BARRAS PAUL comte de (1755-1829)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une famille provençale noble, Barras entre dans l'armée à seize ans, fait campagne aux Indes puis sous les ordres de Suffren, et donne sa démission à la fin de la guerre d'Indépendance. Suivent quelques années plus indolentes qu'actives, d'où il émerge inopinément comme député du Var à la Convention. Il y siège à la Montagne, vote la mort de Louis XVI, est envoyé dans le Midi pour une mission d'abord militaire et se fait adjoindre Fréron. Ancien officier de carrière, c'est lui qui supervise les opérations pour la reprise de Toulon, remarque les talents du jeune Buonaparte et contribue à son avancement. Ce qui ne l'empêche pas, en même temps, de mettre la Terreur à l'ordre du jour à Marseille puis à Toulon en fort bonne entente avec Fréron ; les deux hommes sont rappelés ensemble pour leur arbitraire et leurs exactions dès janvier 1794. Laissant Fréron pérorer seul, Barras agit prudemment dans l'ombre et se lie avec Fouché ; au soir du 9-Thermidor, il commande l'action militaire qui assurera la prise de l'Hôtel de Ville et la fin de Robespierre. Mais il se gardera bien de donner dans les outrances de la réaction thermidorienne ; il entend demeurer le spécialiste militaire (maintenant promu général de division) de la défense de la République. Commandant en chef de l'armée de l'Intérieur au 13-Vendémiaire, il retrouve Buonaparte (alors en disponibilité), en fait son second et lui laisse le soin de vaincre ; il va le mettre en relation avec une de ses maîtresses dont il est un peu las, la veuve Joséphine de Beauharnais, et favoriser leur mariage ; il obtiendra peu après pour son protégé le commandement de l'armée d'Italie...

Élu l'un des cinq membres du Directoire exécutif à l'automne de 1795, Barras sera seul des cinq à rester en fonction pendant les quatre années du régime. Dans la mémoire commune, il demeure le symbole de la pourriture du temps (et La Fille de Mme Angot n'est que le pâle reflet de l'opinion générale sur ce point). Il est au-dessus des forces humaines de tent [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BARRAS PAUL comte de (1755-1829)  » est également traité dans :

FRUCTIDOR AN V COUP D'ÉTAT DU 18 (4 sept. 1797)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 515 mots

Le Directoire, dès son installation le 26 octobre 1795, s'est trouvé pris entre deux menaces : à gauche les jacobins et les babouvistes, à droite les royalistes. Le danger babouviste est écarté après l'arrestation de Babeuf en mai 1796. En revanche, longtemps limité à des complots et aux soulèvements armés (dans la Vendée, le Midi), le mouvement mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coup-d-etat-du-fructidor-an-v/#i_17215

JOSÉPHINE, MARIE-JOSÈPHE ROSE TASCHER DE LA PAGERIE (1763-1814) impératrice des Français

  • Écrit par 
  • José MURACCIOLE
  •  • 660 mots
  •  • 2 médias

Née à la Martinique, Marie-Josèphe Rose Tascher de La Pagerie appartenait à une famille installée « aux Isles » depuis un demi-siècle. Elle mena jusqu'à seize ans une existence libre et oisive comme les jeunes créoles d'une époque peu exigeante en matière de moralité. Elle épousa, en France, le chevalier Alexandre de Beauharnais le 13 décembre 1779 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josephine-marie-josephe-rose-tascher-de-la-pagerie-imperatrice-des-francais/#i_17215

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le Directoire »  : […] La Constitution soumise à référendum par la Convention, en octobre 1795, était assortie de décrets stipulant la réélection des deux tiers de l'Assemblée actuelle. Pour prévenir de telles mesures, les royalistes fomentèrent une révolte à Paris. La Convention donna des pouvoirs dictatoriaux à Paul Barras qui, ne voulant pas s'appuyer sur le commanda […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_17215

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La stabilisation impossible (mai 1795-février 1796) »  : […] Alors que le pays est gagné par un royalisme diffus, les partisans de la monarchie sont paradoxalement renforcés par l'annonce de la mort en prison du jeune Louis XVII, le 8 juin 1795. Le comte de Provence devient Louis XVIII, et surtout les émigrés obtiennent de représenter légitimement la monarchie française, ce qu'ils n'avaient pas pu réussir j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_17215

VENDÉMIAIRE AN IV JOURNÉE DU 13 (1795)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 440 mots

Après avoir rédigé la Constitution dite de l'an III, la Convention aurait dû se séparer et laisser la place aux nouveaux députés. Inquiète de la poussée royaliste qui risque de se traduire par des élections trop réactionnaires, elle décide par le décret du 22 août 1795 que, pour assurer la transition et éviter l'erreur qu'avaient commise les membre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/journee-du-13-vendemiaire-an-iv/#i_17215

Pour citer l’article

Jean MASSIN, « BARRAS PAUL comte de (1755-1829) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-barras/