MINARET

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dérivé de l'arabe manara, le terme minaret s'appliqua aux tours à feu avant de désigner toutes les tours islamiques et plus particulièrement celles qui, près des mosquées, servent à l'appel à la prière (ma‘dhana) ; au début de l'islam, cet appel se faisait d'une terrasse voisine. Dans chaque région, le type du minaret dérive d'une construction locale à silhouette de tour : les tours carrées paléochrétiennes en Syrie, le phare d'Alexandrie pour la côte sud-méditerranéenne, les tours de vigie circulaires en Asie centrale. La forme et la hauteur des minarets, leur décor, leur place même varient selon les régions et les époques. Trois types de minarets caractérisent les trois grandes aires du monde musulman. Le minaret carré, parti de Syrie, domine d'abord l'Orient méditerranéen ; il gagne l'Occident — nous le trouvons à Cordoue et à la Giralda de Séville — et se multiplie au Maghreb où ses proportions sont de un (en largeur) pour quatre (en hauteur), comme à la Kutubiyya de Marrakech. Ces minarets carrés, dont il n'existe pas deux semblables, comportent plusieurs étages de salles superposées. Celles-ci sont éclairées par des fenêtres ornées extérieurement d'un décor géométrique en relief qui crée, à l'intérieur, des jeux d'ombre et de lumière. Le minaret à fût cylindrique connaît, par contre, une grande expansion dans l'Orient musulman dès le xie siècle, avec les conquêtes seldjoukides. L'imagination et le talent des architectes s'expriment par des variantes à la base, au pied du fût, à la galerie et au sommet, mais il n'y a aucun logement ni étage dans le fût où s'enroule, autour d'un noyau central, un escalier en colimaçon menant jusqu'au sommet. Le minaret oriental est construit en brique, parfois vernissée, qui permettent de composer de larges registres décoratifs (minaret de Kalyan, à Bukhara, xiie s.). Né en Iran et au Turkestan, le fût cylindrique gagne l'Inde : on trouve ainsi à Delhi le prestigieux Qutb Minar (xiiie s.). Vers l'ouest, il y en aura en Djézireh au xiie siècle. C'est surtout en Anatolie que le type cylindrique connaîtra une fortune remarquable, de Konyā (Ince Minareli, xiiie s.) à Istanbul (Sultan Ahmet au xviiie s.). Le minaret à fût polygonal, à l'image de la tour de Ghazna, comme ceux de la madrasa timouride de Bibi Hanum à Samarqand (début xve s.), constitue une variante du minaret cylindrique. Le Caire, avec ses mosquées de toutes les époques, offre une grande variété de formes. Le plus ancien minaret, celui de la mosquée d'Ibn Tulun (fin ixe s.), imite la Malwīya de Samarra : sur une base carrée se dresse une tour tronconique autour de laquelle s'enroule une rampe hélicoïdale extérieure permettant l'accès au sommet. Le véritable ancêtre des minarets du Caire est le minaret sud de la mosquée d'al-Hakim (xe s.) ; sa base, en tronc de pyramide, est inspirée par le phare d'Alexandrie qui déjà, au viiie siècle, avait servi de modèle au minaret de Sidi-Okba à Kairouan ; celui-ci représente exactement la moitié de la masse du célèbre Pharos. Les éléments typiques du minaret mamelouk sont : une base carrée ayant pour hauteur le triple du côté, puis un fût octogonal, parfois continué par un élément cylindrique, enfin une galerie surmontée d'un toit pointu ou en forme de bobéchon bulbeux (mausolée de Qaytbay). La place du minaret n'est pas prescrite : il fut d'abord élevé du côté opposé à la salle de prière, dans l'axe du mihrab, sur le front extérieur de la cour ou dans un angle. Le nombre de minarets n'est pas fixé non plus : il y en eut deux à l'époque seldjoukide, flanquant le portail d'entrée, ou bien en superstructure au-dessous de la porte, ou encore dans chacun des angles de la façade. À l'époque ottomane on en compte souvent quatre et même six à la mosquée Sultan Ahmed à Istanbul, mais l'appel à la prière n'est fait que d'un seul minaret.

Giralda de Séville, 1

Photographie : Giralda de Séville, 1

La Giralda de Séville, ancien minaret élévé sous les Almohades. 

Crédits : Shaun Egan/ Getty Images

Afficher

Le minaret Kalyan

Photographie : Le minaret Kalyan

Le minaret Kalyan (1127), à Boukhara, Ouzbékistan. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Minarets de la mosquée du sultan Hassan

Photographie : Minarets de la mosquée du sultan Hassan

Minarets de la mosquée du sultan Hassan au Caire, édifiée entre 1356 et 1362. 

Crédits : A. Vergani/ DeAgostini / Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Giralda de Séville, 1

Giralda de Séville, 1
Crédits : Shaun Egan/ Getty Images

photographie

Le minaret Kalyan

Le minaret Kalyan
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Minarets de la mosquée du sultan Hassan

Minarets de la mosquée du sultan Hassan
Crédits : A. Vergani/ DeAgostini / Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MINARET  » est également traité dans :

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 392 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Séville almohade »  : […] Élevés au moment où l'empire almohade atteignait son apogée, les édifices musulmans de Séville étaient d'une très haute qualité. La grande mosquée, construite sur l'emplacement d'une mosquée omeyyade, devait rivaliser avec celle de Cordoue. Elle a malheureusement été à peu près entièrement détruite après la Reconquête pour faire place à la cathédrale actuelle. La construction du minaret – la célè […] Lire la suite

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fonction religieuse et intellectuelle »  : […] De son côté, la fonction religieuse s'affirmait à la même époque par la présence, dans toute bourgade pourvue d'un nombre déterminé d'habitants, d'une grande mosquée, centre politique et culturel où se déroulait, le vendredi à midi, la prière communautaire, obligatoire pour tout croyant. Cette fonction se doublait d'une fonction intellectuelle assurée d'abord dans cette même mosquée, où étaient d […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 022 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'art des provinces méditerranéennes »  : […] Ahmad ibn Tūlūn, gouverneur d'Égypte issu de la garde turque de Samarra, fonda une ville nouvelle au nord de Fustat dont seule la mosquée subsiste. Adaptation plutôt que copie servile de la grande mosquée de Samarra, elle introduit en Égypte des formes qui vont marquer l'architecture religieuse ultérieure. De cette époque, on a aussi conservé des fragments de tissus, des tirāz , le plus souvent en […] Lire la suite

KAIROUAN

  • Écrit par 
  • Nikita ELISSÉEFF
  •  • 1 170 mots
  •  • 3 médias

Après la victoire des Arabes sur les Byzantins en 647, Sīdī ‘Uqba ibn Nāfi‘ fonda en 670, à 60 kilomètres de Sousse, Kairouan ou Qayrawān (terme qui signifie place d'armes). C'était un campement permanent, à l'abri des attaques de la flotte byzantine, qui devait servir de base opérationnelle pour lutter contre les Berbères. Importante ville de Tunisie (118 000 hab. en 2004), la cité moderne compor […] Lire la suite

MOSQUÉE

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 3 683 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La mosquée basilicale »  : […] ‘Abd al-Malik (685-705) et surtout al-Walīd I er (705-715) furent de grands constructeurs. Le centre du pouvoir ayant été transféré de Médine à Damas, les aspirations architecturales et artistiques des seigneurs omeyyades furent fortement marquées par les monuments du Proche-Orient classique et byzantin. L'influence de ces édifices prestigieux dépasse de loin le simple remploi d'éléments isolés […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nikita ELISSÉEFF, « MINARET », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/minaret/