MUSIQUES SAVANTES ET MUSIQUES POPULAIRES

Médias de l’article

Euridice, Giulio Caccini

Euridice, Giulio Caccini
Crédits : AKG

photographie

Josquin des Prés, motet Veni Sancte Spiritus

Josquin des Prés, motet Veni Sancte Spiritus
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Giovanni Pierluigi da Palestrina

Giovanni Pierluigi da Palestrina
Crédits : AKG

photographie

Responsoria..., Carlo Gesualdo

Responsoria..., Carlo Gesualdo
Crédits : AKG

photographie

Tous les médias


Exotisme et orientalisme

Au xixe siècle, l'intérêt pour l'Orient se développe en Europe parmi les savants et les artistes. L'orientalisme désigne l'intérêt porté par les Occidentaux à la langue, aux arts, à la littérature de l'Orient ; commençant par les pays du Levant, il engloba ensuite la Turquie, l'Égypte, l'Afrique du Nord et l'Espagne avec son passé arabe. L'expédition de Bonaparte en Égypte en 1798 porta l'Orient à l'attention du public.

L'orientalisme, terme répandu à partir de 1830 en France mais également en Italie et en Allemagne, ne désigne pas un style mais plutôt un climat, qui apparaît dès le xviie siècle. En France, il se développe dans la peinture et la littérature aux xviiie et xixe siècles. Il commence avec le célèbre Mamamouchi du Bourgeois gentilhomme de Molière. Il est présent dans toute la peinture galante de l'époque du règne de Louis XV mais également, en musique, chez des compositeurs comme Jean-Philippe Rameau. Mais c'est au xixe siècle qu'il connaît une évolution importante, chez des peintres comme Eugène Delacroix ou Jean-Baptiste Ingres, chez les écrivains romantiques comme Théophile Gautier avec Le Roman de la momie ou Constantinople, Charles Baudelaire avec certains poèmes des Fleurs du mal comme L'Invitation au voyage ou encore chez Gustave Flaubert avec Salammbô, ou Victor Hugo qui, en 1829, note dans la Préface des Orientales que « l'Orient est devenu une préoccupation générale ». Au xixe et au début du xxe siècle, l'orientalisme est, dans le domaine musical, présent partout en Europe mais également en Russie. On le trouve par exemple chez Hector Berlioz, dont les premières œuvres sont fortement connotées (Scène héroïque), également connue sous le titre La Révolution grecque, 1825-1826), chez Charles Gounod, avec son opéra La Reine de Saba (1862), chez Rimski[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification


Autres références

«  MUSIQUES SAVANTES ET MUSIQUES POPULAIRES  » est également traité dans :

CHAMBRE MUSIQUE DE

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON, 
  • Marc VIGNAL
  •  • 5 482 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une musique sans auditeurs ? »  : […] Dans la période qu'inaugure l'après-guerre, la musique savante semble s'éloigner définitivement des musiques populaires. C'est au jazz que la danse et la chanson demandent maintenant cette sève qu'elles puisaient dans les valses et romances, autrefois véritables traits d'union entre deux univers. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-de-chambre/#i_50968

Voir aussi

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « MUSIQUES SAVANTES ET MUSIQUES POPULAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/musiques-savantes-et-musiques-populaires/