ANDREAS-SALOMÉ LOU (1861-1937)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Elle n'a voulu après elle ni tombeau ni publications posthumes. Aucune trace, pas même son nom sur une dalle, pas même les dates entre lesquelles s'encadre sa vie. Rien que les derniers échos des injures, des railleries, ou des admirations fanatiques qui accompagnèrent sa vie. On les perçoit encore, colportés par le cinéma, par les impressions hâtives que suggère une biographie futile. Et celle que Daniel Halévy qualifiait de « demoiselle excitée », dans son Nietzsche (1909), alors qu'elle était au comble de son rayonnement — mais elle ne protesta pas —, demeure trop souvent figée dans le portrait d'une amazone ou d'une suffragette, prophète de la liberté du corps féminin.

L'œuvre d'écrivain de Lou Andreas-Salomé, qui donne au moins un repère dans le temps, est imposante : vingt livres, cent vingt articles, entre 1895 et 1934. Critique littéraire — consacrée à Ibsen, aux auteurs russes, à quelques allemands — et fiction y prédominent autour d'un thème, celui de l'origine, de la constitution du « sujet », dans son identité sexuelle. Il n'est pas de création de l'imagination du romancier, de la réflexion du philosophe qui, dans l'esprit de Lou Andreas-Salomé, ne soit l'expression même du drame de son auteur aux prises avec sa propre histoire. Elle le dit en termes propres dès son Nietzsche (1894), qui fut longtemps son unique ouvrage publié en français (1932).

Ce n'est pas un simple critère de jugement, mais le résultat même de sa bataille personnelle pour s'affirmer. Chaotique, riche d'épisodes, de rencontres intellectuelles et amoureuses, celle-ci s'articule sur quelques instances génératrices d'une symbolisation. Instance du nom : cette fille d'un général russe — qui, d'origine provençale, allemande, huguenote, est âgé de cinquante-sept ans lorsqu'elle naît d'une mère plus jeune de dix-neuf ans — reçoit son surnom de Lou de l'homme qui modèle son adolescence, le pasteur Gillot, incapable de prononcer son prénom, Lolja. Mais le patronyme Andreas, elle le choisit et s'y tient toute sa vie durant, pour marquer le lien à son époux, cet orientaliste à qui elle n'a concédé qu'un mariage blanc.

De René Rilke, son cadet, rencontré à Munich en 1897, elle fera immédiatement Rainer, comme pour s'imposer dans le rôle qu'elle tiendra près de lui jusqu'à la fin : celui de quelqu'un qui délivre, de « maïeute » interprétant un personnage maternel, un double féminin, dont leur énorme correspondance retrace tous les aléas.

Comme l'association des trois noms engendre le sien propre, trois langues la situent dans son être d'exilée : le russe, l'allemand, le français. Elle en construit un langage dont l'allemand ne semble que la forme utilitaire, un langage semé de néologismes et brisé comme adhérant à une pensée venue d'ailleurs.

Trois hommes enfin, ceux qui sont nommés dans son autobiographie (Ma Vie), jalonnent cette existence et la découpent : Rilke, Andreas et Freud. La rencontre avec Nietzsche l'a longtemps rendue aussi célèbre que haïe. Elle a suscité le Zarathoustra. Mais Lou ne fait qu'y mûrir. Sa liaison de trois ans avec Rilke accompagne et permet le développement des textes où, sous la fiction, elle élabore pour son propre compte la mise en place des pulsions et la découverte de la libido comme source de la création artistique et de la ferveur religieuse.

Lorsqu'elle rencontre Freud, en 1911, Lou est dans la position tout à fait singulière de ne rien lui demander. Elle n'a pas à « apprendre l'inconscient ». Et Freud, pris sous un charme qui perce sous la pudeur de ses lettres, envisage d'en faire l'« arbitre » des discussions du groupe viennois. Lou se veut pleinement analyste et se bat avec fermeté pour la rigueur des concepts freudiens que tout la prédisposait à entendre. Dès lors, elle commence à exercer la psychanalyse, se retire à Göttingen, auprès de son mari. La cinquantaine passée, elle brise avec la célébrité. Sa production écrite, désormais peu abondante, témoigne plus de réflexion théorique que de références cliniques. Et son « remerciement à Freud » fait, au-delà de la psychanalyse, le bilan de ce qu'elle avait cherché et trouvé.

Entrée dans l'obscurité, elle n'en surgit que dans la méconnaissance radicale, à partir de 1951. Sa correspondance avec Rilke, avec Freud, avec Nietzsche, pour essentielle qu'elle soit, contribue à occulter son œuvre personnelle, tardivement rééditée. Quant au [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ANDREAS-SALOMÉ LOU (1861-1937)  » est également traité dans :

DIFFÉRENCE SEXUELLE (psychanalyse)

  • Écrit par 
  • Odile BOMBARDE
  •  • 1 305 mots

Dans le chapitre « Repenser la binarité »  : […] Un des premiers points du débat, du vivant même de Freud, fut la question de la sexuation de la libido. Pour Freud, il n'y a qu'une seule libido, mise au service de la fonction sexuelle masculine aussi bien que féminine. Mais la question d'une libido féminine, s'ancrant dans le somatique, fut vite posée par Karl Abraham, Ernest Jones ou Karen Horney. L'enfant fille n'avait-elle pas l'expérience d […] Lire la suite

NIETZSCHE FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 9 775 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le héros de la pensée »  : […] Nietzsche est né à Röcken, en Saxe. Son père, qui exerçait les fonctions de pasteur, meurt cinq ans plus tard. Sa famille s'étant installée à Naumburg, près de Halle, c'est au collège de Pforta que Nietzsche fait ses études. En 1864, il s'inscrit à l'université de Bonn. Il s'y distingue à tel point en philologie classique qu'il est, dès 1869, sur la recommandation de F. W. Ritschl, nommé professeu […] Lire la suite

RÉE PAUL (1849-1901)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc PINARD-LEGRY
  •  • 626 mots

Le nom de Paul Rée est indissociablement lié à ceux de Nietzsche et de Lou Andreas-Salomé. Avec eux, Rée forma le célèbre « trio », auquel les biographes se sont souvent attachés au point d'en faire une image d'Épinal. Il est probable que son influence sur Nietzsche mérite d'être appréciée sur un fond plus philosophique et que l'amitié qui a lié pendant dix ans les deux hommes constitue un événeme […] Lire la suite

RILKE RAINER MARIA (1875-1926)

  • Écrit par 
  • Claude DAVID
  •  • 3 475 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De lents débuts »  : […] Tout est terne et morne dans la jeunesse de Rilke : une famille de petite extraction, des parents désunis, une mère bigote et frustrée, un séjour mal supporté dans une école de cadets, quelques années dans un institut supérieur de commerce, l'examen de maturité passé à vingt ans, de vagues études de droit à l'université. Rilke gardera le souvenir d'une enfance mal vécue, hantée de terreurs et d'an […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques NOBÉCOURT, « ANDREAS-SALOMÉ LOU - (1861-1937) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lou-andreas-salome/