MONGO BETI ALEXANDRE BIYIDI-AWALA dit (1932-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mongo Beti fut une figure hors normes de la „renaissance africaine“ du xxe siècle : auteur d'une douzaine de romans qui composent une fresque épique et cocasse retraçant plus de cinquante ans de vie africaine ; professeur agrégé de lettres classiques depuis 1996 ; polémiste redoutable, aimant à se laisser porter par la passion ; analyste impitoyable, depuis son exil français, des réalités de son pays natal, le Cameroun ; animateur d'une revue tiers-mondiste, Peuples noirs, peuples africains, dont il maintint la ligne politique sans compromis ; fondateur après être rentré au pays en 1994, à l'heure de la retraite, de la librairie des Peuples noirs, vite devenue à Yaoundé un vivant foyer de résistance intellectuelle.

Alexandre Biyidi-Awala (c'est son nom d'état civil) est né le 30 juin 1932 à Akométam, non loin de M'Balmayo, petite ville du pays beti, au centre du Cameroun. Son expérience directe de la vie coloniale nourrit ses premiers textes, publiés sous le pseudonyme d'Eza Boto (c'est-à-dire « les gens d'autrui ») : une nouvelle, Sans haine et sans amour (1953) et un court roman, Ville cruelle (1953), deux analyses lucides de la situation coloniale. Dans les articles qu'il donne alors à la revue Présence africaine, le jeune écrivain précise sa conception de la littérature comme dévoilement des complexités et des contradictions de la réalité et comme instrument de déconstruction des stéréotypes colportés sur l'Afrique.

Ce projet se poursuit en 1956, avec Le Pauvre Christ de Bomba, signé du pseudonyme définitif, Mongo Beti – ce qui signifie « le fils des Beti ». Un ton romanesque original est trouvé, qui mêle humour, réalisme et picaresque. Le roman évoque les années 1930, époque où la colonisation n'est guère remise en cause. Le héros, Denis, cuisinier du Père Drumont, tient son journal pendant une tournée du missionnaire en brousse. Son regard ingénu fait éclater la contradiction entre le discours colonial convenu, l'image traditionnelle du missionnaire, et la réalité de la violence, ouverte ou latente, imposé [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MONGO BETI ALEXANDRE BIYIDI-AWALA dit (1932-2001)  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le roman africain »  : […] sociétés africaines, le roman recourt souvent à la force décapante de l'ironie : c'est l'arme littéraire des Camerounais Mongo Beti (1932-2001) et Ferdinand Oyono (né en 1929). Le premier, volontiers anticlérical, montre dans Le Roi miraculé (1958) les ravages entraînés par la conversion au christianisme d'un vieux chef de village. Le second […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-litteratures/#i_90406

Pour citer l’article

Jean-Louis JOUBERT, « MONGO BETI ALEXANDRE BIYIDI-AWALA dit (1932-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mongo-beti/