PIÉZO-ÉLECTRICITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La piézo-électricité est un phénomène propre à certains types de cristaux (le quartz est le plus connu) ou de céramiques anisotropes. Il apparaît à la surface de ces corps, quand on les soumet à des pressions, des charges électriques (effet « direct »). Inversement, l'application d'une tension électrique sur ces mêmes surfaces donne lieu à une modification des dimensions des cristaux (effet « inverse »). Il y a là un moyen de transformer un signal électrique en déformation mécanique et réciproquement.

Ce phénomène, combiné aux propriétés de résonance mécanique des corps utilisés, permet d'obtenir des vibrations électriques ou mécaniques, à l'origine de nombreuses applications pratiques.

Les sources de fréquences stables, indispensables à tous les systèmes actuels de télécommunication, les générateurs d'ultrasons, certaines têtes de lecture de tourne-disques, certains modèles d'allume-gaz, constituent quelques applications de la piézo-électricité. L'exploitation industrielle de ce phénomène, à peine naissante en 1940, en plein développement quarante ans plus tard, occupe dans le monde des dizaines de milliers de personnes, des mineurs de quartz aux ingénieurs électroniciens.

La piézo-électricité, pressentie au milieu du xixe siècle après les théories cristallographiques de René Just Haüy, a été mise en évidence à Paris en 1880 par les frères Pierre et Jacques Curie. Ce fut une découverte exemplaire, puisque ces derniers apportèrent à la fois la preuve expérimentale du phénomène et une théorie élaborée, le reliant à la géométrie atomique des cristaux et énonçant ses principales lois. Cette découverte attira immédiatement l'attention des scientifiques : Gabriel Lippmann, Wilhelm Gottlieb Hankel, William Thomson (lord Kelvin) et surtout Woldemar Voigt complétèrent les observations et la théorie du phénomène, presque complètement établie à la fin du xixe siècle.

La piézo-électricité n'était pourtant alors qu'une curiosité de laboratoire. La guerre de 1914-1918 la fit entrer dan [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Domaine cristallin avec centre de symétrie

Domaine cristallin avec centre de symétrie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Domaine cristallin sans centre de symétrie

Domaine cristallin sans centre de symétrie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Quartz initial

Quartz initial
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Quartz : coupes usuelles

Quartz : coupes usuelles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : chef des services techniques à la Compagnie d'électronique et de piézoélectricité

Classification

Autres références

«  PIÉZO-ÉLECTRICITÉ  » est également traité dans :

AMÉTHYSTE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 2 334 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Propriétés physico-chimiques »  : […] L'améthyste ne conserve sa couleur violette que pour des températures inférieures à 250  0 C. Sa taille et son façonnage doivent donc en tenir compte pour éviter tout échauffement excessif dû à l'abrasion ou à la flamme du chalumeau. Au-delà de cette température, l'améthyste devient incolore puis, entre 400 et 500  0 C, prend une couleur jaune. À ces températures, le processus est encore réversibl […] Lire la suite

BECQUEREL ANTOINE CÉSAR (1788-1878)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 344 mots

Ancien élève de l'École polytechnique (où il entre en 1806), sorti dans le corps des ingénieurs militaires, Becquerel, après la chute de Napoléon, se consacre uniquement à la science et il est le premier à occuper la chaire de physique au Muséum d'histoire naturelle de Paris (1838). Il est le chef de file de toute une dynastie d'hommes de science : son fils Alexandre Edmond lui succède au Muséum n […] Lire la suite

CRISTAUX - Synthèse des cristaux

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 6 270 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les cristaux piézoélectriques »  : […] La piézoélectricité est un phénomène que présentent certains cristaux : soumis à des contraintes mécaniques, ils acquièrent une polarisation électrique dans leur masse et des charges électriques à leur surface (effet direct) ; soumis à un champ électrique, ils se déforment (effet inverse). Les applications de ces cristaux sont nombreuses : capteurs de pression, de force ou d'accélération ; transdu […] Lire la suite

DIÉLECTRIQUES

  • Écrit par 
  • Roland COELHO
  •  • 14 656 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Fluides isotropes »  : […] Dans les fluides isotropes, l'électrostriction tend à déplacer le matériau pour l'accumuler dans des zones de champ fort, y provoquant une surpression. Pour calculer cette surpression, il faut appliquer la méthode d'Helmholtz, qui consiste à écrire que le travail des forces de déformation est compensé par la variation d'énergie électrostatique. Dans le cas particulier d'un fluide quasi incompressi […] Lire la suite

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 199 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les travaux de Pierre Curie »  : […] Les conceptions de Pierre Curie sur la symétrie des phénomènes physiques devaient introduire la notion de prévision. Ce savant établit que le champ électrique est un vecteur polaire de même symétrie qu'un tronc de cône et que le champ magnétique est un vecteur axial avec la symétrie du cylindre tournant. Il énonce deux propriétés : – c'est la dissymétrie qui, dans un milieu donné, crée le phénomè […] Lire la suite

ÉLECTRO-ACOUSTIQUE

  • Écrit par 
  • Éric de LAMARE
  •  • 7 348 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Principes piézo-électrique et magnétostrictif »  : […] On utilise, pour réaliser des transducteurs électromécaniques, la propriété que présentent certains corps de se rétracter ou de se dilater sous l'effet d'un champ électrique, ou inversement de développer des charges électriques proportionnelles aux pressions mécaniques que l'on exerce sur eux : c'est le phénomène de piézo-électricité découvert en 1880 par les frères Jacques et Pierre Curie. De mê […] Lire la suite

FERRO-ÉLECTRICITÉ

  • Écrit par 
  • Lucien GODEFROY
  •  • 2 855 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Théories de la ferro-électricité »  : […] La théorie thermodynamique de Devonshire , dérivée de la théorie générale de Landau, explique, au moins qualitativement, l'essentiel des propriétés décrites ci-dessus. Pour cela on admet que l'état du matériau peut être défini par une fonction énergie libre F qui a la même expression dans les différentes phases ferro-électrique et para-électrique, et qui peut être développée en série de puissances […] Lire la suite

HORLOGERIE

  • Écrit par 
  • Claude ATTINGER, 
  • André BEYNER
  •  • 7 799 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le résonateur à quartz »  : […] L'élément capital d'un garde-temps est son résonateur. Il joue un rôle déterminant pour la précision et la stabilité du chronomètre. Le quartz (bioxyde de silicium, silice pure) cristallise dans le système rhomboédrique. C'est un matériau avec lequel on fait des résonateurs exceptionnellement satisfaisants, pour deux raisons : – parce qu'il jouit de propriétés élastiques et thermoélastiques intére […] Lire la suite

HYPERSONS

  • Écrit par 
  • Pierre TOURNOIS
  •  • 2 749 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Excitation et détection »  : […] Étant donné la très faible valeur des longueurs d'onde hypersonores les dimensions des monocristaux utilisés sont toujours beaucoup plus grandes que la longueur d'onde. La génération ou la détection d'un plan d'onde hypersonore nécessite donc une planéité et un parallélisme des faces de l'échantillon très rigoureux, de l'ordre de la fraction de longueur d'onde hypersonore. Cette contrainte techno […] Lire la suite

LIPPMANN GABRIEL (1845-1921)

  • Écrit par 
  • Pierre MOYEN
  •  • 294 mots

Physicien français, Gabriel Lippmann, né le 16 août 1845 à Hollerich (Luxembourg), fait ses études à l'École normale supérieure, puis à Heidelberg et à Berlin. Sa thèse, Relations entre les phénomènes électriques et capillaires (1875), le conduit à fabriquer un électromètre capillaire extrêmement sensible. Nommé professeur à la Sorbonne et directeur du laboratoire de physique, il étudie la polari […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre VOVELLE, « PIÉZO-ÉLECTRICITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/piezo-electricite/