LAYE CAMARA (1928-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

S'il est un écrivain d'Afrique qui a complètement assimilé la culture occidentale, et en l'occurrence française, c'est bien ce romancier né à Kouroussa. Sa formation le mène de l'école coranique (sa famille est musulmane) au collège technique de Conakry qui envoie ses meilleurs élèves à Paris. Parmi eux, le jeune Laye va poursuivre ses études du centre-école de l'automobile d'Argenteuil, tout en travaillant aux usines Simca. Il écrit et publie L'Enfant noir (1953), dont le succès ne s'est pas démenti depuis la parution. Peut-on imaginer autobiographie romancée plus traditionnellement française ? L'auteur maîtrise la langue avec une perfection insistante. La narration s'opère, en outre, selon un point de vue qu'il serait à peine exagéré de qualifier d'exotiste et dont n'est pas absente, à l'égard des Africains d'Afrique, une certaine condescendance de la part de celui que la civilisation occidentale a formé.

Plus encore que L'Enfant noir, où les souvenirs d'enfance sont narrés dans une tradition de tendresse voisine de celle d'un Pagnol ou d'un Genevoix, Dramouss (1966), qui raconte le retour du narrateur dans sa Guinée natale, fait preuve d'une assurance assez irritante. D'une attitude étonnamment compréhensive à l'égard de la colonisation française, l'auteur passe à une peinture très positive de la France, puis à une description symbolique particulièrement sombre de la Guinée dans les premiers temps de son indépendance. Camara Laye ne tardera d'ailleurs pas à quitter son pays pour se fixer au Sénégal.

Entre-temps, il avait publié un roman intitulé Le Regard du roi (1954), qui raconte l'histoire de Clarence, un Blanc déchu, repoussé par ses pairs, colons d'un pays d'Afrique jamais nommé. Il part dans la brousse en quête du roi. Ce texte est le roman d'un certain écœurement dans la moiteur et l'humidité de la brousse, le roman de l'impossibilité qu'il y a d'être assimilé par une autre civilisation que la sienne propre... La vie africaine et son étrangeté existent ici avec infiniment plus de complexité que dans les récits autobiograp [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LAYE CAMARA (1928-1980)  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Présence africaine »  : […] de « littérature coloniale ». Un roman comme L'Enfant noir de Camara Laye fut vivement critiqué dans la revue Présence africaine en 1954, au prétexte qu'il proposait de l'Afrique une image trop « paisible, belle, maternelle » : le critique attendait une dénonciation de la situation coloniale et non l'évocation de souvenirs d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-litteratures/#i_15272

POSTCOLONIALES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 8 469 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'invention de la négritude »  : […] de la prise de conscience pendant la période de la décolonisation. Si l'autobiographie romancée du Guinéen Camara Laye, L'Enfant noir (1953), a été accusée par la revue Présence africaine (fondée en 1947 et devenue l'organe du mouvement de la négritude) de présenter un tableau paradisiaque de la vie africaine sous la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-postcoloniales/#i_15272

Pour citer l’article

Jacques JOUET, « LAYE CAMARA - (1928-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/camara-laye/