POLONIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le polonium (symbole Po, numéro atomique 84) est un élément radioactif découvert par Pierre et Marie Curie, en 1898, dans la pechblende de Joachimsthal (aujourd’hui Jáchymov, en République tchèque). Ayant observé que la radioactivité des minerais d'uranium était supérieure à celle que l'on pouvait attendre d'après leur teneur, ils entreprirent des traitements chimiques sur la pechblende pour isoler les éléments inconnus, qui devaient être très radioactifs et présents seulement en quantités infimes. Très rapidement, ils constatèrent qu'une fraction de l'activité se concentrait dans les sulfures précipités en milieu acide et purent établir l'existence d'un nouvel élément, homologue du tellure, auquel ils donnèrent le nom de polonium, la Pologne étant la patrie d'origine de Marie Curie. Ce métal est le premier élément découvert par des méthodes radiochimiques.

Marie et Pierre Curie

Photographie : Marie et Pierre Curie

Dans leur laboratoire, en 1902, la physicienne française d'origine polonaise Marie Curie (1867-1934) et son mari, le physicien français Pierre Curie (1859-1906). 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Émetteur α pratiquement pur, le polonium a de nombreuses applications. Il a été utilisé comme source de rayonnement α par Irène et Frédéric Joliot-Curie dans les expériences qui ont conduit à la découverte de la radioactivité artificielle en 1934. Associé au béryllium, il constitue une source de neutrons produits par la réaction nucléaire :

Les propriétés ionisantes de son rayonnement α sont mises à profit pour éliminer les charges électrostatiques qu'acquièrent les isolants, pour fabriquer des sondes utilisées dans les mesures de potentiels d'interface. Enfin, la chaleur dégagée par sa désintégration peut être transformée en électricité à basse tension.

Le polonium doit être manipulé avec beaucoup de précaution car il exerce sur l'organisme une action très toxique par son rayonnement α. Ingéré ou inhalé, il se fixe sur la rate, les reins, le foie et dans les cellules du sang. La dose maximale de tolérance de 210Po dans le corps est de 4,5 × 10—12 g (qui a une activité de 747 Bq, soit 0,02 microcurie).

Isotopes

L'isotope découvert par Pierre et Marie Curie est celui de masse 210 qui appartient à la famille radioactive naturelle uranium-radium. C'est le plus important ; on l’a nommé autrefois radium F (RaF). Il se désintègre avec une demi-vie de 138,376 j par émission α en se transformant en plomb 206 (autrefois nommé radium G) stable. Les particules α émises ont une énergie de 5,3 MeV, ce qui correspond à un parcours de 3,87 centimètres dans l'air à 15 0C et à la pression normale, de 22 μm dans l'aluminium et d'environ 27 μm dans la gélatine des plaques photographiques. Le nombre de paires d'ions créées dans l'air le long du parcours de chaque particule est égal à 152 000. Le rayonnement α de 210Po est accompagné d'un rayonnement γ de très faible intensité (1,25 quantum de 0,8 MeV pour 105 désintégrations).

Un curie (Ci) de 210Po (3,7 × 1010 désintégrations . s—1) correspond à 222,2 μg d'élément. Le débit de chaleur équivalent est de 113,865 joules par heure, soit 0,032 watt. Marie Curie et André Debierne ont effectué une détermination directe du nombre d'Avogadro en mesurant le volume d'hélium correspondant à un nombre connu de particules α (noyau de l'atome d'hélium) émises par une source de 210Po.

Trente-trois isotopes, de 188Po à 220Po, ont été identifiés et tous sont radioactifs. Parmi ces isotopes, sept existent dans la nature comme produits de filiation du thorium ou de l'uranium : 210Po, 211Po, 212Po, 214Po, 215Po, 216Po et 218Po.

Polonium : isotopes naturels

Tableau : Polonium : isotopes naturels

Isotopes naturels du polonium. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les autres isotopes ont été synthétisés essentiellement en bombardant du bismuth ou du plomb par des neutrons ou des hélions accélérés, ou encore par réactions d'ions lourds sur des cibles plus légères :

La première production artificielle de polonium a été réalisée en 1936 par Livingood, en irradiant du bismuth avec des deutons d'une énergie de 5,4 MeV :

Les demi-vies de 208Po, 2,898 ans, et de 209Po, 102 ans, sont les plus longues. Les isotopes 191, 193, 195, 197, 199, 201, 203, 205, 207, 211, 212, 213 et 214 ont des isomères.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Marie et Pierre Curie

Marie et Pierre Curie
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Polonium : isotopes naturels

Polonium : isotopes naturels
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  POLONIUM  » est également traité dans :

CURIE LES

  • Écrit par 
  • Marcel FRILLEY
  •  • 4 831 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Travaux préliminaires »  : […] Henri Becquerel avait observé que certains minerais contenant de l'uranium avaient la propriété d'émettre un rayonnement doué de caractères communs avec les rayons X, qui venaient d'être découverts par Rœntgen. Il s'était limité à prouver que les rayons uraniques n'étaient pas la conséquence d'une excitation due à une cause extérieure et à mettre en évidence quelques-unes de leurs propriétés : no […] Lire la suite

DÉCOUVERTE DE LA RADIOACTIVITÉ NATURELLE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 154 mots

En février 1896, Henri Becquerel (1852-1908) prépare des cristaux de sulfate double d'uranyle et de potassium et, afin d'étudier leur phosphorescence, les place sur une plaque photographique entourée d'un papier. Le soleil étant absent, il enferme ses plaques dans un tiroir. Quelques jours plus tard, il constate qu'elles ont été fortement impressionnées dans le noir. Il en conclut que le sel émet […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

21 septembre 2021 Russie. Accusation de la Russie par la CEDH dans l'affaire Litvinenko.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) accuse la Russie d’être « responsable » de l’empoisonnement au polonium-210, une substance radioactive, du transfuge du FSB Alexandre Litvinenko à Londres, en novembre 2006. Elle confirme ainsi les conclusions de l’enquête publique britannique publiée en janvier 2016.  […] Lire la suite

4-30 mars 2018 Royaume-Uni – Russie. Tentative d'assassinat d'un ancien espion russe.

En novembre 2006, l’ancien agent du FSB Alexandre Litvinenko, qui dénonçait les pratiques de Moscou, avait été empoisonné à Londres au polonium 210, un isotope radioactif produit en Russie. En janvier 2016, l’enquête britannique avait abouti à la conclusion que le Kremlin avait « probablement approuvé » cet assassinat. Recruté par les services britanniques en 1995, Sergueï Skripal avait été condamné pour haute trahison en Russie en août 2006, puis échangé en juillet 2010 contre des agents russes arrêtés aux États-Unis. […] Lire la suite

21 janvier 2016 Royaume-Uni – Russie. Conclusion de l’enquête sur l’assassinat d’Alexandre Litvinenko.

Le juge Robert Owen chargé par le gouvernement britannique d’une enquête sur la mort de l’opposant russe Alexandre Litvinenko, empoisonné au polonium à Londres en novembre 2006, désigne le président Vladimir Poutine et l’ancien directeur du FSB (l’ex-KGB) Nikolaï Patrouchev comme les « probables » commanditaires de son assassinat. Le Premier ministre David Cameron prend acte de ce que « ce meurtre épouvantable […] a été commandité par un État ». […] Lire la suite

27 novembre 2012 Autorité palestinienne. Exhumation de la dépouille de Yasser Arafat

Les experts devront examiner l'hypothèse d'un empoisonnement au polonium 210 – une substance radioactive hautement toxique – de l'ancien chef du Fatah.  […] Lire la suite

17-24 novembre 2006 Royaume-Uni. Empoisonnement au polonium d'un ancien agent des services spéciaux russes

Le 24, le gouvernement annonce que l'empoisonnement de l'ancien agent russe est dû à une substance radioactive rare extrêmement toxique, le polonium 210. Une lettre écrite par Alexandre Litvinenko deux jours avant sa mort, qui accuse le président russe Vladimir Poutine d'être responsable de son empoisonnement, est rendue publique.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges BOUISSIÈRES, « POLONIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/polonium/