Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ESDRAS LIVRES D'

Plusieurs livres, juifs — bibliques ou non — et chrétiens, ont été attribués à Esdras. Arrivé à Jérusalem en ~ 428, avec un groupe important de nouveaux immigrants, ce personnage joua le premier rôle dans la réforme du judaïsme postexilique. Aussi fut-il vénéré par les Juifs comme le réinventeur de leur religion, à l'instar de Moïse, le premier inventeur. Selon une légende tardive, tous les livres de la Loi avaient été brûlés par l'incendie du Temple de Jérusalem, en ~ 587. Or, d'après une tradition recueillie par l'auteur du Quatrième Livre d'Esdras (xiv), Esdras en personne aurait été le destinataire et le médiateur d'une nouvelle révélation, en tous points semblable à celle du Sinaï : sous le coup d'une inspiration divine, il aurait dicté à cinq scribes non seulement les vingt-quatre livres de l'Écriture, mais aussi tout un corpus de soixante-dix ouvrages d'apocalypse.

Le Premier Livre d'Esdras couvre les deux livres bibliques d'Esdras et de Néhémie. Distincts l'un de l'autre dans les versions modernes de la Bible, ces deux textes n'en faisaient qu'un à l'origine. Bien plus, ils formaient un seul bloc avec le Livre des Chroniques, l'ensemble ayant été composé (probablement par le même auteur, le Chroniste) au ~ iiie siècle. On ne sait ni quand ni comment la distinction s'opéra. La version grecque des Septante avait d'abord respecté l'unité des deux textes ; la plupart de ses éditeurs l'ont fait aussi. La Vulgate les a, par contre, dissociés, les présentant comme les Ier et IIe Livres d'Esdras. Dans cet ouvrage, on lit d'abord les récits du retour de l'Exil et de la reconstruction du Temple (Esd., i-vi) ; ensuite, les modalités de l'organisation de la communauté juive par Esdras et Néhémie (Esd., vii, à Néh., xiii). Malgré l'incertitude de la chronologie (la manière dont se sont combinées les missions respectives d'Esdras et de Néhémie est un des problèmes les plus difficiles de l'histoire d'Israël), les données historiques du Premier Livre d'Esdras sont incontestables, tant pour ce qui regarde l'organisation de l'État perse que pour ce qui concerne les événements et la situation dans le royaume de Juda. Les sources de l'auteur sont sûres : l'ossature de son œuvre est constituée surtout par le mémoire d'Esdras et de Néhémie.

Ce livre reflète la manière dont prennent déjà consistance les institutions ébauchées durant l'Exil (la synagogue avec la lecture de la Loi et des Prophètes, les scribes, le Conseil des sanhédrites, etc.), celles mêmes qui structureront par la suite le judaïsme et le soutiendront durant des siècles.

Le Deuxième Livre d'Esdras est un texte chrétien (ou judéo-chrétien) correspondant aux deux chapitres (i et ii) placés en tête de ce qui s'appelle le « Quatrième Livre d'Esdras ».

Le Troisième Livre d'Esdras se trouve dans la Septante à côté d'une traduction du livre canonique d'Esdras (dénommé « Second Livre d'Esdras »), sous le nom de « Premier Livre d'Esdras ». Dans la Vulgate de saint Jérôme, il figure dans les appendices comme « Troisième Livre d'Esdras » (il correspond au « Ier Esdras » dans la classification anglaise des apocryphes). L'ouvrage a été écrit en grec au ~ ier siècle, probablement à Alexandrie, où il dut servir pour la propagande juive. C'est une mosaïque de textes où l'on raconte principalement le retour de l'Exil, avec cependant un passage original (le seul) : la légende de Zorobabel (iii, 1-v, 6). D'aucuns ont voulu y voir un fragment d'une traduction en grec du grand ouvrage Chroniques-Esdras-Néhémie.

Le Quatrième Livre d'Esdras correspond, dans les écrits imprimés, aux chapitres iii à [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • BIBLE - L'inspiration biblique

    • Écrit par André PAUL
    • 4 564 mots
    • 1 média
    ...hellénistique, celui des apocalypses, probablement palestiniennes, contemporaines des débuts du christianisme. Il faut ici mentionner le IVe livre d' Esdras, dont le chapitre xiv contient un étonnant passage. Avant de rédiger son œuvre, c'est-à-dire de réécrire la Tōrah, censée détruite lors de l'incendie...
  • NÉHÉMIE LIVRE DE

    • Écrit par André PAUL
    • 145 mots

    À l'origine, le livre biblique dit de Néhémie ne se distinguait pas du livre d'Esdras : ensemble, les deux textes formaient un seul bloc avec le livre des Chroniques. Tout comme le Ier et le IIe livre des Chroniques, le livre d'Esdras et celui de Néhémie ne furent distingués l'un...

  • PENTATEUQUE

    • Écrit par André PAUL
    • 905 mots
    • 1 média

    Première grande section de la Bible juive selon la division traditionnelle de l'Ancien Testament (Loi, Prophètes et Écrits), le Pentateuque est aussi appelé « livre de Moïse » (Néh., xiii, 1), « loi de Moïse (II Chron., xxiii, 18) ou simplement « loi » (Néh., viii, 2) et...

Voir aussi