MONGOLIE, histoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'époque gengiskhanide à l'âge moderne

Lorsqu'en 1368 Togon-Temür, le dernier souverain Yuan, est chassé de Chine par la dynastie Ming, les Mongols reprennent dans les steppes le cours de leur histoire. Mais, diminués par la dispersion d'une partie de leurs tribus dans les pays sédentaires qui les ont absorbées, ils retrouvent leur pays d'origine étiolé d'avoir été trop longtemps abandonné et ravagé par les guerres intestines des Gengiskhanides. Privés de l'appoint que l'agriculture et l'artisanat leur avaient apporté dès les débuts du xiiie siècle, coupés des centres culturels et commerciaux de l'Asie, ils retombent dans une anarchie où le pillage sert de complément à une économie pastorale rudimentaire. Pour eux, les siècles à venir vont être occupés par la recherche d'un nouvel équilibre social et politique, d'une nouvelle structure du nomadisme et par le règlement de leurs difficultés de voisinage avec la Chine.

Les rivalités, du XIVe siècleà la fin du XVIe siècle

Les dissensions entre ethnies et les violentes rivalités qui opposent Gengiskhanides et non-Gengiskhanides sont dominées par la nécessité de trouver à l'économie nomade des débouchés et par la pression de la politique chinoise, qui attise les antagonismes afin de prévenir le danger d'une renaissance mongole. Dans une première phase, alors que le jeune État Ming est encore fort et que, chez les Mongols, la lignée gengiskhanide perpétue un titre de grand-khan dévalué, les Chinois mènent plusieurs campagnes jusqu'à Qaraqorum et aux marches de la Sibérie, pour épuiser leurs ennemis et attirer dans leurs rangs les tribus les plus proches de la Chine. De cet affaiblissement des peuples de la Mongolie propre – ceux que les Ming appellent Tatar et que nous dénommons Mongols orientaux – profite un autre peuple mongol resté à l'écart de la grandeur et de la décadence des Gengiskhanides : les Oirat ou Mongols occidentaux. Établis à cette époque sur le flanc ouest des Mongols orientaux, dans les monts Altai et le Tarbagatai au nord des oasis de l'Ili, les Oirat réussirent bientôt à occuper une grande partie de la Mongolie propre. Ayant fait une soumission théorique aux Ming pour marquer leur indépendance vis-à-vis du grand-khan, ils leur versent un prétendu tribut qui est, en fait, l'occasion d'un fructueux commerce avec l'Empire du Milieu et le prétexte à de fastueux cadeaux « de réponse » au moyen desquels l'empereur Ming cherche à acheter leur neutralité.

Mais voici que, dans une deuxième étape, les Mongols orientaux, retrouvant dans l'unification une force nouvelle, harcèlent à leur tour les Oirat et les Ming, qui ont perdu leur dynamisme initial. Le long règne de Dayan-khan, descendant de Qubilai et grand-khan probablement de 1488 à 1543, marque non seulement ce redressement des Mongols orientaux et leur réorganisation en une « aile gauche » (ou orientale) dominante et une « aile droite » (ou occidentale), comme il a toujours été de règle dans les empires nomades, mais en outre l'élimination définitive des princes d'ascendance non gengiskhanide, qui deviennent de simples fonctionnaires au service des Gengiskhanides. En effet, on peut relever, au cours des siècles suivants, que sur cent trente-cinq maisons princières au pouvoir chez les Mongols orientaux, cent six descendent par ligne agnatique de Dayan-khan, et donc par lui de Gengis-khan et de Qubilai, vingt-cinq des frères de Gengis-khan, et que quatre seulement sont étrangères à la lignée gengiskhanide (il s'agit des descendants de J̌elme, un des preux de Gengis-khan). À Dayan-khan remonte aussi la répartition actuelle des principaux groupes de Mongols orientaux : dans la future Mongolie-Extérieure (actuelle République mongole), les Khalkha (ou Qalqa), qui vont bientôt occuper l'essentiel de ce territoire ; dans la future Mongolie-Intérieure, les Čakhar (ou Čaqar) des régions de Kalgan et du Dolōn-nūr, dirigés par la branche aînée des Dayanides, titulaire du titre de grand-khan ; les Ordos, dans une zone à laquelle ils ont donné leur nom lorsqu'ils sont venus s'y installer durant la seconde moitié du xve siècle, à l'intérieur de la boucle du fleuve Jaune ; les Tümet, au nord des précédents.

Mongolie : les khanats mongols du XIVe au XVIIIe siècle

Tableau : Mongolie : les khanats mongols du XIVe au XVIIIe siècle

Khanats mongols du XIVe siècle et leur soumission aux Mandchous (seuls les noms des véritables grands-khans sont composés en majuscules, ceux des khanats sont encadrés ; les actions militaires et autres événements sont mentionnés en italique, les dates essentielles sont... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

Vidéo : 1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

Espagnols et Portugais en Amérique et en Asie. Charles Quint. Luther.Le XVIe siècle marque l'apogée ottomane. En 1517, l'Empire détruit le pouvoir mamelouk d'Égypte ; puis, Soliman le Magnifique étend ses conquêtes en Orient, et jusqu'aux terres de l'empereur Charles Quint.Pendant ce... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cependant, l'œuvre de Dayan-khan n'a pu arrêter le processus d'émiettement et de désintégration dans lequel la nation mongole semble alors entraînée irrévocablement. Car la pratique successorale du partage des apanages (constitués chez les nomad [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 27 pages

Médias de l’article

-2000 à -1000. Les empires du Bronze

-2000 à -1000. Les empires du Bronze
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

-600 à -200. Philosophes et conquérants

-600 à -200. Philosophes et conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

500 à 600. Reconquêtes

500 à 600. Reconquêtes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

800 à 900. Déclin des empires

800 à 900. Déclin des empires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 22 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S. et à la Fondation nationale des sciences politiques (C.E.R.I)
  • : conservateur en chef du musée Guimet, directeur d'études à l'École pratique des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  MONGOLIE, histoire  » est également traité dans :

EXPANSION MONGOLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 206 mots

1206 Temüdjin est reconnu khan universel (Gengis khan).1215 Prise de Pékin et annexion de la Mandchourie.1221 Gengis khan atteint l'Indus.1229 Ögöd […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La domination turque »  : […] Avec la disparition des Samanides, le pouvoir passa de nouveau aux mains des Turcs, venus des steppes du Nord en quête de pâturages. Leur modèle s'imposa encore une fois, mais heureusement la destruction, au moins en Afghanistan, resta limitée. Car les nouveaux conquérants, qui avant d'arriver au pouvoir avaient passé quelque temps au service des Samanides, avaient non seulement adhéré à l'islam, […] Lire la suite

AÏMAG

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 121 mots

À l'origine, chez les peuples turcs, mongols et parfois toungouso-mandchous, l'aïmag (ou aïmak, ou ayimaq) est une unité sociale plus ou moins étendue qui repose sur la parenté patrilinéaire. À partir du XIII e  siècle, chez les Mongols, c'est une sous-tribu ayant un territoire de nomadisation propre, puis un grand fief et même un khanat. À l'époque moderne, chez les Mongols (en Bouriatie et en Ré […] Lire la suite

ALEXANDRE IAROSLAVITCH NEVSKI (1220-1263)

  • Écrit par 
  • Wladimir VODOFF
  •  • 428 mots

Fils de Iaroslav Vsevolodovitch, prince héréditaire de Pereïslav-Zalesski — au nord de Moscou —, le jeune Alexandre apparaît d'abord comme le brillant second de son père, devenu grand-prince de Vladimir. Il se voit confier notamment la fonction de prince de Novgorod au moment où les territoires russes occidentaux sont assaillis par leurs voisins : Suédois, chevaliers Teutoniques, tribus lituanienn […] Lire la suite

ANDRÉ DE LONGJUMEAU (mort en 1270)

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 216 mots

Frère prêcheur, qui fit partie du groupe de religieux que le pape Innocent IV et le roi Saint Louis utilisèrent pour leur politique orientale. En 1244, André de Longjumeau accomplit une première mission, proprement religieuse, en Syrie et dans les régions voisines, et consolida les retours au catholicisme précédemment obtenus dans les milieux jacobites ; en revanche, il ne réussit guère avec les n […] Lire la suite

ASCELIN NICOLAS ANSELME dit (XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 118 mots

Frère prêcheur qui dirigea la mission envoyée par le pape Innocent IV en 1245, au moment du concile de Lyon, auprès des Mongols pour établir des relations avec eux et obtenir leur concours contre les musulmans. Ascelin prit contact avec le khān Baïju en Transcaucasie et, après un accueil assez froid, parvint à se faire comprendre, mais non à obtenir une décision. Il revint auprès du pape à Lyon en […] Lire la suite

BAGDAD

  • Écrit par 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Gaston WIET
  •  • 2 617 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'invasion mongole »  : […] Vint la catastrophe finale : les hordes du sultan mongol Hūlāgū bloquèrent la ville en janvier 1258 et, au bout d'un mois, ce fut l'invasion des rues ; le meurtre et le pillage s'appesantirent sur Bagdad. Le calife fut mis à mort le 10 février. Telle fut la fin de l'empire califien . La ville tomba au rang d'un chef-lieu de province, et un officier mongol réussit à y fonder une dynastie : c'est al […] Lire la suite

BOUCHER GUILLAUME (XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean-Marcel CHAMPION
  •  • 193 mots

Orfèvre du grand khān des Mongols dont l'aventure est rapportée par le franciscain Guillaume de Rubrouck dans son Itinéraire . Parisien d'origine, Guillaume Boucher émigre en Hongrie où il épouse une femme née dans le pays, mais d'ascendance lorraine. Fait prisonnier à Belgrade lors d'un raid mongol et déporté à Karakorum en sa qualité d'habile artisan, il introduit au cœur de la Mongolie les tech […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - L'expansion

  • Écrit par 
  • Jean NAUDOU
  •  • 3 127 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Au Tibet et en Mongolie »  : […] La conversion du Tibet au bouddhisme se confond avec l'introduction des civilisations indienne et chinoise, dans ce pays isolé et resté à l'écart des grands courants culturels jusqu'au milieu du vii e  siècle de notre ère. Le bouddhisme pourtant, d'après la légende, serait apparu au Tibet bien plus tôt, sous le règne de Tho-tho Ri-gyan-btsan (au iv e  s. env.). D'après la tradition, qui schématise […] Lire la suite

ČAKHAR ou TCHAKHAR

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 803 mots

Principale tribu des grands khāns mongols du xvi e siècle, les Čakhar (ou Tchakhar ou Chakhar) sont les descendants de Gengis khān. Au début du xvii e siècle, leur souverain, le grand khān Ligdan khān (ou Legdan khān, ou Lingdan khān), dont le règne se situe entre 1604 et 1634, tente de reconstituer la puissance mongole effritée par les rivalités internes. Mais il se heurte au pouvoir grandissan […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7 juillet 2017 Mongolie. Élection de Khaltmaa Battulga à la présidence.

L’ancien lutteur et homme d’affaires Khaltmaa Battulga, candidat du Parti démocrate (PD, centre droit), remporte le second tour de l’élection présidentielle avec 50,6 p. 100 des suffrages valides. Il bat le président du Parlement et ancien Premier ministre Miyeegombo Enkhbold, candidat du Parti du peuple mongol (PPM, social-démocrate) au pouvoir depuis juin 2016, qui obtient 41,2 p. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise AUBIN, Vadime ELISSEEFF, « MONGOLIE, histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mongolie-histoire/