SIPPAR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Cône commémorant la construction de l'enceinte de Sippar

Cône commémorant la construction de l'enceinte de Sippar
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Le roi babylonien Nabu-Apal-Iddin est présenté au dieu Shamash

Le roi babylonien Nabu-Apal-Iddin est présenté au dieu Shamash
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie


Dès le ~ IIIe millénaire, Sippar est une des grandes villes de la Mésopotamie. Le site est exploré à la fin du xixe siècle (H. Rassam, V. Scheil), mais ce sont surtout les très nombreuses tablettes qui en proviennent, venues le plus souvent de fouilles clandestines, qui attirent l'attention sur lui. Les travaux repris en 1978 (W. al Jadir) sont toujours en cours, mais presque rien n'en est publié. Le sanctuaire consacré au dieu solaire Shamash (mentionné très tôt dans les textes) ne nous est connu que par des édifices néo-babyloniens (~ viie-~ vie s), dominés par une tour à étages et regroupés dans un vaste téménos. Dans un de ces édifices fut découverte une bibliothèque de textes littéraires, comportant plusieurs centaines de tablettes encore en place dans les cavités où elles avaient été rangées. Les vestiges reconnus en dehors du complexe religieux sont beaucoup plus anciens, avec en particulier de belles habitations du ~ xviiie siècle.

Cône commémorant la construction de l'enceinte de Sippar

Cône commémorant la construction de l'enceinte de Sippar

photographie

ART DU PROCHE-ORIENT, empire paléo-babylonien, règne de Hammourabi, env. 1792-1750 avant J.-C., Cône portant des inscriptions bilingues, commémorant la construction par le roi Hammourabi de l'enceinte de Sippar, argile. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Le roi babylonien Nabu-Apal-Iddin est présenté au dieu Shamash

Le roi babylonien Nabu-Apal-Iddin est présenté au dieu Shamash

photographie

ART DU PROCHE-ORIENT, Babylonie, IXe siècle avant J.-C., Le roi babylonien Nabu-Apal-Iddin, introduit par le grand prêtre et suivi par la déesse, est présenté au dieu Shamash, moulage. Musée des Antiquités orientales, Istanbul. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

—  Jean-Daniel FOREST

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SIPPAR  » est également traité dans :

SUMER

  • Écrit par 
  • André PARROT
  •  • 4 075 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Structure politique »  : […] La date de l'établissement des Sumériens en Mésopotamie n'est pas encore fixée de toute certitude. Le seul point qui ne prête pas à contestation c'est qu'ils ne sont pas des autochtones. Ils venaient d'ailleurs, de l'Est très vraisemblablement, probablement de l'Iran. Certains ont pourtant supposé que l'origine était à chercher dans l'une ou l'autre des contrées du golfe Persique, en l'espèce l'îl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sumer/#i_46673

Pour citer l’article

Jean-Daniel FOREST, « SIPPAR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sippar/