GRENADE, Espagne

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Située à l'extrémité des contreforts de la sierra Nevada, sur trois collines au cœur de la cordillère Bétique, au confluent de deux rivières, le Darro et le Genil, et dominant une des plus riches vegas de l'Andalousie, Grenade (238 000 habitants en 2006), malgré la valeur de son site, n'a dû sa croissance et ses beaux jours qu'aux jeux de l'histoire. Petite cité romaine, elle ne se développa vraiment qu'au xie siècle, où elle devint la capitale d'un des royaumes qui se fondèrent dans l'Espagne musulmane à la chute du califat de Cordoue.

Espagne : carte administrative

Carte : Espagne : carte administrative

Carte administrative de l'Espagne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Lorsqu'au xiiie siècle se déclencha la reconquête chrétienne, Grenade devint la capitale du dernier royaume musulman d'Espagne, celui des Nasrides, qui, vassal de la Castille, réussit à le maintenir jusqu'à sa conquête par les Rois Catholiques en 1492. Grenade connut, durant deux siècles et demi, sa grande époque. Le royaume fut un centre industriel important pour la soierie, les cuirs et céramiques.

Depuis lors, Grenade est restée une capitale provinciale fière de son passé musulman et qui, pendant la seconde moitié du xixe siècle, a consolidé sa prospérité (industrie alimentaire dérivée des cultures de la vega, artisanat, industrie textile et brasseries). Malgré l'attrait touristique lié à son capital architectural (Alhambra, Alcazar, jardins et excursions en montagnes), Grenade souffre de la proximité de Málaga, sa rivale deux fois plus peuplée, qui bénéficie d'un dynamisme accru par le tourisme littoral.

Capitale de l'émirat Ziride (XIe siècle)

Grenade a pour origine une petite ville romaine : Illiberis, qui semble avoir occupé une colline située sur la rive droite du Darro, à peu de distance de son confluent avec le Genil et qui domine la vega. Les quelques vestiges romains retrouvés sur ce site ne permettent pas de penser qu'Illiberis fut une ville importante.

Après la conquête musulmane, le chef-lieu du district fut Madinat Elvira, au pied de la sierra du même nom, où ont été retrouvés des vestiges du xe siècle portant des décors peints et sculptés. Mais Grenade s'était développée ; elle s'entoura alors d'un rempart. Les restes de cette enceinte fortifiée et un minaret témoignent d'une construction menée suivant les procédés que Cordoue diffusait dans toute l'Espagne musulmane : la valeur de ces vestiges montre l'importance et la richesse que Grenade avait dès lors acquises.

Au début du xie siècle, alors que s'effondrait le califat de Cordoue, Grenade devint la capitale d'un des royaumes les plus importants qui se partagèrent alors l'Espagne musulmane. Des émirs berbères, les Zirides, imposèrent leur domination sur la région et organisèrent la ville. Ils la dotèrent d'une puissante enceinte de béton, munie de portes monumentales à passage coudé, dont une partie subsiste encore. Cette muraille franchissait le Darro par un arc de pierre appelé aujourd'hui le pont du Cadi ; elle montait ensuite par les pentes rapides de la colline de la Sabika sur la rive gauche de la rivière, où se trouvaient deux petites forteresses et un faubourg de riches demeures. Du palais des Zirides, où s'accumulèrent de prodigieuses richesses, presque rien n'est resté. Mais un des bains de la ville, le Bañuelo, existe encore. La vie de ce petit royaume andalou commandé par des Berbères est assez bien connue, grâce aux Mémoires laissés par le dernier émir de la dynastie. Il avait été déposé par les Almoravides qui, après être venus au secours de l'Espagne musulmane fléchissant sous la poussée chrétienne, en firent la conquête.

Sous les deux dynasties marocaines, les Almoravides et les Almohades, qui, au xiie siècle, maintinrent sous leur autorité les terres musulmanes de la péninsule, Grenade resta la grande ville de l'Andalousie orientale et le siège d'un commandement militaire : les troupes concentrées à Grenade se battirent souvent contre les chrétiens, en particulier contre le Cid et l'Aragon. Les défenses de la ville furent complétées.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Espagne : carte administrative

Espagne : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Alhambra de Grenade

Alhambra de Grenade
Crédits : Prisma by Dukas/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Alhambra de Grenade : la cour des Lions

Alhambra de Grenade : la cour des Lions
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GRENADE, Espagne  » est également traité dans :

FIN DU ROYAUME DE GRENADE

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 235 mots
  •  • 1 média

Dans les premiers jours de 1492, Boabdil, le dernier souverain nasride, remet la ville de Grenade aux Rois Catholiques, Isabelle de Castille (1474-1504) et Ferdinand d'Aragon (1479-1516), moyennant un traité de capitulation qui garantit les droits des habitants : ceux-ci peuvent rester en conservant leur religion, leur […] Lire la suite

AL-ANDALUS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 277 mots

711 Arrivée des Omeyyades en Espagne. 756 ‘Abd al-Rahm̄an I er fonde l'émirat omeyyade de Cordoue. 859 Exécution d'Euloge de Cordoue, qui prônait le martyre contre l'arabisation de la société. 929 ‘Abd al-Rahm̄an III proclame le califat de Cordoue. 985 Al-Mans̄ur (Almanzor, pour les chrétiens), le chambellan ( hadjib ) du calife omeyyade, met Barcelone à sac. 1031 Disparition du dernier cal […] Lire la suite

ALHAMBRA NASRIDE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 403 mots

1237 Muhammad ibn Yūsuf ibn Nasr, le fondateur de la dynastie nasride, prend le pouvoir, d'abord à Arjona, puis à Jaen, et, en 1237, à Grenade. Il intègre les villes portuaires d'Almería et de Malaga à son sultanat. Mais il doit reconnaître la suzeraineté de Ferdinand III de Castille, et il participe, aux côtés des chrétiens, à des batailles contre les armées musulmanes. 1237-1272 Muhammad I er […] Lire la suite

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 392 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'architecture baroque »  : […] Au xvii e  siècle, l'Espagne accumule les désastres militaires, qui réduisent à néant son rôle de grande puissance. À l'intérieur, une crise économique et financière a des conséquences encore plus funestes. L'appauvrissement du pays paralyse la construction et réduit le nombre et l'importance des chantiers. Dans ces circonstances difficiles et souvent tragiques, l'Église assume à peu près seule le […] Lire la suite

COUR DES LIONS, Alhambra de Grenade (Espagne)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 198 mots
  •  • 1 média

La cour des Lions forme le centre du palais du même nom, qui fut édifié par le sultan Muhammad V entre 1354 et 1359, puis achevé entre 1362 et 1391 dans la ville royale de l'Alhambra. Elle possédait à l'origine deux allées perpendiculaires dallées de marbre, qui s'élevaient au-dessus des quatre parterres en contrebas, plantés de fleurs et d'arbres. La fontaine des Douze Lions, au milieu de la cour […] Lire la suite

EGAS ENRIQUE (1455 env.-env. 1534)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 184 mots

Rattaché à une famille d'artistes d'origine bruxelloise venue chercher fortune en Espagne au milieu du xv e siècle, Egas acquit un grand renom et devint l'architecte attitré des Rois Catholiques. Il donna, en 1499, les dessins de l'Hôpital royal de Saint-Jacques-de-Compostelle en s'inspirant du plan cruciforme de l'Ospedale Maggiore de Filarète à Milan et de l'hôpital Santo Spirito de Sangallo à […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Des Wisigoths aux Rois catholiques

  • Écrit par 
  • Marcelin DEFOURNEAUX
  •  • 6 379 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'« unification » de l'Espagne »  : […] L'union des deux grandes monarchies sous l'autorité des « deux rois » ( los reyes ) n'implique pas l'unification politique de l'Espagne, car Castille et Aragon conservent leurs institutions propres. Mais l'entente étroite des souverains se traduit par une influence réciproque de la politique des deux royaumes et aboutira à donner à la Castille, grâce à sa supériorité démographique et territoriale, […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 038 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'Espagne éclatée de la fin du Moyen Âge »  : […] Une page est tournée après la victoire des souverains chrétiens coalisés à Las Navas de Tolosa en 1212. L'Islam espagnol se trouve désormais marginalisé. L'art hispano-mauresque, tel qu'il survit à Grenade, est condamné à l'immobilisme. L'Alhambra est une création certes séduisante, mais où l'on s'est borné à utiliser, dans des combinaisons habiles, les éléments de l'art antérieur définitivement […] Lire la suite

FERDINAND II LE CATHOLIQUE (1452-1516) roi d'Aragon et de Sicile (1479-1516)

  • Écrit par 
  • Tarsicio de AZCONA, 
  • Universalis
  •  • 772 mots

Roi d' Aragon et de Castille (1479-1516), de Sicile (sous le nom de Ferdinand II, 1468-1516) et de Naples (Ferdinand III, 1504-1516), né le 10 mars 1452 à Sos (Aragon), mort le 23 janvier 1516 à Madrigalejo (Espagne), Ferdinand II le Catholique réalisa l'unité territoriale de l'Espagne, créant un État moderne qui se lancera dans la conquête d'un véritable empire. Ferdinand est le fils de Jean II […] Lire la suite

HERRERA JUAN DE (1530-1597)

  • Écrit par 
  • Catherine WILKINSON-ZERNER
  •  • 4 879 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les palais « modernes » »  : […] Philippe II aimait beaucoup l'architecture des pays du Nord : en particulier les palais flamands et français qu'il avait vus au cours de son voyage en 1549 ; et, dès les années 1550, il obligea ses maîtres d'œuvre à s'en inspirer. Ses palais à El Pardo et Valsaín avaient de grands toits en ardoise, des galeries et des tours de style flamand. Juan Bautista de Toledo eut du mal à s'adapter à ce goût […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9-30 octobre 2000 Espagne. Poursuite des attentats de l'E.T.A.

Le 9, le procureur du tribunal supérieur de justice d'Andalousie, Luis Portero, est assassiné par balles à Grenade. L'attentat est attribué à l'E.T.A. L'organisation indépendantiste basque prouve ainsi qu'elle est encore capable de frapper malgré les arrestations opérées dans ses rangs en septembre. Un précédent « commando Andalousie » de l'E.T.A […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert FERRAS, Henri TERRASSE, « GRENADE, Espagne », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/grenade-espagne/