NINIVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Irak : carte administrative

Irak : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Victoire du roi Assourbanipal sur Babylone

Victoire du roi Assourbanipal sur Babylone
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie


Ville de Mésopotamie sur la rive orientale du Tigre en face de Mossoul. Le site de Ninive a été habité dès le ~ VIe millénaire. Ses ruines sont ensevelies sous le tell de Kouyoundjik et sous le tell Nebi Younous, où, selon la tradition musulmane, est situé le tombeau de Jonas. La Genèse (x, 11) attribue la construction de Ninive à Nemrod.

Irak : carte administrative

Irak : carte administrative

carte

Carte administrative de l'Irak. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Hammourabi, dans le prologue de son Code, cite Ninive au nombre des grandes villes de son empire. Après avoir été possession mitanienne, Ninive appartint aux Assyriens dès le milieu du ~ xive siècle. Elle ne devint une cité importante qu'à une date relativement tardive. Tiglat-Pileser Ier (~ 1115-~ 1077) y construisit un palais royal, mais Assournaṣirpal Ier (~ 1050-~ 1032) préféra Kalhou à Ninive. Ce n'est qu'à la fin du ~ viiie siècle que Sennachérib (~ 704-~ 681) fit de Ninive la capitale du royaume assyrien, fameuse par ses dimensions, son système d'adduction d'eau et son temple d'Ishtar.

Sur le tell de Kouyoundjik, on a mis au jour les vestiges de deux palais, celui de Sennachérib au nord et celui d'Assourbanipal au sud, qui nous ont conservé de magnifiques reliefs et une admirable bibliothèque.

Au sud de Kouyoundjik, sur le tell de Nebi Younous, on a découvert également les restes de deux palais, respectivement de Sennachérib et d'Asarrhadon (~ 680-~ 669), inférieurs sous le rapport des proportions et de l'architecture aux palais du tell septentrional.

Sous Assourbanipal, Ninive fut la ville maîtresse du Proche-Orient asiatique. Riche de toutes les dépouilles de l'Asie, grouillante de marchands, ville de proie universellement crainte et détestée, Ninive tomba en ~ 612, sous les coups des Néo-Babyloniens et des Mèdes coalisés, avec une soudaineté qui frappa à l'époque le monde de stupeur.

Victoire du roi Assourbanipal sur Babylone

Victoire du roi Assourbanipal sur Babylone

photographie

ART DU PROCHE-ORIENT, empire néo-assyrien, Xe siècle-612 avant J.-C., Décor du palais du roi Assourbanipal, dernier des grands souverains assyriens, à Ninive : bas-relief représentant sa victoire sur Babylone, gypse. The British Museum, Londres. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

—  Valentin NIKIPROWETZKY

Écrit par :

Classification


Autres références

«  NINIVE  » est également traité dans :

ASSOURBANIPAL, roi d'Assyrie (668-627 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 860 mots
  •  • 3 médias

Dernier grand roi d'Assyrie. Pour tenter de résoudre le problème que posait Babylone à l'empire, Assarhaddon , après avoir rebâti la métropole détruite par son prédécesseur Sennachérib, crut habile de faire de son fils Assourbanipal le roi d'Assyrie et le chef de l'empire, tandis qu'il plaçait sur le trône de Babylone son fils aîné Shamash-shaim-Oukin. Assourbanipal (dont les Grecs ont transformé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assourbanipal/#i_19276

ASSYRIE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 9 702 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Apogée et chute de l'Assyrie (746-612) »  : […] Mais l'Assyrie va reprendre ses conquêtes sous l'effet des réformes de Toukoulti-apil-esharra III (746-727), le Téglathphalasar de la Bible, un cadet de la famille royale porté au pouvoir par une révolte. Le morcellement des gouvernements et la multiplication des charges auliques affaiblissent le prestige des grandes familles et permettent au roi de se créer une clientèle. Tenant sans doute compt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assyrie/#i_19276

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les origines de l’astronomie »  : […] Les plus anciennes civilisations sur lesquelles nous possédons des informations occupent, entre 5000 et 4000 ans avant J.-C., les plaines fertiles de Chine, des Indes, d'Égypte et de Mésopotamie, mais c'est probablement en cette dernière , sur les bords du Tigre et de l'Euphrate, que l'observation des astres tint le plus de place. Vers 3000 avant J.-C., les villes sumériennes du sud de la Mésopot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astronomie/#i_19276

EMPIRE NÉO-BABYLONIEN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 264 mots

— 612 La chute de Ninive, sous les coups de la coalition des Mèdes et des Babyloniens de Nabopolassar, marque la fondation de l'empire néo-babylonien, qui se résume à un changement de capitale, Babylone remplaçant Ninive à la tête de l'empire. — 608-— 607 Nabuchodonosor est associé par son père Nabopolassar aux opérations conduites en Urartu. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-neo-babylonien-reperes-chronologiques/#i_19276

JONAS LIVRE DE

  • Écrit par 
  • Marie GUILLET
  •  • 248 mots
  •  • 1 média

Récit biblique didactique, le livre dit de Jonas met en scène un prophète, Jonas, dont la mission est de prêcher la pénitence à la ville de Ninive. Jonas tente de se dérober et fuit au bout du monde. Mais Yahvé déclenche une tempête punitive et les matelots ont tôt fait de jeter par-dessus bord le prophète, dont un tirage au sort leur a révélé la culpabilité. Jonas est avalé par un gros poisson, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-de-jonas/#i_19276

MÉSOPOTAMIE - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HUOT
  •  • 5 128 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'unification de la Mésopotamie »  : […] Ces riches cités furent unifiées, vers 2340 avant J.-C., en un État militaire fondé par le Sémite Sargon d' Akkad. La recherche archéologique n'a pas encore réussi à identifier sa capitale, mais l'art royal de l'époque, retrouvé sur de nombreux sites mésopotamiens, illustre la naissance d'une véritable propagande au service du souverain. Sur la pierre, la victoire royale devient le thème presque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesopotamie-l-archeologie/#i_19276

MÉSOPOTAMIE - Les mathématiques

  • Écrit par 
  • Christine PROUST
  •  • 3 604 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les époques achéménide et hellénistique »  : […] Alors que l’histoire intellectuelle du II e  millénaire est inséparable de celle des écoles de scribes, celle du I er  millénaire est inséparable de celle des bibliothèques. Les politiques royales de constitution des grandes bibliothèques ont sans doute commencé à la fin du II e  millénaire, puis ont continué à grande échel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesopotamie-les-mathematiques/#i_19276

NAHUM LIVRE DE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 322 mots

Le prophète biblique Nahum (en hébreu, nahum , « consolé », terme voisin de « Néhémie » ou de « Menahem », mots construits sur le même verbe, naham , « consoler ») est peu connu. Sans doute était-il judéen et s'est-il manifesté peu avant ~ 612 (date de la chute de Ninive), peut-être après ~ 616 seulement, tandis que la ruine de l'Assyrie était toute proc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-de-nahum/#i_19276

SÉNNACHÉRIB ou SIN-AHÉ-ÉRIBA, roi d'Assyrie (704-681 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Henry W. F. SAGGS
  • , Universalis
  •  • 816 mots

Roi d'Assyrie (704-681), mort en janvier 681 av. J.-C. à Ninive (auj. en Irak). Fils et successeur de Sargon II, Sénnachérib hérite d'un empire qui s'étend de la Babylonie au sud de la Palestine et jusqu'en Asie Mineure. Avant d'accéder au trône, il fait montre de ses talents d'administrateur et de diplomate dans le nord et le nord-est de l'empire. Dès son avènement, le désordre s'installe en Bab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sennacherib-sin-ahe-eriba/#i_19276

Pour citer l’article

Valentin NIKIPROWETZKY, « NINIVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ninive/