BAZILLE FRÉDÉRIC (1841-1870)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La Robe rose, dit Vue de Castelnau-le-Lez, Hérault, F. Bazille

La Robe rose, dit Vue de Castelnau-le-Lez, Hérault, F. Bazille
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Frédéric Bazille peignant "Le Héron aux ailes déployées", A. Renoir

Frédéric Bazille peignant "Le Héron aux ailes déployées", A. Renoir
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Scène d'été, J. F. Bazille

Scène d'été, J. F. Bazille
Crédits : Don de M. et Mme F. Meynier de Salinelles, Bridgeman Images

photographie

L'Atelier de Bazille, F. Bazille

L'Atelier de Bazille, F. Bazille
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Tous les médias


Un peintre qui eut la chance de rencontrer très tôt Monet et Renoir, et de travailler avec eux, la chance de voir son talent vite reconnu par Émile Zola et par de bons critiques comme Edmond Duranty et Zacharie Astruc, la chance aussi de n'avoir jamais été dans le besoin ; mais qui eut le malheur de disparaître très jeune, moins de quatre ans avant la première exposition de groupe de ses amis les futurs impressionnistes, dont il eût sans doute partagé les vicissitudes et la gloire : on pourrait ainsi résumer la brève carrière de Frédéric Bazille, en ajoutant aussitôt que la qualité et la richesse de l'œuvre, fatalement réduite (moins de soixante-dix tableaux), qu'il laissa à la postérité révèlent admirablement les différentes voies qui s'ouvraient à un jeune peintre français au tournant des années 1860.

Une carrière d'à peine sept ans

Né en 1841 à Montpellier, dans un milieu protestant fortuné et cultivé (son père, propriétaire terrien et éleveur, fut sénateur de l'Hérault), Frédéric Bazille put très tôt découvrir chez un voisin ami de sa famille, le célèbre collectionneur Alfred Bruyas, d'importantes œuvres des plus grands maîtres français de l'époque : Corot, Delacroix, Couture, Théodore Rousseau, Courbet... et l'on peut supposer que là s'éveilla sa vocation de peintre. Tout en étudiant la médecine, il suit des cours de dessin auprès d'un sculpteur montpelliérain, Auguste Baussan. En 1862, il part pour Paris afin de poursuivre ses études, dont il va se détourner progressivement au profit de la peinture. À peine arrivé dans la capitale, il entre en effet dans l'atelier du peintre suisse Charles Gleyre, où il rencontre Monet, Renoir et Sisley. En 1863, il passe huit jours à Chailly, près de Fontainebleau : « J'étais avec mon ami Monet, du Havre, qui est assez fort en paysages, écrit-il à sa mère, il m'a donné des conseils qui m'ont beaucoup aidé. » L'année suivante, celle de ses premiers tableaux connus, il fait en juin un séjour à Honfleur, encore avec Monet. Et c' [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BAZILLE FRÉDÉRIC (1841-1870)  » est également traité dans :

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 469 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Les événements de l'impressionnisme »  : […] tout imprégnées de réalisme. Les premiers tableaux des jeunes peintres sont donc de cette tendance, mais avec déjà, la prédominance des tons clairs et de subtils effets de lumière. Frédéric Bazille (1841-1870), qui sera tué à Beaune-la-Rolande, peut apparaître comme bien représentatif des complexités et des promesses de la jeune peinture de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impressionnisme/#i_18414

RENOIR AUGUSTE (1841-1919)

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 2 828 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les débuts »  : […] en octobre de la même année à l'académie Gleyre, où il rencontra Claude Monet, Alfred Sisley, Frédéric Bazille. Ce dernier admirait beaucoup Courbet, et aussi Édouard Manet qui l'avait reçu dans son atelier. « Tu comprends, lui dit Bazille, Manet est aussi important pour nous que Cimabue et Giotto pour les Italiens du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-renoir/#i_18414

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain MADELEINE-PERDRILLAT, « BAZILLE FRÉDÉRIC - (1841-1870) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-bazille/