KHALKHA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ethnie principale de la République mongole (qui s'est appelée successivement Mongolie-Extérieure puis république populaire de Mongolie), les Khalkha (ou Qalq-a, ou Xalx) étaient estimés à 1 777 730 en 1993, ce qui représente 78,8 p. 100 de la population totale du pays (2 256 000 hab.). Ils appartiennent au groupe ethno-linguistique des Mongols orientaux. La mise en place de cette ethnie au nord du Gobi remonte au long règne (1488-1543) de Dayan-khān (1464-1543), et les quatre-vingt-trois princes héréditaires qui la dirigeaient encore en 1911 descendaient tous de Geresanja ou Gersenz (1513-1549), le onzième et dernier fils de ce souverain. D'abord partagés entre les sept fils de Geresanja, les Khalkha sont, entre la fin du xvie siècle et le début du xviie, divisés en quatre khānats. L'un d'entre eux, celui de l'Altyn-khān, va disparaître à la fin du xviie siècle, et un autre, celui du Sayinnoyon-khān, va se former dans le premier quart du xviiie siècle ; on a, dès lors, les quatre khānats khalkha, dénommés aimag, formant des unités territoriales aux frontières fixes (alors qu'auparavant l'unité de gouvernement reposait plus sur l'allégeance personnelle que sur le territoire d'occupation) : le principal, celui du Tüšietü-khān, au centre, celui du Tsetsen-khān à l'est, ceux du Sayin-noyon-khān et du Jasagtu-khān (ou Zasagtu-khān) à l'ouest. Ralliés aux Mandchous (dynastie chinoise des Qing), nominalement en 1655 et définitivement en 1691, après de dures guerres contre les Mongols occidentaux, les quatre aimag khalkha, scindés en quatre-vingt-trois bannières ou qošigun (khošūn en mongol moderne), forment jusqu'en 1911, avec trois bannières ölöt et les terres franches de l'Église lamaïque, la Mongolie-Extérieure.

Leur langue est assez homogène, en dépit de variations locales, pour que le dialecte de la région d'Ulān-Bātor (ancien Urga) s'impose comme langue standard. Il est à remarquer que les premières études linguistiques modernes sur un dialecte mongol sont celles que le Finlandais G. J. Ramstedt (1873-1950) a consacrées en 1902 et en 1903 à la phonétique et à la con [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S. et à la Fondation nationale des sciences politiques (C.E.R.I)

Classification


Autres références

«  KHALKHA  » est également traité dans :

MONGOLIE, histoire

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 17 559 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La conquête mandchoue »  : […] Une vingtaine d'années après la mort d'Altan-khan, un prince čakhar, seul grand-khan authentique, Ligdan-khan, tentait à son tour de regrouper autour de lui les fiefs éparpillés et de mater les insoumissions . Mais, à ce moment, le vent de l'histoire tournait au profit d'une troisième puissance barbare qui, après les Turcs et les Mongols, se lançait à la conquête des steppes et de la Chine : les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mongolie-histoire/#i_21734

OÏRAT

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 2 091 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les grandes migrations »  : […] À compter des dernières décennies du xv e  siècle, les Mongols orientaux reprenant force sous le long règne de Dayan-khan (cf.  mongolie -Histoire), les Mongols occidentaux sont peu à peu rejetés vers l'ouest, où ils accentuent leur pression sur leurs voisins turcs – nomades des steppes (Kirghiz-Qazaq) et sédentaires des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oirat/#i_21734

Pour citer l’article

Françoise AUBIN, « KHALKHA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/khalkha/