KAIROUAN CALIFAT FATIMIDE DE (910-969)

En 910, la dynastie des Aghlabides, qui règne en Ifrīqiya (la Tunisie actuelle) tout en reconnaissant l'autorité nominale du calife abbasside de Bagdad depuis 800, est renversée par un soulèvement des tribus berbères Kutāma, qui proclament ‘Ubayd Allāh seul calife légitime. Ces Berbères ont été convertis au chiisme par un prédicateur missionnaire comme il y en avait beaucoup à cette époque. En effet, depuis la fin du viie siècle, la communauté musulmane (Umma) est partagée entre ceux qui veulent que le « successeur » (khalīfa, d'où vient le mot calife) de Mahomet (ou Muḥammad) appartienne à sa descendance par ‘Alī, son cousin et gendre, et par Fātima, sa fille (d'où le nom de « Fatimides »), et ceux qui estiment qu'un membre de sa tribu (Quraysh) convient parfaitement. Les ‘Alides sont écartés du pouvoir après l'assassinat de ‘Alī (661) au profit de la dynastie omeyyade : ils passent alors dans l'opposition, parfois armée, et mènent une active propagande contre le régime omeyyade de Damas puis abbasside de Bagdad. Le coup d'État de Kairouan, en 910, est l'une des manifestations de cette division originelle de l'Umma. Pour la première fois, dans l'Islam médiéval, deux personnes revendiquent en même temps le titre de calife et la légitimité du pouvoir sur tous les musulmans : la division politique de la communauté est consommée. En 969, le souverain fatimide ordonnera le transfert de la capitale califale en Égypte, dans la ville princière qu'il fait construire, al-Qāhira (Le Caire), près de l'ancienne Fustāt.

—  Pascal BURESI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Pascal BURESI, « KAIROUAN CALIFAT FATIMIDE DE - (910-969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/califat-fatimide-de-kairouan/