BURCKHARDT JACOB (1818-1897)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « Kulturgeschichte »

Après cette période allemande, Burckhardt revient à Bâle. Il y enseigne l'histoire et participe aux luttes politiques de la ville en soutenant comme journaliste les positions de la droite modérée. Découragé par la politique, il se rend en Italie en 1846. Il collabore avec Kugler lorsque celui-ci réédite en 1847 son Manuel d'histoire de la peinture et son Manuel d'histoire de l'art. Ensemble, ils essaient de mettre en rapport l'histoire de l'art et l'histoire de la culture. Combattant le principe romantique de la supériorité du gothique, Burckhardt insiste sur l'épanouissement des arts à la fin du xve siècle en Italie. À partir de 1848, il cherche à concilier l'histoire politique et l'histoire de l'art en une histoire de la culture (Kulturgeschichte). Ainsi, dans L'Époque de Constantin le Grand, publiée en 1853, il s'intéresse au passage du monde antique au monde chrétien en insistant sur l'idée de continuité. Les figures de Dioclétien et de Constantin se détachent sur un tableau de la civilisation païenne à son déclin, avec son pullulement inquiet de religions. Burckhardt montre comment le christianisme a réussi à sauver l'héritage classique. Comme Charles Martel, Constantin est un de ces individus appelés à jouer un rôle de portée universelle. Son ambition et son goût du pouvoir sont les instruments d'une nécessité historique. Par la suite, Burckhardt abandonnera cette vision de l'histoire qui le rapproche de Hegel.

Le Cicerone, publié en 1855, est le fruit d'une étude attentive des monuments et des musées des principales villes italiennes, effectuée pendant l'hiver 1854-1855. À la fois guide et histoire de l'art italien de l'Antiquité au xviiie siècle, il est divisé en trois parties : une première consacrée à l'architecture et à la décoration ; une seconde à la sculpture ; une troisième à la peinture. Les parties se subdivisent selon les grandes périodes et, dans chaque chapitre, Burckhardt met l'accent, par ce classement même, soit sur les régions, soit sur les personnalités des artistes, soit sur les thèmes ou les genres. L'ensemble const [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BURCKHARDT JACOB (1818-1897)  » est également traité dans :

LA CIVILISATION DE LA RENAISSANCE EN ITALIE, Jacob Burckhardt - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 330 mots
  •  • 1 média

Ouvrage déconcertant et cependant texte fondateur, le monumental « essai » de Jacob Burckhardt (1818-1897), fils de pasteur, ayant fait ses études de théologie, puis d'histoire et d'histoire de l'art à Bâle et à Berlin, est son livre le mieux connu, ou le moins méconnu, s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-civilisation-de-la-renaissance-en-italie/#i_6742

BONY JEAN (1909-1995)

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 944 mots

Historien français de l'art et de l'architecture du Moyen Âge. Pour le public cultivé, Jean Bony restera l'auteur de la synthèse magistrale sur l' Architecture gothique en France aux XII e et XIII e  siècles , qu'il écrivit en anglais et q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-bony/#i_6742

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 332 mots
  •  • 2 médias

En septembre 1914, accordant au ton de la propagande de guerre l'anathème jeté par Luther sur l'universalisme romain et renouvelé par Herder sur la philosophie des Lumières, Thomas Mann posait en principe, dans la Neue Rundschau , l'antagonisme de la « culture » allemande et de la « civilisation » française. « Civilisation et culture, expliquait-il, sont des contraires, ils c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-culture-et-civilisation/#i_6742

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Courants et écoles historiques

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 6 859 mots

Dans le chapitre «  Fondations : historismes et méthodisme »  : […] La fracture révolutionnaire de 1789 constitue une rupture pour la conscience historique contemporaine : il y a désormais un temps avant et un temps après la Révolution, lequel annonce un nouveau régime d'historicité et un moment de fondation : celui de l'archive, du patrimoine et de l'histoire. Comme le notait l'historien bâlois Jacob Burckhardt (1818-1897) : « Presque tous les peuples européens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-courants-et-ecoles-historiques/#i_6742

HISTOIRE ET SALUT (K. Löwith) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  •  • 968 mots

Presque cinquante ans après la parution de sa version allemande, la traduction du livre de Karl Löwith Histoire et Salut . Les présupposés théologiques de la philosophie de l'histoire (trad. M. C. Calliol-Gillet, S. Hurstel, J.-F. Kervégan, Gallimard, 2002) vient enrichir le débat sur la « sécularisation » et ses enjeux, relancé en 1985 par Marcel Gauch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-et-salut/#i_6742

WÖLFFLIN HEINRICH (1864-1945)

  • Écrit par 
  • Jean WIRTH
  •  • 2 306 mots

Dans le chapitre « Un professeur et un théoricien »  : […] Né à Winterthur, en Suisse, dans un milieu de haute culture (son père était philologue et fonda le Thesaurus linguae latinae ), Heinrich Wölfflin étudia l'histoire et la théorie de l'art à Bâle, à Berlin et à Munich où il soutint à vingt-deux ans une thèse de doctorat : Prolegomena zu einer Psychologie der Architektur . C'est encore de l' architecture, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-wolfflin/#i_6742

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel PLAISANCE, « BURCKHARDT JACOB - (1818-1897) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacob-burckhardt/