OASIS

Médias de l’article

Kuthwa, Oman

Kuthwa, Oman
Crédits : B. Dumortier

photographie

Palmeraie près de Bahla, Oman

Palmeraie près de Bahla, Oman
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


Historiquement, c'est sans doute à propos des oasis qu'ont été formulées les premières réflexions de nature géographique. On doit à Hérodote la première description de la plus grande et de la plus célèbre des oasis, l'Égypte. Oasis est d'ailleurs un mot égyptien, qui nous est venu par l'intermédiaire des Grecs, sans grande déformation.

La violence du contraste qu'offre l'oasis, son eau et sa végétation abondantes, avec les étendues arides ou semi-arides qui l'environnent était bien faite pour attirer l'attention. Par ailleurs, dans l'Ancien Monde où les espaces désertiques ont été traversés pendant des siècles, les oasis sont des étapes qu'il était vital de bien repérer, sinon de contrôler étroitement. Aussi n'est-il pas surprenant que les premiers géographes, grecs ou arabes par exemple, au service des rois et des princes, aient fait grand cas de ces espaces relativement restreints. Au milieu du désert, les privilèges hydrauliques dont jouissent les oasis paraissent si grands que leur création fut longtemps imputée à l'action bienveillante des dieux. Le « miracle de l'eau » est l'expression qui revient dans la plupart des descriptions.

Les différentes techniques de l'eau

C'est, non sans raison, aux différentes techniques de l'eau que va l'intérêt de ceux qui procèdent à l'étude des régions arides et des oasis qui s'y trouvent. Cependant il importe de souligner, dès l'abord, que l'énumération et la localisation des différentes méthodes qui sont utilisées pour disposer, en quantité relativement considérable, de l'eau nécessaire à la culture dans les régions très chaudes et très sèches ne constituent qu'une étude extrêmement partielle des différents problèmes que posent les oasis.

Kuthwa, Oman

Kuthwa, Oman

photographie

Kuthwa, une petite oasis omanaise de la région de Bouraïmi, dans le nord-ouest du pays. 

Crédits : B. Dumortier

Afficher

Les oasis les plus vastes et les plus peuplées sont celles qui se trouvent dans les vallées des grands fleuves allogènes, qu'ils viennent de lointaines régions très arrosées (Nil) ou qu'ils descendent de hautes montagnes fortement enneigées (oasis d'Asie centrale). La crue de ces fleuves rec [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Paris-VIII-Saint Denis

Classification


Autres références

«  OASIS  » est également traité dans :

ARABIE HEUREUSE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 436 mots

Ensemble des hautes terres de l'Arabie du Sud-Ouest dont l'ancien Yémen du Nord constitue le cœur. Le nom d'Arabie Heureuse, traduction de l'expression latine Arabia Felix, est dû aux conditions climatiques nettement favorables : l'altitude de ce massif cristallin recouvert parfois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabie-heureuse/#i_29021

ARABIE SAOUDITE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Ghassan SALAMÉ
  •  • 18 453 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Géographie »  : […] Riyad, ou vers l'ouest, comme le grand wadi Ar-Rummah. Le Najd est ponctué par de nombreuses oasis, souvent nourries par des nappes d'eaux souterraines, notamment dans le Qasim, autour de la ville de Buraydah, plus loin dans le ‘Arid, où s'étend la capitale du pays, Riyad, et autour de l'oasis de Kharj. Le Najd est isolé du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabie-saoudite/#i_29021

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 139 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le Moyen-Orient et l'Asie centrale steppiques et arides  »  : […] Ferghana, Amou-Daria, Syr-Daria), auxquelles s'ajoutent les oasis. Là se pratique une agriculture irriguée, souvent proche du jardinage, et les espaces sont plus fortement peuplés, notamment par des villes. La Ghouta damascène (l'oasis de Damas), le « pays des sédentaires », compte de 100 à 200 habitants par kilomètre carré alors que la steppe, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-geographie-humaine-et-regionale-espaces-et-societes/#i_29021

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 806 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Fleuves, eaux cachées, eaux perdues, montagnes-refuges »  : […] mais la plupart se perdent dans des lacs et mers intérieures ou des cuvettes désertiques (Dasht-e Kavir, Sistan) après avoir irrigué d'immenses oasis où l'agriculture traditionnelle est particulièrement prospère : vallées du Fergana (Syr-Daria), de Samarcande (Zerafchan), de l'Amou-Daria, du Helmand ou d'Ispahan (Zayandeh Roud). Depuis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-geographie-humaine-et-regionale-dynamiques-regionales/#i_29021

CHIRĀZ

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 593 mots
  •  • 3 médias

Chef-lieu de la province iranienne du Fārs, Chīrāz est une vaste oasis urbaine située dans un bassin fertile, îlot de résistance sédentaire dans une région de forte nomadisation. Après avoir vu tout d'abord son rôle diminué par l'orientation de la vie économique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chiraz/#i_29021

DJÉRID

  • Écrit par 
  • Roger COQUE
  •  • 430 mots

Domaine des belles palmeraies, le Djérid (Tunisie) est un des pays les plus anciens et les mieux individualisés du bas Sahara. Dès l'Antiquité, il doit sa réputation d'opulence aux oasis échelonnées sur la bordure septentrionale d'une vaste sebkha, improprement appelée le chott […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/djerid/#i_29021

ÉGYPTE - Géographie

  • Écrit par 
  • Éric DENIS
  •  • 5 786 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le milieu physique »  : […] est marqué par la présence de nombreuses dépressions où les aquifères affleurent ; des oasis s'y sont développées. Le fond de ces dépressions est de plus en plus bas au fur et à mesure qu'on avance vers le nord : — 25 m pour Siwa et — 134 m pour Qattarah, la plus septentrionale, — 45 m pour le Fayoum, mais 76 m pour Farafra et 60 m pour Kharga que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-geographie/#i_29021

FEZZAN

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 340 mots

Une des trois régions traditionnelles de la Libye, le Fezzan est une zone d'oasis située au sud de la Tripolitaine, climatiquement hyperaride, mais riche en eaux souterraines proches de la surface qui ont permis l'apparition et le développement d'un certain nombre d'oasis (où l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fezzan/#i_29021

GABÈS

  • Écrit par 
  • Roger COQUE
  •  • 266 mots
  •  • 1 média

Située au fond du large golfe homonyme, à proximité du site romain antique de Tacapae, la ville tunisienne de Gabès (116 323 hab. en 2004) comprend les grosses agglomérations traditionnelles de Menzel et de Djara, des quartiers modernes développés vers la mer et un port marchand […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabes/#i_29021

GAFSA

  • Écrit par 
  • Roger COQUE
  •  • 229 mots
  •  • 1 média

Située au bord du Sahara, la ville tunisienne de Gafsa (84 676 hab. en 2004) doit l'ancienneté de son existence (c'est l'antique ville numide de Capsa) à la large trouée ouverte entre les djebels Ben Younès et Orbata, d'où un passage facile vers les hautes steppes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gafsa/#i_29021

HADRAMAOUT

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 334 mots
  •  • 1 média

Région du Yémen, l'Hadramaout (en arabe Haḍramawt) est un haut plateau de calcaire éocène (de 500 à 1 200 m), situé entre les monts du Khaur (2 500 m), à l'ouest, et les hauteurs du Dhofar, à l'est ; il est isolé du reste de l'Arabie par l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hadramaout/#i_29021

KANDAHAR

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 318 mots
  •  • 1 média

Chef-lieu de la province qui porte son nom (54 022 km2), Kandahar est la deuxième ville de la république d'Afghānistān (plus de 300 000 hab. en 2002, Pachtoun et Tadjik). De 1994 à 2001, la métropole du Sud fut le siège du pouvoir taliban. Située au milieu d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kandahar/#i_29021

OMAN

  • Écrit par 
  • Brigitte DUMORTIER
  •  • 3 374 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le maintien et la relance des activités traditionnelles »  : […] , légumes et fourrages sont cultivés sous les palmeraies de la Batinah, tandis que dans la plaine de Salalah les palmiers cèdent la place aux cocotiers et aux bananiers. Les oasis de piémont, comme Nizwa, Bahla, Ibri ou Rostaq, dont les forts, mosquées et souks évoquent la puissance passée, associent des fonctions urbaines aux palmeraies […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oman/#i_29021

OUZBÉKISTAN

  • Écrit par 
  • Edward ALLWORTH, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Julien THOREZ, 
  • Anne TOURNEVILLE
  • , Universalis
  •  • 7 650 mots

Dans le chapitre « Oasis, déserts et montagnes »  : […] de grande ampleur. Dans ces conditions, la population se concentre dans les oasis des deltas de l'Amou Daria, du Zeravchan et du Kachka Daria, et dans celles des piémonts (Ferghana, Tachkent) et de quelques vallées (Surkhan Daria), de sorte que les foyers de peuplement sont séparés les uns des autres. C'est également dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ouzbekistan/#i_29021

PHOENIX, Arizona

  • Écrit par 
  • Jacques SOPPELSA
  •  • 306 mots
  •  • 2 médias

Au milieu d'un territoire naturel particulièrement aride (le secteur de la Gila, par exemple, affecté par les températures moyennes les plus élevées de l'Union, reçoit moins de 100 mm de précipitations annuelles), la région de Phoenix, dans l'Arizona, constitue un exemple dynamique d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phoenix-arizona/#i_29021

SAHARA

  • Écrit par 
  • Ali BENSAÂD, 
  • Jeffrey Allman GRITZNER
  •  • 7 608 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Un territoire structuré par un millénaire d'échanges transsahariens  »  : […] méridiens nombreux qui ont changé au fil du temps, et consiste également à créer des oasis relais le long de ces itinéraires. À l'exception de quelques rares « portes du désert » qui préexistent à ce commerce et lui servent ensuite de point d'appui (Biskra ou Ghadamès, par exemple), la quasi-totalité des oasis sont fondées dans le cadre de ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sahara/#i_29021

TURKMÉNISTAN

  • Écrit par 
  • Isabelle OHAYON, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Denis SINOR, 
  • Julien THOREZ
  • , Universalis
  •  • 5 205 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Déserts touraniens, oasis turkestanaises et littoral caspien »  : […] Au nord, le Kara-Koum est bordé par le delta de l'Amou-Daria, oasis ancienne qui jouxte le Khorezm ouzbékistanais et correspond à la région de Dashoguz. Au sud, en périphérie de la dépression touranienne, les deltas intérieurs du Murgab, où s'est épanouie la ville de Merv, et du Tejen sont des lieux de peuplement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turkmenistan/#i_29021

XINJIANG [SIN-KIANG] ou TURKESTAN CHINOIS

  • Écrit par 
  • Évelyne COHEN, 
  • Pierre TROLLIET
  • , Universalis
  •  • 7 001 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les activités traditionnelles »  : […] Les Ouïgours, agriculteurs des oasis, cultivent au total près de 2 000 000 d'hectares de terres ; 96 p. 100 de celles-ci sont irriguées à partir des rivières descendues des Tianshan et des Kunlun et dont les eaux, grossies au début de l'été par la fonte des neiges, sont conduites dans les champs par des canaux de dérivation ou aryk […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xinjiang-turkestan-chinois/#i_29021

ZERAVCHAN

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 398 mots

Fleuve de montagne, le Zeravchan prend naissance à 2 600 mètres d'altitude sur le front du glacier de vallée qui porte le même nom dans les montagnes de l'Alaï. Sur les premiers trois cents kilomètres de son cours, le Zeravchan est un torrent de haute montagne coulant au fond de gorges fort étroites que dominent des crêtes s'élevant jusqu'à 5 500 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zeravchan/#i_29021

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves LACOSTE, « OASIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oasis/