LARSA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ville du sud de la Babylonie, proche de la rive occidentale de l'Euphrate. Sous le règne d'Ibbi-Sīn (~ 2027-~ 2003), dernier roi de la dynastie d'Ur III, tandis que l'empire sumérien est aux prises avec les Martou, ou Amorites, Ishbi-Erra (~ 2017-~ 1985), un haut officier, au nom étranger, auquel Ibbi-Sīn a confié la charge de défendre les régions menacées, entre en dissidence et se constitue en roi indépendant d'Isin, situation qu'Ibbi-Sīn doit reconnaître à contre-cœur. À peu près à la même époque, on voit apparaître à Larsa un roi au nom amorite, Naplānoum (~ 2025-~ 2005). Tandis que la dynastie d'Ur III succombe sous les coups des Amorites, des Élamites et des Sou, peuplade du Zagros, et qu'Ibbi-Sīn est emmené prisonnier en Élam, l'hégémonie passe d'Ur à Isin. Cependant sous le quatrième des successeurs de Naplānoum, Goungounoum, Isin décline et Larsa se substitue peu à peu à elle. Les progrès du royaume de Larsa sont jalonnés par des opérations militaires qui en font sentir la puissance dans la Diyala, et culminent dans la conquête de l'Élam en ~ 1928. Trois ans plus tard, Goungounoum s'empare de la prestigieuse capitale de l'ancien empire sumérien, Ur, et prend le titre de roi des Quatre Régions. Outre l'importance politique qui s'y attache, la possession d'Ur permet à Larsa de reprendre à son compte les activités commerciales de la métropole sumérienne dont les relations s'étendent jusqu'à Dilmoun (Bahrein). Larsa devient ainsi le centre d'un florissant trafic animé par des entrepreneurs particuliers et qui faisait affluer les pierres, l'ivoire, le cuivre et les métaux précieux. Sous l'impulsion du roi, d'importants progrès sont accomplis dans le domaine de l'agriculture. Abisarê (~ 1905-~ 1895) et Sumuel (~ 1894-~ 1866) poursuivent l'œuvre de leur prédécesseur et continuent à lutter contre Isin. L'enjeu principal est la possession de la ville de Nippour. La prépondérance de Larsa, sensible durant toute la seconde moitié du ~ xixe siècle, ne lui assure pas pourtant une hégémonie indiscutée en Mésopotamie. Isin est conquise en ~ 1793 sous le règne du dernier roi de Larsa, Rīm-Sīn (~ 1822-~ 1763), qui a succédé à son frère, Warad-Sīn (~ 1834-~ 1823). Ce dernier a été installé sur le trône de Larsa par un prince du royaume d'Emutbal en Transtigritine, du nom de Koudourmaboug. Ce nom élamite était probablement porté par un Amorite.

Inscription sémitique sur un clou de fondation provenant de Larsa

Diaporama : Inscription sémitique sur un clou de fondation provenant de Larsa

ART DU PROCHE-ORIENT, Mésopotamie, début du IIe millénaire avant J.-C., Inscription sémitique sur la tête d'un clou de fondation provenant de Larsa, argile. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Sous le règne de Rim-Sīn, Larsa connaît une période de grandeur à laquelle met fin la politique expansionniste d'Hammourabi qui triomphe définitivement de Rim-Sīn et achève l'unification de la Babylonie. Larsa reste avec Babylone et Sippar l'une des trois capitales administratives du royaume de Babylone.

Orant de Larsa

Diaporama : Orant de Larsa

ART DU PROCHE-ORIENT, empire paléo-babylonien, règne de Hammourabi, env. 1792-1750 avant J.-C., Orant de Larsa - Ex-voto dédié au dieu Amourrou pour la vie de Hammourabi (env. 1760 avant J.-C.), bronze et feuille d'or. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

On notera que Samsouilouna (~ 1749-~ 1712), fils et successeur d'Hammourabi, se heurte au début de son règne à une révolte qu'anime, autour de Larsa, un certain Rīm-Sīn II et dans laquelle certains historiens veulent voir un sursaut de Sumer contre la domination babylonienne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Inscription sémitique sur un clou de fondation provenant de Larsa

Inscription sémitique sur un clou de fondation provenant de Larsa
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Orant de Larsa

Orant de Larsa
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  LARSA  » est également traité dans :

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 320 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La Ire dynastie de Babylone (1894-1595) »  : […] La I re  dynastie de Babylone est aussi appelée la dynastie amorrite, car elle est fondée par un de ces Sémites qui parcourent la steppe pastorale de l'Amourrou (l'Ouest en langue sémitique). La basse Mésopotamie a subi, vers la fin du xx e  siècle, une nouvelle invasion de ces groupes nomades, et un de leurs chefs, Sou-aboum (1894-1881), s'installe à Babylone où il prend le titre royal. Sa famill […] Lire la suite

MÉSOPOTAMIE - L'art

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 3 072 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'art babylonien »  : […] L'histoire du II e  millénaire mésopotamien est celle d'un rééquilibrage des centres politiques au profit des régions septentrionales. L'empire de la III e  dynastie d'Ur avait été fondé au début du xxi e  siècle sur l'idée d'une renaissance du pays sumérien ; pendant un siècle, il brilla de tous ses feux comme centre politique, mais aussi comme foyer principal de la création intellectuelle et art […] Lire la suite

Pour citer l’article

Valentin NIKIPROWETZKY, « LARSA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/larsa/