MUSIQUES SAVANTES ET MUSIQUES POPULAIRES

Médias de l’article

Euridice, Giulio Caccini

Euridice, Giulio Caccini
Crédits : AKG

photographie

Josquin des Prés, motet Veni Sancte Spiritus

Josquin des Prés, motet Veni Sancte Spiritus
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Giovanni Pierluigi da Palestrina

Giovanni Pierluigi da Palestrina
Crédits : AKG

photographie

Responsoria..., Carlo Gesualdo

Responsoria..., Carlo Gesualdo
Crédits : AKG

photographie

Tous les médias


L'exemple de la musique russe

Avant l'ère de Pierre le Grand, la vie musicale en Russie était partagée entre musique populaire – le folklore russe – et musique religieuse – la liturgie orthodoxe. Depuis l'époque du tsar Alexis Ier (1645-1676), l'usage des instruments était interdit au sein de l'Église orthodoxe, qui les considéraient comme diaboliques car détournant les fidèles de Dieu. Ce n'est qu'au xviiie siècle, sous Pierre le Grand, que la musique occidentale se fera connaître dans l'empire : en 1711, des musiciens français et allemands furent invités à jouer en Russie, à instruire des musiciens russes et à transmettre leur musique. Peu à peu, la musique instrumentale se développera, des conservatoires se créeront vers 1850 et le xixe siècle verra l'arrivée d'interprètes et de compositeurs importants pour l'évolution de la musique en Russie. Dans la première moitié du siècle, des liens commencent à se créer entre la musique populaire russe et la musique occidentale avec Mikhaïl Glinka, fondateur de « l'école russe ». Formé en Allemagne et en Italie, celui-ci revient en Russie et compose en 1836 le premier opéra russe, Une vie pour le tsar. Créé au théâtre Mariinski en présence du tsar Nicolas Ier, cet ouvrage connaît un tel triomphe qu'il fait de Glinka le premier compositeur de Russie.

Dans la seconde moitié du xixe siècle, le groupe musical formé autour de Mili Balakirev et qui réunissait César Cui, Modest Moussorgski, Alexandre Borodine et Nikolaï Rimski-Korsakov – connu sous le nom de « puissant petit groupe » en Russie et rebaptisé groupe des Cinq par les Français – prône un art fondé essentiellement sur le folklore. Fait notable, certains membres de ce groupe – Moussorgski, Rimski-Korsakov et Borodine – portent un grand intérêt à la musique de Berlioz. Cette période est également marquée par la personnalité de Piotr Illitch Tchaïkovski, à qui la critique reprochera parfois son côté trop occidentaliste. Ainsi, le monde musical russe fut très tôt partagé entre la culture nationale et la culture occidentale, tendance que l'on ne manquera pas de ressentir dans [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification


Autres références

«  MUSIQUES SAVANTES ET MUSIQUES POPULAIRES  » est également traité dans :

CHAMBRE MUSIQUE DE

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON, 
  • Marc VIGNAL
  •  • 5 482 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une musique sans auditeurs ? »  : […] Dans la période qu'inaugure l'après-guerre, la musique savante semble s'éloigner définitivement des musiques populaires. C'est au jazz que la danse et la chanson demandent maintenant cette sève qu'elles puisaient dans les valses et romances, autrefois véritables traits d'union entre deux univers. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-de-chambre/#i_50968

Voir aussi

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « MUSIQUES SAVANTES ET MUSIQUES POPULAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/musiques-savantes-et-musiques-populaires/