CAIRE LE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La cité des sultans mamlouks et des Ottomans

Constructions des mamlouks

Le dénombrement des édifices religieux construits sous les sultans mamlouks (1250-1517) ne manque pas d'éloquence : plus de cent cinquante monuments, qui soulèvent encore l'admiration (mosquées, collèges, couvents, mausolées, fontaines).

Minarets de la mosquée du sultan Hassan

Photographie : Minarets de la mosquée du sultan Hassan

Minarets de la mosquée du sultan Hassan au Caire, édifiée entre 1356 et 1362. 

Crédits : A. Vergani/ DeAgostini / Getty Images

Afficher

On imagine l'étonnement des voyageurs européens qui se hissaient au sommet du Moqattam. On avait de là une des plus belles vues du monde, un panorama magnifique, rehaussé d'innombrables coupoles et minarets qui rompaient agréablement la monotonie d'une ville dont les toits étaient en terrasse ; une colossale métropole s'étendait en demi-lune depuis le mausolée de l'imam Shafi‘i, au sud, jusqu'aux tombeaux des califes, à l'autre bout de l'horizon. L'ensemble formait quatre principaux centres urbains très différenciés : Le Caire, cité fatimide proprement dite, ceinte en partie de murailles plus ou moins masquées par des constructions parasites ; Le Vieux-Caire, sur le site de l'ancien Fostat ; Bulaq, autrefois une île, reliée depuis peu au Caire et qui constituait le port commercial sur le Nil ; les cimetières enfin, au nord et au sud de la Citadelle. Certains faubourgs, ceux de Bab al-Luq, de la mosquée d'Ibn Tulun, de Zuwaila, n'offraient plus guère de solution de continuité avec Le Caire.

En Égypte, et principalement au Caire, le commerce a joué de tout temps un rôle primordial. Une bourgeoisie de négociants s'était créée, avide d'un certain confort. Aussi les Cairotes voient-ils s'améliorer leur niveau de vie ; leurs établissements commerciaux prennent une dimension internationale, et ce trafic mondial influe sur la croissance de la ville.

Le xve siècle fut attristé cependant par des démêlés violents qui mettaient aux prises, à intervalles de plus en plus rapprochés, les factions diverses des mamlouks qui, non contents de s'exterminer, dévalisaient les marchés. Pour la paisible population du Caire, ces désordres étaient un véritable cauchemar, l'autorité opprimait plus qu'elle ne garantissait. Les artisans et les boutiquiers n'ont jamais songé à se grouper pour s'affranchir de cette tutelle accablante ; ils se bornaient, en cas de péril, à mettre en lieu sûr les marchandises de prix.

Le grand boulevard

En franchissant la porte septentrionale Bab al-Futuh, on accède à une rue qui est restée intacte : c'était l'avenue la plus large du Caire. Elle s'étend, du nord au sud, sur près de quatre kilomètres et demi.

Cette artère maîtresse, épine dorsale du Caire médiéval, faisait l'unité de la cité. Bien que généralement rectiligne, elle est plutôt un chemin qui serpente ; en fait l'horizon est presque toujours bouché.

Tout au long de l'avenue, les mosquées se succèdent, groupées par trois ou quatre et s'appuyant les unes aux autres. Leurs minarets s'élancent vers le ciel, brodés d'arabesques, ciselés, compliqués avec la plus changeante fantaisie ; ces tours ont plusieurs formes : carrée, rectangulaire ou ronde. La circulation sur ce grand boulevard était difficile : une foule d'hommes s'y pressait, y disputant le passage au cheval du mamlouk, à la mule de l'homme de loi, aux nombreux chameaux qui assuraient les transports, ainsi qu'aux ânes, monture la plus ordinaire. L'on y cheminait donc péniblement, sans cesse bousculé, et cette ruée des piétons et des cavaliers donnait une impression de surpeuplement. Malgré la guerre que leur faisaient les agents de police, des revendeurs étaient assis derrière des piles de pains et autres comestibles. La circulation était encore gênée par les marchands ambulants qui signalaient leur présence par des cris pittoresques et n'avaient pas à pénétrer dans les intérieurs, car les volets s'entrouvraient et, au moyen d'une corde, un couffin hissait du haut d'une fenêtre les victuailles achetées. En plein vent, des barbiers rasaient la tête de leurs clients. Des portefaix se tenaient à la disposition des acheteurs et, pour un salaire modique, rendaient toutes sortes de services. La circulation était enfin gênée par les banquettes de pierre installées en avant de chaque boutique, où les chalands venaient s'asseoir pour leurs emplettes éventuelles ou pour d'interminables palabres. Dernier détail, propre au Caire, cette voie principale était sillonnée par des cuisiniers qui portaient sur la tête des fourneaux allumés, des marmites bouillantes, des viandes rôties à la broche, offrant à l'entour des ragoûts ou des plats à l'étuvée. Car les Cairotes ne préparaient pas chez eux leur nourriture, mais l'ach [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Le Caire

Le Caire
Crédits : Michael J. P. Scott/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Égypte : carte administrative

Égypte : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Mosquée de Mohammed Ali

Mosquée de Mohammed Ali
Crédits : Travelpix Ltd/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Minarets de la mosquée du sultan Hassan

Minarets de la mosquée du sultan Hassan
Crédits : A. Vergani/ DeAgostini / Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article

Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S.
  • : membre de l'Institut, professeur honoraire au Collège de France

Classification

Autres références

«  CAIRE LE  » est également traité dans :

KAIROUAN CALIFAT FATIMIDE DE (910-969)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 280 mots

En 910, la dynastie des Aghlabides, qui règne en Ifrīqiya (la Tunisie actuelle) tout en reconnaissant l'autorité nominale du calife abbasside de Bagdad depuis 800, est renversée par un soulèvement des tribus berbères Kutāma, qui proclament ‘Ubayd Allāh seul calife légitime. Ces Berbères ont été convertis au chiisme par un prédicateur missionnaire comme il y en avait beaucoup à cette époque. En ef […] Lire la suite

CAIRE CALIFAT FATIMIDE DU (969-1171)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 212 mots

En 969, le calife fatimide chiite de Kairouan, al-Mu‘izz, décide de déplacer en Orient la capitale de son empire. Arrivé sur le trône en 953, al-Mu‘izz visait la domination sur l'ensemble de la communauté des croyants ( Umma ). Afin de se rapprocher de Bagdad, le siège du califat abbasside rival, il envoie son général, Djawhar, conquérir l'Égypte par la terre. Il arrive lui-même en Égypte par bate […] Lire la suite

CALIFAT FATIMIDE DU CAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 339 mots

969 Djawhar conquiert l'Égypte pour le compte d'al-Mu‘izz, calife fatimide de Kairouan. Il fonde al-Qāhira (« la Victorieuse », Le Caire). 972 La Grande Mosquée d'al-Azhar, au Caire, est achevée. 973 Arrivée du calife et installation dans la nouvelle ville palatiale du Caire. 1001 Pour la première fois depuis leur installation en Égypte, les Fatimides signent une trêve avec les Byzantins. 1009 […] Lire la suite

ÉGYPTE - Géographie

  • Écrit par 
  • Éric DENIS
  •  • 5 786 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les villes »  : […] Alors que le taux officiel d'urbanisation stagne à 43 p. 100, la croissance démographique naturelle des bourgs et des villages, que les habitants ne quittent plus pour les villes, y a entraîné un puissant processus d'urbanisation. Les métropoles sont elles-mêmes affectées par le déclin de leur centre, lié aux migrations vers les villages périphériques et au vieillissement de leurs résidents. L'en […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN, 
  • Robert SANTUCCI
  •  • 36 094 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le temps de la libéralisation »  : […] L'économie égyptienne connaît dès lors une véritable revitalisation : l'inflation passe à 4,6 p. 100 en 1997, la monnaie égyptienne, alignée sur le dollar, se stabilise et le marché noir disparaît. Les réserves en devises de la banque centrale s'élèvent à plus de 20 milliards de dollars pour cette même année. Entre 1996 et 2000, la croissance économique annuelle moyenne est de 5,6 p. 100 pendant q […] Lire la suite

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ville omeyyade et abbasside, ville de gouvernement »  : […] Un peu plus tard, on vit naître, par le fait d'une symbiose qui ne mit pas plus d'un demi-siècle à se réaliser, le type de la ville omeyyade, qui, pour une part, allait servir de modèle aux réalisations abbassides. Ses traits d' urbanisme les plus caractéristiques tenaient à ses liens avec les villes antiques qui l'avaient précédée, parfois sur le même site : ainsi à Alep, Damas ou Lattakiye, où […] Lire la suite

FĀṬIMIDES

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 1 278 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Établissement de la dynastie »  : […] Le centre de la propagande des Fāṭimides se trouva d'abord en Syrie du Nord, à Salamiyya, d'où des missionnaires éloquents et persuasifs parcoururent presque toutes les régions de l'Islam. L'un d'eux, particulièrement actif, Aḅū ‘Abd Allāh al-Shī‘ī, prêcha en Afrique du Nord, en s'appuyant sur une tribu berbère, les Kutāma. Mais cette contrée était loin d'être pacifiée, et l'on trouvait toujours u […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 022 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'art des Mamlouks (1250-1517) »  : […] La basse extraction des sultans mamlouks – d'origine servile (Turcs d'Asie centrale au xiii e  siècle, Caucasiens au milieu du xiv e ), ils seront toujours contestés – amena ceux-ci à une politique d'auto-affirmation, et l'architecture devint un moyen de légitimation du pouvoir. Le Caire s'agrandit et se couvrit de monuments de prestige – mosquées, médersas, mausolées, hôpitaux, palais, terrains […] Lire la suite

ISMAÉLISME

  • Écrit par 
  • Michel BOIVIN, 
  • Osman YAHIA
  •  • 6 935 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Origine et période fatimide »  : […] Après la mort du sixième imām chiite Dja‘far al-Ṣādik en 765/148, une querelle de succession éclata entre ses deux fils Ismā‘īl et Mūsā al-Kāṣim. Marqué dès l'origine par une grande diversité, le mouvement des partisans d'Ismā‘īl ou ismaéliens, ne devint actif qu'à la fin du ix e  siècle, sous une double forme, qarmate et fatimide. Vers 877-878/264, un certain Ḥamdan Qarmat, fondateur éponyme de […] Lire la suite

MAHFOUZ ou MAHFŪZ NAGUIB (1911-2006)

  • Écrit par 
  • Luc-Willy DEHEUVELS
  •  • 2 024 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le romancier du Caire »  : […] Né en 1911 au sein d'une famille de la petite bourgeoisie installée dans le quartier populaire de Gamaliyya, dans la vieille ville du Caire, Naguib Mahfouz, de quinze ans plus jeune que ses sept frères et sœurs, sort en 1934 de l'université avec une licence de philosophie, et un fort penchant pour la littérature, qu'il assouvira, en parallèle avec sa carrière de fonctionnaire. Il publie ses premiè […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4 mai 2021 Égypte – France. Annonce de l'achat par Le Caire de trente avions Rafale.

L’armée égyptienne annonce la signature d’un contrat avec la France en vue de la fourniture de trente avions Rafale et de matériels militaires, pour un montant de 3,95 milliards d’euros financé par un prêt garanti à 85 % par l’État français. En février 2015, l’Égypte avait été le premier pays à commander des Rafale – au nombre de vingt-quatre. Ce pays est le quatrième client de la France en matière d’armement. […] Lire la suite

9 février 2021 Autorité palestinienne. Accord sur l'organisation d'élections.

Les factions palestiniennes concluent, au Caire, un accord sur l’organisation d’élections législatives en mai, d’un scrutin présidentiel en juillet et du renouvellement des dirigeants de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) en août. Il s’agit des premières élections palestiniennes depuis celles de janvier 2006, remportées par le Hamas, et la rupture entre le Fatah et le Hamas à la suite de la prise de contrôle de Gaza par le second en juin 2007. […] Lire la suite

6-31 août 2020 Grèce – Turquie – Égypte – France. Regain de tensions en Méditerranée orientale.

Le 6, Athènes et Le Caire signent un accord de délimitation maritime. En novembre 2019, Ankara et le gouvernement d’accord national libyen de Fayez al-Sarraj avaient signé un accord délimitant leurs frontières maritimes en empiétant sur certaines zones exclusives grecques et chypriotes. La Méditerranée orientale est le théâtre d’un conflit de souveraineté entre Ankara et Athènes, lié à la découverte de réserves d’hydrocarbures. […] Lire la suite

1er-25 février 2020 Israël – Autorité palestinienne. Suites du plan de paix américain.

Le 1er, les représentants des vingt-deux pays de la Ligue arabe réunis en sommet extraordinaire au Caire à la demande de l’Autorité palestinienne rejettent unanimement le plan de paix « américano-israélien » pour le Proche-Orient présenté en janvier. Le président de l’Autorité Mahmoud Abbas confirme la rupture de toutes relations, notamment sécuritaires, avec Israël et les États-Unis – mesure souvent annoncée, mais jamais appliquée. […] Lire la suite

20-27 septembre 2019 Égypte. Manifestations contre le président Abdel Fattah al-Sissi.

Seul un millier de partisans du président al-Sissi défilent dans les rues du Caire. Au cours de la semaine, le pouvoir a tenté de discréditer Mohamed Ali en assimilant son action à une conspiration de la confrérie interdite des Frères musulmans. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric DENIS, Gaston WIET, « CAIRE LE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-caire/