RADON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le radon est aujourd'hui considéré comme la principale source d'exposition radiologique naturelle pour l'homme. C'est un gaz inerte issu de la désintégration radioactive du radium. On le trouve plus particulièrement dans les régions à sous-sol cristallin (granite, pegmatite) où l'uranium, le thorium et le radium sont présents en relativement fortes teneurs. Son taux d'exhalation à l'interface sol-atmosphère est conditionné par les paramètres de porosité, de fracturation ou de fissuration des roches, par la nature et l'hygrométrie du sol.

Les premières mesures de radon ont été faites au début du xxe siècle dans des mines de Saxe et de Bohême, où on le trouva en forte concentration. La controverse à propos du radon, cause de maladies respiratoires des mineurs, commença dès la Seconde Guerre mondiale. Après guerre, l'exploitation des mines d'uranium a permis (grâce au contrôle des conditions de travail des mineurs) d'évaluer plus précisément les effets induits et amené à s'en protéger. La France, en particulier, s'est dotée d'un programme de protection particulièrement ambitieux. Les résultats des études épidémiologiques ont démontré que le radon, à de fortes concentrations, est associé à l'induction de cancers broncho-pulmonaires, le plus souvent associé à d'autres facteurs (tabac, poussières...).

Le Conseil supérieur d'hygiène publique de France (C.S.H.P.F.), saisi par le ministère chargé de la Santé en 1998, a fixé à une valeur de 400 becquerels par mètre cube d'air, en moyenne annuelle, le niveau de l'activité du radon à ne pas dépasser dans les établissements recevant le public.

Sur la base de deux études, l'une cartographique (B.R.G.M. pour le ministère de l'Environnement) et l'autre dosimétrique (I.P.S.N. en collaboration avec la Direction générale de la santé), la radioactivité « radon » en France est vérifiée ; de façon exceptionnelle, des activités en radon de plusieurs centaines de becquerels par mètre cube d'air ont été relevées. On évalue à environ 400 000 le nombre d'habitations dans lesquelles le niveau de 400 Bq/m3 pourrait être dépassé en France.

—  Nathalie LEMAITRE

Écrit par :

  • : doctorat d'État, sous-directeur adjoint à l'Impact sanitaire, Office de protection contre les rayonnements ionisants

Classification


Autres références

«  RADON  » est également traité dans :

GAZ RARES ou GAZ NOBLES

  • Écrit par 
  • Paul ALLAMAGNY, 
  • Albert LACAZE, 
  • Nathalie LEMAITRE
  • , Universalis
  •  • 3 906 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Le radon en France : émission et surveillance »  : […] Le radon est aujourd'hui considéré comme la principale source d'exposition radiologique naturelle pour l'homme. C'est un gaz inerte issu de la désintégration radioactive du radium. On le trouve plus particulièrement dans les régions à sous-sol cristallin (granite, pegmatite) où l'uranium, le thorium et le radium sont présents en relativement fortes teneurs. Son taux d'exhalation à l'interface sol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaz-rares/#i_18154

NOYAUX DÉFORMÉS, physique nucléaire

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 367 mots
  •  • 1 média

On sait que la plupart des noyaux atomiques ont une forme sphérique ou ellipsoïdale, mais des formes plus étonnantes ne sont pas exclues par la nature des interactions qui lient les protons et les neutrons. La récente mise en évidence de noyaux en forme de poire démontre la complexité des phénomènes physiques responsables de la structure nucléaire. L'expérience réalisée au Cern de Genève par l'é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/noyaux-deformes-physique-nucleaire/#i_18154

RADIUM

  • Écrit par 
  • Georges BOUISSIÈRES
  •  • 2 336 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Propriétés chimiques »  : […] Conformément à sa position dans le groupe IIa de la classification périodique, la structure électronique du radium est : [Rn] + 7 s 2 . C'est l'élément le plus électropositif des métaux alcalino-terreux. Le potentiel normal calculé du couple Ra 2+ /Ra est E H  = — 2,92 V ; le potentiel de demi-vague correspondant à la décharge des ions Ra 2+ sur une cathode de mercure est — 1,59 V. Le radium est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radium/#i_18154

SÉISMES ET SISMOLOGIE - Prédiction des séismes

  • Écrit par 
  • Pascal BERNARD
  •  • 4 669 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les prémices des séismes »  : […] Depuis des siècles, de nombreux phénomènes anormaux ont été rapportés avant les séismes. C'est surtout dans les années 1970 qu'une succession de forts séismes au Japon et en Chine a permis d'identifier et de quantifier plusieurs phénomènes associés à la préparation des ruptures sismiques, de quelques mois à quelques jours avant l'événement, à proximité de la faille menaçante : variations de niveau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seismes-et-sismologie-prediction-des-seismes/#i_18154

URANIUM

  • Écrit par 
  • Bernard BOUDOURESQUES, 
  • Jean CARALP, 
  • Jeanne LEHMANN, 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 6 230 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Prospection de l'uranium »  : […] Les concentrations d'uranium, pour être exploitables, doivent avoir des teneurs minimales supérieures à 0,2-0,1 p. 1 000. Dans certains cas, lorsque l'uranium coexiste avec un autre métal (en Afrique du Sud, par exemple, où or et uranium sont exploités sensiblement dans les mêmes formations), la teneur limite peut être basse. Les teneurs sont donc bien plus faibles que celles qui sont exigées pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/uranium/#i_18154

Pour citer l’article

Nathalie LEMAITRE, « RADON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/radon/