IMPRESSIONNISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La révolution apportée dans la peinture par l'impressionnisme est un de ces événements au cours desquels l'homme apparaît comme prenant conscience de son caractère temporel : il se situe dans le temps, se saisit dans le temps. Une telle prise de conscience s'est produite de façon particulièrement aiguë dans le dernier quart du xixe siècle, et l'impressionnisme en est une manifestation. Mais non la seule, car non seulement la peinture mais tous les arts de l'espace ont, dans cette période, tendu à devenir des arts du temps. La sculpture qui est, essentiellement, pétrification du temps, s'efforce, sous la main de Rodin, de contrarier sa nature propre, de rompre son immobilité, sinon d'embrasser en celle-ci différents instants d'un mouvement. Cette volonté paradoxale du sculpteur constitue le principal moteur de son génie, sa détermination majeure, ainsi qu'il ressort de magnifiques propos recueillis par Paul Gsell dans L'Art.

Plus tard, après que cette intention d'exprimer le temps aura bouleversé les arts plastiques, elles apparaîtra dans l'art qui est pourtant l'art temporel par excellence : la musique. Mais les formes par lesquelles celle-ci exerçait sa puissance de développement semblaient souvent courir le risque de se raidir dans du convenu et du mécanique, de se configurer, c'est-à-dire de se fixer dans le milieu qui leur est contraire : l'espace, ou une sorte d'espace. La révolution produite par le génie de Debussy les situe expressément dans la liberté du temps, leur imprimant des modulations excessivement subtiles et comme imprévisibles et surprenantes. Une telle nouveauté devait venir d'un créateur n'écoutant de conseils que « du vent qui passe ». Elle consistait donc en une réaffirmation de la nature spécifique de la musique, en une restitution, par des moyens inédits, de la musique à son élément. Et si l'on veut faire référence à une révolution analogue qui s'effectuait alors dans un autre domaine, celui de la philosophie, on dira que, en s'affranchissant de la temporalité arithmétique, la musique est devenue e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages



Médias de l’article

Émile Zola, É. Manet

Émile Zola, É. Manet
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Le Poème de l'oreiller, K. Utamaro

Le Poème de l'oreiller, K. Utamaro
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Grande Vague, K. Hokusai

La Grande Vague, K. Hokusai
Crédits : Christie's Images, Bridgeman Images

photographie

Le Fuji vu de Nakahara

Le Fuji vu de Nakahara
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 26 médias de l'article





Écrit par :

Classification


Autres références

«  IMPRESSIONNISME  » est également traité dans :

ART (Aspects culturels) - L'objet culturel

  • Écrit par 
  • Jean-Louis FERRIER
  •  • 6 281 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'art, dialectique du réel et de l'imaginaire »  : […] La création picturale, cependant, n'est jamais un reflet. Il serait aussi contestable de la soumettre à la contrainte du déterminisme sociologique qu'il est faux d'y voir une copie plus ou moins fidèle de la réalité extérieure. S'il est vrai que la peinture ne saurait surgir en dehors d'un milieu, cela ne signifie pas, bien au contraire, qu'elle engendre nécessairement les moyens d'exprimer cette […] Lire la suite

ATELIER, art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 5 926 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'atelier cénacle. Sanctuaire romantique et grand atelier de la nature »  : […] De l'atelier traditionnel, il ne reste, au xix e  siècle, que la fonction pédagogique exercée par quelques grands maîtres, mais la pédagogie se ressent aussi de l'idéologie romantique, et le rapport du maître à l'élève est tout à fait original. Ce qu'on apprend d'un maître est d'ordre purement formel. Les marchands de pinceaux, de couleurs, de toiles dispensent définitivement les artistes de tout […] Lire la suite

BARBIZON ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Jacques de CASO
  •  • 3 463 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les personnalités et les styles Corot »  : […] Il serait abusif de lier l'art de Corot (1796-1875) aux styles des seuls artistes du groupe de Barbizon. La peinture d'histoire à intentions didactiques et la peinture religieuse qu'il exposa régulièrement dans les Salons annuels, après 1830, comptent autant dans son œuvre que le paysage « pur » – vues prises sur le motif ou composées à l'atelier – qu'il rapporta de ses séjours en Italie ou qu'il […] Lire la suite

BAZILLE FRÉDÉRIC (1841-1870)

  • Écrit par 
  • Alain MADELEINE-PERDRILLAT
  •  • 2 468 mots
  •  • 5 médias

Un peintre qui eut la chance de rencontrer très tôt Monet et Renoir, et de travailler avec eux, la chance de voir son talent vite reconnu par Émile Zola et par de bons critiques comme Edmond Duranty et Zacharie Astruc, la chance aussi de n'avoir jamais été dans le besoin ; mais qui eut le malheur de disparaître très jeune, moins de quatre ans avant la première exposition de groupe de ses amis les […] Lire la suite

BONNARD PIERRE (1867-1947)

  • Écrit par 
  • Gérard BERTRAND
  •  • 3 594 mots

Dans le chapitre « La tentation impressionniste »  : […] À côté des œuvres de caractère intimiste, où la tonalité assourdie de l'ensemble ne fait que mieux ressortir de brusques fusées de couleur franche, le reste de la production des années 1899-1900 annonce sans équivoque un renouvellement et un élargissement de la gamme chromatique. Le choix même des sujets est significatif. Les scènes d'extérieur se multiplient. Et tout naturellement, à travers les […] Lire la suite

BOUDIN EUGÈNE (1824-1898)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 455 mots
  •  • 1 média

Fils d'un marin de Honfleur, Eugène Boudin, un des précurseurs de l'impressionnisme, exerce la profession de papetier-encadreur au Havre. En 1849, il se rend à Paris pour y étudier la peinture sous la direction d'Eugène Isabey, qui construisait ses tableaux selon un système chromatique vif et clair. Ce n'est que dix ans plus tard que Boudin expose au Salon de 1859, avec un tableau anecdotique ( Le […] Lire la suite

BRACQUEMOND FÉLIX JOSEPH AUGUSTE (1833-1914)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 413 mots

Issu d'un milieu modeste, Félix Bracquemond (né le 28 mai 1833 à Paris) a été formé très jeune dans l'atelier du peintre Joseph Guichard (1806-1880), qui avait lui-même concilié les enseignements d'Ingres et de Delacroix. De cette formation très particulière, il gardera toute sa vie le goût de l'indépendance, la haine des compromis et de l'académisme. Malgré quelques très beaux pastels, sa carrièr […] Lire la suite

BÜHRLE FONDATION, Zurich

  • Écrit par 
  • Daniel HARTMANN
  •  • 868 mots

Sur les hauteurs de Zurich, dans les quartiers résidentiels de la « rive dorée » du lac, un hôtel particulier abrite près de 200 œuvres de la collection constituée par l'industriel d'origine allemande Emil Georg Bührle (1890-1956). Placées en 1960 par les héritiers du collectionneur, qui tenaient à lui rendre hommage, sous le statut juridique de « fondation de famille », elles sont désormais acce […] Lire la suite

CAILLEBOTTE GUSTAVE (1848-1894)

  • Écrit par 
  • Éric DARRAGON
  •  • 2 410 mots
  •  • 1 média

Gustave Caillebotte tient une place qui n'est pas séparable de l'histoire de l'impressionnisme. Il en fait intimement partie en tant que peintre, collectionneur, mécène, organisateur ayant activement participé à cinq des huit expositions de la Société anonyme coopérative en 1876, 1877, 1879, 1880, 1882. Le peintre meurt à quarante-cinq ans en février 1894, dans sa propriété des bords de Seine au […] Lire la suite

CASSATT MARY (1844-1926)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 536 mots
  •  • 3 médias

L’artiste américaine Mary Cassatt, connue pour ses tableaux et ses gravures, fit partie du groupe des impressionnistes et travailla à Paris et dans ses environs. Elle prit pour sujet presque exclusivement des femmes et des enfants. Fille d’un banquier, elle naît le 22 mai 1844 à Allegheny City (aujourd’hui Pittsburgh), en Pennsylvanie. Elle passe cinq années de son enfance en Europe, puis commence […] Lire la suite

CÉZANNE PAUL (1839-1906)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 960 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une vie de peintre »  : […] L'existence de Cézanne décourage l'amateur d'anecdotes : entre Aix et Paris, la Provence et l'Île-de-France, l'artiste semble ne s'être consacré qu'à son œuvre. Quelques amitiés, parfois ferventes, mais jamais éternelles, peu de relations, essentiellement d'affaires ou de travail, une vie de famille réduite à l'essentiel : une femme qui lui donne un fils, ses parents, sa sœur et son mari, leurs pr […] Lire la suite

CHINTREUIL ANTOINE (1814-1873)

  • Écrit par 
  • Arnauld BREJON DE LAVERGNÉE
  •  • 788 mots

Né à Pont-de-Vaux dans l'Ain, Antoine Chintreuil se forme à Paris à partir de 1838. Il est curieux que ce paysagiste n'ait pas été attiré par les peintres paysagistes de l'école de Lyon (Appian, Carrand, Ravier, Vernay), ville toute voisine de Pont-de-Vaux. Il choisit plutôt de s'installer à Paris, et la réputation de Corot n'y est peut-être pas étrangère. Ce dernier, qu'il rencontre en 1843, est […] Lire la suite

CLAUDE MONET ET L'IMPRESSIONNISME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 560 mots

1862-1863 Monet, à Paris, se lie avec Bazille, Renoir et sans doute Sisley qui fréquentent comme lui l'atelier de Gleyre : c'est un des groupes d'artistes à l'origine du mouvement impressionniste. 1865 Monet commence Le Déjeuner sur l'herbe (fragments au musée d'Orsay), abandonné inachevé l'année suivante. C'est son premier essai de grand format cherchant à rendre une atmosphère de plein air, q […] Lire la suite

CLAUS ÉMILE (1849-1924)

  • Écrit par 
  • Robert L. DELEVOY
  •  • 146 mots
  •  • 1 média

Peintre flamand de tradition impressionniste, spécialisé dans l'interprétation du paysage plat, humide et vaporeux que traverse la Lys en Flandre occidentale ( La Grève ensoleillée , musées royaux des Beaut-Arts, Bruxelles). Émile Claus s'établit en 1888 à Deurle, dans une villa bourgeoise à l'enseigne Zonneschijn ( Clair Soleil ) : indicatif d'un programme mûri quelques années plus tôt durant le […] Lire la suite

COULEURS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Manlio BRUSATIN
  •  • 10 354 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Symbolique des couleurs et société industrielle »  : […] Le blanc hygiénique qui s'impose à partir du xviii e  siècle suppose une « philosophie de la couleur » – selon laquelle le blanc est la couleur stable et définitive à laquelle se rapportent toutes les autres – et qui n'est pas sans évoquer d'ailleurs les théories de Newton. Ce phénomène du blanc hygiénique devient absolu dans une vision monochromatique, non seulement par rapport à la couleur, mais […] Lire la suite

CRITIQUE D'ART EN FRANCE AU XIXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 6 626 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un « métier » »  : […] Quoique encore imparfaitement définie, dans ses manifestations multiformes, la tâche du critique d'art apparaît vite, au xix e  siècle, éloignée de l'« oisiveté officielle », du « perpétuel et volontaire loisir » – spectre que souhaitait conjurer Gustave Planche (1808-1857), l'une des grandes figures de la période romantique. Sa conception d'une « critique consciencieuse et sévère » révèle une « b […] Lire la suite

DEBUSSY, LA MUSIQUE ET LES ARTS (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves BOSSEUR
  •  • 1 050 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'influence des préraphaélites et des impressionnistes »  : […] En ce qui concerne la peinture de son époque, Debussy partage son intérêt entre deux tendances esthétiques, l'une correspondant aux préraphaélites, l'autre aux impressionnistes. Son goût pour les préraphaélites, qui influencèrent les symbolistes, apparaît notamment dans La Damoiselle élue (1887-1888) – Maurice Denis réalisa une lithographie qualifiée de « rare et précieuse » par le compositeur, p […] Lire la suite

DEGAS EDGAR (1834-1917)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 813 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Réaliste ou impressionniste ? »  : […] Degas s'est engagé sans réserve dans l'aventure des expositions impressionnistes, où il vit l'occasion d'imposer sa peinture, moins « impressionniste » d'ailleurs que « naturaliste » ou « réaliste » (ce sont les deux termes qu'il employait de préférence). Il participa ainsi à l'exposition inaugurale de 1874 , et, au moment de recruter des participants, il écrivait à Tissot (qui finalement refusa)  […] Lire la suite

DEGAS ET LE NU (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 1 084 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le corps mis à nu »  : […] Il y a manifestement, dans la représentation du nu chez Edgar Degas, une approche critique de l'humain et de la société. Cette manière de dénoncer en dessinant atteint une sorte de paroxysme dans la série de monotypes (impression sur papier d'une peinture réalisée sur plaque de métal) représentant des scènes de maisons closes réalisés dans les années 1870. À une époque où les photographies pornog […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean CASSOU, « IMPRESSIONNISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/impressionnisme/