ANDRÉ DE LONGJUMEAU (mort en 1270)

Frère prêcheur, qui fit partie du groupe de religieux que le pape Innocent IV et le roi Saint Louis utilisèrent pour leur politique orientale. En 1244, André de Longjumeau accomplit une première mission, proprement religieuse, en Syrie et dans les régions voisines, et consolida les retours au catholicisme précédemment obtenus dans les milieux jacobites ; en revanche, il ne réussit guère avec les nestoriens. En 1249, sur instruction du roi de France, il gagna, en compagnie de deux autres dominicains et de deux officiers royaux, la capitale mongole de Karakoroum, l'objectif de leur légation étant d'essayer de nouer une alliance contre les musulmans afin de secourir la Terre sainte et, si possible, d'introduire dans ces contrées le christianisme romain. Il parvint en Mongolie alors que le grand khān, qui avait été intéressé par l'entreprise, venait de mourir. La veuve du souverain et la cour le reçurent froidement, car ils s'étaient imaginés qu'il apportait la soumission du Capétien. Il réalisa cependant quelques conversions suivies de baptêmes et inaugura ainsi le grand mouvement missionnaire qui devait se développer au début du xive siècle avec Jean de Monte Corvino.

—  Marcel PACAUT

Écrit par :

  • : professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université de Lyon-II-Lumière

Classification

Pour citer l’article

Marcel PACAUT, « ANDRÉ DE LONGJUMEAU (mort en 1270) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-de-longjumeau/