EXPLORATIONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'exploration scientifique à l'exploration impérialiste

À la conquête improbable de l'Orient

L'expédition d'Égypte est le premier et sans doute le meilleur exemple de la rencontre d'un long courant de pensée, celui de l'« orientalisme islamisant » en France, et d'une conjoncture politico-militaire, de l'union d'une volonté d'action « impérialiste », aux objectifs concrets, et d'une immense curiosité scientifique, en grande partie désintéressée et ouverte sur tous les aspects d'une région encore mal connue.

Bonaparte embarque avec sa flotte et ses troupes pas moins de cent soixante-sept savants de toutes disciplines : des médecins aux aérostiers, des ingénieurs aux astronomes, des botanistes et des minéralogistes, des économistes et des littérateurs, des peintres et des dessinateurs et, bien sûr, des orientalistes, qui vont constituer la Commission des sciences et arts de l'armée d'Orient. EIle travaillera avec enthousiasme, ferveur parfois, de 1798 à 1801. L'expédition donna lieu à des publications individuelles, tel l'ouvrage de Dominique Vivant Denon – qui sera le premier directeur du Louvre –, sur ses découvertes archéologiques (Voyage dans la Haute et Basse-Égypte pendant les campagnes du général Bonaparte, Paris, 1802). Il révélera au monde l'art de l'Égypte, donnera une impulsion décisive à ce style égyptien qui marquera pendant trente ans si fortement la décoration et le mobilier européens que, dès 1807, le poète anglais Robert Southey constatait « tout objet doit être maintenant égyptien » (Letters from England).

La Commission recueillit sur place non seulement des manuscrits, des livres et des informations, mais certains de ses membres allèrent les chercher dans de véritables explorations scientifiques jusque dans la Haute-Égypte. Les résultats de cet immense travail d'investigation et d'interprétation seront publiés sur vingt ans, de 1809 à 1828, dans la Description de l'Égypte, en neuf volumes de textes et quatorze volumes de planches, fondant les bases de toute l'égyptologie et fixant les grandes lignes des découvertes à entreprendre. Elles inspirèrent les explorations ultérieures, comme celle du minéralogiste et archéologue Frédéric Caillaud (1821-1822), dont l'œuvre et les voyages demeurent méconnus et qui, le premier (contre Bruce), démontre la supériorité du Nil Blanc sur le Nil Bleu ; de Joseph Pons d'Arnaud qui, en 1840, dépasse sur le Nil Gondokoro ; d'Antoine Brun-Rollet, qui explore le Bahr el-Ghazal (1856).

L'expédition et la description étaient le « premier banc d'essai d'un nouvel esprit colonial visant non plus seulement une exploitation économique, mais une occidentalisation généralisée du reste du monde » (H. Laurens). Bref, de l'impérialisme. C'est sur ce modèle que travailleront les deux commissions scientifiques liées aux campagnes de Grèce puis d'Algérie.

La commission scientifique de Morée, dirigée par Bory de Saint-Vincent, naturaliste, Abel Blouet, peintre, et A. Dubois, archéologue, contribua, à partir de ses premiers travaux, en 1829-1830, encore que sur un pied plus modeste, à une semblable « redécouverte de la Grèce » qui marqua les années 1830. Sans être comparable à la Description, étayée elle aussi par les publications individuelles de savants, l'édition officielle de l'Expédition scientifique de Morée, ordonnée par le gouvernement français (en trois volumes, Paris, 1831-1838), mériterait de sortir de l'oubli.

La Commission scientifique de l'Algérie, constituée en 1839, montre plus étroitement les liens établis entre la recherche, les découvertes et l'impérialisme. Animée par Edmond Pellissier de Raynaud, excellent connaisseur du monde arabe, qui publia, dès 1836, avec ses Annales algériennes, le meilleur ouvrage de l'époque sur le pays, elle poursuivit son œuvre pendant plus d'une décennie dans tous les domaines de la science (histoire, archéologie, sciences naturelles, etc.), agissant, elle aussi, et par collecte de renseignements auprès des indigènes et par exploration sur le terrain. Elle étendit son intérêt aux pays voisins : le Maroc, avec les travaux d'Émilien Renou et de Louis-Adrien Berbrugger, le Sahara, avec l'œuvre du général Eugène Daumas (Exploration scientifique de l'Algérie..., 10 volumes publiée par ordre du gouvernement et avec le concours d'une commission académiqu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  EXPLORATIONS  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 666 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « À la découverte de l'Afrique intérieure »  : […] Les Européens n'avaient fréquenté que les côtes ; le large mouvement de curiosité scientifique du xviii e  siècle, qui avait poussé aux grands voyages maritimes, favorise désormais leur découverte de l'Afrique intérieure. L'African Association, fondée par sir Joseph Banks, ancien compagnon de Cook, y envoie en 1795 Mungo Park, qui, de Gambie, parvient au Niger à Ségou. Dans un second voyage, en 18 […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Découverte

  • Écrit par 
  • Marianne MAHN-LOT
  •  • 4 816 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le premier tour du monde »  : […] Voici quelques étapes de la connaissance du littoral. 1499 : Ójeda, servant de pilote à Vespucci, longe la côte du Venezuela. 1500 : Yañez Pinzón va du cap San Roque (4 0 lat. sud) à Pernambouc (8 0 sud). À peu près au même moment, le Portugais Cabral, parti de Lisbonne pour l'Inde, est jeté par les vents sur la côte du Brésil et la descend jusqu'à 17 0 sud. Cette énorme portion du continent Su […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 21 938 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'ère des conquistadores »  : […] Les tentatives de mise en valeur des Antilles ne freinent nullement les nouveaux voyages de découverte. On sait que Colomb poursuit obstinément sa conquête du Cathay, jusqu'en 1504, à travers la Méditerranée américaine, entre le Honduras et les bouches de l'Orénoque. De 1498 à 1520, plusieurs expéditions maritimes parcourent l'Atlantique central et méridional (Ójeda, Bastidas, Vespucci, Yáñez Pin […] Lire la suite

AMUNDSEN ROALD (1872-1928)

  • Écrit par 
  • Jean-Marcel CHAMPION
  •  • 555 mots
  •  • 2 médias

Explorateur norvégien. Fils d'un petit armateur, Roald Amundsen se destine d'abord à la médecine avant d'être saisi d'une vocation irrésistible pour l'exploration polaire. En 1893, il s'engage comme simple matelot sur un phoquier et, de 1897 à 1899, il participe à l'expédition antarctique d'Adrien de Gerlache en qualité de second du Belgica . Sa carrière d'explorateur s'ordonne autour de trois gra […] Lire la suite

NOUVEAU MONDE CHRONIQUES DU

  • Écrit par 
  • Jacques LAFAYE, 
  • Itamar OLIVARES
  •  • 3 665 mots
  •  • 8 médias

La découverte du Nouveau Monde a été considérée, à juste titre, comme le fait le plus marquant de l'histoire de l'expansion européenne au-delà des mers. Dès le début, l'importance de cet événement, ainsi que les différentes étapes de l'occupation du sol américain ont été perçues à leur juste mesure par les acteurs et les contemporains les plus renommés de cette geste singulière. En conséquence, ce […] Lire la suite

ANTARCTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Edmond JOUVE, 
  • Jean JOUZEL, 
  • Gérard JUGIE, 
  • Claude LORIUS
  •  • 16 439 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Les expéditions individuelles »  : […] Une vieille tradition, héritée des Grecs, voulait que le district polaire austral fût occupé par un vaste continent, dont Magellan, lors de son voyage autour du monde, pensait avoir vu l'extrême avancée en doublant la Terre de Feu. On vécut longtemps sur cette erreur, sans que ce continent mythique ait attiré beaucoup de curiosité. La première expédition officielle pour la recherche de la « Terre […] Lire la suite

ARCTIQUE OCÉAN

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL, 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 2 832 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Histoire de l'exploration »  : […] C'est vers le xvi e  siècle que des explorations méthodiques ont été entreprises pour découvrir des routes nouvelles vers l'Orient soit par le passage du Nord-Est (en contournant l'Eurasie), soit par le passage du Nord-Ouest (en contournant l'Amérique). C'est celui-ci que cherchait, en 1497, Jean Cabot sur les côtes du Labrador. Mais bien que John Davis ait atteint, dès 1587, la latitude 72 0 nor […] Lire la suite

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT, 
  • Clément THIBAUD
  •  • 13 638 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les voyages des Portugais »  : […] Or bateaux et techniques nautiques font de grands progrès entre le xiii e et le xv e  siècle. Pendant ce temps, les relations maritimes par cabotage relient ces deux grands centres du commerce que sont la Méditerranée et la Baltique. Sur le plan technique, on passe de la barque viking, longue et étroite, au lourd et massif kogge puis au galion et à la caravelle, très larges par rapport à leur lo […] Lire la suite

AUSTRAL OCÉAN ou OCÉAN GLACIAL ANTARCTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 3 793 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Histoire de l'exploration »  : […] En dehors de quelques incursions de Francis Drake dans les eaux du détroit qui porte son nom, au sud du cap Horn, à la fin du xvi e  siècle, et du voyage au cours duquel le Malouin Jean-Baptiste Bouvet de Lozier découvrit, en 1739, les îles qui portent son nom, l'océan Austral n'a été pénétré que vers 1770, par les explorations presque simultanées de James Cook (1768-1771 et 1772-1775), du Maloui […] Lire la suite

BARTH HEINRICH (1821-1865)

  • Écrit par 
  • Bernard NANTET
  •  • 451 mots

À trente ans, le géographe allemand Heinrich Barth, qui parlait anglais, français, espagnol, italien et arabe, avait visité plusieurs pays du Proche-Orient, la Tunisie et la Libye. L'explorateur anglais James Richardson, chargé par des sociétés protestantes anglaises d'étudier la piste de Tripoli au Soudan, ne trouvant aucun compatriote pour l'accompagner, fit appel à Barth et à Adolf Overweg, un […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis MIÈGE, « EXPLORATIONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/explorations/