SALUT PUBLIC COMITÉ DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au début de janvier 1793, lorsque se précise la menace d'une guerre générale, la Convention crée dans son sein un Comité de défense générale. Ses membres étaient trop nombreux et la publicité des séances incompatible avec le secret nécessaire aux préparatifs militaires. La Commission de salut public, créée le 25 mars, ne réussit pas mieux. Le 6 avril, Isnard et Barère font élire un Comité de salut public de neuf membres, choisis par la Convention et délibérant en secret (les plus influents parmi ceux-ci sont Danton, Barère, Cambon, Treilhard).

Ce premier Comité, créé en pleine crise extérieure et intérieure, a une tâche des plus difficiles. Dominé par la personnalité de Danton, il essaie vainement de faire face à cette situation. Le renouvellement du 10 juillet, en éliminant Danton, va donner naissance au « Grand Comité de l'an II » (1793-1794).

Compte tenu des nominations faites en août et septembre, il comprend douze membres : Barère, Robert Lindet, Jeanbon Saint-André, Couthon, Hérault de Séchelles, Prieur (de la Marne), Saint-Just, Robespierre, Carnot, Prieur (de la Côte-d'Or), Billaud-Varenne et Collot d'Herbois. C'est une équipe assez homogène (seul Hérault sera éliminé à la fin de 1793), au sein de laquelle s'établit une certaine spécialisation : marine (Jeanbon Saint-André), guerre (Carnot), fabrications de guerre (Prieur de la Côte-d'Or), économie et subsistances (Lindet)... Dans tous les domaines, le travail accompli est considérable et le Comité n'est rien moins que le gouvernement de la République pendant la période la plus critique de son existence. Il faut vaincre les ennemis extérieurs et intérieurs, et c'est précisément l'œuvre du Comité de salut public. Mais, à partir de juin 1794, les dissensions entre Robespierre, Couthon et Saint-Just d'une part, certains de leurs collègues d'autre part introduisent un élément de discorde qui aboutit à la journée du 9 thermidor an II (27 juillet 1794).

Le Comité de salut public a été maintenu pendant la période post-thermidorienne, mais le renouvellement par quart tous les mois lui enlève l'unité dont il avait bénéficié en l'an II. Les membres les plus souvent réélus et les plus significatifs en sont Merlin de Douai et Cambacérès. Son rôle est amoindri au profit des autres comités, en particulier de celui de législation. À partir du 5 mars 1795 apparaissent Sieyès et Reubell, qui jouent un rôle capital dans les négociations diplomatiques. Après la dernière crise du régime (vendémiaire an IV), le Comité de salut public passe ses pouvoirs et ses archives au Directoire, qui prend sa succession comme organe directeur de l'État.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Rouen

Classification

Autres références

«  SALUT PUBLIC COMITÉ DE  » est également traité dans :

DANTON GEORGES JACQUES (1759-1794)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 980 mots

Dans le chapitre « À la tête du Comité de salut public »  : […] Fonceur né, il s'en tire en hurlant plus fort que les Enragés ; c'est lui qui enlève le vote, à la Convention, créant ce Tribunal révolutionnaire qui l'enverra à la mort un an plus tard. Le 6 avril 1793, il est élu membre du Comité de salut public nouvellement créé ; il en prend de fait, sans préséance officielle, la direction ; mais il n'y retrouve pas le même bonheur efficace qu'en août-septem […] Lire la suite

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 478 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'impossible arrêt de la Révolution (avril-juillet 1794) »  : […] La partie n'est pas gagnée pour autant. Les robespierristes, soucieux de conjuguer Terreur et vertu, doivent encore continuer la centralisation de la Révolution. Ils rappellent les représentants les plus radicaux comme Dartigoeyte ou Javogues, et suppriment progressivement toutes les commissions militaires et autres tribunaux d'exception qui échappent au contrôle parisien (la commission d'Orange, […] Lire la suite

BILLAUD-VARENNE JEAN NICOLAS (1756-1819)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 507 mots

Le Rectiligne, disait-on de ce révolutionnaire auquel sa rigidité et son caractère implacable ont donné une place particulière dans l'histoire de la Convention et du Comité de salut public. Fils d'un avocat au siège présidial de La Rochelle, avocat lui-même, auteur dramatique manqué, professeur laïque au collège des oratoriens à Juilly, rédacteur de plusieurs brochures dénonçant la superstition et […] Lire la suite

JEANBON SAINT-ANDRÉ ANDRÉ JEANBON dit (1749-1813)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 923 mots

Issu d'une famille protestante de Montauban convertie de force, élevé chez les jésuites qui voudraient l'enrôler sous leur étendard, Jeanbon préfère entrer dans la marine marchande et devenir capitaine au long cours ; un peu plus tard, il revient à la théologie, mais pour se faire pasteur protestant et exercer son ministère dans son pays natal. Jacobin dès le début de la Révolution, élu député du […] Lire la suite

LINDET ROBERT (1746-1825)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 279 mots

Une banale carrière d'avocat à Bernay dans l'Eure, qu'interrompt la Révolution, des fonctions de procureur syndic de district, une élection à la Législative puis à la Convention, un vote régicide ne suffiraient pas à attirer l'attention sur le Montagnard Robert Lindet si celui-ci n'avait fait partie du grand Comité de salut public de l'an II. Son rôle y est moins politique que technique : il s'occ […] Lire la suite

BARÈRE DE VIEUZAC BERTRAND (1755-1841)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 593 mots

L'« Anacréon de la guillotine », tel fut l'un des nombreux surnoms de Barère. Il résume bien les contradictions de ce « petit-maître » du xviii e  siècle, qui appartint au grand Comité de salut public de l'an II et dont Napoléon, après l'avoir utilisé, devait parler avec mépris dans Le Mémorial de Sainte-Hélène de Las Cases. Avocat au parlement de Toulouse à la veille de la Révolution, Barère par […] Lire la suite

CARNOT LAZARE NICOLAS MARGUERITE (1753-1823)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 1 449 mots
  •  • 1 média

Dans les manuels d'histoire, la grande figure de l'« Organisateur de la victoire » plane, seule respectable, bien au-dessus des figures sanguinaires de la Révolution. Fils d'un avocat et notaire bourguignon, Lazare Carnot fait de bonnes études secondaires à Autun, entre à dix-huit ans à l'École du génie de Mézières, arrive en garnison en 1783 comme capitaine à Arras, y fréquente Robespierre. Chaud […] Lire la suite

COLLOT D'HERBOIS JEAN-MARIE COLLOT dit (1750-1796)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 341 mots

Le nom de Collot d'Herbois ne serait certainement pas passé à la postérité si son titulaire avait limité ses activités au monde théâtral qui fut celui de sa jeunesse. Les quinze pièces qu'il fit jouer sur diverses scènes ont depuis longtemps disparu des répertoires ; quant à son talent d'acteur, il fut, semble-t-il, très discuté. En revanche, la Révolution révèle en Collot d'Herbois un orateur pop […] Lire la suite

COUTHON GEORGES AUGUSTE (1755-1794)

  • Écrit par 
  • Roger DUFRAISSE
  •  • 223 mots

Fils d'un notaire, Couthon devient avocat à Riom, mais il est atteint d'une paralysie des jambes dès 1788. Président du tribunal de district de Clermont-Ferrand en décembre 1790, il est élu à la Législative en 1791, siège à l'extrême gauche et se prononce contre la cour. Il demande de déclarer Monsieur, frère du roi, déchu de ses droits à la régence, s'élève avec force contre le veto du roi face a […] Lire la suite

FOUCHÉ JOSEPH (1759-1820) duc d'Otrante (1809)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 196 mots

Fils d'un capitaine de navire nantais, Fouché semble n'avoir jamais été ordonné prêtre de l'Oratoire, bien qu'il ait longtemps enseigné dans les collèges de la congrégation ; contrairement à la légende, il ne devra donc pas défroquer à proprement parler pour se marier au début de la Révolution. Député de la Loire-Inférieure à la Convention, Montagnard et régicide, il ne se met vraiment en vedette […] Lire la suite

Les derniers événements

21-27 octobre 1993 Burundi. Mort du président Melchior Ndadaye lors d'une tentative de coup d'État

comité de salut public » qui décrète le couvre-feu et ferme les frontières. Le 24, des milliers de manifestants défilent dans Bujumbura, malgré l'interdiction du rassemblement, pour réclamer le corps du président Ndadaye. Confrontée à une résistance imprévue de la part de la société civile, la junte demande au gouvernement légal, réfugié dans les ambassades […] Lire la suite

3-31 août 1993 Algérie. Nomination de Redha Malek au poste de Premier ministre et assassinat de Kasdi Merbah

public. La presse devient l'une des cibles du terrorisme islamiste. Le 21, le Haut Comité d'État (H.C.E.) limoge le Premier ministre Belaïd Abdesslam, nommé en juillet 1992. Celui-ci était critiqué pour son autoritarisme et sa gestion bureaucratique. Il est remplacé par Redha Malek, membre du H.C.E. et ministre des Affaires étrangères, réputé pour  […] Lire la suite

4-26 février 1992 Algérie. Proclamation de l'état d'urgence

Comité d'État proclame l'état d'urgence pour un an sur l'ensemble du territoire, ainsi que la dissolution du F.I.S. Dans la nuit, huit policiers sont tués lors d'embuscades à Alger et à Bordj Menaïel. Le 10, Mohamed Boudiaf, dans un discours télévisé, reconnaît que « le peuple réclame un changement radical » et annonce une relance économique. Le 13 […] Lire la suite

2-29 janvier 1992 Algérie. Démission du président Chadli Bendjedid et interruption du processus électoral

Comité d'État (H.C.E.) auquel il confie l'ensemble des pouvoirs du chef de l'État. Le H.C.E. doit rester en fonctions jusqu'en décembre 1993. Sa présidence est assurée par Mohamed Boudiaf, un des membres fondateurs du F.L.N. en 1954, qui vivait volontairement en exil au Maroc depuis 1964. Les autres membres du H.C.E. sont le général Khaled Nezzar,  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel EUDE, « SALUT PUBLIC COMITÉ DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/comite-de-salut-public/