NABUCHODONOSOR II

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre intérieure et les campagnes de consolidation (585-562)

C'est au cours de cette période de paix toute relative que Nabuchodonosor semble avoir accompli la majeure partie de son œuvre constructrice. Héritière de la politique assyrienne, Babylone a remplacé le commerce d'exportation et d'importation par un commerce de transit, plus fructueux. Elle assure les échanges entre l'Orient indo-iranien et la Méditerranée. Sa prospérité économique donne à la capitale un éclat incomparable. Nabuchodonosor termine l'Etemenanki, la grande ziggourat commencée par son père ; il restaure de nombreuses chapelles du temple de Mardouk ; agrandit, fortifie et décore le palais royal ; crée les jardins suspendus, une des merveilles du monde ancien ; trace dans la ville, à partir de la splendide porte d'Ishtar, une voie des « processions » large de vingt-deux mètres, et entoure la cité d'une enceinte de remparts de plus de quatre kilomètres.

Porte d'Ishtar, Babylone

Photographie : Porte d'Ishtar, Babylone

Photographie

Située au nord, la porte d'Ishtar était l’accès principal de la ville, car elle marquait l'entrée de la grande voie processionnelle, Aibur-Shabu. Chaque année la statue du dieu Marduk empruntait ce passage pour se rendre dans un temple hors de la ville,... 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Il ne néglige pas pour autant la province : Dilbat, Kutha, Sippar, Ourouk, Larsa, Our, Borsippa lui doivent des édifices resplendissants d'or, d'argent, d'ivoire et de bois précieux. L'art babylonien connaît une époque de splendeur à laquelle on n'a reproché qu'une certaine tendance à l'académisme.

Vers 578, une expédition dirigée contre les nomades conduit Nabuchodonosor en Arabie, plus profondément que n'avait été fait Assourbanipal, jusqu'aux confins du royaume de Saba. Mais surtout, en 573, l'assaut est donné à Tyr, dont le roi Itho'baal est fait prisonnier. La chute de cette cité commerçante couronnait toute la politique de Babylone. Vers la fin du règne (568), Nabuchodonosor dirige une nouvelle campagne contre l'Égypte, moins pour en entreprendre la conquête que pour écarter la menace d'une agression sur la Palestine : ses troupes occupent Daphnae, dans le Delta, mais ne poursuivent pas leur avantage.

Le règne de Nabuchodonosor [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Façade de la salle du trône du palais de Nabuchodonosor II à Babylone

Façade de la salle du trône du palais de Nabuchodonosor II à Babylone
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Siège de Jérusalem par Nabuchodonosor II

Siège de Jérusalem par Nabuchodonosor II
Crédits : British Library/ AKG

photographie

Porte d'Ishtar, Babylone

Porte d'Ishtar, Babylone
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  NABUCHODONOSOR II (605-562 av. J.-C.)  » est également traité dans :

NABUCHODONOSOR II, en bref

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 179 mots
  •  • 1 média

Successeur en — 604 de son père Nabopolassar qu'il avait assisté dans ses opérations guerrières contre les Assyriens, couronnées, grâce à l'aide des Mèdes, par la prise de Ninive (— 612), Nabuchodonosor apparaît comme le souverain emblématique de l'empire néo-babylonien. Son règne fut glorieux, mais peu belliqueux. Il dut pourtant, à ses débuts, intervenir pr […] Lire la suite

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 315 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La dynastie chaldéenne (627-539), les splendeurs de Babylone »  : […] Après la mort de Kandalanou, le trône de Babylone est saisi par le Chaldéen Nabou-apla-outsour (626-605), qui fonde une dynastie. Après avoir éliminé les garnisons assyriennes, il part à l'attaque de l'Assyrie qui est finalement détruite avec l'aide du roi mède Cyaxare : malgré l'intervention tardive de l' Égypte en faveur des Assyriens, Assour tombe en 614 et Ninive en 612. Le pharaon Néchao est […] Lire la suite

BALTHASAR

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 361 mots

Balthasar (hébreu : bēlšaṣṣar  ; akkadien : bēl-šarra-uṣṣur , c'est-à-dire « Que Bel protège le roi ! ») est mentionné dans le livre de Daniel ainsi que dans Baruch comme le fils de Nabuchodonosor et, selon Daniel, comme le dernier roi de Babylone avant l'entrée en scène de l'Empire perse. En fait, le dernier roi de Babylone fut Nabonide, qui n'était pas apparenté à Nabuchodonosor. Le thème de la […] Lire la suite

DANIEL LIVRE DE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 856 mots

Le Livre de Daniel est classé, dans la Bible hébraïque, parmi les Écrits ( Ketubim ), entre Esther et l'ensemble formé par Esdras et Néhémie (pour les karaïtes, il est un livre prophétique). Dans la Septante et dans les autres versions, il figure à la suite d'Ézéchiel ; la Bible chrétienne a homologué cette disposition. C'est dans ces traductions que l'on rencontre des additions « deutérocanonique […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 245 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'époque saïte »  : […] Mais l'Assyrie, saignée à blanc par ses raids militaires incessants, devenait moins dangereuse. Aussi l'un des princes qu'elle protégeait et à qui Assourbanipal avait donné la principauté d'Athribis, Psammétique, descendant de Tefnakht, cessa de payer tribut aux Assyriens et fonda la XXVI e dynastie indigène, dite saïte, du nom de sa capitale Saïs. Il dut d'abord éliminer, dans le Delta, les féod […] Lire la suite

EMPIRE NÉO-BABYLONIEN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 264 mots

— 612 La chute de Ninive, sous les coups de la coalition des Mèdes et des Babyloniens de Nabopolassar, marque la fondation de l'empire néo-babylonien, qui se résume à un changement de capitale, Babylone remplaçant Ninive à la tête de l'empire. — 608-— 607 Nabuchodonosor est associé par son père Nabopolassar aux opérations conduites en Urartu. — 605 La prise de Carcémish par Nabuchodonosor fait […] Lire la suite

MÉSOPOTAMIE - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HUOT
  •  • 5 128 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'unification de la Mésopotamie »  : […] Ces riches cités furent unifiées, vers 2340 avant J.-C., en un État militaire fondé par le Sémite Sargon d' Akkad. La recherche archéologique n'a pas encore réussi à identifier sa capitale, mais l'art royal de l'époque, retrouvé sur de nombreux sites mésopotamiens, illustre la naissance d'une véritable propagande au service du souverain. Sur la pierre, la victoire royale devient le thème presque […] Lire la suite

MOAB

  • Écrit par 
  • André LEMAIRE
  •  • 808 mots

Pays du Proche-Orient ancien situé à l'est de la mer Morte et limité généralement par la rivière de l'Arnon (Wādī al-Mūjib) au nord et le Wādī al-Hāsa au sud. D'après les traditions bibliques (Gen., xix , 30-37, rapporte la ruse par laquelle les deux filles de Loth se sont assuré une descendance), les Moabites étaient un peuple apparenté aux Israélites. Ils s'installèrent à l'est de la mer Morte, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guillaume CARDASCIA, « NABUCHODONOSOR II », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nabuchodonosor-ii/