RÉPUBLICAINS (1789-1870)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom de républicains a été donné aux partisans de la république, avec une signification différente selon les pays et selon les époques. En France, sous la Révolution et la Ire République, le terme de « patriote » est davantage utilisé. Bien que la République ait continué nominalement à exister sous le Consulat, on peut considérer comme républicains, au lendemain du coup d'État du 18-Brumaire, tous ceux qui vont freiner l'évolution du régime napoléonien vers l'Empire. Toutefois les conspirations royalistes prolongent l'ambiguïté sur le caractère « républicain » de Napoléon. Ce n'est qu'en 1808, à Paris, qu'est organisé un premier complot républicain contre l'Empereur avec un ancien jacobin, Demaillot, d'anciens conventionnels, Florent Guiot et Ricord, un général en disponibilité, Malet. Le préfet de police Dubois découvre la conspiration mais Fouché — sans doute au courant — persuade Napoléon d'étouffer l'affaire. Or le général Malet, interné dans une maison de santé où se trouvent aussi des royalistes, monte avec eux une nouvelle conspiration ; il s'évade dans la nuit du 22 au 23 octobre 1812 et fait croire que Napoléon est mort devant Moscou mais, démasqué, il est arrêté le 23 et fusillé le 29. Les républicains apportent le plus souvent leur aide à Napoléon pendant les Cent-Jours, aussi sont-ils persécutés au début de la seconde Restauration. Plusieurs sont massacrés dans le midi de la France ou condamnés par les cours prévôtales, tels les deux frères Faucher à Bordeaux. Confondus dans une répression commune, républicains et bonapartistes sont unis dans une même lutte contre la Restauration, au sein de sociétés secrètes comme celle des Carbonari. La réhabilitation de l'action nationale de la Ire République par des libéraux (par exemple l'Histoire de la Révolution française écrite par Thiers entre 1823 et 1827) contribue à développer les sentiments républicains chez les étudiants. Alliés à l'opposition libérale dans la lutte contre le gouve [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RÉPUBLICAINS (1789-1870)  » est également traité dans :

BAUDIN JEAN-BAPTISTE (1811-1851)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 480 mots

Fils d'un médecin, Jean-Baptiste Baudin fait ses études de médecine à Lyon, puis à Paris au Val-de-Grâce. En 1832, il est nommé chirurgien sous-aide major de l'hôpital militaire de Toulon ; il passe sa thèse à Paris en 1837, puis, en qualité de chirurgien militaire, il sert de 1837 à 1839 en Algérie où il connaît Eugène Cavaignac. Il quitte l'armée et se fixe à Paris où il devient le médecin des p […] Lire la suite

CARREL ARMAND (1800-1836)

  • Écrit par 
  • Élisabeth CAZENAVE
  •  • 270 mots

Fils d'un marchand drapier de Rouen, Armand Carrel entre à l'école de Saint-Cyr en 1818 et y fait preuve à la fois de libéralisme et de militarisme. Sorti sous-lieutenant, il est affecté au 29 e de ligne de Verdun, où il est mêlé en 1822 à la conspiration libérale de Colmar. Muté à Marseille, il prend position dans une lettre envoyée aux Cortes espagnoles pour la Constitution libérale de 1812, ce […] Lire la suite

CONSTANT BENJAMIN (1767-1830)

  • Écrit par 
  • Étienne HOFMANN
  •  • 2 078 mots

Dans le chapitre « Le début d'une carrière »  : […] Né le 25 octobre 1767 à Lausanne, descendant de protestants français réfugiés en Suisse, Constant appartient à une famille de hobereaux qui louait ses services aux armées étrangères. Il reçoit une éducation très disparate, qu'il a décrite avec humour dans le Cahier rouge . Livré à des précepteurs médiocres, il fait preuve néanmoins de talents précoces, surtout dans le domaine des langues ancienne […] Lire la suite

DELESCLUZE LOUIS CHARLES (1809-1871)

  • Écrit par 
  • Jean BANCAL
  •  • 480 mots

Cet homme, qui sera la plus grande autorité morale de la majorité communarde, est d'extraction bourgeoise. Ses luttes incessantes pour la République, son courage, sa volonté farouche, malgré ses multiples emprisonnements et ses épreuves, lui vaudront le surnom de Barre de fer. Étudiant en droit, clerc d'avoué, journaliste, Louis Charles Delescluze est poursuivi pour complot républicain en 1836 et […] Lire la suite

DEUXIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 4 291 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le gouvernement provisoire »  : […] Dès l'abdication du roi et l'arrivée de manifestants à la Chambre des députés, l'insurrection devient révolution : dans la confusion, Ledru-Rollin, Lamartine, Dupont de l'Eure, qui étaient députés, repoussent l'éventualité d'une régence et annoncent l'établissement d'un gouvernement provisoire comprenant, outre leurs noms, ceux de François Arago et d'Adolphe Crémieux. Ce gouvernement provisoire va […] Lire la suite

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 002 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'Empire libéral »  : […] À la veille des élections de 1869, l'opposition au régime est à la fois très puissante et très diversifiée. Des députés républicains modérés sont menacés par des candidats radicaux et socialistes. Gambetta se fait donner par une « opposition irréconciliable » un « mandat impératif », celui de la démocratie radicale qui veut la séparation de l'Église et de l'État et la suppression des armées perma […] Lire la suite

FERRY JULES (1832-1893)

  • Écrit par 
  • Jean GARRIGUES
  •  • 2 146 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le fondateur de la IIIe République »  : […] Né le 5 avril 1832 à Saint-Dié, dans les Vosges, dans une famille bourgeoise et fortunée, il est le fils de l'avocat Charles-Édouard Ferry et d'Adèle Jamelot. Son père, libre-penseur, lui donne une éducation classique, libérale et agnostique. Il est notamment influencé par la pensée d'Auguste Comte, qui propose de renoncer à la recherche des causes transcendantes pour s'en tenir aux phénomènes. Ce […] Lire la suite

GAMBETTA LÉON (1838-1882)

  • Écrit par 
  • Henri LERNER
  •  • 846 mots
  •  • 1 média

La forte personnalité de Léon Gambetta domine les débuts de la III e République, dont il est l'un des principaux fondateurs, sinon même l'incarnation aux yeux des Français. À la fin du second Empire, ce jeune avocat, né à Cahors dans une famille d'origine italienne et qui était venu chercher fortune à Paris, est révélé par le procès Baudin (1868). La plaidoirie qu'il prononce à ce procès intenté […] Lire la suite

GARNIER-PAGÈS LOUIS (1803-1878)

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 254 mots

Né à Marseille, frère d'un leader républicain qui fut député de la monarchie de Juillet, Garnier-Pagès a participé à la révolution de juillet 1830, mais s'est surtout livré à des activités de courtier de commerce jusqu'à la mort de son frère en 1841. Élu député de Verneuil dans l'Eure en juillet 1842, il siège dans l'opposition radicale et intervient dans des questions économiques et financières. […] Lire la suite

GRÉVY JULES (1807-1891)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 535 mots
  •  • 2 médias

Le sang-froid de Grévy, avocat, théoricien du droit, n'avait d'égal que sa maîtrise du langage : « Ses mots sont frappés en médaille » disait-on. La finesse d'esprit était réelle dans ce corps de grenadier. La fermeté de ses convictions républicaines ne se démentit jamais. Il avait débuté en 1848 en proposant un amendement fameux contre l'élection du président de la République au suffrage universe […] Lire la suite

Pour citer l’article

André Jean TUDESQ, « RÉPUBLICAINS (1789-1870) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/republicains/