GRÉGOIRE DE NYSSE saint (330 env.-env. 395)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans le Pont, Grégoire, évêque de Nysse en Cappadoce, a laissé une œuvre théologique et mystique qui connaît un regain d'actualité parmi les théologiens modernes. Il est vrai que, dans la perspective d'une anthropologie historique comme celle qu'a esquissée B. Groethuysen, Grégoire de Nysse devrait tenir une place aussi importante qu'Augustin. Comme ce dernier, il fait apparaître dans l'histoire une nouvelle conception de l'homme : l'homme de Grégoire de Nysse est indéfinissable, parce qu'il est l'image d'un Dieu infini et indéfinissable, et parce qu'il est entraîné perpétuellement hors de ses limites dans la poursuite d'un infini qui échappe éternellement à ses prises. À l'infinité de plénitude qui est le propre de Dieu répond l'infinité de capacité, de renouvellement, de progrès et d'amour, qui est le propre de l'homme.

L'évêque

Grégoire de Nysse, issu d'un milieu familial qui était déjà entièrement chrétien, subit fortement l'influence de ses deux aînés : sa sœur Macrine, convertie depuis longtemps à l'idéal de la vie monastique, qui fut, dit-il, son « institutrice » et dont il fut lui-même le biographe ; son frère Basile, évêque de Césarée, avec lequel les rapports ne seront pas toujours faciles. Grégoire connut pourtant une période de vie « mondaine », comme il le dit lui-même, en ce sens que, renonçant à la carrière ecclésiastique dont il avait commencé à gravir les degrés, il choisit la profession de rhéteur (qui avait été celle de son père) et se maria (vers 364). Sous l'influence de Basile, Grégoire revint assez vite à une vie d'austérité. À sa demande, il compose un éloge de la virginité en 371 et, grâce à l'intervention du même Basile, est élu évêque de Nysse en 372. Cette élection répondait à des besoins de politique ecclésiastique. Sous la protection de l'empereur Valens, l'arianisme connaissait alors une nouvelle prog [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  GRÉGOIRE DE NYSSE saint (330 env.-env. 395)  » est également traité dans :

ADAM

  • Écrit par 
  • André-Marie DUBARLE
  •  • 1 761 mots

Dans le chapitre « La tradition chrétienne »  : […] Outre les données de la Genèse, la tradition chrétienne doit tenir compte d'un nouvel élément, l'enseignement de saint Paul qui met en parallèle avec Adam, homme terrestre, le Christ, à la fois rédempteur et homme parfait, spirituel, dont nous devons porter l'image. Les Pères de l'Église ont aussi été influencés, plus ou moins inconsciemment, par des conceptions philosophiques, comme celle de l'id […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam/#i_4025

DANIÉLOU JEAN (1905-1974)

  • Écrit par 
  • Henri Irénée MARROU
  •  • 1 037 mots

Homme d'Église, homme d'action, mais aussi agrégé de l'Université et docteur ès lettres, Jean Daniélou a réalisé une œuvre scientifique considérable. Il a été l'un des premiers et principaux artisans du renouveau des études patristiques. En 1942, en pleine guerre, il fonde, avec son aîné le père Henri de Lubac, la collection Sources chrétiennes (éditions de textes patristiques, accompagnées de tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-danielou/#i_4025

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 318 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Trinité et l'anthropologie trinitaire »  : […] Le dogme de la Trinité constitue le cœur de la théologie orthodoxe, et, par là même, « en Christ », de son ecclésiologie, de son anthropologie, voire – selon l'exigence de la communion – de sa sociologie (« La Trinité est notre programme social », disait Fédorov). La logique déchue oppose ou confond. Le dogme de la Trinité suggère la coïncidence, dans la source divine, de l'unité absolue et de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-orthodoxe/#i_4025

PATRISTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 8 815 mots

Dans le chapitre « Un nouvel univers spirituel »  : […] On pourrait ainsi penser que les Pères de l'Église, en concevant le christianisme comme une philosophie, ont complètement hellénisé le christianisme. La réalité est beaucoup plus complexe. Le donné évangélique originel, même transformé ou déformé, est toujours resté présent. Des éléments étrangers à la tradition hellénique exigèrent, pour être exprimés dans le langage de la philosophie hellénique, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patristique/#i_4025

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre HADOT, « GRÉGOIRE DE NYSSE saint (330 env.-env. 395) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregoire-de-nysse/