GRÉGOIRE DE NYSSE saint (330 env.-env. 395)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le théologien

Grégoire de Nysse est, avec son frère Basile de Césarée et leur ami commun Grégoire de Nazianze, l'un des trois grands théologiens cappadociens, qui sont à l'origine de la tradition théologique et mystique de l'Église d'Orient. Il se distingue par l'originalité et la hardiesse avec lesquelles il a su fondre en une synthèse nouvelle les traditions exégétiques héritées d'Origène, la dogmatique orthodoxe issue du concile de Nicée et les spéculations néoplatoniciennes.

La théologie de Grégoire s'est développée en grande partie à l'occasion de la polémique avec Eunome. Ce dernier pensait que les mots sont révélés par Dieu aux hommes pour leur faire connaître l'essence des choses. Comme le mot « inengendré » était pour lui le vocable révélateur de l'essence divine, il s'ensuivait que le « Fils de Dieu », qui est « engendré », ne pouvait être de même essence que Dieu le Père. Grégoire s'applique à détruire cette identification de la notion d'« inengendré » avec la définition de l'essence divine. Pour lui, l'essence divine est absolument inconnaissable, parce qu'elle est infinie, c'est-à-dire parce qu'elle ne peut être enfermée dans les limites d'un concept ou d'une définition. Son absolue simplicité, son immutabilité impliquent qu'elle n'est pas limitée par une essence que l'on pourrait lui opposer. Elle est donc indéfinissable par la traditionnelle méthode de division. De cette réalité infinie et inconnaissable, l'Écriture sainte a révélé qu'elle était en relation avec elle-même comme Père, Fils et Esprit-Saint, mais ces noms ne désignent que des relations, et non des définitions de l'essence divine.

L'homme ayant été créé à l'image de Dieu, son esprit est, de même, indéfinissable et insaisissable. La ressemblance divine se manifeste tout spécialement dans ce pouvoir de mouvement qu'est la liberté. La nature humaine se porte vers le bien, c'est-à-dire vers Dieu par un mouvement [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  GRÉGOIRE DE NYSSE saint (330 env.-env. 395)  » est également traité dans :

ADAM

  • Écrit par 
  • André-Marie DUBARLE
  •  • 1 761 mots

Dans le chapitre « La tradition chrétienne »  : […] Outre les données de la Genèse, la tradition chrétienne doit tenir compte d'un nouvel élément, l'enseignement de saint Paul qui met en parallèle avec Adam, homme terrestre, le Christ, à la fois rédempteur et homme parfait, spirituel, dont nous devons porter l'image. Les Pères de l'Église ont aussi été influencés, plus ou moins inconsciemment, par des conceptions philosophiques, comme celle de l'id […] Lire la suite

DANIÉLOU JEAN (1905-1974)

  • Écrit par 
  • Henri Irénée MARROU
  •  • 1 037 mots

Homme d'Église, homme d'action, mais aussi agrégé de l'Université et docteur ès lettres, Jean Daniélou a réalisé une œuvre scientifique considérable. Il a été l'un des premiers et principaux artisans du renouveau des études patristiques. En 1942, en pleine guerre, il fonde, avec son aîné le père Henri de Lubac, la collection Sources chrétiennes (éditions de textes patristiques, accompagnées de tra […] Lire la suite

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 318 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Trinité et l'anthropologie trinitaire »  : […] Le dogme de la Trinité constitue le cœur de la théologie orthodoxe, et, par là même, « en Christ », de son ecclésiologie, de son anthropologie, voire – selon l'exigence de la communion – de sa sociologie (« La Trinité est notre programme social », disait Fédorov). La logique déchue oppose ou confond. Le dogme de la Trinité suggère la coïncidence, dans la source divine, de l'unité absolue et de la […] Lire la suite

PATRISTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 8 815 mots

Dans le chapitre « Un nouvel univers spirituel »  : […] On pourrait ainsi penser que les Pères de l'Église, en concevant le christianisme comme une philosophie, ont complètement hellénisé le christianisme. La réalité est beaucoup plus complexe. Le donné évangélique originel, même transformé ou déformé, est toujours resté présent. Des éléments étrangers à la tradition hellénique exigèrent, pour être exprimés dans le langage de la philosophie hellénique, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre HADOT, « GRÉGOIRE DE NYSSE saint (330 env.-env. 395) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregoire-de-nysse/