CURIE LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Développement de la radioactivité

Identification des radioéléments naturels

Ainsi s'est poursuivi, dans une première voie, le développement de la radioactivité. Cette voie est celle de la recherche d'éléments radioactifs naturels. Les collaborateurs de Pierre et Marie Curie y contribuèrent : Gustave Bémont, associé au travail sur le radium ; André Debierne, qui, en 1899, découvrit l'actinium ; Marguerite Perey, la dernière, qui identifia le francium, en 1937.

De nombreux savants étrangers ont apporté leur part de découvertes, et de nouveaux éléments furent identifiés : radiothorium, mésothorium, émanations de gaz radioactifs (dénommés plus tard radon, thoron, actinon), ionium, thorium X, actinium X ; ensuite furent mis en évidence les constituants des dépôts actifs responsables de la radioactivité induite, nom d'abord donné à la propriété apparente de devenir radioactifs acquise par les corps mis en contact avec une émanation. Peu à peu, on établit entre eux des filiations, et les trois familles de radioéléments naturels se constituèrent, issues respectivement de l'uranium, du thorium et de l'actinium (celui-ci descendant de l'actino-uranium, qui a été, beaucoup plus tard, identifié à l'isotope 235 de l'uranium), lorsqu'on eut compris la filiation qui fait apparaître successivement différents radioéléments à partir de ces trois éléments de très longue vie, jusqu'à aboutir à un plomb stable. Accessoirement, on a trouvé une faible radioactivité dans le potassium ainsi que dans le rubidium. On savait en outre que certains radioéléments émettent de l'hélium.

Dans son Traité de radioactivité, Marie Curie donne, en 1910, un tableau de l'ensemble des radioéléments connus ; ceux qui présentent quelques analogies sont placés sur la même ligne.

Radioéléments connus en 1910

Tableau : Radioéléments connus en 1910

Ensemble des radioéléments connus en 1910. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les trois familles de radioéléments lourds naturels

Dessin : Les trois familles de radioéléments lourds naturels

Les trois familles de radioéléments lourds naturels (d'après Marie Curie, 1934). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Pour des raisons scientifiques, et parce que les radioéléments utilisés en thérapeutique étaient préparés et vendus par l'industrie, il fut nécessaire de mesurer les quantités de ceux-ci contenues dans une source, le contrôle ne pouvant se faire facilement que par des comparaisons d'intensités de rayonnement.

Marie Curie consacra de longs efforts à purifier et à peser une quantité d'environ 16 mg de chlorure de radium qui, placée dans une ampoule scellée, devint, en 1911, le premier des étalons de radium, dit « étalon Marie Curie », actuellement conservé à l'Institut du radium de Paris (appelé maintenant Institut Curie). L'unité de radioactivité fut fondée sur le nombre de désintégrations par seconde qui se produit dans une source. Elle a reçu le nom de curie (symbole Ci) et correspond à 3,7 × 1010 désintégrations par seconde. La radioactivité de 1 g de radium est très voisine de 1 Ci.

Radioactivité et théorie de l'atome

Ernest Rutherford avait élaboré, en 1912, un modèle d'atome où des électrons gravitaient autour d'un noyau positif. En 1913, Niels Bohr y introduisit la notion de quantum d'action, proposée par Max Planck en 1900, et donna à ce modèle une forme quasi définitive.

Les connaissances acquises en radioactivité ont, dès lors, commandé l'évolution de la théorie atomique.

L'idée de transmutation se précise quand plusieurs savants, dont E. Rutherford, sir Frederick Soddy et Kasimir Fajans, énoncent la « loi de changement de valence », d'où il résulte que certains radioéléments viennent occuper des places encore vides de la classification et que d'autres sont à la même place que des éléments stables connus. Dans une même case, les éléments se distinguent par leurs masses atomiques différentes ; ainsi apparaît la notion d'isotopes (F. Soddy) ; Francis William Aston réussit à séparer des isotopes mélangés dans les éléments stables naturels. Seuls les éléments 43 et 85 n'existent pas dans la nature, ni ceux de numéro supérieur à 92. Ils apparaîtront plus tard, créés par transmutation artificielle, comme des éléments radioactifs.

Dans son Traité de radioactivité de 1934, Marie Curie peut ainsi classer les radioéléments et présenter un tableau des trois familles de radioéléments lourds naturels.

Les trois familles de radioéléments lourds naturels

Dessin : Les trois familles de radioéléments lourds naturels

Les trois familles de radioéléments lourds naturels (d'après Marie Curie, 1934). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Sous une forme actuelle, ce tableau serait complété par d'autres éléments. Un certain nombre de symboles ne sont plus utilisés, mais remplacés par celui de l'isotope principal de même numéro, accompagné du nombre de masse (par exemple, actino-uranium Y : 23190Th).

Radioactivité et théorie du noyau atomique

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Marie et Pierre Curie

Marie et Pierre Curie
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Marie Curie (1867-1934)

Marie Curie (1867-1934)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Les époux Joliot-Curie

Les époux Joliot-Curie
Crédits : Fox Photos/ Getty Images

photographie

Radioéléments connus en 1910

Radioéléments connus en 1910
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès sciences, lauréat de l'Institut, directeur de recherche honoraire au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  CURIE LES  » est également traité dans :

DÉCOUVERTE DE LA RADIOACTIVITÉ NATURELLE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 154 mots

En février 1896, Henri Becquerel (1852-1908) prépare des cristaux de sulfate double d'uranyle et de potassium et, afin d'étudier leur phosphorescence, les place sur une plaque photographique entourée d'un papier. Le soleil étant absent, il enferme ses plaques dans un tiroir. Quelques jours plus tard, il constate qu'elles ont été fortement impressionnées dans le noir. Il en conclut que le sel émet […] Lire la suite

DE LA RADIOACTIVITÉ À LA FISSION DE L'ATOME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Robert DAUTRAY
  •  • 867 mots

1896 Après la découverte des rayons X par le physicien allemand Wilhelm C. Röntgen en 1895, de nombreux savants recherchent des sources naturelles de rayons X. Le physicien français Henri Becquerel découvre fortuitement que des sels d'uranium émettent des rayons nouveaux, qu'il appelle « uraniques ». 1897 Joseph J. Thomson et divers savants britanniques, allemands et néerlandais (dont P. Zeeman […] Lire la suite

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 205 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les travaux de Pierre Curie »  : […] Les conceptions de Pierre Curie sur la symétrie des phénomènes physiques devaient introduire la notion de prévision. Ce savant établit que le champ électrique est un vecteur polaire de même symétrie qu'un tronc de cône et que le champ magnétique est un vecteur axial avec la symétrie du cylindre tournant. Il énonce deux propriétés : – c'est la dissymétrie qui, dans un milieu donné, crée le phénomè […] Lire la suite

JOLIOT-CURIE FRÉDÉRIC (1900-1958)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 959 mots
  •  • 3 médias

Physicien français, né et mort à Paris. Ingénieur de l'École de physique et de chimie industrielles de la Ville de Paris, où il reçut l'enseignement de Paul Langevin, Jean Frédéric Joliot décide de se consacrer à la recherche scientifique et entre en 1925 à l'Institut du radium, dirigé par Marie Curie, dont il épouse, en 1926, la fille Irène . Enseignant à l'école d'électricité industrielle Charli […] Lire la suite

PIÉZO-ÉLECTRICITÉ

  • Écrit par 
  • Pierre VOVELLE
  •  • 4 738 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Cristaux divers »  : […] La piézo-électricité ne se manifeste que pour certaines classes de géométrie cristalline. Reconnue et étudiée dans de nombreux cristaux, parmi lesquels on peut citer les sulfates, les phosphates, les sucres, la tourmaline, le sel de Seignette, le monophosphate d'ammonium (A.D.P.), le tartrate d'éthylène diamine (E.D.T.) et le tartrate dipotassique (D.K.T.), elle n'est exploitée pratiquement que d […] Lire la suite

POLONIUM

  • Écrit par 
  • Georges BOUISSIÈRES, 
  • Universalis
  •  • 2 968 mots
  •  • 2 médias

Le polonium (symbole Po, numéro atomique 84) est un élément radioactif découvert par Pierre et Marie Curie, en 1898, dans la pechblende de Joachimsthal (aujourd’hui Jáchymov, en République tchèque) . Ayant observé que la radioactivité des minerais d'uranium était supérieure à celle que l'on pouvait attendre d'après leur teneur, ils entreprirent des traitements chimiques sur la pechblende pour isol […] Lire la suite

RADIOACTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard SILVESTRE-BRAC
  •  • 5 424 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  La découverte de la radioactivité »  : […] En 1895, Wilhelm C. Röntgen remarque que le verre du tube cathodique qu'il utilise pour ses expériences émet un rayonnement invisible capable d'impressionner une plaque photographique. Il nomme rayons X ce rayonnement étrange. Il présente sa nouvelle découverte à l'Académie des sciences de Paris en janvier 1896. Henri Poincaré est très intéressé par ce phénomène et demande à Henri Becquerel d'étu […] Lire la suite

RADIUM

  • Écrit par 
  • Georges BOUISSIÈRES
  •  • 2 336 mots
  •  • 1 média

En 1898, quelques mois après avoir découvert le polonium, Pierre et Marie Curie et leur collaborateur Gustave Bémont, poursuivant l'étude du fractionnement de la pechblende de Joachimsthal (aujourd'hui Jáchymov, en République tchèque), purent révéler l'existence d'un élément d'un comportement chimique voisin de celui du baryum et pour lequel ils proposèrent le nom de radium, en raison de sa propr […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7-29 janvier 2004 France. Mouvement de protestation des chercheurs

Le 7, des biologistes des instituts Cochin, Curie et Pasteur lancent sur Internet une pétition intitulée « Sauvons la recherche ». Les signataires du texte accusent le gouvernement de mener une politique qui consiste à « fermer le secteur de la recherche publique »; ils menacent de démissionner de leurs responsabilités administratives si les diminutions de crédits et les suppressions de postes sont maintenues; ils demandent également la convocation d'assises nationales de la recherche. […] Lire la suite

20 janvier 1996 France – Vatican. Visite d'État du président Jacques Chirac au Vatican

Jacques Chirac constate sa convergence de vues avec la Curie sur les principaux dossiers internationaux. Le pape Jean-Paul II doit venir en France en 1996 et en 1997.  […] Lire la suite

20 avril 1995 France. Transfert des cendres de Pierre et Marie Curie au Panthéon

Quatorze ans après avoir marqué sa prise de fonctions par une visite au Panthéon, François Mitterrand préside la cérémonie du transfert des cendres de Pierre et Marie Curie. Le chef de l'État avait exprimé la volonté d'honorer ainsi Marie Curie, Prix Nobel de physique en 1903 – prix qu'elle partagea avec son mari et Henri Becquerel – et Prix Nobel de chimie en 1911, lors de la Journée internationale de la femme en mars 1994. […] Lire la suite

28-30 juillet 1984 France – Italie. Visite du Premier ministre Pierre Mauroy à Rome

Le jour même de son arrivée, Jean-Paul II, dans une allocution prononcée devant le Sacré Collège et les membres de la Curie romaine, réaffirme « le droit et le devoir », pour les catholiques, d'avoir leurs écoles. L'allusion à la querelle scolaire française est évidente. Le 30, le Premier ministre se rend au Vatican où il est reçu successivement en tête-à-tête par le pape et par le cardinal Agostino Casaroli, secrétaire d'État, avant de déclarer que « la liberté de l'enseignement n'a jamais été mise en cause » en France. […] Lire la suite

9 avril 1984 Vatican. Nominations à la curie

Jean-Paul II annonce un remaniement de la curie, qui constitue le gouvernement de l'État du Vatican. Les pouvoirs du cardinal Agostino Casaroli, secrétaire d'État, sont renforcés : c'est lui qui assumera désormais, en plus de ses fonctions, la gestion du Vatican. Cinq cardinaux changent de responsabilité ; on note en particulier le remplacement, à la tête de la congrégation des évêques, d'un Italien, le cardinal Sebastiano Baggio, par le cardinal béninois Bernardin Gantin ; celui-ci abandonne la commission Justice et Paix et le conseil Cor Unum au profit du cardinal Roger Etchegaray, qui quitte donc son archevêché de Marseille pour Rome. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marcel FRILLEY, « CURIE LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-curie/