FRANCOPHONES LITTÉRATURES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La conscience linguistique

Au long du xxe siècle, on est passé d’un français qui avait la France pour phare incontesté à une diversité de français variant selon les espaces et les situations. Dans ces régions plus ou moins francophones, caractérisées par la pluralité linguistique et culturelle ainsi que par des situations politiques, éducatives et littéraires variées, la conscience linguistique, c’est-à-dire la place de la langue dans la conscience des écrivains (Harald Weinrich), est capitale. Déjà, dans l’entre-deux-guerres, Ramuz cherchait une langue française romande qu’il opposait à la langue morte des grammairiens. Importante pour tout écrivain, la conscience linguistique est cardinale pour un auteur situé dans un espace marqué par la diglossie et le métissage. L’écriture, entreprise singulière, profondément personnelle, ne se détache pas de préoccupations collectives, qu’il s’agisse de traduire une pratique linguistique commune (le créole des Caraïbes ou celui de l’océan Indien), de présenter une expérience socio-culturelle (la culture africaine pour Senghor, la société mauricienne pour Ananda Devi, l’histoire et la réalité actuelle de Madagascar pour Jean-Luc Raharimanana), de refuser tel aspect de l’histoire littéraire occidentale (le déni de l’exotisme pour beaucoup des littératures du Sud) ou encore de permettre l’entrée d’une culture orale dans le domaine écrit occidental (œuvre qui occupa Hampâté Bâ durant toute sa vie).

L’écrivain francophone se révèle fréquemment un passeur de langue, dont l’écriture maintient voire exacerbe la tension entre deux ou plusieurs idiomes. Cet hétérolinguisme (soit la présence de différents idiomes dans un même texte) est une source de créativité dont témoignent les œuvres de l’Acadienne Antonine Maillet, du Marocain Abdelkébir Khatibi ou de l’Ivoirien Ahmadou Kourouma. La langue des anciens dominateurs coloniaux est retravaillée, subvertie afin d’exprimer la singularité d’une vision et d’une situation éloignée de l’Hexagone comme de l’idéal linguistique universaliste célébré par [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Gaston Miron

Gaston Miron
Crédits : Jean Pol Stercq/ Opale/ Leemage

photographie

Édouard Glissant

Édouard Glissant
Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

photographie

Salah Stétié

Salah Stétié
Crédits : Ulf Andersen/ Aurimages

photographie

Aminata Sow Fall

Aminata Sow Fall
Crédits : Seyllou/ AFP

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de littératures francophones et de littérature comparée, université Paris Nanterre, membre de l'Institut universitaire de France

Classification

Autres références

«  FRANCOPHONES LITTÉRATURES  » est également traité dans :

POSTCOLONIALES FRANCOPHONES (LITTÉRATURES)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 4 986 mots
  •  • 6 médias

Les littératures postcoloniales ont été identifiées comme telles dans les années 1980 par des théoriciens des littératures anglophones. L’épithète « postcoloniale » concernait d’abord les littératures des pays sous domination de l’ancien empire britannique, bien que certains critiques aient remarqué de nombreux points communs avec les productions littéraires issues d’autres empires européens : fra […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La francophonie littéraire africaine »  : […] La publication en 1948 de l' Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française , rassemblée par Léopold Sédar Senghor (1906-2001) et préfacée par Jean-Paul Sartre, marque la révélation de la littérature africaine de langue française. L'ouvrage impose, par le choix de ses textes, une image, vite consacrée, du poète de la négritude comme héraut de la fierté retrouvée, s'opposant […] Lire la suite

ALEXIS JACQUES STEPHEN (1922-1961)

  • Écrit par 
  • Oruno D. LARA
  •  • 696 mots

Le 22 avril 1922 naquit Jacques Stephen Alexis aux Gonaïves, fière cité du nord de la république d'Haïti où fut célébrée l'indépendance le 1 er janvier 1804. Son enfance et sa formation d'adolescent ont été fortement marquées par l'influence de sa famille, de la conjoncture politique (l'occupation nord-américaine, 1915-1934) et par l'emprise intellectuelle qu'eut sur lui Jacques Roumain. Par sa m […] Lire la suite

AMIEL HENRI-FRÉDÉRIC (1821-1881)

  • Écrit par 
  • Pierre PACHET
  •  • 2 440 mots

L' essentiel de l'œuvre aujourd'hui reconnue d'Amiel est son Journal intime, dont il n'avait publié de son vivant que de courts extraits. En ce sens, sa figure littéraire a été totalement modifiée, et même révélée, par la postérité, et il peut faire figure d'écrivain pur, à la fois séparé de son œuvre, dont il ne pouvait connaître la figure à venir, et consubstantiel à elle, puisque depuis son ad […] Lire la suite

AMOUR, COLÈRE ET FOLIE (M. Vieux-Chauvet)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 1 080 mots

La réédition en 2005 par les éditions Emina Soleil, associées à Maisonneuve et Larose, de la trilogie romanesque de Marie Vieux-Chauvet, Amour, Colère et Folie , a fait événement. En effet, l'ouvrage, publié chez Gallimard en 1968, était devenu introuvable dès sa sortie. Il avait été retiré de la vente, à la demande de l'auteur et de sa famille qui craignaient les représailles du pouvoir haïtien a […] Lire la suite

ANTIGONE (H. Bauchau) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 312 mots
  •  • 1 média

Dès « L'Archer », poème écrit en 1950, Henry Bauchau évoquait le « roi sourd endormi dans le champ des rameurs, et l'aveugle écoutant à la proue des navires, le rêveur exilé de l'histoire du vent ». Cette image annonçait une patiente progression en compagnie d'Œdipe et d'Antigone, qui s'est achevée quarante-sept ans plus tard, avec la publication du roman Antigone (Actes sud, 1997). Auprès de sa […] Lire la suite

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 287 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le choix de la langue »  : […] Mais dans quelle langue écrire ? La question est importante. Si elle n'a plus de nos jours la même acuité, elle est cependant loin d'être résolue. L'écrivain moderne se trouve placé face à un choix essentiel non dénué, d'ailleurs, d'implications idéologiques : écrire en arabe littéral ou dialectal. Si l'on veut exprimer le réel, n'est-il pas légitime, surtout dans les dialogues, d'utiliser l'idiom […] Lire la suite

AMADOU HAMPATÉ (1901-1991)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 546 mots

Né à Bandiagara (Mali), chef-lieu du pays dogon et ancienne capitale de l'empire toucouleur du Macina (fondé en 1862 par el Hadj Omar), Amadou Hampaté Bâ, qui appartenait à une grande famille de traditionalistes peuls, est devenu un « sage » unanimement respecté dans l'Afrique contemporaine. Après avoir reçu, dans son enfance, la riche éducation traditionnelle, transmise par les cercles familiaux, […] Lire la suite

BAILLON ANDRÉ (1875-1932)

  • Écrit par 
  • Paul EMOND
  •  • 351 mots

Né à Anvers, cet écrivain belge de langue française se trouva orphelin à l'âge de six ans et fut élevé par une tante, « Mlle Autorité », dont on retrouvera le nom dans le titre d'un roman, Le Neveu de Mlle Autorité (1930). Élève chez les Jésuites, puis à l'université de Louvain, il quitte celle-ci à sa majorité, réclame son héritage et le dissipe au jeu avec une jeune maîtresse. En 1902, il épous […] Lire la suite

BAUCHAU HENRY (1913-2012)

  • Écrit par 
  • Marc QUAGHEBEUR
  •  • 2 070 mots
  •  • 2 médias

La vie de Henry Bauchau, issu de familles aisées liées au droit, à la sidérurgie, aux industries brassicoles et à la vie politique inscrit en elle la complexité de l'histoire belge. Né à Malines (Belgique) le 22 janvier 1913, élevé à Bruxelles à partir de 1918, il voit se mêler dans ses ascendants directs, comme dans ses résidences secondaires, le nord et le sud du pays – certes au sein d'une cl […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marc MOURA, « FRANCOPHONES LITTÉRATURES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francophones-litteratures-de-langue-francaise/