NIETZSCHE FRIEDRICH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Volonté de puissance et vérité

Si toute connaissance est interprétative et si toute interprétation procède de la volonté de puissance, l'activité de connaître doit nécessairement refléter le principe intime de la volonté de puissance qui est de se surmonter soi-même à l'infini. Quelles seront les modalités de cette interprétation ? Quelle définition nouvelle de la vérité lui sera-t-elle associée ?

Le pragmatisme vital et les valeurs

La connaissance n'est pas la contemplation désintéressée d'une prétendue réalité objective placée devant le regard de l'esprit. Elle traduit l'effort des instincts groupés à l'intérieur d'un même organisme, pour s'approprier le chaos d'une réalité qui ne constitue pas un monde avant que le travail démiurgique de la volonté de puissance ne l'ait intégré à un ordre, à des structures ; connaître, cela signifie primitivement commander.

Nietzsche radicalise la notion kantienne de synthèse, qui devient le diktat d'une volonté législatrice. La vérité se confond alors avec la valeur. Est vrai ce qui favorise les intérêts de chaque type de volonté de puissance. Aussi l'ancienne question métaphysique qui recherchait ce qu'est la vérité en soi se transforme-t-elle en cette autre : quelle est la valeur de la vérité pour la vie ? La rend-elle plus forte, plus créatrice, ou plus faible et plus servile ? La vérité n'est, à ce titre, qu'une fiction ou une erreur utile, et la connaissance mérite d'être appelée un pragmatisme vital. « Le monde apparent, c'est un monde vu selon des valeurs, ordonné, choisi d'après des valeurs, donc à un point de vue utilitaire, dans l'intérêt de la conservation et de l'augmentation de puissance d'une certaine espèce animale » (XVI, 66).

La genèse de l'esprit

Mais la volonté de puissance n'est pas seulement une impulsion à surmonter le chaos immédiat des choses pour l'aménager en un monde habituel suivant le plan de nos valeurs. Elle est capable d'« intériorisation », et c'est cette capacité prodigieuse qui se révèle à l'occasion des luttes où s'affrontent les communautés historiques. Lorsqu'une horde barbare se je[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages




Écrit par :

  • : agrégé de philosophie, docteur ès lettres, professeur à l'université de Rouen

Classification


Autres références

«  NIETZSCHE FRIEDRICH (1844-1900)  » est également traité dans :

NIETZSCHE FRIEDRICH - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 316 mots

15 octobre 1844 Naissance de Friedrich Wilhelm Nietzsche, à Röcken, près de Leipzig, d'une famille de pasteurs. 1858-1864 Solides études secondaires classiques au collège de Pforta. 1865 Études de philologie grecque, à Bonn. Il rencontre l'helléniste Ritschl. Il écrit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nietzsche-reperes-chronologiques/

NIETZSCHE FRIEDRICH, en bref

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 198 mots
  •  • 1 média

« Philosophe du soupçon », avec Marx et Freud, selon Paul Ricœur qui lança l'expression dans les années 1960, Nietzsche a marqué, entre agacements, admirations et interrogations toute la pensée du xxe siècle. Prophète de la « mort de Dieu », il est aussi l'impitoyable pourfendeur des idoles et des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nietzsche-f-en-bref/

AURORE, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 137 mots
  •  • 1 média

C'est durant l'hiver 1880-1881 que Friedrich Nietzsche (1844-1900) mit au net le premier jet du manuscrit d'Aurore. Il avait d'abord songé à intituler son ouvrage Le Soc de charrue. Pensées sur les préjugés moraux. Le manuscrit fut achevé à la mi-mars 1881, grâce à l'aide de Peter Gast. Imprimé par Teubner […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aurore/#i_1031

LE GAI SAVOIR, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 810 mots

Il s'agit certainement du livre le plus joyeux que Friedrich Nietzsche (1844-1900) ait écrit, même s'il garde les traces du long hiver de souffrances enduré. La vie semble retrouvée, réconciliée avec elle-même, la maladie surmontée. La période « voltairienne » et critique d'Humain trop humain, du Voyageur et son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-gai-savoir/#i_1031

GÉNÉALOGIE DE LA MORALE, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 793 mots

« Un écrit polémique, pour compléter et éclairer Par-delà bien et mal, récemment publié et en accentuer la portée », c’est ainsi que Friedrich Nietzsche (1844-1900) présente la Généalogie de la morale. Entre l’écriture aphoristique portée à son point de perfection dans le précédent livre et les dissertations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genealogie-de-la-morale/#i_1031

HUMAIN, TROP HUMAIN, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 057 mots

La genèse de Humain, trop humain. Un livre pour esprits libres commence en juin-juillet 1876 : en marge du premier festival de Bayreuth, Friedrich Nietzsche (1844-1900) dicte à Hermann Köselitz (connu sous le pseudonyme de Peter Gast) les premiers aphorismes. En février 1876, il a fait la connaissance de Paul Rée , dont les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/humain-trop-humain/#i_1031

LA NAISSANCE DE LA TRAGÉDIE, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 209 mots

Dans la première édition de 1872, cet ouvrage de Friedrich Nietzsche (1844-1900) s'intitulait La Naissance de la tragédie à partir de l'esprit de la musique. En 1886, trois ans après la mort de Richard Wagner et plus de dix ans après sa rupture avec le maître de Bayreuth, Nietzsche, parvenu à la pleine maîtrise de son propre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-naissance-de-la-tragedie/#i_1031

ACÉPHALE, revue

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 500 mots

Avant d'être une revue (Religion, Sociologie, Philosophie, cinq livraisons de juin 1936 à juin 1939), Acéphale voulut être une expérience, la recherche d'un mode de vie exemplaire fondé sur la méditation, le rituel et l'extase. Georges Bataille, le maître d'œuvre — avec Georges […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acephale-revue/#i_1031

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Exploitation et domination »  : […] pouvoir ? Quelle pensée permet de rendre compte de l'antagonisme, celle de Marx, reposant sur la nécessité de l'historique, ou celle de Nietzsche ? Le Nietzsche de La Généalogie de la morale en l’occurrence – grand livre émancipateur pour Adorno – qui, s'interrogeant sur l'origine de la mauvaise conscience, y voit une rupture, un acte de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodor-wiesengrund-adorno/#i_1031

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Affectivité et passions dans la philosophie allemande des XIXe et XXe siècles »  : […] se sont montrés extrêmement prégnants pour notre temps, l'un issu de la philosophie (Nietzsche), l'autre, de la médecine (Freud). Et il est caractéristique que, dans les deux cas, l'affectivité y soit dans une position instable, voire à la limite de l'extinction, comme si le soupçon moderne y avait été poussé à l'extrême. Ce qui est significatif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affectivite/#i_1031

ANDREAS-SALOMÉ LOU (1861-1937)

  • Écrit par 
  • Jacques NOBÉCOURT
  •  • 854 mots

Elle n'a voulu après elle ni tombeau ni publications posthumes. Aucune trace, pas même son nom sur une dalle, pas même les dates entre lesquelles s'encadre sa vie. Rien que les derniers échos des injures, des railleries, ou des admirations fanatiques qui accompagnèrent sa vie. On les perçoit encore, colportés par le cinéma, par les impressions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lou-andreas-salome/#i_1031

ART (Aspects esthétiques) - La contemplation esthétique

  • Écrit par 
  • Didier DELEULE
  •  • 3 639 mots

Dans le chapitre « Catharsis et tragédie »  : […] de nature » dans l'état de société comme condition de la « bonne marche » de la Cité. Et Nietzsche n'était pas dupe qui – en attaquant sans relâche tout au long de son œuvre l'idée aristotélicienne de la catharsis – y voyait le symptôme des « forces réactives ». Ce que Nietzsche condamne, à travers l'idée de catharsis, c'est toute la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-esthetiques-la-contemplation-esthetique/#i_1031

BACHOFEN JOHANN JAKOB (1815-1887)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 711 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La thèse du matriarcat originel »  : […] Nietzsche a beaucoup emprunté à cette reconstitution de la préhistoire du mariage monogamique ainsi qu'aux études de mythologie antique, Die Unsterblichkeitslehre der orphischen Theologie (1867 ; G.W., VII) notamment, dont elle n'est pas dissociable : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-jakob-bachofen/#i_1031

BATAILLE GEORGES (1897-1962)

  • Écrit par 
  • Francis MARMANDE
  •  • 2 721 mots

Dans le chapitre « La communauté inachevée »  : […] Bleu du ciel qui ne sera publié que plus de vingt ans après. Sous la triple référence de Sade, Fourier et Nietzsche, Bataille lance avec Breton un petit groupe, Contre-Attaque, chargé de susciter la violence révolutionnaire et dont des tracts, des cahiers et des déclarations diffusés pendant les manifestations de 1936 sont le mode d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-bataille/#i_1031

BIZET GEORGES

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 570 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'œuvre et son destin »  : […] trois représentations de Carmen à Paris, et c'est de l'Opéra de Vienne, où Brahms vint le voir et l'entendre vingt fois de suite, que le chef-d'œuvre reprit plus tard son vol. C'est à Vienne également que Wagner le connut et l'admira sans réserve, ne se doutant pas que Nietzsche en ferait un jour une machine de guerre contre lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-bizet/#i_1031

BLOK ALEXANDRE (1880-1921)

  • Écrit par 
  • Sophie LAFFITTE
  •  • 6 141 mots

Dans le chapitre « Culture et civilisation »  : […] C'est à La Naissance de la tragédie de Nietzsche que Blok emprunte une de ses idées centrales : l'opposition entre la culture et la civilisation. Pour Nietzsche, la culture est une création irrationnelle grâce à laquelle l'homme se rattacherait aux forces primitives du Cosmos, révélées à l'oreille de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-blok/#i_1031

COULEURS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Manlio BRUSATIN
  •  • 10 355 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Perception, représentation et production de la couleur dans les civilisations antiques »  : […] bien qu'elle était pratiquement inconnue dans la Grèce antique – ce qui a fait penser à un éventuel « daltonisme » des Grecs, dont Nietzsche a parlé dans Aurore (1881) : « Les Grecs voyaient la nature d'une autre façon que nous, car il faut admettre que leur œil était aveugle pour le bleu et le vert et qu'ils voyaient, au lieu du bleu, un brun […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleurs-histoire-de-l-art/#i_1031

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 911 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les modèles « gnostiques » ou indéterminés »  : […] La critique indéterministe doit enfin beaucoup à Nietzsche, qui réduisait le langage à la rhétorique, ou plutôt à sa rhétoricité inintentionnelle, et la vérité au jeu des figures et des tropes. Dans la lignée nietzschéenne revivifiée par le poststructuralisme français, le langage n'a plus de relation avec la réalité, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_1031

CULTURE - Le choc des cultures

  • Écrit par 
  • Jean-François MATTÉI
  •  • 6 366 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La culture philosophique »  : […] pour contester l'état de la culture étouffée sous le progrès matériel et le développement économique. Nietzsche est le premier à mettre systématiquement en lumière les deux courants apparemment opposés, mais convergents, de la culture démocratique : sa diffusion indéfinie, qui la transpose à des cercles d'hommes de plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-le-choc-des-cultures/#i_1031

D'ANNUNZIO GABRIELE (1863-1938)

  • Écrit par 
  • Pierre de MONTERA
  •  • 3 475 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le surhomme »  : […] Comme il s'était libéré, ou avait cru se libérer, de « la chimère de l'amour et de l'art », d'Annunzio va dépasser la religion tolstoïenne de la douleur et de la pitié. C'est dans la morale de Nietzsche qu'il puisera, avec le culte de la volonté et de l'héroïsme, un dynamisme qui le tire de son angoisse et dont il fait, dès lors, sa loi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriele-d-annunzio/#i_1031

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 962 mots

Dans le chapitre « Destin de la civilisation »  : […] la décadence ont tenu une place importante. La dégénérescence des races a été prétendument démontrée par H. S. Chamberlain. La crise des sociétés occidentales a été dénoncée par Nietzsche. De son pessimisme aristocratique procèdent le Rembrandt éducateur de Langben, Le Tapis de la vie, Le Septième Anneau, L'Étoile de l'Alliance de Stefan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decadence/#i_1031

DETTE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Charles MALAMOUD
  •  • 10 475 mots

Dans le chapitre « La dette fondamentale et les dettes partielles »  : […] des hommes et des dieux, des vivants et des morts, des vivants entre eux en dérivent. Nietzsche avait peut-être présents à la mémoire sinon les textes du Veda, du moins les passages de Manu qui en reproduisent la teneur (IV, 257 ; VI, 35 sqq.), quand il expliquait que la culture, avec la violence qui lui est sous-jacente, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dette-anthropologie/#i_1031

DEVOIR

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL
  •  • 1 115 mots

existent qui, toutes, entretiennent un rapport polémique avec la doctrine kantienne. C'est le cas de Nietzsche pour qui « l'impératif catégorique sent sa cruauté » et qui soumet la morale à une enquête généalogique. Le sentiment du devoir s'ancre dans celui d'une « dette » qui est elle-même le résultat d'une domestication de l'homme et du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/devoir/#i_1031

DIEU - Problématique philosophique

  • Écrit par 
  • Jacques COLETTE
  •  • 5 677 mots

Dans le chapitre « Le souverain bien »  : […] de certitude sur la base des postulats qui assurent le passage du pratique au théorique. On pourra aussi, avec Nietzsche, qui prend en compte la conscience du pessimisme et du nihilisme, percevoir dans l'unité kantienne du « je pense », du « je dois » et du « j'espère » les racines de l'unicité divine d'une morale incarnée, d'une réconciliation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-problematique-philosophique/#i_1031

DITHYRAMBE

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 523 mots

Genre lyrique consacré à Dionysos et, comme tel, caractéristique de tout un aspect du monde hellénique. Le mot est d'origine incertaine, probablement non grecque, comme en témoignerait la légende rapportée notamment par Hérodote : Arion de Méthymne (fin ~ viie s.), transporté par un dauphin au cap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dithyrambe/#i_1031

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 894 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Schopenhauer et Nietzsche »  : […] Car Nietzsche est d'abord, dans l'Origine de la tragédie, schopenhauerien : il donne à l'édition de 1886 de son premier ouvrage le sous-titre Hellénisme et pessimisme. C'est par la musique qu'est révélé le dionysiaque, le bouillonnement sombre de l'en deçà des formes ; l'apollinien ne livre, en regard, que le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-histoire/#i_1031

EXISTENCE PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 6 149 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le retour à l'origine »  : […] Pour Nietzsche, l'affirmation de l'éternel retour était la plus proche approximation de l'être que puisse avoir l'homme. Plus encore qu'un penseur de la technique, Nietzsche est pour Heidegger un penseur de l'être. Les cours qu'il a publiés sur Nietzsche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-l-existence/#i_1031

EXPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jérôme BINDÉ, 
  • Lotte H. EISNER, 
  • Lionel RICHARD
  •  • 12 595 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le produit d'une société en crise »  : […] À la différence de Nietzsche, alors beaucoup lu, et dont le Zarathoustra devient une figure emblématique de la rébellion contre la sclérose provoquée par des valeurs bourgeoises complètement usées, la jeune génération aspire à une communauté nouvelle. À l'aristocratisme nietzschéen du héros solitaire, du « surhomme », et au culte de l'artiste qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expressionnisme/#i_1031

FINK EUGEN (1905-1975)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 849 mots

Entre Husserl et Heidegger, Fink occupe une place singulière dans le mouvement phénoménologique. Après des études de philosophie, d'histoire et d'économie aux universités de Münster et de Berlin, c'est à Fribourg-en-Brisgau qu'il s'installe. Là, il devient, à vingt-trois ans (il est né à Constance en 1905), assistant de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugen-fink/#i_1031

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Fragment et totalité »  : […] Sans doute pourrait-on voir dans l'usage que fait Nietzsche du fragment, de la sentence et de l'aphorisme, la forme de sa réaction de philosophe-artiste au savoir absolu, ou y reconnaître la mimêsis de la danse, du rire ou du jeu, l'expression à coup sûr du « gai savoir ». Indépendamment même de son contenu, le fragment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fragment-litterature-et-musique/#i_1031

GÉNIE

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 1 312 mots

À l'éloge réitéré depuis l'Antiquité jusqu'à la fin du xviie siècle du génie comme « divine ardeur », « fureur démoniaque », « sublime folie », « inspiration surhumaine », fait place au début du xviiie une description positive du genius […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genie/#i_1031

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 324 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Nietzsche et Bergson »  : […] Toutefois la problématique qui vient d'être esquissée ne se développera dans toute son ampleur qu'assez avant dans le xxe siècle, à un moment où Nietzsche et même Bergson appartiennent déjà au passé. Il ne semble pas que le message du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homme-la-realite-humaine/#i_1031

IDÉALISME ALLEMAND

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT
  •  • 7 090 mots

Dans le chapitre « De la religion au concept »  : […] la religion dans leur système, en y reconnaissant l'un des moments nécessaires du développement de celui-ci. Nietzsche, qui est tout de même aussi leur héritier, ne serait-ce que négativement, a ironisé : « Le prêtre protestant est le grand-père de la philosophie allemande, le protestantisme lui-même est son péché originel [...]. Il suffit de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/idealisme-allemand/#i_1031

ILLUSION

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 760 mots

Métaphoriquement dérivé de la réduction psychologique des enchantements magiques et des découvertes de l'optique géométrique, couronnant, avec Kant, la critique relativiste de l'optimisme leibnizien, le concept moderne d'illusion a conquis une position centrale dans la réflexion de Schopenhauer et dans celle de Nietzsche, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/illusion/#i_1031

IMMANENCE ET TRANSCENDANCE

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 276 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La transcendance intériorisée »  : […] plus ou moins mystique ou mythique est en réalité le même chez Nietzsche. De la mort de Dieu à la naissance du surhomme, c'est le même itinéraire qui est parcouru. L'homme, à nouveau, malgré les déclarations fracassantes sur le renversement des valeurs, est présenté comme quelque chose qui doit être dépassé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immanence-et-transcendance/#i_1031

KOFMAN SARAH (1934-1994)

  • Écrit par 
  • Roger-Pol DROIT
  •  • 740 mots

Sa longue fréquentation du texte nietzschéen, inaugurée en 1972 (Nietzsche et la métaphore), aboutit, au terme d'un parcours qui s'est confondu avec son existence, à une explication page à page et ligne à ligne d'Ecce Homo. Dans cette paradoxale autobiographie spirituelle, Nietzsche ne revient pas seulement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sarah-kofman/#i_1031

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 534 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le modèle du système sans choses »  : […] est un exercice du langage sur le langage, sans référence ni référent. On reconnaît là l'influence de Nietzsche et de sa critique féroce de la grammaire et de la syntaxe, où il discerne une forme déguisée du culte de la « morale » et, lointainement, une subtile résurgence de la « théologie ». La mort de Dieu, c'est la mort du discours « vrai » et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_1031

MODÈLE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Sylvanie GUINAND, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Noël MOULOUD, 
  • Jean-François RICHARD, 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 24 440 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'histoire monumentale et ses héros »  : […] passé, qui, pour appartenir à un temps plus ou moins reculé, n'en produisent pas moins un effet toujours actuel : soit l'espèce d'histoire dénotée par Nietzsche comme « monumentale », laquelle trouve sa contrepartie nécessaire dans l'histoire « antiquaire » qui conserve et qui vénère, autant que dans l'histoire « critique » qui juge et qui condamne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modele/#i_1031

MYSTIQUE

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 8 610 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le corps de l'esprit »  : […] En réalité, les manifestations mystiques énoncent ce que Nietzsche visait aussi (« Je suis un mystique, disait-il, et je ne crois en rien ») quand il renvoyait à un au-delà émergeant dans la parole : « Es spricht », écrivait-il (« Ça parle ») ; un non-sujet (étranger à toute subjectivité individuelle) démystifie la conscience ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mystique/#i_1031

NIHILISME

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 4 433 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Dieu est mort »  : […] Le fou qui, dans Le Gai Savoir de Nietzsche, apostrophe les passants, une lanterne à la main, en criant : « Je cherche Dieu ! » et qui, blessé des moqueries de ses auditeurs, leur jette au visage l'accusation : « Nous sommes tous les assassins de Dieu » est un héros nihiliste. Il proclame « la mort de Dieu », c'est-à-dire que « la croyance au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nihilisme/#i_1031

PARSIFAL (R. Wagner)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 1 636 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une mystique trouble »  : […] , avec son rituel empreint de mysticité syncrétique, en constitue le meilleur exemple. Nietzsche, dont l'expérience de Parsifal signe la rupture définitive avec Wagner, a raillé dans cette œuvre non seulement ce qu'il a pris pour une étrange apologie de la chasteté mais aussi pour une lâche capitulation du compositeur devant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parsifal-r-wagner/#i_1031

PÉCHÉ ORIGINEL

  • Écrit par 
  • André-Marie DUBARLE, 
  • André DUMAS
  •  • 6 927 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Signification actuelle de la doctrine »  : […] La notion de péché, à plus forte raison de péché originel, apparaît à de nombreux contemporains comme une illégitime flétrissure théologique de la vie. Nietzsche a su, avec la plus grande violence, en démasquer la source perverse dans la Généalogie de la morale : « Avec la moralisation des concepts de dette et de devoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peche-originel/#i_1031

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 040 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La philosophie française contemporaine »  : […] du subjectivisme, autant de caractéristiques propres à un langage et à une rationalité post-totalitaires. Prenant le parti, comme Friedrich Nietzsche et Martin Heidegger, du déclin de la métaphysique occidentale, suspectée de n'être qu'une onto-théologie, la philosophie contemporaine développe, sur fond d'une réhabilitation de l'immanence et du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_1031

POÉSIE ET VÉRITÉ, Johann Wolfgang von Goethe - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 043 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une expression « héroïque » de l'autobiographie »  : […] Dans Le Crépuscule des idoles, Nietzsche a rendu un vibrant hommage à cet extraordinaire accomplissement que représente chez Goethe l'unité indissociable de la vie et de l'écriture, de l'existence et de la biographie, de la poésie et de la vérité. Cette unité ne fut pas seulement esthétique, mais aussi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie-et-verite/#i_1031

PROMÉTHÉE, mythe moderne

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 268 mots

Il est plus significatif qu'étonnant de constater la mise en sommeil à peu près totale du mythe de Prométhée dans les arts et les lettres de l'âge médiéval. Les premières allusions au vieux titan grec apparaissent aux xvie et xviie siècles (Calderón écrit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/promethee-mythe-moderne/#i_1031

RAISON

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 13 167 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le débat contemporain »  : […] et sur la force aveugle qui la pousse, pour s'abolir en même temps que la volonté. Si Nietzsche, avec une sorte d'héroïsme intellectuel, dit « oui » à cette volonté (de puissance) tout en accordant que son « oui » signifie l'acceptation de la souffrance, si cette acceptation devient chez lui affirmation joyeuse, il ne fait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raison/#i_1031

RÉE PAUL (1849-1901)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc PINARD-LEGRY
  •  • 626 mots

Le nom de Paul Rée est indissociablement lié à ceux de Nietzsche et de Lou Andreas-Salomé. Avec eux, Rée forma le célèbre « trio », auquel les biographes se sont souvent attachés au point d'en faire une image d'Épinal. Il est probable que son influence sur Nietzsche mérite d'être appréciée sur un fond plus philosophique et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-ree/#i_1031

RELATIVISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU, 
  • Tobie NATHAN
  •  • 3 931 mots

Dans le chapitre « Nietzsche et le dépassement de la métaphysique »  : […] Nietzsche apparaît au confluent de ce double refus. On trouve dans ses Considérations inactuelles (1873-1876) une sorte de manifeste du relativisme nouveau, qui est davantage une attitude de révolte que d'acceptation. La première Inactuelle s'en prend à la théologie protestante […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/relativisme/#i_1031

RESPONSABILITÉ

  • Écrit par 
  • Jacques HENRIOT
  •  • 2 319 mots

Au début de la « Deuxième Dissertation » de La Généalogie de la morale, Nietzsche évoque « la longue histoire des origines de la responsabilité ». La responsabilité n'appartient pas à l'être de l'homme comme une propriété naturelle. La société, par le moyen d'un implacable dressage, impose à cet animal « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/responsabilite/#i_1031

SCHOPENHAUER ARTHUR (1788-1860)

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 154 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une anthropologie pessimiste »  : […] de sens, ni à proprement parler nihilisme, comme l'a bien vu Nietzsche. L'énigme d'un monde sans Dieu, sans cause et sans fin, est résolue métaphysiquement par la volonté qui la rend intelligible. Schopenhauer n'est donc pas un philosophe de l'absurde. Il n'aurait pas pu écrire, comme Camus, qu'il fallait imaginer Sisyphe heureux. Il est moins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-schopenhauer/#i_1031

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 644 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Science et philosophie de la vie »  : […] Dans le Gai Savoir, Nietzsche entreprend de dissiper une illusion entretenue par les positivistes et les rationalistes de tous bords. Nous pensons d'ordinaire que les progrès de la science ont repoussé les frontières de la foi, qu'en devenant plus savants nous sommes devenus moins croyants. Mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_1031

SOREL GEORGES (1847-1922)

  • Écrit par 
  • Louis SOUBISE
  •  • 2 241 mots

Dans le chapitre « La violence prolétarienne »  : […] et toutes les formes d'oppression. Elle accompagne la révolte et toutes les deux sont énergie humaine en acte. Lecteur assidu de Nietzsche, même s'il l'a mal assimilé, il confesse ainsi sa source, car la « violence » sorélienne ressemble fort à la «  volonté de puissance » nietzschéenne. Elle est en effet la volonté dont le prolétariat a l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-sorel/#i_1031

SOUFFRANCE

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 4 420 mots

Dans le chapitre « Statut métaphysique de la souffrance »  : […] L'homme est devenu pour lui-même une « cause de souffrance, écrivait Nietzsche, dans l'exacte mesure où il n'inspire plus la crainte ». Pourtant, est-ce vraiment du renoncement de la volonté à incarner le terrible que naît la souffrance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/souffrance/#i_1031

SUBLIMATION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 5 960 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La sublimation, vérité de l'expérience amoureuse »  : […] Il appartient au philosophe de discerner le manque, écrivait Nietzsche, et à l'artiste de le créer. C'est dire que l'objet de la philosophie reçoit ses contours de l'opération qui le « reconstruit » : la philosophie apparaît avoir pour tâche de reconnaître que toute action et toute perspective sont des « sublimations, selon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sublimation-psychanalyse/#i_1031

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 890 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réception du symbolisme en Europe »  : […] Quand Paris découvre Nietzsche, grâce au Mercure de France et à La Revue blanche, on voit en lui le plus français des Allemands, à la fois théoricien de la décadence, « immoraliste » et pourfendeur de l'arrogance des vainqueurs. Disciple, même révolté, de Schopenhauer et de Wagner, il s'inscrit dans une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_1031

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La théâtralité

  • Écrit par 
  • Henri GOUHIER
  •  • 4 012 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La volonté de métamorphose »  : […] spectateur avec une sorte d'existence imaginaire. Le mot « imitation » est bien faible ; Nietzsche a trouvé celui qui convient : « métamorphose ». Tout est dit, et admirablement dit, dans un texte célèbre de L'Origine de la tragédie (§ 8) : « Celui-là est dramaturge qui ressent une irrésistible impulsion à se métamorphoser soi- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-theatralite/#i_1031

TRAITÉ D'ATHÉOLOGIE (M. Onfray)

  • Écrit par 
  • Alexandre ABENSOUR
  •  • 991 mots

que pamphlétaire, mais il est très loin de réussir cette union si délicate qui fait l'originalité de l'Antéchrist de Nietzsche, modèle plus ou moins avoué de notre auteur. Nietzsche pamphlétaire irrigue constamment l'analyse historique du christianisme de sa pensée propre sur la volonté de puissance. Onfray, de façon plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-d-atheologie/#i_1031

VATTIMO GIANNI (1936-    )

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 093 mots

des pensées « fortes » que furent marxisme et structuralisme. Nietzsche, dont il donne une introduction (Introduction à Nietzsche, 1985 ; trad. franç. 1991) et qu'il ne cesse d'interroger en tant que penseur des limites de la modernité et de la métaphysique issue du platonisme, s'inscrit dans cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gianni-vattimo/#i_1031

VÉRITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Antonia SOULEZ
  •  • 10 663 mots

Dans le chapitre « De la distinction entre le vrai dans l'être et le vrai dans la pensée à la critique de la vérité comme adéquation »  : […] en adaequatio rei et intellectus, sous prétexte que, la séparant de l'Être même, il l'a assujettie au logos ? Si critique que soit Heidegger à l'égard de l'« inversion », opérée par Nietzsche, du platonisme (« La Volonté de puissance en tant qu'art », in Nietzsche, Gallimard, vol. I), parce qu'en découlerait d'après lui l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite/#i_1031

VERTU

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 4 480 mots

Dans le chapitre « Le mythe vertuiste »  : […] supérieur », et la vertu prend pour source la passion assumée. L'« homme-mère » de Nietzsche s'avère ainsi être au-delà de la morale, dans la mesure où il refuse tout critère extérieur de validation pour son action. Et il s'écrie avec Périclès : « Notre audace s'est frayé un passage par terre et par mer, s'élevant partout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertu/#i_1031

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 199 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les philosophies de la vie »  : […] Venue d'un autre horizon, la philosophie de Nietzsche fait, elle aussi, l'éloge de la vie, avec ce qu'elle véhicule de lutte et de drame. Mais au lieu d'y reconnaître le succès des plus forts, elle dénonce au contraire les ruses qui permettent aux plus faibles, nombreux et organisés, d'asservir les plus forts à travers le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violence/#i_1031

Pour citer l’article

Jean GRANIER, « NIETZSCHE FRIEDRICH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-nietzsche/