BOHR NIELS (1885-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Niels Henrik David Bohr, physicien danois, né le 7 octobre 1885 et mort le 18 novembre 1962 à Copenhague, est un des plus grands savants de notre époque ; par ses contributions fondamentales à la physique atomique et nucléaire ainsi qu'à la théorie de la connaissance, il se place dans la lignée des Newton et des Einstein. Il reçut le prix Nobel de physique en 1922.

Niels Bohr

Niels Bohr

photographie

Le Danois Niels Heinrik Bohr (1885-1962), spécialiste de la physique atomique et nucléaire, a été lauréat du prix Nobel de physique en 1922 pour ses travaux sur la structure des atomes. 

Crédits : ullstein bild/ Getty Images

Afficher

Bohr fut un des premiers à montrer les dangers qu'impliquait l'emploi des armes nucléaires et à préconiser une politique fondée sur un franc et large échange d'informations entre les nations. Après la guerre, il prit une part active à l'organisation de la recherche scientifique tant au Danemark qu'au niveau européen, tout en continuant à exercer une influence profonde sur le développement de la physique atomique et nucléaire.

De l'électromagnétisme classique à la théorie atomique

Dans sa thèse de doctorat, soutenue en 1911, à l'université de Copenhague, il donna à la théorie classique des électrons appliquée à l'interprétation des propriétés des métaux la plus grande généralité dont elle était susceptible et mit ainsi en évidence l'insuffisance essentielle dans ce domaine de l'électromagnétisme classique. C'est au laboratoire de Rutherford à Manchester, où il séjourna de 1912 à 1916, qu'il jeta les bases, en 1913, d'une théorie de la constitution des atomes et des molécules, rompant délibérément avec les théories classiques. Cette théorie incorporait à la fois le modèle d'atome nucléaire proposé par Rutherford en 1911 et la notion de quantum d'action introduite par Planck en 1900. Dans la théorie de Bohr, le rôle du quantum d'action, exprimé par les postulats quantiques, était d'assurer la stabilité des édifices atomiques et de régler le mécanisme de leur interaction avec le rayonnement électromagnétique.

À partir de 1916, Bohr fut attaché à l'université de Copenhague, dès 1920, comme directeur de l'Institut de physique théorique nouvellement créé à son intention. Il occupa ces fonctions jusqu'à sa mort, et fit de son institut [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'Institut nordique de physique atomique théorique, Copenhague

Classification


Autres références

«  BOHR NIELS (1885-1962)  » est également traité dans :

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 244 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'atome de Bohr »  : […] En 1913, Niels Bohr a fait accomplir un pas très important à la physique atomique moderne. Il a montré que la conception quantique introduite par Planck dans l'étude du rayonnement thermique, et par Einstein pour décrire la structure de la lumière, était fondamentale pour tous les phénomènes atomiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atome/#i_3041

ATOMIQUE PHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Philippe BOUYER, 
  • Georges LÉVI
  •  • 6 703 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le modèle de Bohr »  : […] En 1913, Bohr développa une théorie très ingénieuse des atomes qui associait la mécanique classique et les idées de quantification […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-atomique/#i_3041

BOHR ATOME DE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 370 mots
  •  • 1 média

Deux ans après avoir soutenu sa thèse sur la théorie électronique des métaux, le physicien danois Niels Bohr (1885-1962) écrit en 1913 trois articles fondamentaux qui révolutionnent la compréhension de la structure de la matière. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atome-de-bohr/#i_3041

COPENHAGUE ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Bernard d' ESPAGNAT
  •  • 731 mots
  •  • 2 médias

On regroupe sous ce nom les physiciens théoriciens qui, entre 1920 et 1930, après avoir élaboré la mécanique quantique, mirent en évidence ses aspects les plus révolutionnaires par rapport aux concepts en vigueur jusqu'alors et furent les instigateurs d'un très profond débat épistémologique qui se poursuit encore actuellement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-copenhague/#i_3041

DE LA RADIOACTIVITÉ À LA FISSION DE L'ATOME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Robert DAUTRAY
  •  • 867 mots

1913 Le Danois Niels Bohr applique la théorie des quantas (découverte en 1900 par Planck et développée par certains physiciens comme Einstein) à l'atome d'hydrogène, posant les hypothèses nécessaires pour assurer la stabilité de l'atome, les positions des raies spectrales de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-la-radioactivite-a-la-fission-de-l-atome-reperes-chronologiques/#i_3041

DESCRIPTION DE L'ATOME

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 104 mots

Ernest Rutherford (1871-1937) propose en 1911 un modèle planétaire de l'atome. L'interprétation des résultats expérimentaux obtenus par ses collaborateurs Hans Geiger et Ernest Marsden sur la déviation violente des rayons α une mince feuille d'or lui permet de comprendre qu'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/description-de-l-atome/#i_3041

HEISENBERG WERNER KARL (1901-1976)

  • Écrit par 
  • Léon ROSENFELD
  •  • 3 503 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mécanique quantique »  : […] Au moment où Heisenberg arrivait à Copenhague, en 1924, Bohr et Kramers consacraient leurs efforts à l'examen de la portée du principe de correspondance. On peut analyser le mouvement classique des électrons d'un atome en ses composantes périodiques et leurs harmoniques (multiples entiers m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/werner-karl-heisenberg/#i_3041

LANDAU LEV DAVIDOVITCH (1908-1968)

  • Écrit par 
  • Yakov SMORODINSKI
  •  • 2 076 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une carrière remarquable »  : […] à la mécanique quantique. Il est donc accueilli en tant que savant au laboratoire de Niels Bohr à Copenhague où il retournera en 1933, puis en 1934. Au cours de ses séjours à l'étranger, Lev Landau se rend à Berlin où il fait la connaissance d'Einstein. Il effectue également des stages en Grande-Bretagne, en Suisse et aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lev-davidovitch-landau/#i_3041

MODÈLE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Sylvanie GUINAND, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Noël MOULOUD, 
  • Jean-François RICHARD, 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 24 440 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les fonctions de la modélisation »  : […] sont des composés de la forme figurative et de la forme mathématique. Le modèle de Bohr pour l'atome était bien, à l'origine, tributaire de la figuration orbitale, de l'image géométrique, mais il devient progressivement le moyen d'exprimer les liaisons des éléments énergétiques qui sont définies par les matrices quantiques, lesquelles ordonnent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modele/#i_3041

NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Noyau atomique

  • Écrit par 
  • Luc VALENTIN
  •  • 10 314 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le noyau composé »  : […] Historiquement, le premier modèle de collision, dû à Niels Bohr, fut développé pour rendre compte des résultats obtenus avec des neutrons de basse énergie (fig. 17). On y observe des résonances étroites, c'est-à-dire des variations brutales, en fonction de l'énergie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-physique-noyau-atomique/#i_3041

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Fermions

  • Écrit par 
  • Jean-Eudes AUGUSTIN, 
  • Michel PATY, 
  • Bernard PIRE
  •  • 16 246 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'électron classique »  : […] électrons en mouvement harmonique autour de lui : la perte d'énergie par rayonnement garantissait l'effondrement des électrons sur le noyau. Il a fallu l'audace de Niels Bohr pour supposer une disparition de cet effet dans les atomes, et poser ainsi les jalons du modèle atomique quantique où une telle suppression du rayonnement a effectivement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-fermions/#i_3041

PAULI WOLFGANG (1900-1958)

  • Écrit par 
  • Charles P. ENZ
  •  • 2 218 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le principe d'exclusion »  : […] et, après un été à Hambourg, il passa une année à Copenhague sur l'invitation de Niels Bohr. Cette année fut le début d'une profonde amitié avec Bohr. Mais elle marqua aussi le début de son étude de « l'effet Zeeman anomal » qui le conduisit, en janvier 1925, à la formulation du principe d'exclusion qui porte son nom, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wolfgang-pauli/#i_3041

PHOTOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Jacques JOUSSOT-DUBIEN
  •  • 3 532 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] l'introduction des quanta en physique. À la suite des travaux d'Einstein (1905-1912) et de Stark (1908), complétés par ceux de Bohr (1916), se dégagea la loi de l'équivalent photochimique selon laquelle chaque molécule réagissant sous l'influence de la lumière absorbe un quantum d'énergie électromagnétique hν qui provoque sa transformation : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photochimie/#i_3041

RÉALITÉ PHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard d' ESPAGNAT
  •  • 2 884 mots

Dans le chapitre « L'objectivité scientifique »  : […] l'origine de la mécanique quantique, par certains de ses principaux fondateurs tels que Niels Bohr et Werner Heisenberg. Ces auteurs partent en effet de l'idée que le but du discours scientifique n'est pas de décrire une réalité extérieure absolue (qui leur paraît difficilement définissable), mais bien de nous permettre de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realite-physique/#i_3041

RUTHERFORD ERNEST lord (1871-1937)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 643 mots

expliquer cette diffusion — sa théorie nucléaire —, recherches qui constituent sa contribution la plus importante à la physique. En 1912, Niels Bohr se joint au laboratoire de Manchester, et c'est là qu'il adapte la structure nucléaire de Rutherford à la théorie quantique de Max Planck, obtenant ainsi une structure atomique qui rend compte des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernest-rutherford/#i_3041

SÉPARABILITÉ ET NON-SÉPARABILITÉ, mécanique quantique

  • Écrit par 
  • Alain ASPECT, 
  • Philippe GRANGIER
  •  • 1 339 mots
  •  • 4 médias

contre l'interprétation qui se construit, appelée aujourd'hui « interprétation de Copenhague » défendue par Niels Bohr. Pour Bohr, la mécanique quantique donne, sous forme probabiliste, la description physique du monde la plus complète qu'on puisse concevoir. Pour Einstein, au contraire, la nature probabiliste des prédictions de la théorie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/separabilite-et-non-separabilite-mecanique-quantique/#i_3041

SPECTROSCOPIE

  • Écrit par 
  • Michel de SAINT SIMON
  •  • 5 068 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Historique »  : […] raies d'émission de l'hydrogène alors connues, puis Johannes R. Rydberg et Walther Ritz étendent ce type de relation à d'autres éléments. En 1913, Niels Bohr introduit l'hypothèse des quanta due à Max Planck dans le modèle atomique proposé par Ernest Rutherford. Il peut ainsi justifier les relations évoquées ci- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spectroscopie/#i_3041

WHEELER JOHN ARCHIBALD (1911-2008)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 931 mots

la matérialisation de deux photons en un électron et un positron, il passe un an à Copenhague dans le groupe de Niels Bohr, puis est nommé professeur à Princeton. Lorsque Bohr rejoint les États-Unis en 1939, il confie à Wheeler que les physiciens allemands sont parvenus à provoquer la fission de noyaux d'uranium ; Bohr et Wheeler réunissent alors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-archibald-wheeler/#i_3041

Voir aussi

Pour citer l’article

Léon ROSENFELD, « BOHR NIELS - (1885-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/niels-bohr/