FRANCOPHONES LITTÉRATURES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Gaston Miron

Gaston Miron
Crédits : Jean Pol Stercq/ Opale/ Leemage

photographie

Édouard Glissant

Édouard Glissant
Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

photographie

Salah Stétié

Salah Stétié
Crédits : Ulf Andersen/ Aurimages

photographie

Aminata Sow Fall

Aminata Sow Fall
Crédits : Seyllou/ AFP

photographie

Tous les médias


La notion de littératures francophones, distinctes de la tradition littéraire française, s’est progressivement affirmée dans la seconde moitié du xxe siècle. L’usage distingue ainsi « la » littérature francophone, c’est-à-dire l’ensemble des textes littéraires écrits en français (y compris la littérature française), et « les » littératures francophones, soit l’ensemble des textes littéraires de langue française écrits par des auteurs issus de pays ou de régions extérieurs à l’Hexagone. Une distinction qui demeure problématique.

En effet, l’autonomie de ces littératures a été difficilement acquise. En 1958 encore, l’Encyclopédie de la Pléiade les désignait comme des « littératures connexes ». Nombre d’entre elles, présentées comme émergentes, vont s’imposer à la faveur des décolonisations, en dépit d’un centralisme français qui demeurera longtemps dominant. En outre, l’homogénéité d’un espace littéraire allant de la Polynésie aux Antilles, de l’Afrique subsaharienne à l’Europe en passant par le Maghreb ou l’océan Indien est loin d’être évidente. La situation de cette production littéraire, tantôt marginalisée, tantôt présentée sans grand souci de cohérence, explique les malentendus qui s’attachent à la notion de littératures francophones. Pour aborder celles-ci, il convient de privilégier une dimension transnationale, accordée à la pluralité des situations d’écriture. On sort ainsi des cadres habituels de l’histoire littéraire.

Un mot et une notion

Les notions de « francophone » et de « francophonie » apparaissent au tournant du xixe siècle. Le terme « francophone », adjectif et substantif, est attesté en 1880, dans l’ouvrage du géographe Onésime Reclus, France, Algérie et colonies. Durant cette période, qui marque l’apogée des empires coloniaux européens d’outre-mer, il signifie alors : « qui parle français » et désigne les habitants de langue française d’entités nationales ou régionales où le français n’est pas la langue unique. Le mot entre dans le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages


Écrit par :

  • : professeur de littératures francophones et de littérature comparée, université de Paris-X-Nanterre, membre de l'Institut universitaire de France, directeur du département des lettres modernes, université de Paris-X-Nanterre

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marc MOURA, « FRANCOPHONES LITTÉRATURES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francophones-litteratures-de-langue-francaise/