouvoirs sont presque illimités. En mai 1793, le Comité de salut public leur écrit : « Tout est soumis à votre pouvoir. Tous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/representants-du-peuple-en-mission/#i_40565

RÉVOLUTION FRANÇAISE, en bref

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 221 mots
  •  • 1 média

La décision des États généraux, convoqués par Louis XVI pour résoudre la crise financière du royaume, de se constituer en Assemblée nationale est une révolution politique. Désormais, la souveraineté n'appartient plus au roi mais au peuple, qui devient le fondement du pouvoir politique, alors même que l'individu, en faveur de qui est promulguée la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise-en-bref/#i_40565

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'impossible arrêt de la Révolution (avril-juillet 1794) »  : […] La partie n'est pas gagnée pour autant. Les robespierristes, soucieux de conjuguer Terreur et vertu, doivent encore continuer la centralisation de la Révolution. Ils rappellent les représentants les plus radicaux comme Dartigoeyte ou Javogues, et suppriment progressivement toutes les commissions militaires et autres tribunaux d'exception qui échappent au contrôle parisien (la commission d'Orange, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_40565

ROBESPIERRE MAXIMILIEN DE (1758-1794)

  • Écrit par 
  • Marcel REINHARD
  •  • 2 438 mots

Dans le chapitre « Le Jacobin, membre de la Commune de Paris »  : […] Ce fut donc avec une autorité intacte que, de septembre 1791 à septembre 1792, n'étant plus député, selon une règle qu'il avait fait accepter, il milita sans trêve au club des Jacobins. Il adjurait les frères et amis des clubs de toute la France, les députés démocrates, d'être « toujours armés d'une salutaire défiance ». La déclaration de guerre l'opposa vigoureusement aux Brissotins, elle lui par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maximilien-de-robespierre/#i_40565

SÛRETÉ GÉNÉRALE COMITÉ DE (1791-1795)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 416 mots

À la suite de la découverte de tentatives de recrutement pour l'émigration, l'Assemblée législative décide, le 25 novembre 1791, de créer un Comité de surveillance, chargé de poursuivre les affaires de contre-révolution, et qui deviendra, sans solution de continuité, le Comité de sûreté générale de la Convention. Composé d'un nombre variable de membres, tous appartenant à la Montagne, installé à p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comite-de-surete-generale/#i_40565

Pour citer l’article

Michel EUDE, « SALUT PUBLIC COMITÉ DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/comite-de-salut-public/