ÉVOLUTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Impact et difficultés de la théorie darwinienne

Quoique 1859 marque le début d'une diffusion rapide des idées de Darwin dans les milieux scientifiques, de nombreuses résistances se manifestèrent bientôt chez ceux qui en redoutaient les suites, et particulièrement la possibilité de rendre compte de la diversité du vivant sans recourir à quelque principe téléologique que ce soit (et donc, sans Dieu). Les rapports entre doctrine transformiste et religion, qui n'avaient pas été nécessairement mauvais jusqu'alors, tendirent donc à se radicaliser, l'évolution devenant dans l'esprit de beaucoup – partisans ou opposants – le fer de lance du matérialisme athée. Dès lors les religions s'employèrent généralement à défendre le créationnisme, et les tentatives de conciliation, comme celles de Mivart en Angleterre ou de Teilhard de Chardin en France, demeurèrent marginales et en butte à toutes les suspicions. Certaines religions, cent cinquante ans plus tard, restent sur une ligne dure ; d'autres, comme le catholicisme depuis la fin du xxe siècle, admettent la réalité de l'évolution (et même du processus de sélection) mais tentent de l'intégrer dans une conception finalisée du monde.

Dans les sciences humaines, la diffusion du transformisme eut également des conséquences très importantes, mais en retour, l'appropriation par ces disciplines de la théorie évolutionniste eut tendance à biaiser son interprétation. En effet, de nombreux historiens, anthropologues, linguistes, psychologues, etc., de la seconde moitié du xixe siècle admirent avec enthousiasme le transformisme, qui offrait une base physique tangible à l'idée d'une humanité en constante modification, mais, héritiers des philosophies du progrès en plein essor depuis la fin du xviiie siècle, ils conçurent souvent cette transformation comme une amélioration, une complexification constante, et cela plus sous l'influence de Spencer que de Darwin lui-même. Le lien avec les grandes doctrines politiques et économiques en construction à l'époque, comme le marxisme, était évident. Mais de ce fait, ces auteurs, tout en donnant leur adhésion à la théorie de l'évolution, et en citant avec éloges le nom de Darwin, adoptèrent en réalité une forme de transformisme plutôt lamarckienne. Cette ambiguïté eut des conséquences profondes, car elle contribua (et contribue encore dans une certaine mesure) à répandre dans toute la société, et jusque chez de nombreux scientifiques, une vision de l'évolution qui n'était pas darwinienne.

Le destin du terme même, « évolution », témoigne de ce paradoxe. Au xviiie siècle, ce mot désignait le développement embryonnaire, conçu comme un simple dépliement dans le cadre des théories des germes préexistants. Avec la ruine de ces théories et l'essor de l'épigenèse, il devint tout simplement synonyme de « développement embryonnaire ». Or l'embryogenèse d'un individu va (presque) toujours dans le sens d'une complexification et d'un perfectionnement : lorsque, sous l'influence de philosophes comme Spencer, on commença à utiliser le terme évolution dans le sens biologique actuel (Darwin l'employa dans cette acception dans ses derniers ouvrages seulement), il revêtit immanquablement la connotation de progrès.

Cette tendance fut d'autant plus marquée qu'elle était soutenue par une conception dont la fortune fut tout à fait considérable, la théorie dite de la récapitulation, que l'on peut résumer par la célèbre formule de Haeckel, « l'ontogenèse récapitule la phylogenèse », c'est-à-dire que le développement embryonnaire d'un organisme traverse toute la succession des formes ancestrales de cet individu : un être humain, par exemple, passerait par une forme « ver », puis « poisson », « reptile », etc.

Cette idée a des origines très lointaines. Elle est associée entre autres à celle de chaîne des êtres (succession linéaire et continue des êtres naturels, du plus simple au plus complexe), et lorsqu'elle fut formulée clairement par des biologistes, vers 1800, elle n'était pas encore directement liée au transformisme : il s'agissait seulement d'établir un parallélisme entre les maillons de la chaîne des êtres et les étapes du développement des êtres les plus élevés. Or lorsque le transformisme commença de se répandre, il fut très facile de reformuler l'idée dans ce contexte. Haeckel, en particulier, lui assura une immense popularité. La récapitulation pouvait en effet servir de fil directeur des recherches en évolution, dans la mesure où il suffisait d'observer et de comparer le développement des espèces pour reconstituer leur histoire évolutive. C'est sur cette base que Haeckel et d'autres construisirent des arbres phylogénétiques des différents groupes animaux. L'approche connut un très grand succès. Mais ces recherches tendaient, de fait, à minimiser l'importance des mécanismes évolutifs, et notamment de la sélection naturelle, souvent au profit de visions « progressistes », plutôt lamarckiennes, de l'évolution. Elle suscita donc assez vite des critiques de la part de certains embryologistes (His, Roux...) qui prônaient une étude expérimentale des causes prochaines et mécaniques du développement. D'autres, comme Bateson, s'intéressèrent aux modalités précises de la variation, ce qui allait les conduire à s'impliquer dans la fondation de la génétique.

L'opposition à la sélection naturelle, chez certains biologistes par ailleurs acquis au transformisme, prit également des formes beaucoup plus vives. Ce fut le cas en particulier en France, où prospéra de la fin du xixe siècle au milieu du xxe siècle un courant assez hétérogène, dit néo-lamarckien. Ce néo-lamarckisme différait essentiellement du lamarckisme de Lamarck lui-même par l'abandon de toute référence à la « volonté inconsciente » des organismes comme moteur des comportements (usage ou non-usage des organes) qui les adaptent au milieu. Ainsi, tout soupçon de vitalisme était éludé et le néo-lamarckisme proposait un mécanisme de l'adaptation par l'influence directe du milieu physico-chimique sur les organismes, selon une vision plus proche de celle de Geoffroy Saint-Hilaire que de Lamarck lui-même. Les néo-lamarkiens, rejetant le rôle du hasard, insistaient sur l'idée d'une orientation de l'évolution, sans adhérer pour autant au finalisme, mais parce qu'ils estimaient que le changement évolutif est le résultat à la fois de lois physiologiques internes aux organismes et de l'action directrice de l'environnement. Se réclamant d'un strict matérialisme et d'un réductionnisme physico-chimique absolu, ils admettaient par ailleurs l'hérédité des caractères acquis, alors même que celle-ci était désormais mise en cause par les darwiniens stricts. Ces courants étaient parfois influencés par des conceptions politiques hostiles à l'idée que l'évolution de l'homme fût aléatoire et incontrôlable. Ce lien de la scien [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 23 pages

Médias de l’article

Charles Darwin

Charles Darwin
Crédits : Spencer Arnold/ Getty Images

photographie

Georges Cuvier

Georges Cuvier
Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

photographie

Ernst Haeckel

Ernst Haeckel
Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis/ Getty Images

photographie

Alfred Wallace

Alfred Wallace
Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉVOLUTION  » est également traité dans :

ÉPIGÉNÉTIQUE ET THÉORIE DE L'ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Laurent LOISON, 
  • Francesca MERLIN
  •  • 3 644 mots
  •  • 4 médias

Le terme « épigénétique » est aujourd’hui très en vogue, aussi bien dans la littérature spécialisée que dans la presse de vulgarisation. On y associe souvent une connotation hétérodoxe et polémique, l’épigénétique étant vue comme marquant les limites de la génétique et de la théorie darwinienne de l’évolution (théorie synthétique). À ce sujet, certains par […] Lire la suite

ADAPTATION - Adaptation biologique

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 1 372 mots

Dans le chapitre « Trois acceptions de l'adaptation des êtres vivants »  : […] Selon une première interprétation, l'adaptation recouvre un ensemble de constatations structuro-fonctionnelles propres aux êtres vivants et rendant compte de leur survie dans un environnement donné. Cette acception statique de l'adaptation correspond à la notion développée par Georges Cuvier (1769-1832) sous le nom de « conditions d'existence ». Elle est illustrée par tout le travail d'analyse ré […] Lire la suite

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 142 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les fossiles, marqueurs du temps »  : […] Pour les chrétiens, l’histoire prenait un nouveau sens de suite ordonnée, et non plus de séquence quasiment aléatoire d’événements. Le changement fut particulièrement bien illustré par la première chronologie « universelle » que l’évêque Eusèbe de Césarée (~265-av. 341) établit par le biais d’habiles rapprochements effectués entre systèmes chronologiques différents : ceux des Romains et des Grecs […] Lire la suite

ALGORITHMIQUE

  • Écrit par 
  • Philippe COLLARD, 
  • Philippe FLAJOLET
  •  • 6 833 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Algorithmes génétiques »  : […] Les algorithmes génétiques (A.G.) constituent un exemple représentatif d'un ensemble de méthodes connues sous le nom d'algorithmes évolutionnaires (A.E.). Ces méthodes servent à implanter sur des systèmes artificiels les mécanismes néo-darwiniens de l'évolution naturelle. Cette approche initiée dans les années 1970 par John Holland connaît depuis le début des années 1990 une forte croissance. Les […] Lire la suite

AMMONOÏDÉS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT
  •  • 1 431 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Évolution des Ammonoïdés »  : […] Pour expliquer l'origine des Ammonoïdés (à partir des Nautiloïdés), les paléontologistes proposent deux théories incompatibles . Ou bien les Ammonoïdés dériveraient d'un groupe de Nautiloïdés (Silurien) à siphon médian mais à coquille involute, ou bien l'évolution aurait eu pour point de départ un groupe très particulier, les Bactritidés (Dévonien inférieur), dont la coquille est rectiligne avec […] Lire la suite

ARCHAEOPTERYX

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 2 136 mots
  •  • 4 médias

Archaeopteryx (signifiant « aile antique ») est un genre d’oiseaux fossiles connu par quelques spécimens provenant des calcaires lithographiques du Jurassique supérieur (Tithonien, environ 150 millions d’années) de Bavière (Allemagne). Combinant des plumes d’aspect très moderne et un squelette qui montre encore de nombreux caractères évoquant les dinosaures non aviens (c’est-à-dire l’ensemble de […] Lire la suite

ARN (acide ribonucléique) ou RNA (ribonucleic acid)

  • Écrit par 
  • Marie-Christine MAUREL
  •  • 2 764 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mimer l'évolution darwinienne. »  : […] La survie d'une population, dans un environnement nouveau, est souvent liée à l'apparition de quelques variants auxquels une mutation aléatoire a conféré le pouvoir de s'adapter et d'exploiter avantageusement la nouvelle situation. Soutenues par ces observations, les méthodes combinatoires appliquées à l'échelle moléculaire sont devenues l'alternative expérimentale pour explorer l'évolution molé […] Lire la suite

BERGSON HENRI (1859-1941)

  • Écrit par 
  • Camille PERNOT
  •  • 8 102 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Métaphysique de la vie »  : […] Si le bergsonisme s'est d'abord présenté comme une philosophie de la conscience, il s'est ensuite approfondi pour devenir principalement une philosophie de la vie qui en renouvelle entièrement la conception. La vie ne se définit pas, premièrement, comme un principe d'organisation interne du vivant mais comme évolution  : transition d'une espèce à une autre. Pour Bergson, qui accepte le fait du tr […] Lire la suite

BIODIVERSITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 4 700 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  De la diversité du vivant au concept de biodiversité »  : […] Que la vie se manifeste sous des formes très diverses est un fait bien connu, et de longue date. Quand ils peignaient des bisons, des lions, des sangliers ou des antilopes, les hommes des cavernes témoignaient déjà, entre autres, de leur connaissance d'un monde vivant diversifié. Depuis lors, les naturalistes, paléontologues, systématiciens, puis écologues et généticiens n'ont cessé de faire état […] Lire la suite

BIOLOGIE - L'être vivant

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  • , Universalis
  •  • 5 064 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Origine de la vie »  : […] de l’origine de la vie a toujours suscité la passion. Longtemps apparemment réglée par l’affirmation d’une création divine, du moins en Occident, entretenue par l’idée aristotélicienne de génération spontanée, elle n’est abordée scientifiquement que depuis le xvii e  siècle. Dans le débat largement philosophique et religieux sur préformation et épigenèse dans le développement de l’embryon, on s’a […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9 août 2021 Climat. Rapport du GIEC.

l’évolution du climat (GIEC) de l’ONU publie le premier volet de son sixième rapport d’évaluation des fondements scientifiques du changement climatique, trois mois avant la tenue à Glasgow de la vingt-sixième conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP 26). Le document établit pour la première […] Lire la suite

3 mars 2021 Belgique – Syrie. Évolution de la politique de rapatriement des familles de djihadistes internées en Syrie.

Le Conseil national de sécurité accepte le principe d’un rapatriement au cas par cas des femmes de djihadistes et de leurs enfants de moins de douze ans qui sont internés dans les camps contrôlés par les autorités kurdes dans le nord-est de la Syrie. Jusqu’alors, Bruxelles ne rapatriait que les enfants de moins de dix ans – une vingtaine l’ont été […] Lire la suite

27 janvier 2021 France – Italie. Abandon du rachat des Chantiers de l'Atlantique par l'Italien Fincantieri.

l’évolution du contexte économique, notamment dans le secteur du tourisme et des croisières, du fait de la pandémie de Covid-19.  […] Lire la suite

1er-29 août 2020 Allemagne. Manifestations contre le port du masque.

l’évolution de la situation sanitaire, la chancelière Angela Merkel annonce la généralisation des amendes pour les personnes ne portant pas de masque dans les commerces et les transports publics, l’interdiction jusqu’à la fin de l’année des rassemblements de plus de mille personnes, ainsi que le durcissement des conditions d’entrée sur le territoire […] Lire la suite

20-30 juillet 2020 Émirats arabes unis – Chine – États-Unis. Lancement de trois missions martiennes.

évolution du rover Curiosity qui étudie la planète rouge depuis 2012. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Armand de RICQLÈS, Stéphane SCHMITT, « ÉVOLUTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution/