FRANCOPHONES LITTÉRATURES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quelle identité culturelle ?

Hors d’Europe, les littératures francophones relèvent de la « francophonie d’implantation » issue de l’expansion coloniale de la France ou appartenant à des zones de rayonnement culturel. Pour ces littératures en contact avec une ou plusieurs autres littératures écrites dans un ou plusieurs autres idiomes, le questionnement identitaire et linguistique est au cœur de la création, d’autant que les décolonisations vont mettre par la suite la préoccupation nationale au premier plan.

L’entre-deux-guerres voit la publication de quelques œuvres autochtones à une époque où fleurit la littérature coloniale. Il s’agit souvent de romans privilégiant le témoignage sur une réalité mal connue de la métropole, tel Ahmed Ben Mostapha, goumier (1920) du caïd et capitaine Benchérif, en Algérie, ou de Batouala, véritable roman nègre (1921, prix Goncourt), écrit par un administrateur français en Oubangui-Chari, René Maran, considéré comme l’un des précurseurs de la négritude. Inauguré dès les années 1930 par Aimé Césaire, Léon Gontran Damas et Léopold Sédar Senghor, ce mouvement, qui participe d’une vaste dynamique partie des États-Unis sur la « question noire », irriguera après la Seconde Guerre mondiale les lettres de l’Afrique subsaharienne et des Caraïbes. Les écritures francophones sont alors élaborées « dans la gueule du loup », selon l’expression de l’Algérien Kateb Yacine, contrecarrant les visées hégémoniques occidentales et affirmant des spécificités culturelles ignorées ou niées par les colonisateurs.

En Afrique subsaharienne, la tradition orale, désormais recueillie et transcrite, est présentée au public de langue française soit sous la forme plaisante de contes (Birago Diop : Contes d’Amadou Koumba, 1947), soit sous celle de versions épiques – Djibril Tamsir Niane, Camara Laye, Massa Makan Diabaté ont donné des versions de l’épopée de Soundiata (ou Sunjata), fondateur de l’empire du Mali au xiiie siècle. L’étude des relations entre oralité et écriture constitue le fondement de l’œuvre polymorphe d’Amadou Hampâté Bâ. Mais la littérature francophone africaine se présente avec éclat au public français en 1948, avec l’Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française publiée par Senghor et préfacée par Jean-Paul Sartre. Nombre de romanciers africains vont alors se révéler, tels Camara Laye, Cheikh Hamidou Kane, Bernard Dadié, Mongo Beti, Ferdinand Oyono ou encore Ousmane Sembène, certains soucieux de raconter la vie africaine, d’autres militant contre la sujétion coloniale. D’abord publiées par des éditeurs français (et il faut souligner ici le rôle important de Présence africaine, revue fondée en 1947 – puis maison d’édition en 1949 – par Alioune Diop), leurs œuvres vont devenir les premiers « classiques » lorsque l’école cherchera à africaniser ses programmes.

Dans les Caraïbes, la littérature haïtienne, s’affirmant dès le xixe siècle, mais souvent à travers une imitation de la littérature française, se développe d’une manière originale dans les années 1940, par exemple, avec Jacques Roumain. Aux Antilles et en Guyane, deux recueils de poèmes dominent la production littéraire de la période : Cahier d’un retour au pays natal (1939 ; 1956 pour l’édition définitive) d’Aimé Césaire et Pigments de Léon Gontran Damas (1937 ; réédition en 1962).

Après la Seconde Guerre mondiale, les interrogations francophones sur l’identité culturelle se font prégnantes. Selon les cas, elles ont diverses causes : la volonté d’échapper au centralisme littéraire français mais aussi le désir de contrer la vision exotisante européenne, le souci d’accompagner l’ère post-coloniale, l’expression d’une conscience nationale en formation après l’indépendance, la réponse enfin à l’internationalisation croissante de la vie littéraire. Cette diversité se conjugue à celle des situations francophones pour produire à partir des années 1960 une grande variété de thématiques et de stratégies d’écriture.

Dès cette période, les évolutions des institutions littéraires belge, québécoise et suisse revêtent des traits comparables dans la forme des mouvements littéraires, les transformations du champ éditorial et les modifications du marché du livre. Au Canada, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Gaston Miron

Gaston Miron
Crédits : Jean Pol Stercq/ Opale/ Leemage

photographie

Édouard Glissant

Édouard Glissant
Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

photographie

Salah Stétié

Salah Stétié
Crédits : Ulf Andersen/ Aurimages

photographie

Aminata Sow Fall

Aminata Sow Fall
Crédits : Seyllou/ AFP

photographie

Afficher les 5 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur de littératures francophones et de littérature comparée, université Paris-Nanterre, membre de l'Institut universitaire de France

Classification

Autres références

«  FRANCOPHONES LITTÉRATURES  » est également traité dans :

POSTCOLONIALES FRANCOPHONES (LITTÉRATURES)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 4 989 mots
  •  • 6 médias

Les littératures postcoloniales ont été identifiées comme telles dans les années 1980 par des théoriciens des littératures anglophones. L’épithète « postcoloniale » concernait d’abord les littératures des pays sous domination de l’ancien empire britannique, bien que certains critiques aient remarqué de nombreux points communs avec les productions littéraires issues d’autres empires européens : fra […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 605 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La francophonie littéraire africaine »  : […] La publication en 1948 de l' Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française , rassemblée par Léopold Sédar Senghor (1906-2001) et préfacée par Jean-Paul Sartre, marque la révélation de la littérature africaine de langue française. L'ouvrage impose, par le choix de ses textes, une image, vite consacrée, du poète de la négritude comme héraut de la fierté retrouvée, s'opposant […] Lire la suite

ALEXAKIS VASSILIS (1943-2021)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 549 mots

Écrivain grec mais aussi dessinateur, journaliste et cinéaste, Vassilis Alexakis est né le 25 décembre 1943 à Athènes, dans le quartier populaire de Kallithea, peuplé de Grecs venus des îles de la mer Égée fuyant la misère et de réfugiés d’Asie Mineure chassés par les nationalistes turcs en 1922-1923. À cette époque, la capitale grecque était occupée par une armée allemande implacable et la popul […] Lire la suite

ALEXIS JACQUES STEPHEN (1922-1961)

  • Écrit par 
  • Oruno D. LARA
  •  • 696 mots

Le 22 avril 1922 naquit Jacques Stephen Alexis aux Gonaïves, fière cité du nord de la république d'Haïti où fut célébrée l'indépendance le 1 er janvier 1804. Son enfance et sa formation d'adolescent ont été fortement marquées par l'influence de sa famille, de la conjoncture politique (l'occupation nord-américaine, 1915-1934) et par l'emprise intellectuelle qu'eut sur lui Jacques Roumain. Par sa m […] Lire la suite

AMIEL HENRI-FRÉDÉRIC (1821-1881)

  • Écrit par 
  • Pierre PACHET
  •  • 2 440 mots

L' essentiel de l'œuvre aujourd'hui reconnue d'Amiel est son Journal intime, dont il n'avait publié de son vivant que de courts extraits. En ce sens, sa figure littéraire a été totalement modifiée, et même révélée, par la postérité, et il peut faire figure d'écrivain pur, à la fois séparé de son œuvre, dont il ne pouvait connaître la figure à venir, et consubstantiel à elle, puisque depuis son ad […] Lire la suite

AMOUR, COLÈRE ET FOLIE (M. Vieux-Chauvet)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 1 080 mots

La réédition en 2005 par les éditions Emina Soleil, associées à Maisonneuve et Larose, de la trilogie romanesque de Marie Vieux-Chauvet, Amour, Colère et Folie , a fait événement. En effet, l'ouvrage, publié chez Gallimard en 1968, était devenu introuvable dès sa sortie. Il avait été retiré de la vente, à la demande de l'auteur et de sa famille qui craignaient les représailles du pouvoir haïtien a […] Lire la suite

ANTIGONE (H. Bauchau) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 312 mots
  •  • 1 média

Dès « L'Archer », poème écrit en 1950, Henry Bauchau évoquait le « roi sourd endormi dans le champ des rameurs, et l'aveugle écoutant à la proue des navires, le rêveur exilé de l'histoire du vent ». Cette image annonçait une patiente progression en compagnie d'Œdipe et d'Antigone, qui s'est achevée quarante-sept ans plus tard, avec la publication du roman Antigone (Actes sud, 1997). Auprès de sa […] Lire la suite

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 288 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le choix de la langue »  : […] Mais dans quelle langue écrire ? La question est importante. Si elle n'a plus de nos jours la même acuité, elle est cependant loin d'être résolue. L'écrivain moderne se trouve placé face à un choix essentiel non dénué, d'ailleurs, d'implications idéologiques : écrire en arabe littéral ou dialectal. Si l'on veut exprimer le réel, n'est-il pas légitime, surtout dans les dialogues, d'utiliser l'idiom […] Lire la suite

AMADOU HAMPATÉ (1901-1991)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 546 mots

Né à Bandiagara (Mali), chef-lieu du pays dogon et ancienne capitale de l'empire toucouleur du Macina (fondé en 1862 par el Hadj Omar), Amadou Hampaté Bâ, qui appartenait à une grande famille de traditionalistes peuls, est devenu un « sage » unanimement respecté dans l'Afrique contemporaine. Après avoir reçu, dans son enfance, la riche éducation traditionnelle, transmise par les cercles familiaux, […] Lire la suite

BAILLON ANDRÉ (1875-1932)

  • Écrit par 
  • Paul EMOND
  •  • 351 mots

Né à Anvers, cet écrivain belge de langue française se trouva orphelin à l'âge de six ans et fut élevé par une tante, « Mlle Autorité », dont on retrouvera le nom dans le titre d'un roman, Le Neveu de Mlle Autorité (1930). Élève chez les Jésuites, puis à l'université de Louvain, il quitte celle-ci à sa majorité, réclame son héritage et le dissipe au jeu avec une jeune maîtresse. En 1902, il épous […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marc MOURA, « FRANCOPHONES LITTÉRATURES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francophones-litteratures-de-langue-francaise/