GRENADE, Espagne

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Grenade nasride : la ville et l'Alhambra

Dès l'installation à Grenade du fondateur de la dynastie nasride, Mohammed al-Ahmar, la ville se modifia et prit la forme qu'elle conserva jusqu'à sa conquête par les Rois Catholiques, en 1492.

Alhambra de Grenade

Photographie : Alhambra de Grenade

Vue générale de l'Alhambra de Grenade (XIIIe-XIVe s.). 

Crédits : Prisma by Dukas/ Universal Images Group/ Getty Images

Afficher

Afin d'accueillir les réfugiés, l'enceinte fut agrandie à l'ouest pour couvrir l'actuel quartier de l'Albaicín. La ville continuait de dominer la vallée du Genil, avec la vega d'où elle tirait, avec le meilleur de sa subsistance quotidienne, une partie de sa richesse.

Mais Mohammed al-Ahmar voulut suivre l'exemple qui avait été donné à Madinat az-Zahra par les califes de Cordoue, à Marrakech par les Almohades, et avoir à son tour une cité de gouvernement bien distincte de la ville commerçante. Il choisit pour la fonder l'étroit plateau allongé qui couronne la colline de la Sabika, où s'étaient déjà élevées de petites forteresses.

L'Alhambra formait une cité à part, dominant la ville proprement dite. C'était d'abord une vaste forteresse : un rempart flanqué de hauts bastions l'entourait ; à l'ouest s'élevait un puissant réduit : l'Alcazaba. Au nord s'étendaient les palais royaux : de leurs parties hautes on découvrait l'admirable panorama de la ville et de la vega. On accédait à l'Alhambra par des portes monumentales qui abritaient des passages à coudes multiples.

Alors que presque partout dans le monde musulman les palais anciens ont disparu ou ne sont plus que des ruines, l'Alhambra possède encore deux groupes de palais du xive siècle. Les demeures bâties par les premiers souverains de la dynastie ont disparu dès l'époque musulmane et, au xve siècle, les rois de Grenade n'ont pas eu – fort heureusement – les ressources nécessaires pour remplacer les palais que l'on admire aujourd'hui.

Comme toutes les grandes demeures hispano-mauresques, ceux-ci s'ordonnent autour de patios : l'élément premier n'est pas le corps de bâtiment, mais la cour, plus ou moins vaste. Les palais forment deux masses groupées autour de deux cours allongées dont les grands axes sont perpendiculaires. Le premier groupe, le cuarto de Comares, précédé d'un vestibule, d'un méchouar et d'un petit patio, est dû à Yusuf Ier (1332-1354) ; le second, le cuarto de los Leones, à Mohammed V (1354-1358 et 1368-1392). Une mosquée et des bains plus anciens raccordent ces deux ensembles. Les deux grands patios sont entourés de portiques ou de bâtisses sur leurs quatre côtés. Les salles de réception sont toujours au rez-de-chaussée, les pièces d'habitation, de dimensions beaucoup plus réduites, à l'étage. Ainsi, chacun de ces quartiers forme un petit monde fermé. Mais les parties hautes, situées loin des regards indiscrets, s'ajourent de baies et même de galeries ouvertes sur l'extérieur.

Au patio de Comares, appelé aussi de la Alberca ou des Myrtes, on saisit les procédés de composition des architectes grenadins : le centre de la cour est occupé par un grand bassin allongé que soulignent deux massifs de myrtes. Les bâtiments qui entourent ce patio s'ordonnent sur trois rythmes différents, dans un ensemble paradoxal qui oppose les pleins aux vides, les murs lisses aux colonnades, qui recherche la variété plus que l'unité, mais qui reste, dans son apparent déséquilibre, d'une science consommée.

La cour des Lions était, dans son état primitif, un jardin dont les axes étaient marqués par deux allées se coupant à angle droit avec, à leur croisée, la fontaine des Lions. Quatre kiosques saillants, reliés par des portiques, occupent le milieu des côtés. Pavillons et galeries sont faits de minces colonnettes disposées suivant des rythmes changeants et subtils. La cour des Lions est flanquée de quatre salles de dimensions et de formes inégales, mais dont les masses s'équilibrent avec bonheur. Ce sont des enfilades d'arcs qui marquent les axes de la composition.

Alhambra de Grenade : la cour des Lions

Photographie : Alhambra de Grenade : la cour des Lions

La cour des Lions, architecture nasride du XIVe siècle, Alhambra de Grenade, Espagne. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Ainsi, à l'Alhambra, l'ordonnance et les thèmes classiques du palais musulman ont été traités avec une véritable originalité. Les architectes nasrides n'ont pas recherché les effets de masse, mais ont usé, avec une virtuosité et une variété sans pareilles, à la fois des contrastes et des nuances.

L'Alhambra est surtout célèbre par la richesse et la beauté du décor qui revêt ses salles. Sur le sol et en lambris au bas des murs règnent des mosaïques de faïence. Les murs sont couverts de plâtres sculptés, tandis que le bois ouvragé [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Espagne : carte administrative

Espagne : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Bouteille avec décor figuratif, art omeyyade

Bouteille avec décor figuratif, art omeyyade
Crédits : Werner Forman/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Alhambra de Grenade

Alhambra de Grenade
Crédits : Prisma by Dukas/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Alhambra de Grenade : la cour des Lions

Alhambra de Grenade : la cour des Lions
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GRENADE, Espagne  » est également traité dans :

FIN DU ROYAUME DE GRENADE

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 235 mots
  •  • 1 média

Dans les premiers jours de 1492, Boabdil, le dernier souverain nasride, remet la ville de Grenade aux Rois Catholiques, Isabelle de Castille (1474-1504) et Ferdinand d'Aragon (1479-1516), moyennant un traité de capitulation qui garantit les droits des habitants : ceux-ci peuvent rester en conservant leur religion, leur […] Lire la suite

AL-ANDALUS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 277 mots

711 Arrivée des Omeyyades en Espagne. 756 ‘Abd al-Rahm̄an I er fonde l'émirat omeyyade de Cordoue. 859 Exécution d'Euloge de Cordoue, qui prônait le martyre contre l'arabisation de la société. 929 ‘Abd al-Rahm̄an III proclame le califat de Cordoue. 985 Al-Mans̄ur (Almanzor, pour les chrétiens), le chambellan ( hadjib ) du calife omeyyade, met Barcelone à sac. 1031 Disparition du dernier cal […] Lire la suite

ALHAMBRA NASRIDE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 403 mots

1237 Muhammad ibn Yūsuf ibn Nasr, le fondateur de la dynastie nasride, prend le pouvoir, d'abord à Arjona, puis à Jaen, et, en 1237, à Grenade. Il intègre les villes portuaires d'Almería et de Malaga à son sultanat. Mais il doit reconnaître la suzeraineté de Ferdinand III de Castille, et il participe, aux côtés des chrétiens, à des batailles contre les armées musulmanes. 1237-1272 Muhammad I er […] Lire la suite

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 392 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'architecture baroque »  : […] Au xvii e  siècle, l'Espagne accumule les désastres militaires, qui réduisent à néant son rôle de grande puissance. À l'intérieur, une crise économique et financière a des conséquences encore plus funestes. L'appauvrissement du pays paralyse la construction et réduit le nombre et l'importance des chantiers. Dans ces circonstances difficiles et souvent tragiques, l'Église assume à peu près seule le […] Lire la suite

COUR DES LIONS, Alhambra de Grenade (Espagne)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 198 mots
  •  • 1 média

La cour des Lions forme le centre du palais du même nom, qui fut édifié par le sultan Muhammad V entre 1354 et 1359, puis achevé entre 1362 et 1391 dans la ville royale de l'Alhambra. Elle possédait à l'origine deux allées perpendiculaires dallées de marbre, qui s'élevaient au-dessus des quatre parterres en contrebas, plantés de fleurs et d'arbres. La fontaine des Douze Lions, au milieu de la cour […] Lire la suite

EGAS ENRIQUE (1455 env.-env. 1534)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 184 mots

Rattaché à une famille d'artistes d'origine bruxelloise venue chercher fortune en Espagne au milieu du xv e siècle, Egas acquit un grand renom et devint l'architecte attitré des Rois Catholiques. Il donna, en 1499, les dessins de l'Hôpital royal de Saint-Jacques-de-Compostelle en s'inspirant du plan cruciforme de l'Ospedale Maggiore de Filarète à Milan et de l'hôpital Santo Spirito de Sangallo à […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Des Wisigoths aux Rois catholiques

  • Écrit par 
  • Marcelin DEFOURNEAUX
  •  • 6 379 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'« unification » de l'Espagne »  : […] L'union des deux grandes monarchies sous l'autorité des « deux rois » ( los reyes ) n'implique pas l'unification politique de l'Espagne, car Castille et Aragon conservent leurs institutions propres. Mais l'entente étroite des souverains se traduit par une influence réciproque de la politique des deux royaumes et aboutira à donner à la Castille, grâce à sa supériorité démographique et territoriale, […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 038 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'Espagne éclatée de la fin du Moyen Âge »  : […] Une page est tournée après la victoire des souverains chrétiens coalisés à Las Navas de Tolosa en 1212. L'Islam espagnol se trouve désormais marginalisé. L'art hispano-mauresque, tel qu'il survit à Grenade, est condamné à l'immobilisme. L'Alhambra est une création certes séduisante, mais où l'on s'est borné à utiliser, dans des combinaisons habiles, les éléments de l'art antérieur définitivement […] Lire la suite

FERDINAND II LE CATHOLIQUE (1452-1516) roi d'Aragon et de Sicile (1479-1516)

  • Écrit par 
  • Tarsicio de AZCONA, 
  • Universalis
  •  • 772 mots

Roi d' Aragon et de Castille (1479-1516), de Sicile (sous le nom de Ferdinand II, 1468-1516) et de Naples (Ferdinand III, 1504-1516), né le 10 mars 1452 à Sos (Aragon), mort le 23 janvier 1516 à Madrigalejo (Espagne), Ferdinand II le Catholique réalisa l'unité territoriale de l'Espagne, créant un État moderne qui se lancera dans la conquête d'un véritable empire. Ferdinand est le fils de Jean II […] Lire la suite

HERRERA JUAN DE (1530-1597)

  • Écrit par 
  • Catherine WILKINSON-ZERNER
  •  • 4 879 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les palais « modernes » »  : […] Philippe II aimait beaucoup l'architecture des pays du Nord : en particulier les palais flamands et français qu'il avait vus au cours de son voyage en 1549 ; et, dès les années 1550, il obligea ses maîtres d'œuvre à s'en inspirer. Ses palais à El Pardo et Valsaín avaient de grands toits en ardoise, des galeries et des tours de style flamand. Juan Bautista de Toledo eut du mal à s'adapter à ce goût […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-23 janvier 2003 Venezuela. Poursuite de la crise politique

Le 23, lors d'une manifestation des partisans d'Hugo Chávez dans la capitale, l'explosion d'une grenade fait un nouveau mort. […] Lire la suite

9-30 octobre 2000 Espagne. Poursuite des attentats de l'E.T.A.

Le 9, le procureur du tribunal supérieur de justice d'Andalousie, Luis Portero, est assassiné par balles à Grenade. L'attentat est attribué à l'E.T.A. L'organisation indépendantiste basque prouve ainsi qu'elle est encore capable de frapper malgré les arrestations opérées dans ses rangs en septembre. Un précédent « commando Andalousie » de l'E.T.A. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert FERRAS, Henri TERRASSE, « GRENADE, Espagne », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/grenade-espagne/