RAMEAU JEAN-PHILIPPE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le plus grand musicien français du xviiie siècle, contemporain de Jean-Sébastien Bach, de Haendel et de Domenico Scarlatti (nés en 1685), Rameau représente, face à ces maîtres étrangers, le classicisme français à son apogée. Théoricien autant que compositeur, il connut une gloire tardive : il avait cinquante ans quand fut créée sa première tragédie lyrique (Hippolyte et Aricie), soixante-deux ans lorsque Louis XV lui octroya le titre de « compositeur de la chambre du Roy », quatre-vingts ans lorsqu'il reçut ses lettres de noblesse. Oublié dès la fin du xviiie siècle, Rameau fut redécouvert au xxe : Debussy lui rend hommage dès le début du siècle ; plus près de nous, le festival d'Aix a monté Platée et Hippolyte et Aricie, l'Opéra de Paris Les Indes galantes... En Angleterre, en Allemagne, en Italie on joue Rameau. Beaucoup de ses œuvres figurent maintenant aux catalogues des firmes discographiques. L'effort accompli, particulièrement depuis 1983, année Rameau, n'est certes pas encore à la mesure de ce génie, mais le mouvement est lancé et beaucoup de musiciens pensent, avec l'un de ses biographes, que Rameau est « un auteur d'avenir ».

Jean-Philippe Rameau

Jean-Philippe Rameau

Photographie

Auteur de nombreuses pièces pour clavecin et de plusieurs opéras, le compositeur français Jean-Philippe Rameau (1683-1764) représente le classicisme français à son apogée. 

Crédits : De Agostini/ Alfredo Dagli Orti/ Getty Images

Afficher

Des débuts obscurs

Jean-Philippe Rameau naquit à Dijon. Son père, organiste à la collégiale Saint-Étienne, puis à la cathédrale, fut son premier maître. Mais ce n'est qu'à l'âge de dix-huit ans qu'il se décida à devenir musicien professionnel.

Après un bref séjour à Milan, on le trouve, en 1702, maître de chapelle à Avignon, puis à la cathédrale de Clermont. En 1706, il « monte » à Paris et y publie son premier recueil de Pièces de clavecin. Il est alors organiste des Jésuites de la rue Saint-Jacques. En 1709, il revient à Dijon, où il succède à son père à l'orgue de la cathédrale. En 1713 et 1714, il est organiste à Lyon. Après quelques années de piétinement, semble-t-il, il retourne à Clermont, puis résilie son contrat pour s'établir définitivement à Paris (aux environs de 1722).

Il fait alors pa [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RAMEAU JEAN-PHILIPPE (1683-1764)  » est également traité dans :

RAMEAU JEAN-PHILIPPE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 799 mots

24 ou 25 septembre 1683 Jean-Philippe Rameau naît à Dijon (il est baptisé le 25 septembre).1702 Jean-Philippe Rameau est « maître de musique » de la cathédrale Notre-Dame-des-Doms, en Avignon, puis organiste de la cathédrale de Clermont.1706 Jean-Philippe Rameau publie à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rameau-reperes-chronologiques/

HIPPOLYTE ET ARICIE (J.-P. Rameau)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 322 mots
  •  • 1 média

Rameau a cinquante ans lorsque, théoricien émérite et compositeur reconnu, il ose enfin s'attaquer au seul genre qui lui résistait encore : l'opéra. Sa première tragédie en musique, Hippolyte et Aricie, créée le 1er octobre 1733, à l'Académie royale de musique de Paris, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hippolyte-et-aricie/#i_4858

TRAITÉ DE L'HARMONIE RÉDUITE À SES PRINCIPES NATURELS, Jean-Philippe Rameau

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 112 mots

De 1722 à 1764, année de sa mort, Rameau ne cessa jamais d’avoir une activité théorique, jalonnée par de nombreux écrits (traités, mémoires, lettres ouvertes, notamment dans la polémique qui l’oppose à Jean-Jacques Rousseau). Les ouvrages théoriques dans lesquels il expose son système sont le Traité de l'harmonie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-de-l-harmonie-reduite-a-ses-principes-naturels/#i_4858

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 645 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'opéra-ballet »  : […] André Campra lance alors un genre neuf, l'opéra-ballet, dont le chef-d'œuvre est Les Indes galantes de Jean-Philippe Rameau (1735). On y voit le dieu de l'Amour abandonner l'Europe, trop passionnée par la guerre, pour l'heureuse Amérique, mais cet opéra constitue comme une revanche de l'esprit français puisque le chant y introduit la danse, tout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballet/#i_4858

BASSE, musique

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 3 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La basse fondamentale »  : […] Quand Guillaume de Machaut, dans le Credo de la Messe de Notre-Dame , fera un des premiers résonner ensemble les trois sons de l' accord parfait, les musiciens auront la révélation de la valeur en soi d'une agrégation harmonique. En soi, c'est-à-dire indépendante du jeu des parties et de leurs rencontres fortuites. C'est dans cette écriture vertica […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/basse-musique/#i_4858

BOUFFONS QUERELLE DES

  • Écrit par 
  • Jacques GHEUSI
  •  • 1 982 mots

Dans le chapitre « L'influence des Italiens »  : […] Les passions soulevées par l'arrivée des Bouffons italiens à Paris ne furent pas vaines, car l'influence exercée par leur style sur l'opéra-comique français fut féconde. L'opéra-comique se limitait jusqu'alors à la comédie à ariettes, mise à la mode par des compositeurs comme Gillier, Mouret, Saint-Sevin, Corrette, Blaise, par des librettistes et a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/querelle-des-bouffons/#i_4858

CHRISTIE WILLIAM (1944- )

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 2 311 mots

Dans le chapitre « Du miracle d'« Atys » à Mozart »  : […] William Lincoln Christie naît à Buffalo (État de New York) le 19 décembre 1944. Sa formation musicale, commencée auprès de sa mère, comprend l'étude des instruments à clavier (piano, avec Laura Kelzy, orgue, auprès de Reed Jerome, clavecin, avec Igor Kipnis, au Berkshire Music Center de Tanglewood) ; elle est couronnée par un diplôme d'histoire de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-christie/#i_4858

CHROMATISME, musique

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 934 mots

En musique, le terme « chromatisme » recouvre deux acceptions. La plus simple indique l'altération d'un demi-ton – vers le grave ou vers l'aigu – d'un degré diatonique ; dans ce cas, le chromatisme implique l'adoption d'une échelle de référence, l'échelle heptatonique naturelle, dernier stade du diatonisme. C'est sur cette échelle de sept sons di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chromatisme-musique/#i_4858

CLAVECIN, en bref

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 748 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Styles musicaux »  : […] En plus de son rôle de soutien harmonique dans la musique d'ensemble, d'église, de chambre et de théâtre, le clavecin acquiert un répertoire propre à partir du xvi e  siècle, avec les Anglais William Byrd (vers 1540-1623) et Thomas Morley (1557 ou 1558-1602), qui cultivent plus particulièrement les suites de danse, puis, aux xvii e et xviii e  siè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clavecin-en-bref/#i_4858

CLAVECIN

  • Écrit par 
  • Josiane BRAN-RICCI, 
  • Robert VEYRON-LACROIX
  •  • 4 760 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « En France : Couperin et Rameau »  : […] Le premier éditeur de musique en France, Pierre Attaingnant, publia en l'année 1531 sept livres de chansons transcrites et des danses « pour le jeu d'orgue, épinette et manicordion » ; elles sont fort séduisantes mais, hélas, anonymes. Le premier des clavecinistes français connus, Jacques Champion de Chambonnières (1602-1672), était fils et petit- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clavecin/#i_4858

GARDINER JOHN ELIOT (1943- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 065 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La révélation Monteverdi »  : […] En 1964, il fonde le Monteverdi Choir et le 5 mars de la même année dirige les Vêpres de la Vierge , de Monteverdi, dans la chapelle du King’s College. Dès 1967, il recueille un retentissant succès avec la nouvelle édition qu’il réalise lui-même de cette œuvre fondatrice. En compagnie de cet ensemble vocal virtuose et d’une formation utilisant des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-eliot-gardiner/#i_4858

HARMONIE

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 6 426 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'effet des accords »  : […] Il serait faux pourtant de dire que les accords n'ont pas en soi une personnalité propre, dépendant de leur structure, de leur substance, des intervalles qu'ils associent entre eux et de la répartition qu'ils en font dans l'espace sonore. Ils en arrivent ainsi à rayonner autour d'eux une sorte de fluide perçu par l'auditeur dans une sensation qui s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harmonie/#i_4858

MONDONVILLE JEAN-JOSEPH CASSANÉA DE (1711-1772)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 662 mots

Violoniste virtuose et compositeur, Mondonville tient une place importante dans la musique française du xviii e  siècle ; plusieurs de ses innovations méritent d'être signalées. Il naquit à Narbonne où son père était musicien à la cathédrale Saint-Just. Il vint à Paris vers 1731, publia deux recueils de musique instrumentale en 1733 et 1734 ( Sonat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mondonville-jean-joseph-cassanea-de/#i_4858

MUSIQUES SAVANTES ET MUSIQUES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 6 364 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les citations musicales populaires dans la musique savante »  : […] De tout temps, les compositeurs ont puisé leur inspiration dans les airs populaires. Cependant, lorsqu'un compositeur recourt à des citations musicales populaires, de quelle manière les intègre-t-il ? S'agit-il d'une simple citation, d'un emprunt qui, au fond, ne change rien au mouvement général, à l'écriture ? Le matériau populaire est-il respect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musiques-savantes-et-musiques-populaires/#i_4858

OPÉRA - Histoire, de Peri à Puccini

  • Écrit par 
  • Jean-Vincent RICHARD
  •  • 9 136 mots
  •  • 32 médias

Dans le chapitre « La solitude de Jean-Philippe Rameau »  : […] Comme par nécessité dialectique, c'est l'opera seria qui va lui-même donner naissance à l' opera buffa . De la même manière, la tragédie lyrique engendrera indirectement l'opéra-comique à la française. Mais, auparavant, l'opéra français va connaître son heure de gloire avec Jean-Philippe Rameau (1683-1764) . Rameau n'aborde véritablement la scène […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-histoire-de-peri-a-puccini/#i_4858

OPÉRA - Les techniques d'écriture

  • Écrit par 
  • Yves GÉRARD
  •  • 3 850 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ouverture »  : […] D'abord simple fanfare annonciatrice du début de la pièce, confiée aux instruments à vent, l'ouverture deviendra un morceau orchestral élaboré, indépendant puis progressivement relié au contenu même de l'opéra. Deux modèles furent adoptés par les compositeurs : celui de la « sinfonia » en trois mouvements (allegro-andante-allegro), prélude quelque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-les-techniques-d-ecriture/#i_4858

OPÉRA - Le renouveau de l'opéra baroque

  • Écrit par 
  • Ivan A. ALEXANDRE
  •  • 11 978 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Rameau : le réveil »  : […] Remonté en scène à peu près en même temps que Monteverdi, Jean-Philippe Rameau eut à franchir d'autres obstacles. Ici, malgré une rupture analogue de toute tradition, le texte pose incomparablement moins de problèmes : ni cornet à bouquin, ni régale, ni chitarrone dans son orchestre, mais des hautbois, des bassons, des flûtes et des cordes parente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-le-renouveau-de-l-opera-baroque/#i_4858

ROCOCO

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • François H. DOWLEY, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 053 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Un cas particulier : Jean-Philippe Rameau »  : […] Certes, l'art de Rameau, pour une large part, appartient encore à la dernière période du style baroque, car, comme lui, il se fonde sur une science de l'écriture incontestablement nourrie de la tradition contrapuntique et surtout harmonique. Son imitation de la Nature s'appuie sur l'analyse scientifique des lois de la résonance acoustique. Nul ne s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rococo/#i_4858

Tambourin, RAMEAU (Jean-Philippe)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 463 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Rameau a sa vie durant réfléchi sur son art. En 1722, il publie un ouvrage au retentissement considérable, Traité de l'harmonie réduite à ses principes naturels . L'opéra est son domaine de prédilection et il donne en 1733 Hippolyte et Aricie , une tragédie lyrique antilullyste. Des comédies lyriques, des tragédies lyriques, des opéras-ballets vont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tambourin-rameau-jean-philippe/#i_4858

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger BLANCHARD, « RAMEAU JEAN-PHILIPPE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-philippe-rameau/