POLONIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le polonium (symbole Po, numéro atomique 84) est un élément radioactif découvert par Pierre et Marie Curie, en 1898, dans la pechblende de Joachimsthal (aujourd’hui Jáchymov, en République tchèque). Ayant observé que la radioactivité des minerais d'uranium était supérieure à celle que l'on pouvait attendre d'après leur teneur, ils entreprirent des traitements chimiques sur la pechblende pour isoler les éléments inconnus, qui devaient être très radioactifs et présents seulement en quantités infimes. Très rapidement, ils constatèrent qu'une fraction de l'activité se concentrait dans les sulfures précipités en milieu acide et purent établir l'existence d'un nouvel élément, homologue du tellure, auquel ils donnèrent le nom de polonium, la Pologne étant la patrie d'origine de Marie Curie. Ce métal est le premier élément découvert par des méthodes radiochimiques.

Marie et Pierre Curie

Photographie : Marie et Pierre Curie

Photographie

Dans leur laboratoire, en 1902, la physicienne française d'origine polonaise Marie Curie (1867-1934) et son mari, le physicien français Pierre Curie (1859-1906). 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Émetteur α pratiquement pur, le polonium a de nombreuses applications. Il a été utilisé comme source de rayonnement α par Irène et Frédéric Joliot-Curie dans les expériences qui ont conduit à la découverte de la radioactivité artificielle en 1934. Associé au béryllium, il constitue une source de neutrons produits par la réaction nucléaire :

Les propriétés ionisantes de son rayonnement α sont mises à profit pour éliminer les charges électrostatiques qu'acquièrent les isolants, pour fabriquer des sondes utilisées dans les mesures de potentiels d'interface. Enfin, la chaleur dégagée par sa désintégration peut être transformée en électricité à basse tension.

Le polonium doit être manipulé avec beaucoup de précaution car il exerce sur l'organisme une action très toxique par son rayonnement α. Ingéré ou inhalé, il se fixe sur la rate, les reins, le foie et dans les cellules du sang. La dose maximale de tolérance de 210Po dans le corps est de 4,5 × 10—12 g (qui a une activité de 747 Bq, soit 0,02 microcurie).

Isotopes

L'isotope découvert par Pi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Marie et Pierre Curie

Marie et Pierre Curie
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Polonium : isotopes naturels

Polonium : isotopes naturels
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Écrit par :

Classification

Autres références

«  POLONIUM  » est également traité dans :

CURIE LES

  • Écrit par 
  • Marcel FRILLEY
  •  • 4 829 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Travaux préliminaires »  : […] Henri Becquerel avait observé que certains minerais contenant de l'uranium avaient la propriété d'émettre un rayonnement doué de caractères communs avec les rayons X, qui venaient d'être découverts par Rœntgen. Il s'était limité à prouver que les rayons uraniques n'étaient pas la conséquence d'une excitation due à une cause extérieure et à mettre en évidence quelques-unes de leurs propriétés : no […] Lire la suite

DÉCOUVERTE DE LA RADIOACTIVITÉ NATURELLE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 154 mots

En février 1896, Henri Becquerel (1852-1908) prépare des cristaux de sulfate double d'uranyle et de potassium et, afin d'étudier leur phosphorescence, les place sur une plaque photographique entourée d'un papier. Le soleil étant absent, il enferme ses plaques dans un tiroir. Quelques jours plus tard, il constate qu'elles ont été fortement impressionnées dans le noir. Il en conclut que le sel émet […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Royaume-Uni – Russie. Tentative d’assassinat d’un ancien espion russe. 4-30 mars 2018

de Moscou, avait été empoisonné à Londres au polonium 210, un isotope radioactif produit en Russie. En janvier 2016, l’enquête britannique avait abouti à la conclusion que le Kremlin avait « probablement approuvé » cet assassinat. Recruté par les services britanniques en 1995, Sergueï Skripal avait […] Lire la suite

Royaume-Uni – Russie. Conclusion de l’enquête sur l’assassinat d’Alexandre Litvinenko. 21 janvier 2016

Le juge Robert Owen chargé par le gouvernement britannique d’une enquête sur la mort de l’opposant russe Alexandre Litvinenko, empoisonné au polonium à Londres en novembre 2006, désigne le président Vladimir Poutine et l’ancien directeur du FSB (l’ex-KGB) Nikolaï Patrouchev comme les « probables […] Lire la suite

Autorité palestinienne. Exhumation de la dépouille de Yasser Arafat. 27 novembre 2012

La dépouille mortelle du dirigeant palestinien Yasser Arafat, décédé à Paris en novembre 2004, est exhumée, à Ramallah, dans le cadre d'une enquête pour assassinat ouverte à la suite du dépôt d'une plainte par sa veuve auprès de la justice française. Les experts devront examiner l'hypothèse d'un empoisonnement au polonium 210 – une substance radioactive hautement toxique – de l'ancien chef du Fatah. […] Lire la suite

Royaume-Uni. Empoisonnement au polonium d'un ancien agent des services spéciaux russes. 17-24 novembre 2006

est dû à une substance radioactive rare extrêmement toxique, le polonium 210. Une lettre écrite par Alexandre Litvinenko deux jours avant sa mort, qui accuse le président russe Vladimir Poutine d'être responsable de son empoisonnement, est rendue publique. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges BOUISSIÈRES, « POLONIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/polonium/