NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Général français, Premier consul (1799-1804) puis Empereur des Français (1804-1814/1815), Napoléon Bonaparte (en italien Napoleone Buonaparte), surnommé le Corse ou le Petit Caporal, fut l'une des figures marquantes de l'histoire occidentale. Il révolutionna l'organisation et la formation militaires, fit élaborer le Code Napoléon, qui servit de modèle aux codes civils ultérieurs, réorganisa l'éducation et mit en place avec la papauté le Concordat, dénoncé en 1905 mais toujours en vigueur en Alsace et en Moselle.

Portrait de Napoléon Ier, Girodet-Trioson

Diaporama : Portrait de Napoléon Ier, Girodet-Trioson

Anne Louis GIRODET dit GIRODET-TRIOSON, Portrait de Napoléon Ier - Étude pour "Remise des clés de la ville de Vienne le 13 novembre 1805", huile sur toile. Musée Bonnat, Bayonne. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Afficher

Les nombreuses réformes de Napoléon laissèrent une empreinte durable sur les institutions de la France et d'une grande partie de l'Europe. Cependant, la passion qui le dirigea fut l'expansion militaire de la domination française et, bien qu'après sa chute la France fût à peine plus grande qu'au début de la Révolution, il fut quasi unanimement révéré, de son vivant et jusqu'à la fin du second Empire (sous le règne de son neveu), comme un des grands héros de l'Histoire.

L’Empereur Napoléon dans son cabinet de travail aux Tuileries, J.-L. David

Photographie : L’Empereur Napoléon dans son cabinet de travail aux Tuileries, J.-L. David

Jacques-Louis David, L'Empereur Napoléon dans son cabinet de travail aux Tuileries, 1812. Huile sur toile, 203,9 cm x 125,1 cm. National Gallery of Art, Washington. 

Crédits : Courtesy National Gallery of Art, Washington

Afficher

La jeunesse

Napoléon Bonaparte naquit le 15 août 1769 à Ajaccio, en Corse, peu après la cession de l'île à la France par Gênes. Son père, Carlo Buonaparte, était un avocat dont la famille, issue de l'ancienne noblesse toscane, s'était installée en Corse au xvie siècle. Lui et son épouse, Letizia Ramolino, eurent huit enfants à élever en des temps difficiles.

Sous la conduite de Pasquale Paoli, de nombreux Corses résistèrent à l'occupation française. Carlo Buonaparte les rejoignit d'abord mais, lorsque Paoli prit la fuite, il se résigna à la présence des Français. Grâce à la protection du gouverneur de Corse, il fut nommé assesseur à la juridiction d'Ajaccio en 1771. En 1778, il obtint l'admission de ses deux fils aînés, Joseph et Napoléon, au collège d'Autun.

Sur le continent, Bonaparte continua quelque temps à se sentir étranger. Il ne partageait effectivement ni les traditions ni les préjugés de son nouveau pays : corse de tempérament, il était également, par son éducation, un homme du xviiie siècle.

Bonaparte séjourna brièvement à Autun, puis au collège militaire de Brienne et, pendant un an, à l'académie militaire de Paris. En février 1785, son père mourut d'un cancer de l'estomac. Bien qu'il ne fût pas le fils aîné, il assuma la position de chef de famille. En septembre, il fut diplômé de l'académie militaire (à la 42e place sur 58).

Napoléon Bonaparte fut ensuite nommé second lieutenant d'artillerie à Valence, dans le régiment de La Fère. Là, il lut beaucoup, en particulier des ouvrages sur la stratégie et la tactique. Il écrivit également Lettres sur la Corse. Il retourna dans l'île en septembre 1786 et ne rejoignit son régiment qu'en juin 1788. Entre-temps, l'agitation prérévolutionnaire avait commencé. Lecteur des Lumières, Bonaparte pensait qu'un changement politique était nécessaire mais, en tant qu'officier de carrière, il ne semble pas avoir éprouvé le besoin de réformes sociales radicales.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Portrait de Napoléon Ier, Girodet-Trioson

Portrait de Napoléon Ier, Girodet-Trioson
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

L’Empereur Napoléon dans son cabinet de travail aux Tuileries, J.-L. David

L’Empereur Napoléon dans son cabinet de travail aux Tuileries, J.-L. David
Crédits : Courtesy National Gallery of Art, Washington

photographie

L'impératrice Joséphine, F. P. S. Gérard

L'impératrice Joséphine, F. P. S. Gérard
Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

photographie

Bataille du pont de Lodi

Bataille du pont de Lodi
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Afficher les 17 médias de l'article


Écrit par :

  • : doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse

Classification

Autres références

«  NAPOLÉON I er BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)  » est également traité dans :

CODE NAPOLÉON

  • Écrit par 
  • André TUNC
  •  • 2 668 mots

Le Code civil des Français, promulgué par la loi du 30 ventôse an XII (21 mars 1804), reçut d'une loi de 1807 le nom de Code Napoléon . Ce nom, que lui retirèrent les chartes de 1814 et 1830, lui fut rendu par un décret de 1852, « pour rendre hommage à la vérité historique ». Tombé en désuétude dans la France républicaine, il est encore couramment employé à l'étranger. Effectivement élaboré sous l […] Lire la suite

EMPIRE (PREMIER)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 7 981 mots
  •  • 10 médias

Le 2 décembre 1804, Napoléon se fait couronner empereur, mais s'il choisit ce titre , c'est par désir d'éviter celui de roi, après dix années de révolution, plutôt que par référence à l'expansion territoriale de Rome ou de Charlemagne. Son objectif est alors de rétablir la monarchie héréditaire à son profit et non de poursuivre une guerre de conquête qui semble terminée depuis que la France a atte […] Lire la suite

RÉVOLUTION & EMPIRE, armée

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BERTAUD
  •  • 8 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'armée des soldats citoyens à l'armée des coups d'État »  : […] Pourtant, ce furent ces soldats, s'honorant du titre de citoyen, qui participèrent aux coups d'État dont fut émaillée la vie politique du Directoire, jusqu'à faire s'effondrer la République, et qui donnèrent le pouvoir à un de leurs généraux. À cette situation il y a plusieurs explications et d'abord celle d'une démission progressive du pouvoir face aux généraux. Le Directoire s'efforça bien de c […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 926 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Finir la Révolution (1794-1830) »  : […] Reste que la chute brutale de Robespierre avait laissé en suspens une question que tous les régimes politiques français tentèrent de résoudre jusqu'à la III e  République : comment finir la Révolution ? Le Directoire (1795-1799) fut une tentative pour revenir à la Révolution de 1789, mais sans le roi, qui était mort. Il rétablit la distinction entre citoyens actifs et citoyens passifs et se propos […] Lire la suite

PARIS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BABELON, 
  • Michel FLEURY, 
  • Frédéric GILLI, 
  • Daniel NOIN, 
  • Jean ROBERT, 
  • Simon TEXIER, 
  • Jean TULARD
  •  • 32 099 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Destruction et réorganisation »  : […] La Révolution de 1789 ne tarda pas à affecter l'activité de la ville, notamment la construction qui stagnera à partir de l'émigration ; elle en perturba peu à peu l'approvisionnement jusqu'aux périodes les plus dramatiques de 1793-1794, marquées par la disette et le rationnement. La vie chère et la dépréciation du papier-monnaie ruinent les Parisiens, sauf ceux qui ont investi leur numéraire dans […] Lire la suite

CLAUSEWITZ KARL VON (1780-1831)

  • Écrit par 
  • André GLUCKSMAN
  •  • 4 624 mots

Dans le chapitre « Trois expériences »  : […] La première expérience est celle du bouleversement radical qu'introduit dans l'art de la guerre une révolution politique et sociale : « Une force dont personne n'avait eu l'idée fit son apparition en 1793. La guerre était soudain devenue l'affaire du peuple et d'un peuple de 30 millions d'habitants qui se considéraient tous comme citoyens de l'État [...] La participation du peuple à la guerre, à l […] Lire la suite

AJACCIO

  • Écrit par 
  • Bernard RAFFALLI
  •  • 895 mots
  •  • 1 média

Chef-lieu de la collectivité territoriale de Corse et du département de la Corse-du-Sud, « cité impériale » ainsi que la nomment ses habitants, Ajaccio (67 007 hab. en 2012) occupe dans la partie sud-ouest de l'île les bords d'un des plus beaux golfes de la Méditerranée . La légende prétendait que la ville avait été fondée par Ajax. En fait, parmi les diverses étymologies proposées pour Ajaccio, l […] Lire la suite

ARMÉE - Doctrines et tactiques

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 7 994 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Masse, manœuvre et idéologie »  : […] La royauté française expirante léguait à la Révolution une armée dotée d'un règlement de manœuvre (1791), de l'amorce de l'organisation divisionnaire (1788) et d'un armement qui restera en service pendant toutes les guerres de la Révolution et de l'Empire (fusil 1777 et artillerie Gribeauval). La Révolution remplit ces structures de la masse des citoyens, les anima d'une idéologie dynamique et co […] Lire la suite

FRANCE CAMPAGNE DE (1814)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 558 mots

Avant-dernière et, pour certains, la plus belle des campagnes de Napoléon, la campagne de France a fait l'objet d'études détaillées de Jomini et de Clausewitz qui ont analysé toutes les opérations de ce modèle de la « guerre de mouvement ». Lorsque la France est envahie en 1814, deux armées alliées totalisant 250 000 hommes jouent un rôle décisif : l'armée du général prussien Blücher et celle du g […] Lire la suite

RISORGIMENTO

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 4 794 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'Italie jacobine et napoléonienne »  : […] Les deux décennies de présence française en Italie ont été décisives dans le cours du Risorgimento. Lorsque le Directoire intervient et détrône, par la force des armes, les souverains absolutistes, il trouve sur place des Jacobins, anciens adeptes du réformisme, qui fournissent le personnel politique et administratif des « républiques sœurs ». Le triennio républicain (1796-1799) donne à l'Italie […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques GODECHOT, « NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) - empereur des Français (1804-1814 et 1815) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/