KHĀREZM ou KHĀRAZM ou KHOREZM, anc. CHORASMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Région agricole prospère et bien irriguée d'Asie centrale, le Khārezm (ou Khwārazm, ou Khorezm ; les Anciens l'appelaient Chorasmie) est situé sur le cours inférieur de l'Oxus (Āmū Daryā) près de la mer d'Aral. Après les ravages causés par les invasions mongoles et tīmūrides, cette vaste oasis était connue sous le nom de khānat de Khīva, célèbre pour ses tapis turcomans.

Des fouilles archéologiques ont montré que le Khārezm était peuplé dès le Néolithique et qu'une première phase culturelle (~ IVe-~ IIIe millénaire) lui a fait jouer le rôle de plaque tournante entre la Mésopotamie et les régions hyperboréennes. Une deuxième phase culturelle plus avancée (de sédentaires pasteurs et agriculteurs) existait lorsque se serait produite l'inversion du cours de l'Oxus (vers le milieu du ~ IIe millénaire), qui a entraîné de profonds bouleversements écologiques. Très tôt habité par les Indo-Européens (probablement avant le ~ Ier millénaire), le Khārezm a été, dit-on, la patrie de Zoroastre. Satrapie sous les Achéménides, la région devient plus ou moins autonome à partir d'Alexandre. Commencée dès le début du viie siècle, la conquête musulmane du pays n'amène la conversion d'un Khwārazm-shāh qu'au tournant du viiie et du ixe siècle. Dès lors, le Khārezm islamisé prospère sous des lignées rivales de Khwārazm-shāh avant de passer sous le contrôle de diverses dynasties (Sāmānides, Ghaznawides, Saldjūkides, Qarā-Khitāy).

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm

vidéo

Croisades. Les shahs du Khwarazm supplantent les Seldjoukides. Apogée anasazi en Amérique du Nord.Malgré ses rivalités internes, opposant notamment les rois capétiens à l'État anglo-angevin des Plantagenets, l'Occident chrétien s'étend en Méditerranée.Les Almohades, qui ont remplacé les... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

De plus en plus « turquisé », ce royaume de vieille civilisation iranienne connaît son apogée au début du xiiie siècle, lorsque, après avoir éliminé les Saldjūkides, il parvient à réunifier pour un temps l'Iran. Après la tourmente mongole, Khīva a été conquise par Tamerlan (1379) et par les Özbek (1512). Puis le khānat de Khīva tombe de plus en plus dans l'orbite de la Russie qui finit par l'annexer en 1873. Cette région est maintenant divisée entre les républiques du Turkménistan et de l'Ouzbékistan.

L'économie est essentiellement agricole : culture du coton, sériciculture et élevage d'agneaux karakuls.

Les deux principales villes sont Urgench (138 000 hab. selon les estimations de 2001) et Khiva, toutes deux situées en Ouzbékistan.

—  Jean CALMARD

Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  KHAREZM ou KHARAZM ou KHOREZM, anc. CHORASMIE  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La domination turque »  : […] Avec la disparition des Samanides, le pouvoir passa de nouveau aux mains des Turcs, venus des steppes du Nord en quête de pâturages. Leur modèle s'imposa encore une fois, mais heureusement la destruction, au moins en Afghanistan, resta limitée. Car les nouveaux conquérants, qui avant d'arriver au pouvoir avaient passé quelque temps au service des Samanides, avaient non seulement adhéré à l'islam, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afghanistan/#i_21847

ASIE CENTRALE

  • Écrit par 
  • Henri-Paul FRANCFORT, 
  • Frantz GRENET
  •  • 9 676 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les agro-pasteurs du Néolithique »  : […] L'origine de l' agriculture de l'Asie centrale n'est pas encore élucidée, mais il n'est pas exclu que les piémonts nord de Kopet Dag de l'Hindu Kuch et du Pamir aient fourni des milieux favorables à la domestication des plantes céréalières qui, pour certaines, y subsistent encore à l'état sauvage. La zone qui s'étend entre les piémonts du Zagros et ceux du Baluchistan, régions où l'« invention » d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-centrale/#i_21847

BĪRŪNĪ (973-1050)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 2 151 mots

Dans le chapitre « Un homme mêlé aux débats de son époque »  : […] C'est sous le règne d'Abū'l-‘Abbās (1010-1017) que Bīrūnī devait jouer un rôle important. Nous connaissons ce que fut son activité politique et diplomatique à cette époque par les extraits de son Histoire du Khwārizm conservés par Bayḥaqī. Son but était avant tout l'indépendance de son pays, menacée par une aristocratie militaire, soucieuse de ses seuls intérêts. Bīrūnī écri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biruni/#i_21847

EXPANSION MONGOLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 206 mots

1206 Temüdjin est reconnu khan universel (Gengis khan). 1215 Prise de Pékin et annexion de la Mandchourie. 1221 Gengis khan atteint l'Indus. 1229 Ögödeï est élu grand khan deux ans après la mort de son père Gengis khan. 1231 Destruction définitive de l'empire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expansion-mongole-reperes-chronologiques/#i_21847

KHĀRAZM-SHĀH

  • Écrit par 
  • Pierre CHUVIN
  •  • 381 mots
  •  • 1 média

Le titre de Khārazm-shāh, « souverain du Khārazm » (région du vaste delta par lequel l'Amou Darya se jette dans la mer d'Aral), a été porté dès avant la période islamique par les représentants de plusieurs dynasties, dont le pouvoir a pu s'étendre bien au-delà de la province ainsi désignée. La gloire des Khārazm-shāh est liée à une ville, Gurgānj (appelée ensuite Urgench, aujourd'hui Kohna Urgench […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kharazm-shah/#i_21847

MONGOLIE, histoire

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 17 559 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le Conquérant du monde »  : […] Les premières années qui suivirent le quriltai de 1206 marquent une nouvelle étape dans la formation du monde gengiskhanide, par l'adhésion spontanée au jeune État mongol des grands peuples turco-mongols sédentarisés qui, intermédiaires entre les nomades et la Chine, vont jouer le rôle d'initiateurs à la civilisation et de guides pour la préparation des invasions en pays sédentaires. Ce sont, en 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mongolie-histoire/#i_21847

SAMARCANDE

  • Écrit par 
  • Pierre CHUVIN
  •  • 3 714 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Entre Arabes et Mongols (712-1220) »  : […] C'est une ville prospère que le général omeyyade Qutayba ibn Muslim assiège en 712, et l'opulence qu'il découvre lorsqu'il entre dans la ville l'amène à violer les termes de la reddition qui avait été négociée ; il brûle les idoles, pille les temples, expulse la population. Les nobles se replient vers Pendjikent où ils préservent leur autonomie et leur richesse pendant une vingtaine d'années, aprè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samarcande/#i_21847

SELDJOUKIDES

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 2 837 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Apparition des Seldjoukides »  : […] Le premier chef connu de cette tribu, Dokak, est mentionné dans la seconde moitié du x e  siècle dans la région de la mer d'Aral ; mais c'est son fils, Seldjouk, qui est le premier grand personnage historique. Vers la fin du x e  siècle, les Seldjoukides, alors installés sur la rive gauche du Syr- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seldjoukides-saldjuqides-seldjouqides/#i_21847

TAMERLAN, TIMOUR ou TIMŪR LENG dit (1336-1405)

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 1 144 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les triomphes militaires »  : […] De 1370 à 1405, Tamerlan a conduit dans toutes les directions d'incessantes expéditions : vers l'est, de 1370 à 1380, elles ont abouti à la conquête du Khwarezm ; d'autres, menées entre 1370 et 1392 vers le Turkestan oriental et la Haute-Asie, ont eu pour conséquence la destruction de la domination mongole dans ces régions au moment où la dynastie Ming l'anéantit également en Chine ; une autre ex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tamerlan-timour-timur-leng/#i_21847

VICTOIRE DU KHAREZM SUR LES SELDJOUKIDES D'IRAN

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 198 mots

Tekish, issu d'une dynastie turque, est devenu shah du Kharezm ou Khwarazm (au sud de la mer d'Aral) en 1172, avec l'appui des Qara-Kitai du Turkestan oriental. Au début de 1194, il annexe le Khorasan et s'attaque aussitôt au dernier sultan seldjoukide d'Iran, Toghroul III, vaincu et tué le 19 mars près de Rey. Il se trouve alors à la tête d'un empire allant du Tigre au Syr-Daria et comprenant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/victoire-du-kharezm-sur-les-seldjoukides-d-iran/#i_21847

Pour citer l’article

Jean CALMARD, « KHĀREZM ou KHĀRAZM ou KHOREZM, anc. CHORASMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kharezm-kharazm-khorezm-chorasmie/