LANGEVIN PAUL (1872-1946)

Physicien français né et mort à Paris.

« J'ai grandi au lendemain de la guerre de 1870 entre un père républicain jusqu'au fond de l'âme et une mère dévouée jusqu'au sacrifice, au milieu de cet admirable peuple de Paris, dont je me suis toujours senti si profondément solidaire. Mon père qui avait dû, malgré lui, interrompre ses études à l'âge de dix-huit ans, m'a inspiré le désir de savoir ; lui et ma mère, témoins oculaires du siège et de la sanglante répression de la Commune, m'ont, par leurs récits, mis au cœur l'horreur de la violence et le désir passionné de la justice sociale » (Paul Langevin, 1945).

Très jeune, Paul Langevin manifeste des dons exceptionnels, sanctionnés par une carrière scolaire qui sort de l'ordinaire ; encouragé par ses instituteurs, il parcourt rapidement les divers échelons de l'enseignement primaire, puis primaire supérieur, avant d'entrer à seize ans à l'École supérieure de physique et de chimie industrielles de la Ville de Paris (seule école d'ingénieurs accessible à ceux qui n'avaient pas reçu l'enseignement des lycées). Langevin y suit les cours et l'enseignement de laboratoire de Pierre Curie, avec lequel il se lie d'amitié. À sa sortie de l'École, il renonce à la carrière d'ingénieur et décide, sur les conseils de Pierre Curie, de se consacrer à la recherche et à l'enseignement. Aussi, se présente-t-il à l'École normale supérieure : il est reçu premier en 1894. En 1897, il bénéficie d'une bourse pour aller travailler un an au Cavendish Laboratory de Cambridge, haut lieu de la science européenne où se trouvent alors E. Rutherford et J. J. Thomson. De retour en France, il soutient sa thèse en 1902, est nommé professeur suppléant, puis professeur au Collège de France. En 1904, il succède à Pierre Curie à l'École de physique et de chimie, dont il devient directeur en 1925. Langevin, on le voit, est l'exemple même de ces « enfants du peuple » dont l'avenir a été entièrement façonné par l'école de la IIIe République.

Au moment où Paul Langevin entame sa carrière scientifique, en 1895, la physique est à un [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  LANGEVIN PAUL (1872-1946)  » est également traité dans :

DÉTERMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 9 720 mots

Dans le chapitre « La « limitation » comme extension »  : […] Dès la fin des années trente, Langevin notait, contre les interprétations indéterministes et les objections mécanistes à la fois : « Pourquoi ne pas admettre plutôt que notre conception corpusculaire est inadéquate, qu'il n'est pas possible de représenter le monde infra-atomique en extrapolant jusqu'à l'extrême limite notre conception macroscopique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/determinisme/#i_14645

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 203 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Ions, rayonnements »  : […] Maxwell, par souci d'esthétique (d'après Langevin) et pour mettre plus de symétrie et de cohérence dans ses équations, en modifia certaines et conclut à l'existence d'ondes de nature électromagnétique se propageant à la vitesse de la lumière. Paul Langevin (1872-1946) signala deux très importantes conséquences […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electricite-histoire/#i_14645

LANGEVIN-WALLON PLAN

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 478 mots

Élaboré en 1946 et en 1947 par une commission ministérielle présidée par Paul Langevin, puis, après la mort de ce dernier, par Henri Wallon, le plan Langevin-Wallon, bien que n'ayant jamais été appliqué en tant que tel, reste, en France, depuis la Libération, l'un des textes de référence essentiels en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plan-langevin-wallon/#i_14645

LIGUE DES DROITS DE L'HOMME

  • Écrit par 
  • Madeleine REBÉRIOUX
  •  • 1 329 mots

et ses archives sont enlevées par les nazis. À la Libération, après l'assassinat de Basch par la milice le 10 juin 1944, et malgré l'élection de Paul Langevin à la présidence – il meurt deux ans plus tard –, le renouvellement des générations et de l'activité se fait très lentement. C'est la guerre d'Algérie qui, à partir de 1958, marque le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ligue-des-droits-de-l-homme/#i_14645

MAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Damien GIGNOUX, 
  • Étienne de LACHEISSERIE, 
  • Louis NÉEL
  •  • 15 770 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le moment magnétique atomique ou ionique »  : […] de mesurer directement le facteur g. L'équation (3), établie par Paul Langevin dans l'hypothèse d'une statistique classique, a été revue par Léon Brillouin, pour tenir compte de la quantification du moment magnétique. Ce n'est que pour les plus faibles valeurs de J qu'apparaissent des différences significatives par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetisme/#i_14645

MATIÈRE (physique) - Transitions de phase

  • Écrit par 
  • Nino BOCCARA
  •  • 6 911 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Théorie de Landau »  : […] le cas d'une transition paraferromagnétique. Le raisonnement de Weiss est particulièrement simple. En 1905, P. Langevin, en supposant qu'un corps paramagnétique est constitué de petits aimants sans interaction entre eux, avait montré que, à température suffisamment élevée, l'aimantation M a pour expression : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-transitions-de-phase/#i_14645

PERRIN JEAN (1870-1942)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 659 mots

Paris, il entra à l'École normale supérieure en 1891. Il y devint préparateur et se lia avec Paul Langevin, avec qui il réalisa en 1895 une expérience historique prouvant la nature corpusculaire des rayons cathodiques : en recueillant un faisceau de ces rayons dans un cylindre de Faraday (enceinte entourée d'un conducteur qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-perrin/#i_14645

SONAR

  • Écrit par 
  • Xavier LURTON
  •  • 4 159 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Historique »  : […] e siècle, pendant la Première Guerre mondiale. Le physicien français Paul Langevin démontra (de 1915 à 1918) la faisabilité de la transmission de signaux sonores, puis celle de la détection acoustique active et de la localisation de sous-marins, en utilisant des transducteurs piézo-électriques (cf.  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sonar/#i_14645

Pour citer l’article

Françoise BALIBAR, « LANGEVIN PAUL - (1872-1946) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-langevin/