CAIRE LE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Caire depuis le XIXe siècle

Une métropole promue

Ville structurée autour d'une succession de fondations princières, Le Caire s'étend encore aux xixe et xxe siècles par accrochage de quartiers nouveaux. Le khédive Mohamed Ali, avec ses ingénieurs sensibilisés en Europe aux enseignements des hygiénistes, s'emploie à dégager les cimetières hors de la ville, à assécher les étangs, à élargir les rues et à mettre en œuvre les premiers drainages sanitaires. La création de l'allée plantée de Choubra, conduisant au pavillon de plaisance du khédive, ouvre le nord du Caire aux lotisseurs. Avec ses successeurs, l'offre de terrains à lotir s'étend encore. Le khédive Ismaïl, promoteur du canal de Suez, met en œuvre une gigantesque entreprise de viabilisation portant sur 250 hectares de terrains inondables entre le Nil et la vieille-ville. Le Caire ismaïlien s'impose rapidement comme le centre fonctionnel avec ses immeubles de rapport sur lesquels les plus grands architectes européens vinrent imprimer leur marque. En parallèle, des percées sont ménagées dans la vieille-ville, en particulier dans l'axe de la citadelle. La rive ouest s'ouvre à l'urbanisation. Le premier pont est inauguré en 1891. La ville en compte maintenant neuf. À Doqqi et Giza, l'université et le zoo structurent de nouveaux quartiers où s'affichent d'imposants palais, bientôt remplacés par des villas, auxquelles ont succédé depuis lors de hauts immeubles de standing qui forment aujourd'hui un couloir quasi continu de part et d'autre du Nil. Au passage, les îles de Roda et de Zamalek ont été incorporées à cet urbanisme privé, affichant l'opulence des maîtres de l'Égypte libérale, des pachas associés à la puissance anglaise occupante après 1882.

Plus à l'est, à partir de 1905, une oasis urbaine de standing est fondée à Héliopolis, à l'écart de l'agglomération. Elle y est reliée par un tramway dont le promoteur, le baron Empain, avait la concession. Son succès est rapide. Aujourd'hui, c'est toujours un quartier aisé, proche de l'aéroport, des clubs d'officiers et de la présidence, mais un quartier dans la ville.

Une métropole débordée

Après 1952, la jeune république socialiste planifie deux quartiers mixtes (affaires, administration et résidence) : Mohandesin (les ingénieurs), sur la rive ouest, et Medinet Nasr à l'est. Elle promeut aussi de nombreux programmes de logements sociaux, surtout à proximité des sites industriels qui sont alors au cœur de la stratégie de non-alignement et d'indépendance de l'Égypte. Les conglomérats de l'acier et du ciment, mais aussi de l'armement, recomposent radicalement le sud de l'agglomération et l'étendent jusqu'à Tebbin qui s'impose comme le premier bassin d'emplois industriels du pays. Sur l'arc nord-est de l'agglomération, l'industrie textile, déjà présente, se développe fortement. Les quartiers ouvriers n'ont de cesse de filer plus au nord. L'agglomération s'étend dès lors sur trois provinces : le Caire, Giza à l'ouest et Qalyubiya au nord. Une municipalité du Caire apparaît en 1949 mais, après 1960, la gestion revient entre les mains d'un exécutif non élu. Chaque province est administrée séparément par un gouverneur ; alors que le périmètre du Grand Caire, qui sera défini dans les années 1970, ne sert qu'une coordination technique dépendant des ministères compétents, notamment pour les transports publics.

Conférence du Caire, 1943

Photographie : Conférence du Caire, 1943

Tchiang Kai-chek, Franklin D. Roosevelt et Winston Churchill se rencontrent du 22 au 26 novembre 1943, lors de la conférence du Caire (Égypte), pour régler des questions de stratégie militaire en Asie, et notamment contre le Japon. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

C'est aussi à cette époque (entre 1940 et 1960) que le Caire s'affirme comme la capitale du monde arabe, devenant le centre du panarabisme qui s'imposera dans le mouvement des non-alignés, porté par les discours enflammés de Nasser, par la voix d'Oum Kalthoum et par le cinéma égyptien. C'est ici que s'invente la rue arabe dont l'humeur inquiète toujours, celle qui, déjà, a renversé le dernier des khédives et fait partir les Anglais.

L'attraction démographique nourrit cette affirmation internationale et cet élargissement, ainsi que la densification et la « verticalisation » : de 672 000 habitants en 1897, Le Caire passe à 1,2 million en 1927, puis à 4 millions en 1960. À cette époque, 30 p. 100 des Cairotes n'y sont pas nés, contre 10 p. 100 aujourd'hui. À partir des années 1940-1950, les autorités compétentes perdent le contrôle de l'urbanisme et les services se dégradent. Les quartiers spontanés se multiplient, alors que les villages les plus proches sont incorporés un à un à la masse urbaine. Dans le centre histo [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Le Caire

Le Caire
Crédits : Michael J. P. Scott/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Égypte : carte administrative

Égypte : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Mosquée de Mohammed Ali

Mosquée de Mohammed Ali
Crédits : Travelpix Ltd/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Minarets de la mosquée du sultan Hassan

Minarets de la mosquée du sultan Hassan
Crédits : A. Vergani/ DeAgostini / Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S.
  • : membre de l'Institut, professeur honoraire au Collège de France

Classification

Autres références

«  CAIRE LE  » est également traité dans :

KAIROUAN CALIFAT FATIMIDE DE (910-969)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 280 mots

En 910, la dynastie des Aghlabides, qui règne en Ifrīqiya (la Tunisie actuelle) tout en reconnaissant l'autorité nominale du calife abbasside de Bagdad depuis 800, est renversée par un soulèvement des tribus berbères Kutāma, qui proclament ‘Ubayd Allāh seul calife légitime. Ces Berbères ont été convertis au chiisme par un prédicateur missionnaire comme il y en avait beaucoup à cette époque. En ef […] Lire la suite

CAIRE CALIFAT FATIMIDE DU (969-1171)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 212 mots

En 969, le calife fatimide chiite de Kairouan, al-Mu‘izz, décide de déplacer en Orient la capitale de son empire. Arrivé sur le trône en 953, al-Mu‘izz visait la domination sur l'ensemble de la communauté des croyants ( Umma ). Afin de se rapprocher de Bagdad, le siège du califat abbasside rival, il envoie son général, Djawhar, conquérir l'Égypte par la terre. Il arrive lui-même en Égypte par bate […] Lire la suite

CALIFAT FATIMIDE DU CAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 339 mots

969 Djawhar conquiert l'Égypte pour le compte d'al-Mu‘izz, calife fatimide de Kairouan. Il fonde al-Qāhira (« la Victorieuse », Le Caire). 972 La Grande Mosquée d'al-Azhar, au Caire, est achevée. 973 Arrivée du calife et installation dans la nouvelle ville palatiale du Caire. 1001 Pour la première fois depuis leur installation en Égypte, les Fatimides signent une trêve avec les Byzantins. 1009 […] Lire la suite

ÉGYPTE - Géographie

  • Écrit par 
  • Éric DENIS
  •  • 5 786 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les villes »  : […] Alors que le taux officiel d'urbanisation stagne à 43 p. 100, la croissance démographique naturelle des bourgs et des villages, que les habitants ne quittent plus pour les villes, y a entraîné un puissant processus d'urbanisation. Les métropoles sont elles-mêmes affectées par le déclin de leur centre, lié aux migrations vers les villages périphériques et au vieillissement de leurs résidents. L'en […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN, 
  • Robert SANTUCCI
  •  • 36 094 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le temps de la libéralisation »  : […] L'économie égyptienne connaît dès lors une véritable revitalisation : l'inflation passe à 4,6 p. 100 en 1997, la monnaie égyptienne, alignée sur le dollar, se stabilise et le marché noir disparaît. Les réserves en devises de la banque centrale s'élèvent à plus de 20 milliards de dollars pour cette même année. Entre 1996 et 2000, la croissance économique annuelle moyenne est de 5,6 p. 100 pendant q […] Lire la suite

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ville omeyyade et abbasside, ville de gouvernement »  : […] Un peu plus tard, on vit naître, par le fait d'une symbiose qui ne mit pas plus d'un demi-siècle à se réaliser, le type de la ville omeyyade, qui, pour une part, allait servir de modèle aux réalisations abbassides. Ses traits d' urbanisme les plus caractéristiques tenaient à ses liens avec les villes antiques qui l'avaient précédée, parfois sur le même site : ainsi à Alep, Damas ou Lattakiye, où […] Lire la suite

FĀṬIMIDES

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 1 278 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Établissement de la dynastie »  : […] Le centre de la propagande des Fāṭimides se trouva d'abord en Syrie du Nord, à Salamiyya, d'où des missionnaires éloquents et persuasifs parcoururent presque toutes les régions de l'Islam. L'un d'eux, particulièrement actif, Aḅū ‘Abd Allāh al-Shī‘ī, prêcha en Afrique du Nord, en s'appuyant sur une tribu berbère, les Kutāma. Mais cette contrée était loin d'être pacifiée, et l'on trouvait toujours u […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 022 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'art des Mamlouks (1250-1517) »  : […] La basse extraction des sultans mamlouks – d'origine servile (Turcs d'Asie centrale au xiii e  siècle, Caucasiens au milieu du xiv e ), ils seront toujours contestés – amena ceux-ci à une politique d'auto-affirmation, et l'architecture devint un moyen de légitimation du pouvoir. Le Caire s'agrandit et se couvrit de monuments de prestige – mosquées, médersas, mausolées, hôpitaux, palais, terrains […] Lire la suite

ISMAÉLISME

  • Écrit par 
  • Michel BOIVIN, 
  • Osman YAHIA
  •  • 6 935 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Origine et période fatimide »  : […] Après la mort du sixième imām chiite Dja‘far al-Ṣādik en 765/148, une querelle de succession éclata entre ses deux fils Ismā‘īl et Mūsā al-Kāṣim. Marqué dès l'origine par une grande diversité, le mouvement des partisans d'Ismā‘īl ou ismaéliens, ne devint actif qu'à la fin du ix e  siècle, sous une double forme, qarmate et fatimide. Vers 877-878/264, un certain Ḥamdan Qarmat, fondateur éponyme de […] Lire la suite

MAHFOUZ ou MAHFŪZ NAGUIB (1911-2006)

  • Écrit par 
  • Luc-Willy DEHEUVELS
  •  • 2 024 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le romancier du Caire »  : […] Né en 1911 au sein d'une famille de la petite bourgeoisie installée dans le quartier populaire de Gamaliyya, dans la vieille ville du Caire, Naguib Mahfouz, de quinze ans plus jeune que ses sept frères et sœurs, sort en 1934 de l'université avec une licence de philosophie, et un fort penchant pour la littérature, qu'il assouvira, en parallèle avec sa carrière de fonctionnaire. Il publie ses premiè […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4 mai 2021 Égypte – France. Annonce de l'achat par Le Caire de trente avions Rafale.

L’armée égyptienne annonce la signature d’un contrat avec la France en vue de la fourniture de trente avions Rafale et de matériels militaires, pour un montant de 3,95 milliards d’euros financé par un prêt garanti à 85 % par l’État français. En février 2015, l’Égypte avait été le premier pays à commander des Rafale – au nombre de vingt-quatre. Ce pays est le quatrième client de la France en matière d’armement. […] Lire la suite

9 février 2021 Autorité palestinienne. Accord sur l'organisation d'élections.

Les factions palestiniennes concluent, au Caire, un accord sur l’organisation d’élections législatives en mai, d’un scrutin présidentiel en juillet et du renouvellement des dirigeants de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) en août. Il s’agit des premières élections palestiniennes depuis celles de janvier 2006, remportées par le Hamas, et la rupture entre le Fatah et le Hamas à la suite de la prise de contrôle de Gaza par le second en juin 2007. […] Lire la suite

6-31 août 2020 Grèce – Turquie – Égypte – France. Regain de tensions en Méditerranée orientale.

Le 6, Athènes et Le Caire signent un accord de délimitation maritime. En novembre 2019, Ankara et le gouvernement d’accord national libyen de Fayez al-Sarraj avaient signé un accord délimitant leurs frontières maritimes en empiétant sur certaines zones exclusives grecques et chypriotes. La Méditerranée orientale est le théâtre d’un conflit de souveraineté entre Ankara et Athènes, lié à la découverte de réserves d’hydrocarbures. […] Lire la suite

1er-25 février 2020 Israël – Autorité palestinienne. Suites du plan de paix américain.

Le 1er, les représentants des vingt-deux pays de la Ligue arabe réunis en sommet extraordinaire au Caire à la demande de l’Autorité palestinienne rejettent unanimement le plan de paix « américano-israélien » pour le Proche-Orient présenté en janvier. Le président de l’Autorité Mahmoud Abbas confirme la rupture de toutes relations, notamment sécuritaires, avec Israël et les États-Unis – mesure souvent annoncée, mais jamais appliquée. […] Lire la suite

20-27 septembre 2019 Égypte. Manifestations contre le président Abdel Fattah al-Sissi.

Seul un millier de partisans du président al-Sissi défilent dans les rues du Caire. Au cours de la semaine, le pouvoir a tenté de discréditer Mohamed Ali en assimilant son action à une conspiration de la confrérie interdite des Frères musulmans. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric DENIS, Gaston WIET, « CAIRE LE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-caire/