Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DOMINIQUE saint (1170 env.-1221)

Fondateur de l'ordre des Frères prêcheurs (Dominicains), Domingo de Guzmán est né vers 1170 à Caleruega (Castille), dans une famille noble. Il étudie la théologie à Palencia. Vers 1196, il entre comme chanoine dans le chapitre du diocèse d'Osma, dont il devient le sous-prieur quelques années plus tard. En 1203, Dominique accompagne son évêque en mission dans le sud de la France.

C'est à cette occasion qu'il prend conscience de la menace constituée contre l'Église par l'hérésie albigeoise, ou cathare.

Au cours d'un second voyage, Dominique et son évêque rendent visite au pape pour requérir le droit d'aller évangéliser les païens, mais ce dernier refuse. En 1206, les légats pontificaux et les prédicateurs du pape, découragés par l'échec de leur mission, se tournent vers l'évêque d'Osma et Dominique, qui les persuadent que les hérétiques ne peuvent être reconquis que par un ascétisme égal à celui des « parfaits », et que les prédicateurs doivent donc aller par les chemins pieds nus et dans la pauvreté. Ainsi commence la mission de prédication évangélique itinérante de Dominique en Languedoc. Une étape importante de sa campagne de reconquête des hérétiques est l'établissement en 1206 d'un couvent de moniales à Prouilhe pour accueillir les femmes et les jeunes filles récemment ramenées à l'Église.

En 1208, le légat pontifical Pierre de Castelnau est assassiné par un émissaire de Raimond VI, comte de Toulouse. Le pape lance aux princes chrétiens un appel à la croisade, sous le commandement de Simon de Montfort. Dominique, bientôt rejoint par six autres frères, poursuit néanmoins sa mission dans la région de Prouilhe tandis que la guerre contre les Albigeois se déchaîne, jusqu'à la victoire de Simon de Montfort à Muret en 1213. Les catholiques entrent dans Toulouse, Dominique et ses compagnons sont accueillis à bras ouverts par l'évêque Foulques, qui les nomme prédicateurs diocésains en 1215.

À la suite de la charte accordée par Foulques, Dominique conçoit rapidement l'idée de fonder un ordre de prêcheurs et organise la formation théologique de ses compagnons. La même année, il se rend à Rome avec Foulques afin d'exposer son projet au pape, qui lui recommande d'adopter la règle d'un des ordres établis. Pendant l'été de 1216, Dominique revient à Toulouse où il réunit les compagnons de sa communauté, dorénavant au nombre de seize, en assemblée constituante. Ils adoptent la règle de Saint-Augustin ainsi qu'un ensemble de coutumes en partie fondées sur les canons du clergé régulier concernant les offices, la vie monastique ou la pauvreté apostolique et qui figurent encore aujourd'hui au cœur de la règle dominicaine. Le pape Honorius III nouvellement élu donne à Dominique la confirmation formelle de son ordre, le 22 décembre 1216.

Le 15 août 1217, Dominique envoie des frères à Paris et en Espagne, en maintient deux sur chacun des sites de Toulouse et de Prouilhe, et part lui-même avec un compagnon pour Bologne, puis pour Rome. Il fonde ses deux établissements principaux près des universités de Paris et de Bologne, et décide d'en faire des écoles de théologie, ce qui déterminera le rôle essentiel joué par les Dominicains dans l'enseignement supérieur. En installant ses couvents près des plus grandes villes, tout particulièrement des centres universitaires, Dominique inscrit son ordre dans l'essor du grand mouvement urbain médiéval.

Dominique passe les années qui lui restent à vivre dans le monastère de Rome installé dans l'église Saint-Sixte qui lui a été donnée, ou bien sur les routes. En 1218 et 1219, il entreprend un grand périple le menant de Rome à Toulouse, puis en Espagne en passant par Paris et Milan, puis fait un tour de Lombardie. Partout, les communautés qu'il installe prennent de[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences en hébreu à l'université de Cambridge, révérend

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ALBIGEOIS (CROISADE CONTRE LES)

    • Écrit par Jacques LE GOFF
    • 4 152 mots
    • 2 médias
    ...de Lavaur une expédition militaire sans lendemain. À partir de 1206, les efforts de l'évêque espagnol Diego d'Osma et de son collaborateur le chanoine Dominique de Caleruega, le futur saint Dominique, n'eurent pas plus de succès. Ils voulaient promouvoir en milieu hérétique un nouveau type de prédication,...
  • CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS - (repères chronologiques)

    • Écrit par Laurent ALBARET
    • 747 mots

    1145 Le cistercien Bernard de Clairvaux organise une mission de prédication à Toulouse et dans l'Albigeois. Il découvre à Verfeil une dissidence religieuse qui revendique une filiation apostolique et rejette les sacrements de l'Église. Il la nomme l'hérésie des « albigeois »....

  • DOMINICAINS

    • Écrit par André DUVAL
    • 3 390 mots
    • 3 médias

    Dans l'histoire des ordres religieux, la fondation des Frères prêcheurs ou Dominicains représente, au début du xiiie siècle, un tournant décisif. Rien de nouveau certes à ce que des religieux deviennent en fait prédicateurs ou missionnaires – tel fut le cas de nombreux moines aux siècles précédents...

  • ENLUMINURE

    • Écrit par Danielle GABORIT-CHOPIN, Eric PALAZZO
    • 11 812 mots
    • 9 médias
    ...écrits, destinés en premier lieu à un public de clercs des écoles et au clergé séculier. Un frère prêcheur anonyme de Bologne a composé vers 1280-1288 un opuscule sur les modes corporels de la prière attribués à saint Dominique, le fondateur de l'ordre dominicain. De ce traité, on possède un manuscrit...

Voir aussi