IMPRESSIONNISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Émile Zola, É. Manet

Émile Zola, É. Manet
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Le Poème de l'oreiller, K. Utamaro

Le Poème de l'oreiller, K. Utamaro
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Grande Vague, K. Hokusai

La Grande Vague, K. Hokusai
Crédits : Christie's Images, Bridgeman Images

photographie

Le Fuji vu de Nakahara

Le Fuji vu de Nakahara
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tous les médias


Les événements de l'impressionnisme

Depuis le Salon des Refusés (1863), initiative libérale de Napoléon III, Manet est le peintre que la presse, les pouvoirs académiques et le publics ont voué à l'exécration. En quoi il succède à Courbet, lequel, non seulement se proclamait le fondateur de l'école réaliste, mais encore se faisait honnir pour ses opinions sociales. Manet est, lui aussi, un réaliste, peut-être de façon encore plus affirmée puisque aucune intention extrapicturale ne s'ajoute à sa stricte présentation de la chose vue. Il est d'ailleurs républicain de cœur et ne s'en cache point, tout en appartenant à la haute bourgeoisie parisienne et en s'étonnant du mépris où le tient le monde de l'art officiel. Mais en ces contradictions un fait s'impose : l'irréductible singularité de son génie qui a fait de lui l'instaurateur de cette idée toute simple, mais qui ouvre l'histoire de l'art moderne : à savoir que la peinture n'est pas autre chose que la peinture, qu'elle n'exprime rien d'autre qu'elle-même. Telle est la peinture que fait Manet ; aussi exige-t-elle des dons de peintre absolument extraordinaires et, pour reprendre la formule plus haut citée, un œil et une main d'une exceptionnelle puissance. C'est là une raison – l'autre étant qu'il est décrié par la société – pour que les jeunes peintres se groupent autour de lui. Ainsi font, dans les dernières années de l'Empire, Monet, Sisley, Bazille, Renoir, qui sont entrés en 1862 à l'atelier de Gleyre, puis Pissarro, et Cézanne arrivé à Paris retrouver son camarade d'enfance, Zola. On se réunit le vendredi soir au café Guerbois, avenue de Clichy, non loin de l'atelier de Manet. D'autres artistes et hommes de lettres viennent grossir cette « école des Batignolles » : Fantin-Latour, Degas, le paysagiste Guillemet, le graveur Desboutin, Stevens, Duranty, Zola, Zacharie Astruc.

La Rue Mosnier aux paveurs, É. Manet

La Rue Mosnier aux paveurs, É. Manet

Photographie

Édouard Manet, «La Rue Mosnier aux paveurs», 1878. Huile sur toile, 64 cm × 80 cm. Collection particulière. 

Crédits : AKG

Afficher

Les idées du groupe sont tout imprégnées de réalisme. Les premiers tableaux des jeunes peintres sont donc de cette tendance, mais avec déjà, la prédominance des tons clairs et de subtils effets de lu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  IMPRESSIONNISME  » est également traité dans :

ART (Aspects culturels) - L'objet culturel

  • Écrit par 
  • Jean-Louis FERRIER
  •  • 6 281 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'art, dialectique du réel et de l'imaginaire »  : […] La création picturale, cependant, n'est jamais un reflet. Il serait aussi contestable de la soumettre à la contrainte du déterminisme sociologique qu'il est faux d'y voir une copie plus ou moins fidèle de la réalité extérieure. S'il est vrai que la peinture ne saurait surgir en dehors d'un milieu, cela ne signifie pas, bien au contraire, qu'elle engendre nécessairement les moyens d'exprimer cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-culturels-l-objet-culturel/#i_4109

ATELIER, art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 5 926 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'atelier cénacle. Sanctuaire romantique et grand atelier de la nature »  : […] De l'atelier traditionnel, il ne reste, au xix e  siècle, que la fonction pédagogique exercée par quelques grands maîtres, mais la pédagogie se ressent aussi de l'idéologie romantique, et le rapport du maître à l'élève est tout à fait original. Ce qu'on apprend d'un maître est d'ordre purement formel. Les marchands de pinceaux, de couleurs, de to […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atelier-art/#i_4109

BARBIZON ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Jacques de CASO
  •  • 3 463 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les personnalités et les styles Corot »  : […] Il serait abusif de lier l'art de Corot (1796-1875) aux styles des seuls artistes du groupe de Barbizon. La peinture d'histoire à intentions didactiques et la peinture religieuse qu'il exposa régulièrement dans les Salons annuels, après 1830, comptent autant dans son œuvre que le paysage « pur » – vues prises sur le motif ou composées à l'atelier – qu'il rapporta de ses séjours en Italie ou qu'il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-barbizon/#i_4109

BAZILLE FRÉDÉRIC (1841-1870)

  • Écrit par 
  • Alain MADELEINE-PERDRILLAT
  •  • 2 468 mots
  •  • 5 médias

Un peintre qui eut la chance de rencontrer très tôt Monet et Renoir, et de travailler avec eux, la chance de voir son talent vite reconnu par Émile Zola et par de bons critiques comme Edmond Duranty et Zacharie Astruc, la chance aussi de n'avoir jamais été dans le besoin ; mais qui eut le malheur de disparaître très jeune, moins de quatre ans avant la première exposition de groupe de ses amis les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-bazille/#i_4109

BONNARD PIERRE (1867-1947)

  • Écrit par 
  • Gérard BERTRAND
  •  • 3 594 mots

Dans le chapitre « La tentation impressionniste »  : […] À côté des œuvres de caractère intimiste, où la tonalité assourdie de l'ensemble ne fait que mieux ressortir de brusques fusées de couleur franche, le reste de la production des années 1899-1900 annonce sans équivoque un renouvellement et un élargissement de la gamme chromatique. Le choix même des sujets est significatif. Les scènes d'extérieur se multiplient. Et tout naturellement, à travers les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-bonnard/#i_4109

BOUDIN EUGÈNE (1824-1898)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 455 mots
  •  • 1 média

Fils d'un marin de Honfleur, Eugène Boudin, un des précurseurs de l'impressionnisme, exerce la profession de papetier-encadreur au Havre. En 1849, il se rend à Paris pour y étudier la peinture sous la direction d'Eugène Isabey, qui construisait ses tableaux selon un système chromatique vif et clair. Ce n'est que dix ans plus tard que Boudin expose au Salon de 1859, avec un tableau anecdotique ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-boudin/#i_4109

BRACQUEMOND FÉLIX JOSEPH AUGUSTE (1833-1914)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 413 mots

Issu d'un milieu modeste, Félix Bracquemond (né le 28 mai 1833 à Paris) a été formé très jeune dans l'atelier du peintre Joseph Guichard (1806-1880), qui avait lui-même concilié les enseignements d'Ingres et de Delacroix. De cette formation très particulière, il gardera toute sa vie le goût de l'indépendance, la haine des compromis et de l'académisme. Malgré quelques très beaux pastels, sa carrièr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-joseph-auguste-bracquemond/#i_4109

BÜHRLE FONDATION, Zurich

  • Écrit par 
  • Daniel HARTMANN
  •  • 868 mots

Sur les hauteurs de Zurich, dans les quartiers résidentiels de la « rive dorée » du lac, un hôtel particulier abrite près de 200 œuvres de la collection constituée par l'industriel d'origine allemande Emil Georg Bührle (1890-1956). Placées en 1960 par les héritiers du collectionneur, qui tenaient à lui rendre hommage, sous le statut juridique de « fondation de famille », elles sont désormais acce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondation-buhrle-zurich/#i_4109

CAILLEBOTTE GUSTAVE (1848-1894)

  • Écrit par 
  • Éric DARRAGON
  •  • 2 410 mots
  •  • 1 média

Gustave Caillebotte tient une place qui n'est pas séparable de l'histoire de l'impressionnisme. Il en fait intimement partie en tant que peintre, collectionneur, mécène, organisateur ayant activement participé à cinq des huit expositions de la Société anonyme coopérative en 1876, 1877, 1879, 1880, 1882. Le peintre meurt à quarante-cinq ans en février 1894, dans sa propriété des bords de Seine au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-caillebotte/#i_4109

CASSATT MARY (1844-1926)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 536 mots
  •  • 3 médias

L’artiste américaine Mary Cassatt, connue pour ses tableaux et ses gravures, fit partie du groupe des impressionnistes et travailla à Paris et dans ses environs. Elle prit pour sujet presque exclusivement des femmes et des enfants. Fille d’un banquier, elle naît le 22 mai 1844 à Allegheny City (aujourd’hui Pittsburgh), en Pennsylvanie. Elle passe cinq années de son enfance en Europe, puis commence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mary-cassatt/#i_4109

CÉZANNE PAUL (1839-1906)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 960 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une vie de peintre »  : […] L'existence de Cézanne décourage l'amateur d'anecdotes : entre Aix et Paris, la Provence et l'Île-de-France, l'artiste semble ne s'être consacré qu'à son œuvre. Quelques amitiés, parfois ferventes, mais jamais éternelles, peu de relations, essentiellement d'affaires ou de travail, une vie de famille réduite à l'essentiel : une femme qui lui donne un fils, ses parents, sa sœur et son mari, leurs pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-cezanne/#i_4109

CHINTREUIL ANTOINE (1814-1873)

  • Écrit par 
  • Arnauld BREJON DE LAVERGNÉE
  •  • 788 mots

Né à Pont-de-Vaux dans l'Ain, Antoine Chintreuil se forme à Paris à partir de 1838. Il est curieux que ce paysagiste n'ait pas été attiré par les peintres paysagistes de l'école de Lyon (Appian, Carrand, Ravier, Vernay), ville toute voisine de Pont-de-Vaux. Il choisit plutôt de s'installer à Paris, et la réputation de Corot n'y est peut-être pas étrangère. Ce dernier, qu'il rencontre en 1843, est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-chintreuil/#i_4109

CLAUDE MONET ET L'IMPRESSIONNISME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 560 mots

1862-1863 Monet, à Paris, se lie avec Bazille, Renoir et sans doute Sisley qui fréquentent comme lui l'atelier de Gleyre : c'est un des groupes d'artistes à l'origine du mouvement impressionniste. 1865 Monet commence Le Déjeuner sur l'herbe (fragments au musée d'Orsay), abandonné inachevé l'année suivante. C'est son pre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-monet-et-l-impressionnisme-reperes-chronologiques/#i_4109

CLAUS ÉMILE (1849-1924)

  • Écrit par 
  • Robert L. DELEVOY
  •  • 146 mots
  •  • 1 média

Peintre flamand de tradition impressionniste, spécialisé dans l'interprétation du paysage plat, humide et vaporeux que traverse la Lys en Flandre occidentale ( La Grève ensoleillée , musées royaux des Beaut-Arts, Bruxelles). Émile Claus s'établit en 1888 à Deurle, dans une villa bourgeoise à l'enseigne Zonneschijn ( Clair Soleil )  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-claus/#i_4109

COULEURS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Manlio BRUSATIN
  •  • 10 354 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Symbolique des couleurs et société industrielle »  : […] Le blanc hygiénique qui s'impose à partir du xviii e  siècle suppose une « philosophie de la couleur » – selon laquelle le blanc est la couleur stable et définitive à laquelle se rapportent toutes les autres – et qui n'est pas sans évoquer d'ailleurs les théories de Newton. Ce phénomène du blanc hygiénique devient absolu dans une vision monochroma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleurs-histoire-de-l-art/#i_4109

CRITIQUE D'ART EN FRANCE AU XIXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 6 626 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un « métier » »  : […] Quoique encore imparfaitement définie, dans ses manifestations multiformes, la tâche du critique d'art apparaît vite, au xix e  siècle, éloignée de l'« oisiveté officielle », du « perpétuel et volontaire loisir » – spectre que souhaitait conjurer Gustave Planche (1808-1857), l'une des grandes figures de la période romantique. Sa conception d'une « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-d-art-en-france-au-xixe-siecle/#i_4109

DEBUSSY, LA MUSIQUE ET LES ARTS (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves BOSSEUR
  •  • 1 050 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'influence des préraphaélites et des impressionnistes »  : […] En ce qui concerne la peinture de son époque, Debussy partage son intérêt entre deux tendances esthétiques, l'une correspondant aux préraphaélites, l'autre aux impressionnistes. Son goût pour les préraphaélites, qui influencèrent les symbolistes, apparaît notamment dans La Damoiselle élue (1887-1888) – Maurice Denis réalisa une lithographie qualifiée de « rare et précieuse » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/debussy-la-musique-et-les-arts/#i_4109

DEGAS EDGAR (1834-1917)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 813 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Réaliste ou impressionniste ? »  : […] Degas s'est engagé sans réserve dans l'aventure des expositions impressionnistes, où il vit l'occasion d'imposer sa peinture, moins « impressionniste » d'ailleurs que « naturaliste » ou « réaliste » (ce sont les deux termes qu'il employait de préférence). Il participa ainsi à l'exposition inaugurale de 1874 , et, au moment de recruter des participants, il écrivait à Tissot (qui finalement refusa)  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edgar-degas/#i_4109

DEGAS ET LE NU (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 1 084 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le corps mis à nu »  : […] Il y a manifestement, dans la représentation du nu chez Edgar Degas, une approche critique de l'humain et de la société. Cette manière de dénoncer en dessinant atteint une sorte de paroxysme dans la série de monotypes (impression sur papier d'une peinture réalisée sur plaque de métal) représentant des scènes de maisons closes réalisés dans les années 1870. À une époque où les photographies pornog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/degas-et-le-nu/#i_4109

DICTIONNAIRE DU XIXe SIÈCLE EUROPÉEN (dir. M. Ambrière) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 350 mots

Faire renaître « notre avant-mémoire européenne et française » en révisant les jugements trop souvent injustes (le « stupide xix e  siècle » de Léon Daudet) portés sur ce dont elle est formée : tel est l'objectif que s'est proposé d'atteindre Madeleine Ambrière, maître d'œuvre du Dictionnaire du XIX […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dictionnaire-du-xixe-siecle-europeen/#i_4109

DURAND-RUEL PAUL (1831-1922)

  • Écrit par 
  • Anne MARTIN-FUGIER
  •  • 974 mots
  •  • 1 média

L’exposition Paul Durand-Ruel , l e pari de l’impressionnisme , qui s’est tenue au musée du Luxembourg à Paris (9 octobre 2014 - 8 février 2015), a permis de retracer le parcours de ce marchand d’art. L’intimité de son salon est évoquée par un dessin en grisaille où prennent place une double-porte fleurie peinte par Claude Monet et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-durand-ruel/#i_4109

DURET THÉODORE (1838-1927)

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 695 mots

Grand bourgeois, le Français Théodore Duret était un républicain convaincu. Au cours d'un long voyage autour du monde (1871-1872), en compagnie d'Henri Cernuschi, il visita notamment l'Inde, le Japon, la Chine, et il acquit de nombreuses estampes et des livres illustrés japonais dont il fit don à la Bibliothèque nationale en 1899. Ses livres d'histoire contemporaine sont tombés dans l'oubli, mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-duret/#i_4109

LES ÉCRIVAINS DEVANT L'IMPRESSIONNISME, Denys Riout - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 1 216 mots

Si les principaux peintres à qui l'on doit la naissance de la peinture moderne en France – Paul Cézanne, Edgar Degas, Édouard Manet, Claude Monet, Berthe Morisot, Camille Pissarro, Auguste Renoir, Alfred Sisley – commencent à renouveler la pratique et l'esthétique picturale au début des années 1860, ce n'est qu'à l'occasion de l'exposition de la Société anonyme des artistes en 1874, boulevard des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-ecrivains-devant-l-impressionnisme/#i_4109

EDGAR DEGAS ET LE SPECTACLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 635 mots

1868 Degas expose au Salon, pour la première fois, une scène de ballet : Portrait de M lle Eugénie Fiocre : à propos du ballet « La Source » (the Brooklyn Museum, New York). Le tableau, qui n'évoque d'ailleurs que très lointainement la scène, n'obtient que peu d'écho. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edgar-degas-et-le-spectacle-reperes-chronologiques/#i_4109

ENCADREMENT DES ŒUVRES, histoire de l'art occidental

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 364 mots

Dans le chapitre « Cadres impressionnistes et contemporains »  : […] Manet, si l'on en croit les Souvenirs de son ami Antonin Proust (1913), aurait pensé que « sans le cadre, la peinture perd cent pour cent ». Le cadre est le signe de l'achèvement de l'œuvre. Pour Degas, « le cadre est le maquereau de la peinture ; il la met en valeur mais ne doit jamais briller à ses dépens ». Degas, refusant les cadres dorés trop goûtés par les collectionn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encadrement-des-oeuvres-histoire-de-l-art-occidental/#i_4109

ÉPHÉMÈRE, arts

  • Écrit par 
  • Véronique GOUDINOUX
  •  • 2 182 mots

Dans le chapitre « La question de la durée »  : […] Deux siècles plus tard, Georg Wilhelm Friedrich Hegel, cherchant à montrer l'idéalité de l'art, écrit : « À ce qui est éphémère dans la nature, l'art donne la solide consistance de la durée ; un sourire fugace, une bouche qui se plisse malicieusement, un regard, une lueur fugitive [...], tout cela, l'art l'arrache à l'existence momentanée et, sous ce rapport aussi, surmonte la nature » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ephemere-arts/#i_4109

EXPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jérôme BINDÉ, 
  • Lotte H. EISNER, 
  • Lionel RICHARD
  •  • 12 593 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'opposition à l'impressionnisme »  : […] En quelques mois, l'expressionnisme est perçu de tous côtés avec une signification particulière : il passe pour une réaction contre l'impressionnisme et, plus généralement, contre les conceptions anciennes attribuant à l'art une fonction d'imitation de la nature. Cette option « antinaturaliste », laissant place avant tout à la vertu démiurgique de la subjectivité, à l'invention créatrice, et récus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expressionnisme/#i_4109

FANTIN-LATOUR IGNACE HENRI (1836-1904)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 493 mots
  •  • 1 média

Peintre français. L'œuvre de Henri Fantin-Latour réalise éminemment le vœu de Baudelaire qui, dans le Salon de 1845 , souhaitait l'avènement de peintres sachant exprimer la poésie de la vie moderne. Il appartient à la génération qui commence à s'affirmer vers 1860 (plus particulièrement au groupe hétéroclite qui exposa en 1863 au Salon des refusés). Il bénéficie donc de l'acq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ignace-henri-fantin-latour/#i_4109

FAUVISME

  • Écrit par 
  • Michel HOOG
  •  • 4 010 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les sources du fauvisme »  : […] L'accord est loin d'être fait sur les sources proches ou lointaines du fauvisme. La plupart des fauves ont laissé entendre – l'exemple de Van Gogh, trop évident pour être nié, étant excepté – qu'ils s'étaient formés à peu près seuls. Certes, le fauvisme est d'abord la libre expression d'un tempérament et une influence n'est subie qu'autant qu'on y est prêt. Il n'en reste pas moins que les fauves […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fauvisme/#i_4109

GAUGUIN PAUL (1848-1903)

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 3 177 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les fugues vers les sources »  : […] Paul Gauguin est reparti sans cesse au cours de son existence vers le paradis de la nature sauvage, où tout est innocence et liberté. Cette remontée vers ce qu'il possédait en amont, et que ses premiers souvenirs lui avaient fait entrevoir, c'est d'abord dans son sang même qu'il la réalise : au-delà de l'image de sa mère, morte en 1867, il rejoint l'atavisme de sa grand-mère, Flora Tristan, avent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-gauguin/#i_4109

GUILLAUMIN ARMAND (1841-1927)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 328 mots

Peintre français, Guillaumin fut l'un des membres historiques du groupe impressionniste. Il prit part aux principaux épisodes de son histoire : formation à l'Académie suisse, Salon des refusés (1863), la plupart des « expositions impressionnistes » entre 1874 et 1886. Mais, à l'intérieur de ce groupe, il représente, avec ses amis Cézanne et Pissarro, la tendance la plus constructive, celle dont la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armand-guillaumin/#i_4109

HEADE MARTIN JOHNSON (1819-1904)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 311 mots
  •  • 1 média

Peintre américain, Heade a surtout peint des paysages, dans des manières assez différentes, mais parfois simultanées. L'une, dans la tradition « luministe » américaine, fond les touches en une matière lisse, brillante, glacée, et diffuse sur l'ensemble du paysage un éclairage égal qui donne à chaque détail la même intensité et évoque la photographie ( Lake George , 1862, Muse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-johnson-heade/#i_4109

HUYSMANS JORIS-KARL (1848-1907)

  • Écrit par 
  • Françoise GAILLARD
  •  • 1 452 mots

Dans le chapitre « Du « Drageoir aux épices » à « La Cathédrale » »  : […] Peu d'œuvres littéraires sont aussi étroitement liées aux expériences intimes de leur auteur que celles de Huysmans. Dépourvu de l'imagination suffisante pour renouveler la fiction, il s'oriente vers un mélange d'essai, de chronique et de narration. « Personnellement j'en ai assez et quitte le genre épuisé par les redites », écrit-il, pressentant la crise du roman, menacé par la disparition d'un s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joris-karl-huysmans/#i_4109

IMPRESSION, SOLEIL LEVANT (C. Monet)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 190 mots

Impression, soleil levant (musée Marmottan, Paris) tient une place capitale dans l'histoire de l'art pour avoir été à l'origine de la dénomination du mouvement « impressionniste ». Ce néologisme inventé, peut-être par boutade, par un journaliste à partir du titre donné par Claude Monet (1840-1926) à son tableau devint vite générique pour désigner les tenants de la « nouvelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impression-soleil-levant/#i_4109

JONGKIND JOHAN BARTHOLD (1819-1891)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 386 mots
  •  • 2 médias

Huitième enfant d'une famille paysanne, Jongkind entre à l'académie de La Haye à dix-sept ans. Il apprend alors la technique du dessin, mais surtout de l'aquarelle d'après nature. Lors d'un premier séjour en France, il se lie en 1846 avec Isabey qui lui fait découvrir les couleurs et les effets de lumière des plages normandes. En 1862, il rencontre, grâce à Moret, élève d'Isabey, Boudin qui jouera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johan-barthold-jongkind/#i_4109

LEBOURG ALBERT (1849-1928)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 321 mots

Peintre français. Les conflits parfois dramatiques de l'avant-garde et de la tradition, dans le dernier quart du xix e siècle, risquent de cacher l'accord qui exista parfois entre l'impressionnisme et certains tempéraments d'artistes, rebutés par la production académique, mais plus sensibles qu'audacieux. C'est ce que prouve l'œuvre de Lebourg, q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-lebourg/#i_4109

LE DERNIER MONET (expositions)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 959 mots

L'installation de Monet à Giverny, dans l'Eure, en 1883, aurait pu n'être que temporaire, mais elle devint définitive avec l'achat de sa maison, en 1890, dont il agrandit le jardin, à partir de 1893, par un bassin aux nymphéas. Il lui restait plus de trente ans à vivre (il meurt en 1926), mais, curieusement, cette période où il va « au-delà de l'impressionnisme » n'avait pas vraiment fait l'objet, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-dernier-monet/#i_4109

LÉPINE LOUIS STANISLAS (1835-1892)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 199 mots

Peintre français. Ce petit maître, élève de Corot, à qui sont dues presque toutes les formules de son art, illustre admirablement, dans d'étroites limites, une certaine tradition du paysage naturaliste français au xix e siècle : celle dont la prédilection se porte sur les éléments mobiles et fluides de la nature, et dont la manière est discrète, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-stanislas-lepine/#i_4109

LIEBERMANN MAX (1847-1935)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 360 mots

Peintre allemand, l'un des représentants, avec Slevogt et Corinth, de ce que l'on appelle à tort l'impressionnisme allemand. Né à Berlin, fils d'une riche famille de fabricants, Liebermann fait ses études, de 1868 à 1872, à l'École des beaux-arts de Weimar. Très impressionné par Mihaly Munkácsy, qu'il rencontre à Düsseldorf, il peint en 1872 ses Plumeuses d'oies (Nationalgal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-liebermann/#i_4109

MANET À LA MARGE DE L'IMPRESSIONNISME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 346 mots

1859 Après avoir étudié dans l'atelier de Thomas Couture (1850-1856), Manet (1832-1883), qui a l'habitude de faire des copies au Louvre, y rencontre Fantin-Latour (1857) puis Degas. 1861 Manet expose pour la première fois au Salon. Il cherchera toujours à participer à cette manifestation, malgré les refus du jury ou les incompréhensions des c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manet-reperes-chronologiques/#i_4109

MANET ÉDOUARD

  • Écrit par 
  • Éric DARRAGON
  •  • 3 201 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'œuvre et la vie »  : […] On peut distinguer trois moments importants dans l'activité de Manet. D'abord celui qui consiste à prendre toute la mesure du Salon officiel. On sait que le jeune Manet était le fils d'un magistrat parisien qui aurait été davantage satisfait de le voir entrer à l'École navale que dans un atelier de peintre. Une traversée de l'Atlantique sur le Havre et Guadeloupe , qui met un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-manet/#i_4109

MAUFRA MAXIME (1861-1918)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 224 mots

Lancé par un article d'Octave Mirbeau après une exposition chez Le Barc de Bouteville (1894), Maufra a d'abord fait partie, avec des peintres comme Moret et Chamaillard, du groupe le moins bien connu de l'école de Pont-Aven, plus lié à Émile Bernard qu'à Gauguin qu'il ne suit d'ailleurs pas au Pouldu. Après avoir ainsi souscrit à l'esthétique de la peinture « symboliste et synthétiste », il l'aban […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maxime-maufra/#i_4109

MONET CLAUDE (1840-1926)

  • Écrit par 
  • Françoise CACHIN
  •  • 2 113 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un nouvel art du paysage »  : […] Claude Monet, bien que né à Paris, passe sa jeunesse et son enfance au Havre où ses parents tiennent une épicerie. Il manifeste très tôt de grand dons pour le dessin, en particulier pour la caricature. C'est Eugène Boudin qui encourage le jeune homme à peindre et l'emmène « sur le motif », en plein air (« Ce fut tout à coup comme un voile qui se déchire. J'avais saisi ce que pouvait être la pein […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-monet/#i_4109

MONTICELLI ADOLPHE (1824-1886)

  • Écrit par 
  • Françoise LEMPERT
  •  • 324 mots

L'œuvre de Monticelli surprend par le grand nombre d'influences dont elle témoigne. Le personnage de l'artiste lui-même exprime cet éclectisme : ami de Díaz de la Peña, il admire Rubens, Véronèse et Watteau ; lié à Cézanne, il est admiré par Van Gogh. On retrouve dans toutes ses peintures des affinités plus ou moins grandes avec ces artistes, et l'on est parfois irrité par une telle assimilation d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolphe-monticelli/#i_4109

MORISOT BERTHE (1841-1895)

  • Écrit par 
  • Emmanuelle AMIOT-SAULNIER
  •  • 962 mots
  •  • 2 médias

Un peu à l'écart du groupe impressionniste, comme le remarque Paul Valéry dans un texte publié à l'occasion de la rétrospective de 1941 au musée de l'Orangerie, se tient une dame : Berthe Morisot. Dans cet écart, fait de modestie et de contraintes liées à son identité de femme, tiennent toute l'ambiguïté et les défis de ce statut nouveau : être femme et peintre. Longtemps connue comme le modèle p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/berthe-morisot/#i_4109

MOTIF, peinture

  • Écrit par 
  • Guy BELOUET
  •  • 687 mots

Dans le langage de métier, le motif désigne pour les peintres le sujet d'un tableau : « travailler sur le motif », c'est se placer en présence d'un modèle, la toile vierge devant en principe devenir le miroir, plus ou moins fidèle, du spectacle contrôlé par le peintre. « Les miroirs devraient apprendre à réfléchir avant de nous renvoyer notre image », disait Jean Cocteau. Boutade d'un « surréalisa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/motif-peinture/#i_4109

NABIS

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 3 178 mots
  •  • 4 médias

Nabi ( nebiim au pluriel) signifie prophète en hébreu. À la fin de l'année 1888, quelques très jeunes peintres, entraînés par l'aîné d'entre eux, Paul Sérusier, choisirent de se grouper sous ce terme quelque peu mystérieux, qui leur fut révélé par leur ami Auguste Cazalis. Sérusier, en effet, subjugué par la personnalité et par l'art de Paul Gauguin qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nabis/#i_4109

NADAR GASPARD-FÉLIX TOURNACHON dit (1820-1910)

  • Écrit par 
  • Paul-Louis ROUBERT
  •  • 1 540 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Vers d'autres horizons »  : […] Au seuil des années 1860, le marché de la photographie est en pleine mutation. Les tenants d'une photographie de qualité, onéreuse et de grand format se voient subitement détrônés par de nouveaux entrepreneurs comme Eugène Disdéri qui, avec le « portrait-carte », divise le prix de revient d'une photographie par six, voire par dix. Le studio de Nadar est une grosse entreprise qui s'éloigne de l'art […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nadar/#i_4109

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 707 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « XIXe et XXe siècles : déclin et retour de l'objet »  : […] Bien que le trompe-l'œil, avec des artistes comme Boilly et Leroy de Barde ( Réunion d'oiseaux étrangers placés dans différentes caisses , 1810, Cabinet des dessins, musée du Louvre) et la peinture de fleurs, avec l'école lyonnaise, adepte d'un faire méticuleux et porcelainé (A. Berjon, Saint-Jean), y produisent des œuvres d'un grand raffinement et d'une indéniable poésie, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/#i_4109

NÉO-IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 1 312 mots
  •  • 6 médias

Mouvement dont l'activité s'affirme avec le plus de cohérence entre 1885 et 1890 environ, et dont Seurat , Signac , Cross, Angrand et Camille Pissarro sont, en France, les principaux représentants. Le néo-impressionnisme se définit d'abord, comme son nom l'indique, par rapport à l'impressionnisme ; mais « néo » est un préfixe ambigu : il indique une renaissance, ce qui signifie à la fois mort et h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-impressionnisme/#i_4109

NON-ART

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 4 020 mots

Dans le chapitre « Une notion dangereuse et utile »  : […] Regrouper ces actes hétéroclites, ces élaborations et provocations disparates, les réunir sous la seule notion de non-art  : ce ne sont pas là des opérations innocentes. Il convient de préciser les effets de ce rassemblement et de ce « baptême » : les distorsions qu'ils introduisent dans notre conception de l'art contemporain, les erreurs qu'ils favorisent. Énoncer ces effets […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/non-art/#i_4109

SPOLIATION DES ŒUVRES D'ART, France (1940-1944)

  • Écrit par 
  • Didier SCHULMANN
  •  • 4 764 mots

Dans le chapitre « Les spoliations, les agissements de l'E.R.R. »  : […] Forts de tous ces préparatifs, au cœur de l'été de 1940, les nazis peuvent commencer leurs entreprises de spoliations à une très vaste échelle. Deux services concurrents interviennent dans un premier temps : la Gestapo, utilisée par l'ambassadeur Otto Abetz, et le très correct Kunstschutz, dépendant de la Wehrmacht et dirigé par le comte Metternich. Ces militaires sont chargés de localiser, d'inv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spoliation-des-oeuvres-d-art-france/#i_4109

PAUL CÉZANNE ET LE THÈME DES BAIGNEUSES ET DES BAIGNEURS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 606 mots

1867 Cézanne peint pour son ami de jeunesse Émile Zola L'Enlèvement (King's College, en dépôt au Fitzwilliam Museum, Cambridge), au sujet en réalité mal défini, mais qui manifeste son souci de peindre le nu, et de l'inscrire dans un paysage, dans cette toile, la campagne aixoise. 1875-1876 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-cezanne-et-le-theme-des-baigneuses-et-des-baigneurs-reperes-chronologiques/#i_4109

PEINTURE DE GENRE

  • Écrit par 
  • Anne le PAS de SÉCHEVAL
  •  • 3 539 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le XIXe siècle : la contribution réaliste et impressionniste ; vers la dissolution des genres »  : […] La peinture de genre se fait discrète au plus fort de la vogue des thèmes héroïques sous la Révolution et l'Empire. La révolution de 1848 ouvre une phase de militantisme social et esthétique. Jean-François Millet se consacre à des représentations monumentales de la condition laborieuse des paysans, qui expriment une intense nostalgie face aux progrès rapides de l'industrialisation . Gustave Courb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-de-genre/#i_4109

PICABIA FRANCIS (1879-1953)

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 4 881 mots

Dans le chapitre « Un art dévoyé »  : […] Contradictions et paradoxes sont d'ailleurs symboliquement présents aux sources mêmes de la vocation de Picabia, dans les deux récits originaires qu'il en a laissé accréditer. Picabia est né à Paris en 1879 de Francisco Vicente Martinez y Picabia, attaché à l'ambassade de Cuba, et de Marie-Cécile Davanne, fille d'Alphonse Davanne, haute figure patriarcale, président de la Société française de phot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-picabia/#i_4109

PISSARRO CAMILLE (1830-1903)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 459 mots
  •  • 6 médias

Moins populaire que Renoir et Monet, à première vue moins raffiné ou savant que Cézanne ou Degas, Pissarro n'en est pas moins un acteur capital de l'impressionnisme, tant par son œuvre que par son rôle au sein du mouvement. Sa formation l'inscrivait directement dans la tradition du paysage français de Valenciennes à Corot, avec laquelle il rompit progressivement, devenant l'un des plus actifs me […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/camille-pissarro/#i_4109

POMPIER, art

  • Écrit par 
  • Jacques THUILLIER
  •  • 4 036 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La genèse d'un concept »  : […] Première constatation : comme la plupart des mots appelés à s'imposer dans l'histoire de l'art (gothique, maniérisme, baroque, rococo, etc.), le terme « pompier » est à l'origine franchement dépréciatif. On n'a pu encore préciser ni le moment exact de son apparition (est-il en usage dans les ateliers de peintres dès la première moitié du xix e si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pompier-art/#i_4109

PONT-AVEN ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 1 004 mots
  •  • 1 média

En mai 1886, à Paris, eut lieu la huitième et dernière exposition des impressionnistes : douze années s'étaient écoulées depuis leur première manifestation chez Nadar. Au sein du groupe, des divisions s'étaient opérées. Les uns, comme Monet, demeuraient attachés à une analyse fidèle de la nature ; d'autres, à la suite de Manet (dont la disparition en 1883 avait été durement ressentie) et de Cézann […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-pont-aven/#i_4109

PORTRAIT

  • Écrit par 
  • Galienne FRANCASTEL
  •  • 6 167 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La crise d'un genre »  : […] Romantiques ou réalistes, « idéalistes » (c'est comme cela que l'on désigne à l'époque l'académisme) ou révoltés, il est rare que, dans l'œuvre d'un artiste qui prend part aux affrontements de doctrine, le portrait apparaisse comme porteur de son credo artistique. C'est la preuve qu'une loi inhérente au genre limite les possibilités qu'il a de s'écarter de ses données fondamentales. Dans l'univers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portrait/#i_4109

PSYCHANALYSE & PEINTURE

  • Écrit par 
  • Jean-François LYOTARD
  •  • 7 908 mots

Dans le chapitre « La peinture et l'impouvoir »  : […] Depuis le recensement monumental fait par Venturi sur l'œuvre de Cézanne, on a coutume de distinguer dans celle-ci quatre périodes : sombre, impressionniste, constructive, synthétique. Liliane Brion-Guerry reprend cette analyse à son compte, mais elle la dramatise deux fois. Tout d'abord, elle montre que ce qui motive cette odyssée plastique, c'est la recherche d'une solution à un problème égaleme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-peinture/#i_4109

RÉALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Gerald M. ACKERMAN, 
  • Henri MITTERAND
  •  • 6 488 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les réalistes de la perception directe »  : […] De nombreux peintres qu'inspire la manière libre de Courbet et de Manet abandonnent tout recours aux techniques académiques pour se livrer à une transcription directe, à main levée, des êtres et des choses ; ils peignent directement, sans préparations, d'après nature. Leur travail se caractérise par le dépouillement du trait, l'éclat de la couleur, des valeurs simplifiées et des touches larges et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-art-et-litterature/#i_4109

RENOIR AUGUSTE (1841-1919)

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 2 827 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les débuts »  : […] Auguste Renoir est né à Limoges, sixième et avant-dernier enfant de Léonard Renoir, tailleur, et de Marguerite Merlet, couturière ; son grand-père paternel, François Renoir, était sabotier : milieu d'artisans modestes, possédant cette intelligence de la main qui va bien au-delà du métier, et incite au goût des belles choses. En 1844, la famille s'était installée à Paris, non loin du Louvre d'abord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-renoir/#i_4109

REWALD JOHN (1912-1994)

  • Écrit par 
  • Françoise CACHIN
  •  • 980 mots

L'historien de l'art John Rewald est né le 12 mai 1912 à Berlin, d'un père allemand et d'une mère russe, tous deux d'origine juive. Il est mort le 2 février 1994 d'une crise cardiaque au Lenox Hill Hospital de New York. Ces deux dates et ces deux lieux laissent déjà entendre ce que fut son itinéraire. John Rewald fait en effet partie de ces historiens, philosophes, sociologues et historiens de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-rewald/#i_4109

RODIN AUGUSTE (1840-1917)

  • Écrit par 
  • Jacques de CASO
  •  • 4 668 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les œuvres de jeunesse »  : […] Auguste Rodin est né à Paris en 1840 ; il appartient à la génération des premiers impressionnistes – Monet, par exemple, qui est son ami, et avec lequel il expose en 1889, ou Cézanne. Issu d'un milieu familial modeste – son père était employé à la préfecture de police de Paris –, il fit des études artistiques, qui, comme celles de nombreux artistes novateurs de sa génération, se déroulèrent hors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-rodin/#i_4109

ROUSSEAU THÉODORE (1812-1867)

  • Écrit par 
  • Jeremy STRICK
  •  • 4 134 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Déclin et ultime changement »  : […] Le succès de ces années précéda et pour ainsi dire engendra une phase de déclin. Rousseau contracta alors un certain nombre de dettes et surestima ses capacités en acceptant trop de commandes. Depuis l'époque de la lettre ouverte de Thoré, il avait la réputation de ne pas achever ses tableaux, et, désormais, cette réputation ne faisait que se confirmer et s'aggraver. En outre, son style tendait à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-rousseau/#i_4109

RUSSIE (Arts et culture) - L'art russe

  • Écrit par 
  • Michel ALPATOV, 
  • Olga MEDVEDKOVA, 
  • Cécile PICHON-BONIN, 
  • Andreï TOLSTOÏ
  •  • 18 894 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Un tournant radical à la fin du XIXe siècle »  : […] À la fin du xix e  siècle, la peinture russe subit de profonds changements. Peu à peu, elle se libère, s'affranchit du poids de la responsabilité et de la culpabilité dont elle s'était chargée et se tourne vers l’expression artistique plus que vers les idées. Cette évolution passe en partie par une utilisation de la création populaire, vue à trave […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-l-art-russe/#i_4109

SALONS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 4 108 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'époque contemporaine : liberté ou sélection »  : […] La Révolution française consacra le principe des Salons, mais en transforma l'esprit en en faisant une exposition publique et internationale des artistes vivants et non plus des seuls membres d'une corporation. Le 21 août 1791, l'Assemblée nationale, « considérant qu'il n'y avait plus pour aucune partie de la nation ni pour aucun individu aucun privilège, qu'il n'y avait plus ni jurandes ni corpor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salons-histoire-de-l-art/#i_4109

SÉRUSIER PAUL (1863-1927)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 445 mots
  •  • 2 médias

Sérusier, le « nabi à la barbe rutilante », selon la dénomination des nabis eux-mêmes, est avant tout, avec Maurice Denis, le théoricien et l'« intellectuel » du mouvement. Après des études brillantes il avait été massier à l'académie Julian, où il avait retrouvé Denis, Bonnard, Ranson, Ibels. En 1888, il se rend à Pont-Aven : Gauguin le convertit à la peinture « symboliste et synthétiste » et lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-serusier/#i_4109

SEURAT GEORGES (1859-1891)

  • Écrit par 
  • Éric DARRAGON
  •  • 2 530 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Vers une « formule optique » »  : […] La vie de Seurat est un mélange de conventions, d'effacement dans la norme et de secret. Il meurt à trente et un ans, le 29 mars 1891, d'une maladie foudroyante qui révèle à ses amis et à ses proches son union avec le modèle de Jeune Femme se poudrant (Courtault Institute, Londres). « Grave, calme et doux, taciturne », selon Henri de Régnier, on l'a décrit aussi très compliq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-seurat/#i_4109

SIGNAC PAUL (1863-1935)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 555 mots
  •  • 2 médias

Peintre français, né à Paris. Débutant sous l'influence de Monet, Paul Signac est, en 1884, à l'âge de vingt et un ans, parmi les fondateurs de la Société des artistes indépendants, où il connaît Georges Seurat. C'est en étroite collaboration avec ce dernier que Signac va jeter les bases théoriques du néo-impressionnisme, mouvement charnière qui relie les tendances les plus avancées du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-signac/#i_4109

SISLEY ALFRED (1839-1899)

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 436 mots

« La vie et le mouvement sont nécessaires, ils dépendent de l'émotion de l'artiste, qui doit modifier sa facture selon cette émotion... » Voilà ce que disait Alfred Sisley, peintre de sentiment dans la lignée de Corot, à qui il fait souvent penser. Même délicatesse, même goût de l'harmonie, même attrait pour la transcription du jeu le plus secret des ombres et des lumières entre elles ; et une sem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-sisley/#i_4109

SLEVOGT MAX (1868-1932)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 275 mots

Peintre et graveur allemand, Slevogt est considéré comme l'un des grands représentants de l'impressionnisme allemand avec Liebermann et Corinth. Il étudie la peinture à l'académie des beaux-arts de Munich et, en 1889, à l'académie Julian à Paris. Après des débuts à Munich, il s'installe en 1901 à Berlin, où il devient professeur. Un voyage en Égypte, en 1914, lui inspire de nombreux tableaux. Slev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-slevogt/#i_4109

SYMBOLISME - Arts

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 5 739 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un ensemble de refus appuyé sur des références culturelles »  : […] C'est à partir de ces quelques faits précis et de ces textes fondamentaux qu'on peut tenter de cerner le phénomène symboliste. S'il faut le définir, c'est d'abord par ses refus. Refus du matérialisme, du positivisme, refus d'une société que le « progrès » scientifique enlaidit et dégrade ; opposition à ses thuriféraires, qui la justifient scientifiquement ou philosophiquement ; rejet des esthétiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-arts/#i_4109

TACHISME

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 1 158 mots
  •  • 1 média

Bien que le terme de tachisme ne s'emploie pas encore couramment avec une valeur générale, il peut désigner l'ensemble des techniques artistiques qui utilisent des taches. En fait, ces techniques se divisent en deux catégories, correspondant aux deux acceptions principales du mot tache. Dans le premier cas, tache signifie à peu près touche : la couleur déposée par un coup de pinceau et formant une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tachisme/#i_4109

UN BAR AUX FOLIES-BERGÈRE (E. Manet)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 225 mots

Même s'il fut toujours très proche des membres du groupe impressionniste et s'il lui arriva, au cours de sa carrière, de travailler assez étroitement avec eux, en particulier avec Monet, Renoir et Caillebotte à Argenteuil, en 1874, Manet ne participa jamais aux différentes expositions que ses amis organisèrent à partir de 1874 et qui se poursuivirent jusqu'en 1886 après la mort du peintre. Manet é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/un-bar-aux-folies-bergeres/#i_4109

VAN GOGH VINCENT (1853-1890)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 2 686 mots
  •  • 2 médias

Bien qu'il ait manifesté dès l'enfance des dispositions pour le dessin, Van Gogh ne s'est engagé dans la peinture qu'à l'âge de vingt-sept ans, après une série d'expériences professionnelles et humaines qui furent pour lui autant d'impasses. Sur les dix années qui lui restaient à vivre, huit environ peuvent être considérées, en dépit de la qualité des œuvres qui en émanent, comme une période d'ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vincent-van-gogh/#i_4109

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean CASSOU, « IMPRESSIONNISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/impressionnisme/

haut de page

Encyclopædia Universalis - Contact - Mentions légales - Consentement RGPD

Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis

©2019 Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.